RPG ~ Manga Médiéval-Fantastique.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Soirée éloignée . [ Libre : Attention, ceux qui étaient au bal ne peuvent pas être là]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jun&Yui Itô Nishimura

avatar

Masculin
Nombre de messages : 54
Age : 25
PUF/pseudo : Jude

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Soirée éloignée . [ Libre : Attention, ceux qui étaient au bal ne peuvent pas être là]   Sam 6 Juin - 23:57

Arrête-moi. Apprivoise-moi. Mais surtout, ne m’aime pas.

Le bal du Hanami. Ce genre de soirées où chacun montrait ses nouvelles richesses, où chacun exposait ses conquêtes et se vantait de la femme qu’il tenait à son bras. Le genre de soirées où les deux royaumes faisaient semblant d’être en de très bons termes pour observer de plus près le rivale. Une stratégie fine et étudiée. Que des histoires de famille, d’amour et d’argent. Pronostiques de mariage. Le bal du Hanami. Je n’y allais que rarement. Et lorsque je daignais enfin y aller, je n’y restais qu’une heure, finissant la soirée avec une seule personne. Amitié ou amour d’une nuit, cela dépendait. Parfois, prendre une bouteille de champagne et m’asseoir seul dans le grand jardin me suffisait. Parfois on me rejoignait, parfois je restais seul. Qu’importe. Malgré ma solitude ces soirées étaient toujours incroyablement reposantes, je ne m’ennuyais pas contrairement à ce que l’on pouvait croire. Une compagnie ne me dérangeait que lorsque je sentais que mes pensées étaient trop poussées mais qu’importe. Le roi ne m’accompagnait jamais lors de ces soirées, il faut dire que ces soirées rythmaient sa vie, toujours un grand événement y avait lieu. Rien d’étonnant avec toute cette excitation, toutes ces couleurs et toutes ces personnes. Des envies, des désirs de nouveauté. Chacun se voit aveuglé d’un nouvel être attirant et fascinant. As-tu vu cet homme ? As-tu vu cette femme ? Qui est-ce ? C’était tellement banal. Pourtant, aux personnes qui le vivent, cela semble tellement doux et romantique. Tellement fort et soudain. Serait-ce l’absence de mon cœur qui me faisait passer à côté de telles choses ? Je n’en sais rien. Pourtant je n’en souffre pas, je n’en souffre plus peut être. Quoiqu’il en soit, ce bal n’est que le théâtre de nombreuses dérives, de nombreuses choses et je n’ai aucune envie d’en être l’acteur. Hypocrisie et séduction sont les maîtres mots. Le tout pour arriver à ses fins. Depuis combien de temps est-ce que ce milieu était devenu ma maison ? Je n’en sais rien, je n’veux pas savoir. Et pourtant je ne pars pas. Pourquoi ? Peut être parce que j’ai besoin de la présence de Kyoya pour me sentir mieux. Ce père de substitution dont je suis incapable de me passer. Quand je pense que Kyoya avait dû véritablement tomber amoureux de cette servante un soir comme ce soir là, un soir du Hanami. Rien d’étonnant. Je n’avais jamais été capable de comprendre le souverain et j’imagine que je n’en serais jamais capable. Mais un roi ne se comprend pas, il s’obéit. Tu parles. Il avait bien compris que je ne faisais pas partie de ces gens à genoux devant lui. Me considérait-il vraiment comme il me le disait ou faisait-il simplement semblant pour se protéger de ce que j’étais capable de faire si l’envie m’en prenait ? Prendre le pouvoir ? Oh je n’en étais sûrement pas capable et de toute façon, étrangement, le pouvoir ne m’intéressait pas. Absolument pas. Menteur ? Bizarrement, non.

Ferme les yeux. La vie n’en est que plus belle.

Au creux de mes draps de soie trop douce pour mon corps si impure, je m’étirais. Mes yeux tournés vers la baie vitrée postée devant mon balcon. Me lever ? Pourquoi ? La nuit avait été longue, beaucoup trop longue pour moi. Combien d’heure étais-je capable de dormir par nuit ? Si peu. Trop peu. Mes yeux pouvaient se fermer mais mes pensées . . . Combien de temps étaient-elle capable de vagabonder ? De se perdre ailleurs ? C’était affolant. Et on m’empêche de bouger, m’empêcher de respirer. Et je tombe, incapable de me retenir à quoique ce soit. Aucun ange présent pour attraper ma main, pour me faire remonter à la surface et accéder à l’air. Ma vue se trouble. Ma vie m’échappe. Sueurs froides. Me redressant, je m’asseyais dans mon lit. Comme par automatisme, ma main passait dans mes cheveux, quelques rayons caressant mes paupières encore habituées à l’obscurité. L’après-midi était déjà entamée et pour ce soir, le bal du Hanami, les pas se pressaient dans les couloirs. Domestiques, soubrettes et servantes devaient être prête à tous les imprévus et surtout prête à faire des petits fours et autres plats régalant tout le monde. Peut être même prête à tenter de séduire un beau riche capable à tous les excès pour elle. Combien d’entre elles en rêvait ? Passer de l’autre côté, celui des riches. Le côté de ceux qui ordonnent et non celui de ceux qui obéissent. Je ne sais plus depuis combien de temps j’ordonnais mais je m’en foutais. Depuis combien de temps n’avais-je plus combattu ? Sentir les armes glisser entre mes doigts, se perdre entre mes mains moites et glisser le long du corps de mes ennemis. Comme jamais encore la sensation de cette force, celle d’être capable de prendre la vie à quelqu’un. Effrayant. Le bruit de la chaire qui se déchire ne m’était pas inconnu. Au contraire. Je fermais les yeux. Les ouvrait. M’asseyant enfin sur le bord du lit, je touchais le sol de mes pieds. Il fallait que je me reconnecte avec la réalité. Un plateau tombait au sol dans le couloir. J’entendais un cri. Des lamentations. Peur d’être en retard pour ce soir ? C’était improbable. Tout était planifié à la minute près. Absolument tout. Même l’arrivée de Kyoya. Et la mienne ? La mienne ne l’était pas. De toute manière j’allais m’éloigner de ce château. Je n’avais aucune envie d’y rester pour le bal. Je voulais échapper à la fièvre de la nuit, à la chaleur des femmes, à la montée de l’alcool et de l’argent. Tout était fait pour nous tourner la tête, pour nous attirer dans des plaisirs et des désirs dont la plupart allaient rougir le lendemain. C’était toujours ainsi. Une soirée et nuit folle. Une matinée de gène et de honte. Toujours. Et pourtant tout le monde adorait ça. Sentir l’adrénaline s’éprendre de nous, monter, nous perdre à un point qu’on ne maîtrise plus et finalement descendre pour se désintégrer, à notre grande déception.

Glace-moi encore, toujours, à jamais.

Enfilant un bas et un haut, je m’étais glissé à travers les couloirs pour échapper à cette trop grande démonstration de richesse que je haïssais profondément. Dehors l’air semblait plus doux. Le passage. Cela faisait longtemps que je n’y étais pas allé et le calme qui y régnait me faisait toujours un bien fou, alors pourquoi ne pas en profiter ? Mes yeux se posèrent automatiquement sur la grosse racine où j’aimais m’asseoir. Un sourire éphémère traversait mes lèvres. Je déboutonnais lentement ma chemise et laissais apparaître ma peau tellement pâle. Mes cheveux d’ébène rehaussant cette pâleur. Je descendais le long de la grosse racine pour aller dans l’eau tellement claire et tellement sombre à la fois. Simplement le temps de me mouiller, je me couchais déjà sur une grosse racine, laissant une de mes mains frôler l’eau. L’autre de mes mains cherchait dans ma poche une cigarette que j’allumais machinalement.

Le calme. Le silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Soirée éloignée . [ Libre : Attention, ceux qui étaient au bal ne peuvent pas être là]   Mer 17 Juin - 14:50

Moi aussi...moi aussi je fuyais ce bal, qui était tant convoité...où plaisirs et richesses se rejoignaient, où les rencontres se faisaient par centaines, où le luxe s'était installé.
Mais... ce n'était pas mon élément, je ne pouvais m'offrir de telles joies, je n'étais pas d'humeur. Après tout, pourquoi y aller ? Pour un moment si éphémère... un moment qui vous fais découvrir tous les plaisirs du monde en l'espace d'une soirée et puis le triste lendemain, tout est fini. Je n'ai que du dégout pour tout cela.

De toute façon ça faisait déjà un sacré bout de temps que je marchais dans la forêt, il n'étais certainement pas question que je fasse demi-tour... et puis ces ballades solitaires, je les apprécie, ce sont à chaque fois de petits moments sur lesquels je peux réfléchir, me remettre en question. Il me permettent de faire un genre de "bilan" sur ma vie actuel.

C'est vraiment agréable.

Et puis ça me permet de réfléchir... de réfléchir à comment... prendre place en tant que Capitaine. Ce grade que... je convoite tant... Ce grade qui m'obsède depuis trop longtemps.

Un jour j'y arriverais, ce jour là... Je changerais la destinée de notre royaume, celui pour lequel j'ai vendu mon corps et mon âme. Personne ne pourra s'y opposer, pour le bien de notre peuple...


Voila trois bonnes heures que je marchais sans m'interrompre, je parvenais enfin à voir le Pas-Sage, il était à une centaine de mètre tout juste, et d'ailleurs une personne s'y trouvait, qu'elle surprise ! D'habitude ce coin est si calme, sans présence. Sauf mère nature évidement.

EN me rapprochant d'avantage cette silhouette me rappelait quelqu'un... c'était un homme... et il me paraissait familier. L'aurais-je déjà vu ? Pour en avoir le cœur net je marchais toujours dans sa direction. il était jeune, au cheveux plutôt long, décontracté, il était allongé sur une grande racine puis à bonne distance je le reconnu.

Je sentais une tension naître en moi. Tout était clair dans ma tête. Il faisait parti de ceux qui ont eu le privilège de commander les hommes. Le capitaine. Je prenait mon souffle et me rapprocha encore. Je descendis sur les racines lentement jusqu'à ce qu'il puisse m'apercevoir, une fois agenouillé mon regard se figea sur cet homme, qui m'inspirait presque du dégout. Comment allait-il réagir ?



[HRP] Bon désolé mon post n'est pas super long et pas de super bonne qualité, je devrais m'améliorer avec le temps : /
Revenir en haut Aller en bas
Jun&Yui Itô Nishimura

avatar

Masculin
Nombre de messages : 54
Age : 25
PUF/pseudo : Jude

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Soirée éloignée . [ Libre : Attention, ceux qui étaient au bal ne peuvent pas être là]   Mer 17 Juin - 15:35

Laisse-moi aller ailleurs, laisse-moi t’emmener.

Portant la cigarette à mes lèvres, j’inhalais une longue gorgée de fumée. Je la recrachais doucement en savourant le moindre de ses goûts. Mes yeux se perdaient dans la voute céleste et je sentais le vent caresser mes cheveux d’ébène. Chacun de mes gestes était un peu plus difficile, j’aimais cette sensation d’être ailleurs en étant au même endroit. La sensation de ne pas habiter son propre corps. Les bruits de pas ne m’avaient pas échappé. J’attendais simplement qu’il s’approche. Cette respiration. Comment n’aurais-je pas pu le reconnaître ? Tout le monde savait qui il était. Cette soif d’être gradé était tellement évidente que plus personne ne se leurrait sur ses aspirations. Etre de ceux qui dirigent. Etre un peu plus près du pouvoir qu’on ne l’a jamais été. J’avais trop souvent senti ses regards envieux sur mon habit de capitaine lorsque je l’étais encore. Mais n’avais-je jamais profité de ce grade ? Je haïssais les militaires, je haïssais le principe de vouloir toujours prendre la place de l’autre. Il incarnait ce que je haïssais et pourtant, il m’amusait profondément. Faisait-il partie de ces soldats que j’avais formés avec quelques humiliations ? Après tout j’avais surtout été absolument froid et inaccessible. Tu as un problème ? Règle-le seul. Ne me demande pas de t’aider. Mes doigts glacés trempaient dans l’eau tiède. J’aimais cette sensation de solitude. Sauf que cette solitude venait de s’écrouler. Je me demandais comment avançait la soirée, là-bas, au palais. Leur mascarade de gestes et de courbettes se passait-elle bien ? Toujours bien. Même quand les choses ne vont pas, on joue l’hypocrite et tout va bien. N’est ce pas ? Parfaitement. Les gens se haïssent, s’aiment, s’embrassent, se disputent. Et tout ça, en une seule soirée. C’est normal. La richesse, c’est ça. Mentir. Veux-tu jouer avec eux ? Je soupirais doucement ne reportant la cigarette à mes lèvres. La fumée qui m’enveloppait me tenait une compagnie des plus agréables. Mais j’entendais les bruits de pas de plus en plus proches. Pourquoi venait-il ? Pourquoi ne rebroussait-il pas chemin ? Ou pourquoi ne partait-il pas plus loin, tout simplement ? Je sentais son regard pesant sur moi, et naturellement, j’ouvrais mes yeux vairons pour les plonger dans les siens. Son regard fixe semblait plein de . . . Dégoût ? Le pauvre, il était noyé dans sa rancune. La cigarette entre mes doigts prenait fin, je la laissais m’échapper et me redressais. L’ignorant, je prenais mon haut entre mes doigts et l’enfilais. Alors, mes yeux se reportaient sur lui. Que voulait-il ? Pourquoi ce regard fixe et plein d’animosité ? J’avais été capitaine, je ne l’étais plus, et je ne comptais plus le devenir. L’armée me dégoûtait. Ses principes me dégoûtaient. Tout en elle me dégoûtait. J’étais réellement la dernière personne qu’il avait à craindre. Mais, évidemment, j’étais une sorte de symbole. Je l’avais été, j’étais catalogué. Il me voyait ainsi.


« Shiin. »
Un sourire en coin se dessinait sur mes lèvres narquoises.

« Est-ce qu’un jour tu parviendras à commander quelqu’un d’autre que toi ? »
Souriais-je.


Mes yeux se posèrent encore sur lui. Je l’accueillais de la meilleure façon pour ne pas en rester à une simple discussion. Mais je n’étais plus du genre à me battre. Se battre ? Ce serait risquer de saigner. Et saigner ? Ce n’était vraiment pas une bonne idée, je crois, non, je suis sur. Mais je ne pouvais m’empêcher de le chercher. Sa soif de pouvoir le brûlait de l’intérieur. Cette envie d’être celui devant lequel on baisse la tête. Comment ne pas le narguer ? C’était impossible, pour moi en tout cas.


« J’en doute. Ou peut être, trouverras-tu, un jour, un animal pas trop honteux d’être sous tes ordres ? »
Ajoutais-je.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Soirée éloignée . [ Libre : Attention, ceux qui étaient au bal ne peuvent pas être là]   Mer 17 Juin - 16:17

Je restais sur ma position quand l'ancien capitaine de Stonefolm enfila son haut. Il me regardait, me dévisageait, j'avais la net impression qu'il me provoquait, qu'il me provoquait du regard. Mon corps brulait d'une envie, une envie que je ne pouvais canaliser que très peu de temps.

Il me dégoutait, pour moi c'était un raté... il n'avais jamais su assumer son grade. C'était l'un des ces militaires que j'appelle incompétent. Quand il détenait ce fameux grade, ce "haut pouvoir", je le méprisais, peut-être même le haïssait. Enfin, j'éprouvai un sentiment que nul autre ne pouvais ressentir. Pourquoi ? Était-ce de la jalousie ? Oui, certainement. J'ai toujours voulu être à sa place. Être un meneur, un homme respecté et craint de l'adversaire, un homme qui imposait le respect par sa simple présence. Je suis égoïste... Mais tel est mon ambition.

Puis il prononça mon nom d'un ton... amusé... provocateur. Mes yeux restaient figer sur son visage.Je me tut.

Il s'adressa de nouveau à moi, il me dis :
« Est-ce qu’un jour tu parviendras à commander quelqu’un d’autre que toi ? »

Un sourire se dessinait sur ses lèvres. Il me cherchais, s'en était sur. Il continuait de me regarder, je sentais une certaine tension monter en lui, il était à l'affut, tout comme moi. La haine me montait à la tête. Il se montrait arrogant. Il ajouta une phrase, qui me résonna durant plusieurs secondes dans le crâne, elle m'énervait...
Je ne savais quoi répondre, mais celle-ci en était de trop. Je le méprisai, pire, je le haïssait. J'étais sur le point de dégainé ma dague mais j'étais beaucoup trop fière pour m'attaquer à un homme sans arme. Je serrais mes poings, prêt à bondir sur lui, la rage au corps. Il m'humiliait. Il n'y avait aucun doute. Mais pouvais-je me permettre de m'attaquer à lui ? Était-il raisonnable de réagir ainsi ? Je savais que non, pourtant mon cœur le voulait. Je n'en pouvait plus, la limite était dépassée, il avait été trop loin.


J'avais la haine.

C'est alors que pris de colère je me suis mis à crier:


<< Tu crois peut-être m'arriver à la cheville Jun ?! Tu n'est qu'un raté !!! Je vais te faire payer ton insolence !!! >>


Il était trop tard...je ne pouvais plus faire autrement. Je lui bondit dessus les poings en avant tentant de lui atteindre le visage afin de lui claquer la tête sur la racine. Il était clair que mon coup visait à le blesser. S'en était pas autrement. Aurais-je le dessus sur lui ? Comment allait-il réagir ? Je n'en savais rien, sur le moment je laissais mon instinct me guider... cet instinct qui ma permis de devenir ce que j'étais... un super soldat en quelque sorte.

Ma fierté en avais pris un sacré coup...
Revenir en haut Aller en bas
Jun&Yui Itô Nishimura

avatar

Masculin
Nombre de messages : 54
Age : 25
PUF/pseudo : Jude

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Soirée éloignée . [ Libre : Attention, ceux qui étaient au bal ne peuvent pas être là]   Jeu 18 Juin - 18:17

Le vice des vertus.

Te faire payer ton insolence. Mes yeux se plantèrent dans les siens. C’était ça qu’il voulait ? Qu’on se batte ? Un soupire s’échappait de mes lèvres. La provocation, voilà ce qui le caractérisait. Il fallait toujours l’empêcher de se battre. Fierté. Orgueil. Ces sentiments étaient-ils ses seuls maîtres ? Je me redressais. Je n’avais pas envie de me battre, mais s’il le voulait, comment l’en empêcher ? Peut être qu’un bain dans l’eau qui se trouvait sous nos pieds le ferait réfléchir. Si j’avais été capitaine et qu’il ne l’avait jamais été, il y avait sûrement une raison, non ? Mes yeux ne se détachaient plus des siens, je n’allais pas prendre le couteau qui était attaché autours de mon mollet. Non. A mains nues, visiblement. Mes poings se serrèrent l’espace d’un instant. Je n’étais plus adepte des combats dont la violence était le seul but. Je devais lui faire passer un autre message que le mal. Comme j’en avais toujours pris l’habitude. Mais surtout, il ne devait pas saigner. Tu ne m’arrives pas à la cheville. Un sourire se dessinait sur mes lèvres instantanément. Il avait peut être raison. Non. Il avait sûrement raison. Mais bon. J’avais passé l’âge, moi A l’ instant où il se jetait sur moi, je me contentais de m’écarter. Le laissant se retrouver face au vide de ma personne. Mes yeux se tournèrent alors vers lui, et je le regardais. Qui de nous deux était le plus indomptable ? Lui ? Moi ? La rage était-elle la plus grande des forces ? Ma main se tendait vers la sienne. Je n’attendais pas sa réponse et prenais la sienne de force. La passant derrière son dos, je me mettais derrière lui sans pour autant le lâcher. C’était inoffensif. Je le savais. Il le savait. Immédiatement, je le lâchais. Mes yeux rencontrèrent à nouveau les siens. Le silence régnait, pourtant, tout était clair, beaucoup trop clair. Je lui reprochais d’aller trop vite, de se jeter sur l’ennemi sans aucune réflexion, et lui, il me reprochait mon ancien grade. Tu l’aurais voulu ? Je te l’aurais donné. Je hais l’armée et tout ce qui la constitue, alors si quelqu’un ne méritait pas d’être capitaine, c’était bien moi, je l’avoue. Sincèrement. Je restais face à lui, sans bouger. Que veux-tu ? Me tuer ? M’exterminer ? A quoi cela va-t-il t’avancer ? Tu n’en gagneras aucun mérite. Alors arrête. Il gaspillait toute son énergie pour rien, en était-il seulement conscient ? J’imagine que non, j’imagine. Je regardais autours de nous, sans pour autant baisser la garde. De toute façon, ce n’était pas l’endroit pour un combat, trop de créatures rodaient. Et les habitants de la forêt ne sont pas forcément les plus courtois, n’est ce pas ? Mes yeux se reposèrent sur lui, n’était-il encore qu’un enfant pour se perdre dans de pareilles querelles ? Je n’étais pas l’adversaire qu’il lui fallait. Je n’avais pas perdu ma rage, mon envie. Mais se battre pour l’armée ? Cela faisait bien longtemps que ce n’était plus combat. Je n’avais jamais considéré l’armée comme ma famille.


« Grandit Shiin. »
Soufflais-je simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Soirée éloignée . [ Libre : Attention, ceux qui étaient au bal ne peuvent pas être là]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Soirée éloignée . [ Libre : Attention, ceux qui étaient au bal ne peuvent pas être là]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une soirée à l'auberge (libre)
» Moment de détente. [ PV Kipina puis peut-être libre à ceux de la Terre ]
» Une soirée au grand air [libre justiciers ou criminels]
» Soirée Débridée [Libre]
» Je veux faire partie de l'histoire .... (Libre à ceux qui veulent débattre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eldenia Sekai ♔ :: Chemins et Nature :: Pas-Sage-
Sauter vers: