RPG ~ Manga Médiéval-Fantastique.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le retour... [PV Kyoya Matsuda]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le retour... [PV Kyoya Matsuda]   Lun 31 Aoû - 14:45

Le bleu du ciel devint plus profond. Il s’assombrit, virant au noir intense, et, bientôt, les premières étoiles se mirent à briller. La Lune était un croissant d’argent autour de laquelle dansaient ces pépites d’or. Le vent soufflait fort, chassant les nuages qui battirent bien vite en retraite. Malgré la saison, l’air était glacial. Les derniers passants rentrèrent chez eux et les dernières lumières s’éteignirent. C’est dans ces soirs ténébreux que sortent les prédateurs de la forêt. En ville, c’est pareil. Les voleurs et assassins sortent de l’ombre et cherchent leurs proies. De temps en temps, les pavés sont peints en rouges. De temps en temps aussi, l’armée de Stonefolm fait son travail et défend la justice. Mais c’est bien plus rare…

Enveloppé de brume et surplombant des falaises abruptes, le château écrasait presque la ville qui l’entourait de son ombre. La bâtiment massif aux tours menaçantes ignorait complètement le monde, semblait défiait l’océan avec ardeur. Mais il n’était pas comme avant. Il était vide. Pourtant, une seule personne manquait à l’appel, mais cette personne… Etait le Roi.

En ses temps troublés, c’était seul lieu qui paraissait « sûr » pour Kyohei. Non qu’il avait peur de quoi que se soit mais… C’était juste une question de précautions. Même s’il n’était vraiment en sécurité nulle part. De plus, cela le forçait à n’utiliser ni ses ailes ni son feu, qui pourraient dévoiler sa véritable identité si quelqu’un le voyait s’en servir… Et au château on ne pouvait prévoir si quelqu’un allait tourner le coin de couloir dans les secondes qui suivaient. Idéal ? Peut-être. Le garçon errait alors sans but dans le labyrinthe de salles, longeant les murs de pierres froides et richement décorés, l’esprit ailleurs. La situation du Royaume accaparait ses pensés. Il préférait d’habitude se tenir à l’écart, dans l’ombre de l’histoire et de la guerre, mais l’absence de son père le poussait à réfléchir à la suite des évènements. Sa disparition soudaine ne le dérangeait pas plus que cela : les manières de Kyoya l’énervait au plus haut point. Mais c’était tout de même le roi et lui… Son fils… L’héritié caché.

Kyohei secoua la tête, chassant sa perturbation. Il avait rarement rencontré cette sensation de maladresse, étant, à part à cette instant, toujours très sûr de lui. C’était désagréable… Il inspira à fond l’air frais de la nuit pas la fenêtre de sa chambre. Assis sur son lit, il tâcha de se concentrer sur autre chose que l’avenir pour retrouver le calme qui lui permettrait de s’endormir. Mais il en fut incapable. Tant de zones d’ombres l’empêchaient de faire taire ses pensées tourmentées. Le prince se releva alors et sortit en douce par l’ouverture. En lui brûlait la flamme de son pouvoir, vive et sauvage. Cela faisait des mois qu’il ne l’avait plus vraiment utilisé. Cela lui donnait l’impression de ne plus être… entier.

Deux ailes noires jaillir dans son dos et il bondit dans l’obscurité. Le vent glacial gifla son visage pâle. Il se fondit sur le fond du ciel et fila vers les hauteurs du château, invisible. Il atteint bien vite la plus haut tour, élancée, avec ses pierres d’un gris terne. Elle le toisa un instant, mais fut bientôt en dessous de lui. Il atterrit avec légèreté à son sommet dans un tourbillon de plumes et ses ailes disparurent. Kyohei fixa droit devant lui sans voir, ses yeux flamboyants à demi cachés par ses mèches de feu. La lune, haute et fière dans son halo d’argent, lui rendit son regard impassible.

Mais alors qu’il retournait à sa sérénité, un grincement attira son attention. Il baissa la tête. Une fenêtre entrebâillait s’agitait avec le vent. Un sourire morne s’afficha sur son visage et il entreprit de descendre vers elle en escaladant. Il se glissa à l’intérieur sans bruit et regarda autour de lui, curieux et fébrile. L’excitation réveillait sa flamme intérieure qui était depuis si longtemps endormie. Ce qu’il faisait était interdit, bien sûr. Un acte grave. Mais la curiosité était trop forte, et puis… Qui le trouverait, fouinant cette pièce ? Qui d’autre pourrait avoir le courage de rentrer dans le bureau du Roi ?...
Revenir en haut Aller en bas
Kyoya Matsuda

avatar

Masculin
Nombre de messages : 238
Age : 25

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Le retour... [PV Kyoya Matsuda]   Lun 31 Aoû - 17:26

C’était décidé, il allait rentrer, enfin revenir … Reprendre les rênes et faire le ménage. Bien sur il avait laissé des instructions pendant son absence mais il savait parfaitement qu’on n’est jamais mieux servis que par soi- même. Il s’attendait à retrouver un certain bordel que ça soit au niveau politique quoi que Kaito généré ça plutôt bien en général ou au niveau de l’armée, avec le capitaine absent, enfin il était temps de remettre de l’ordre dans tout ça.
Depuis l’aube on pouvait lire dans le regard du monarque une certaine détermination, toujours extrêmement silencieux il déambulait dans les couloirs de son lieu de repos. Rien n’avait changé chez lui, toujours aussi charismatique et imposant, son regard était juste plus neutre, la haine moins présente mais la fierté siégeait toujours. Pendant son absence il réussit à mettre de côté, les gamineries de ses enfants, de sa nièce qui d’ailleurs était toujours à Pallengad et se permit même d’oublier Asa. Néanmoins un seul tableau l’avait ramené à la réalité, cette toile blanche ensanglanté par son propre sang. Sur ce tissu aurait du figurer un visage qui demandait vengeance, un sourire délicat qui jadis lui appartenait entièrement, cette après-midi là, il avait ressenti au fond de lui une douleur qu’il essayait depuis plus de dix ans à oublier. Elle était si belle, ses longs cheveux d’ébènes au parfum de lavande, odeur de la compagne, son odeur non il ne l’avait jamais oublié et il ne l’oublierait jamais.
Elle était comme moi, une moi au féminin, possible ? Ou impossible ? Il n’avait jamais trouvé la femme qui serait capable de le retenir, un caractère fort qui saurait le rendre fidèle et sage, elle n’avait jamais trouvé l’homme capable de la retenir à aller dans les bras d’un autre. L’un complété si bien l’autre, cette nuit, la suivante et encore temps d’autre, tellement de moment unique, enfin il avait su ce que c’était l’amour, elle, elle n’était pas qu’une simple proie, n’avait vous donc jamais jouer ? Moi je dis que je l’aurais … Non c’est moi, il avait alors seize, dix-sept ans, jouer avec ses petites nobles au cœur si simple à avoir un jeu plus qu’amusant. Et depuis les femmes, il ne les comptait plus, un chasseur, avec chaque soir une nouvelle proie … Et plus c’était dure de l’avoir plus il prenait plaisir à la séduire, mais elle, c’est lui qui fut séduit, un jeu mutuel mais si bien connu. Il ne lui fallu pas beaucoup, lui qui préférait traquer qu’être traquer mais là la traque était simultanée, elle le voulait mais lui aussi.
La nouvelle du retour de l’ange noir se fit rapidement entendre et en fin d’après-midi une troupe d’homme armée mirent pied à terre face au petit palais. Ce n’était autre que des conseillers, hommes d’armes ou politique plutôt proche de l’altesse. Suite à une ou deux heures à faire le bilan de la situation, le roi se leva de son fauteuil.

« Très bien, à cheval messieurs … ! »

Un certain sourire malicieux se dessina sur le visage du maitre des lieux, dévalant les marches en marbre, puis en pierre suivis de très prés par ses hommes, tous mirent pied à l’étrier direction le siège de Stonefolm, le grand palais imposant dominant sur les falaises. Galopant pendant prés de vingt minutes, Kyoya enfila à nouveau son masque, un regard mesquin ô oui, il avait hâte de retrouver ses petites affaires, jouer avec Pallengad était un jeu bien plaisant, trop plaisant même.
Une trentaine de chevaux déboulèrent dans le courre du château, en sueur, transpirant de l’encolure, les écuyers se précipitèrent pour venir tenir les montures à leur bridons tendit que les cavaliers étaient déjà tous à terre et l’ange en premier. Il ouvrait la marche, un cortège imposant et sévère, droit et fier il regardait devant lui, ignorant les personnes qui s’inclinaient devant son passage.
La nuit avait englobé le palais depuis plusieurs minutes, les bougies s’allumaient et l’agitation était à son comble. Le seigneur n’avait pas vraiment le temps de rêver et de perdre son temps à saluer des nobles, toujours accompagné il monta les marches de la tour pour rejoindre son antre, autrement dit son bureau. Deux imbéciles de gardes ouvrirent les deux grandes portes en bois massif. Le père qu’il était ne reconnu pas immédiatement son fils, rentrant dans un broua de discutions suivis d’une dizaine de personne, il leva son bras et ses hommes se stoppèrent net. Tous fixèrent le prince caché sans exception.

« Nous poursuivrons plus tard … »

Le monarque ne bougea pas, il abaissa juste son bras, son regard autoritaire toujours posé sur son enfant. Dans son dos les hommes d’armes s’inclinèrent avant de prendre congé. Les deux grandes portes se fermèrent et deux grands loups aussi sombres l’un que l’autres s’avancèrent. L’un d’eux était Io bien connue du jeune homme mais l’autre non … Kyoya s’avança en silence jusqu’à Kyohei qu’il comme d’habitude embrassa sur le front avant de rejoindre son bureau.

« Tu sais très bien que tu n’as rien à faire ici Kyohei … ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le retour... [PV Kyoya Matsuda]   Lun 31 Aoû - 19:19

Le sang de Kyohei se glaça dans ses veines. Tout son corps se paralysa. A un bruit, un seul. Un bruit de pas montant les escaliers. Accompagné de bien d’autres. Mais seul celui-ci attira son attention. C’est quand il comprit qui montait ainsi les marches qu’il se figea brusquement. Il y reconnut son père qui rentrait. Le Roi qui revenait à son bureau… Où il se trouvait, lui. Et où il ne devait pas se trouver. Fébrile, le jeune homme chercha une échappatoire. La fenêtre bien sur… Il lui suffisait de bondir et de s’envoler dans la nuit, à nouveau… Mais il ne se faisait aucune illusion. Io, le loup de Kyoya, sentirait sa trace. Son père saurait, tôt ou tard. Et s’ils rentraient avant qu’il ait eu le temps de disparaître, s’ils voyaient ses ailes… Le prince resta donc, immobile, dans le recoin de la pièce. Le battant de la fenêtre claquait derrière lui. La porte s’ouvrit. Il frissonna et releva la tête. Son regard de feu croisa des iris d’un bleu glacé.

Les autres personnes présentent cachèrent leur surprise. L’instant qui suivit lui paru durer une éternité. Mais finalement, au fond, il s’en fichait. Son corps se détendit. Une étincelle de défit brilla même dans ses yeux, mais il prit soin de la cacher aux autres, pour n’éveiller aucun soupçon… Et éviter de se retrouver une lame menaçante sous la gorge. C’est que s’il osait porter affront au Roi en face d’eux, il risquait de finir au cachot, mort directement… Ou pire. Oh, il pouvait bien sûr se défendre et tous les tuer mais cela ferait louche et si l’un d’eux s’enfuyait après avoir vu son pouvoir… Mais ils s’en allèrent, impassibles, à la demande du Roi.

C’est à cet instant qu’il se rendit compte à quel point son rôle dans tout cela lui pesait. Le Prince Héritier… Caché. Ce mot lui était à la fois doux et âcre. Son identité, il voulait la garder secrète. Cela lui évitait bien des désagréments, et peut-être qu’il risquait moins d’être assassiné pour une quelconque raison… Cependant, en refusant de la dévoiler, il s’amputait d’une partie de lui-même : ses ailes. Son feu. Et son phoenix… Son envie de voler, son ivresse d’espace ne pouvait pas être assouvie. A part la nuit, dans le dos de tout le monde. Caché. Et rejoindre le soleil lui manquait. Le feu de l’astre du jour était celui qui lui avait toujours donné son énergie, sa force. Son bonheur. Il était aussi la source de ses flammes, à lui. Mais, privées ainsi… Elles n’étaient plus que flammèches vacillantes. Si seulement il pouvait les faire sortir, user de son feu à nouveau… Mais non, il ne pouvait pas. Il les tenait endormies, pour ne pas se dénoncer. Cachées.

Rien de tout cela, qui avait tournoyé un instant dans ses pensée, tel un coup de vent furieux, ne put se lire sur son visage. Il resta impassible, faisant face à son père. Celui-ci n’avait pas l’air fâché, à son plus grand soulagement. Il n’y avait rien de pire que ses colères soudaines. Quand elles lui prenaient, Kyohei se tenait encore plus à l’écart que d’habitude, prudent. Mais là, le Roi se contenta de s’approcher, majestueux, et de l’embrasser sur le front. Un geste simple, familier. Presque tendre. C’était assez troublant, au fond. Le prince se demanda une seconde si son trouble était normal, dû au fait que son père soit Roi, qu’il se soit absenté si longtemps et que tout reprenne son cours normal si facilement, ou autre. Oh, mais à quoi bon se poser tant de questions : il était là ! Devant lui ! Avec Io, qu’il caressa d’une main distraite et…

…Un autre loup. Sa main se crispa dans la fourrure rêche et sombre de Io. Un autre…
Kyohei fronça un instant les sourcils, étonné, mais se dit que son père lui expliquerait sûrement tout. Par exemple pourquoi il était parti, où il était passé tout ce temps… Et bien sûr qui était son nouveau compagnon. Il se contenta de s’incliner élégamment, autant devant son père que devant les deux animaux. Quelle chance il avait de pouvoir se promener avec eux librement ! Lui ne voyait Zeed plus que très rarement, étant donné qu’il restait au château. Pourquoi était-il revenu d’ailleurs ? C’est en voyant son père et ses loups qu’il se sentit nostalgique à nouveau de ses jours libre, là dehors… Avec Zeed. Sa liberté lui manquait. La liberté de voyager, de dire ce qu’il voulait, et surtout d’utiliser ses pouvoirs et de voir son phoenix. Pour ses ailes, c’était évidemment une autre histoire.

- Je suis heureux de te voir de retour!

Ses paroles étaient sincères mais tintés d’une pointe de curiosité. Son regard était attiré par le loup inconnu comme un aimant, mais il retint une fois de plus un flot de questions. Il oublia aussi de justifier le fait qu’il soit dans cet endroit qui lui était interdit mais après tout, qu’importe : c’était à Kyoya de se justifier !
Revenir en haut Aller en bas
Kyoya Matsuda

avatar

Masculin
Nombre de messages : 238
Age : 25

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Le retour... [PV Kyoya Matsuda]   Lun 31 Aoû - 23:48

En digne observateur, l’ange noir remarqua qu’on avait prit soin de son bureau, comme s’il venait y travailler tous les jours, pas un grain de poussières, des dossiers bien rangés et surtout ordonné, les livres de la bibliothèque les cartes de table en face tout avait était minutieusement ranger. Enfin un détail parmi temps d’autre après tout. Kyoya posa son regard de glace sur son fils qui était comme bien souvent entrain d’offrir au loup sombre des caresses. Il y a quelques années, le souverain confiait souvent son enfant au chien sauvage, celui-ci c’était toujours merveilleusement bien occupé de lui, pourtant aujourd’hui tout était différent. Le souverain n’était pas rentré avec un seul animal mais deux, ayant la capacité à parler à cette espèce, il n’eut aucun mal à communiquer d’où la décision du loup d’accompagner Io et son maitre.
S’adossant contre son fauteuil de velours, il ne cessait d’observer ce prince. Apparemment il n’était pas courant de ce qui avait bouleversé le château il y a deux mois.

« Etant donné que je vais mieux, il n’y avait plus de raison pour que je reste dans l’autre palais plus longtemps. »

Certes l’ange noir s’était volatilisé aux yeux du peuple et d’un grand morceau du palais, mais il y avait bien des hommes qui savaient où nichait le seigneur, bien sur il était totalement irresponsable de partir sans prévenir surtout pour un roi ayant des terres en guerre. D’ailleurs parlant de la guerre, il avait appris le retour de sa cher et tendre nièce, depuis plusieurs soirs elle dormait à nouveau à Stonefolm, voilà une bonne nouvelle.
Les bras sur les deux accoudoirs de son siège imposant, il se tenait droit toujours son regard sur le jeune homme, bien sur on n’y lissait aucune haine ou colère envers lui, avec un peu d’attention on peut presque y voir un soupçon de douceur.

« Bon sang Kyohei où étais-tu il y a deux mois ? J’aurais pu y rester avec cette fichu blessure … »

Le monarque se leva, les mains dans son dos il s’approcha de la grande baie vitré qui donnait sur les falaises et sur la mer agité par le vent. Il parlait avec une voie calme et sur de lui, il ne lui reprochait pas son absence non, il voulait juste comprendre et lui mettre la réalité devant les yeux. Et si jamais ces deux coups d’épées l’avaient emporté ?

« Demain tu viendras avec moi … Il est temps comme je l’ai fait avec ta sœur que vous viviez au grand jour. Surtout après ce qui c’est passé. Dés demain tu viendras l’héritier légitime de Stonefolm Kyohei … »

Kyoya fixait la houle de la mer, il était temps maintenant … Hana et Asa avaient été toutes les deux présentés le soir du Hanami, vu que Kyohei n’était pas là, le message qu’un prince héritier avait également été communiqué mais sa véritable identité toujours voilà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le retour... [PV Kyoya Matsuda]   Mar 1 Sep - 12:04

Kyohei observait le manège de son père d’un œil discret. Ses doigts allaient et venaient toujours le long de l’échine de Io, fourrageant sa fourrure sombre et chaude. Il sentait sous sa paume cette respiration lente et régulière qui avait bercé son enfance. Le loup avait si souvent été à ses côtés, prenant soin de lui. Plus qu’un proche ami, c’était un membre de la famille à part entière. Un deuxième père ? Peut-être. Le prince appréciait énormément la présence du sauvage animal, son regard clair et impassible qui parcourait le monde comme s’il savait, comme s’il comprenait… C’était d’ailleurs sûrement le cas. Mais cet autre membre de sa race, aux côtés du roi, c’était un inconnu. Il ne savait ni son nom, ni ses origines. Et encore moins ses intentions… Mais il ne devait pas être source d’inquiétude : c’était le nouveau compagnon de Kyoya, et s’il lui faisait confiance, alors Kyohei lui ferait aussi… Sans doute, après un peu de temps.

Le roi s’était assis sur son fauteuil massif et le regardait avec ce regard de glace qui ne se laissait jamais lire. Pourtant, en le détaillant, le prince crut y déchiffrer un peu de… douceur ? Il parla de ce pourquoi il était revenu. Apparemment, il avait été blessé, peut-être gravement. Kyohei avait entendu des paroles basses, des chuchotements dans les angles des couloirs… Des rumeurs disant que le roi était parti car blessé, souffrant. Il n’y avait alors porté qu’une oreille distraite, ne voulant croire à ses vagues de ‘on dit que‘ mais il le savait aujourd’hui : ce que l’on disait était vrai. Kyoya s’était réfugié dans un autre château pour se remettre de ses plaies. Pendant deux mois.

Le prince cessa de caresser Io quand son père se releva pour faire face à la mer. Où étais-tu il y a deux mois, lui ? C’était évident. Il y a deux mois, il profitait de son incognito, voyageant comme il le sentait dans le royaume et plus loin encore, dans les territoires neutres. Bien sûr, il n’était pas aller au-delà, cela lui était interdit… Et trop dangereux. Et oui, il y a deux mois encore, il partageait avec Zeed son air, son espace… Et ses derniers jours de liberté. Car il le pressentait depuis un moment déjà, et plus encore maintenant : l’heure était proche. Tout allait basculer. C’est pour cela qu’il était rentré… Et, apprenant l’absence du roi, la panique l’avait pris : arrivait-il trop tard ? Mais non, et c’est parce qu’il s’était résigné à attendre avec l’espoir qui lui restait.

Pourtant, une pensée théorique est bien différente d’un acte pratique. Une pensée est frivole, innocente, éphémère. Mais un acte réel est lourd de sens. Et quand Kyoya le dit à voit haute, son fils lui en voulut presque d’avoir un ton si calme. Son identité allait être dévoilée au monde entier.
Et ça, ça allait tout changer.
Et Kyohei ? Le voulait-il vraiment ? Si non, pourquoi était-il revenu ? Il ne s’était pas caché, n’avait pas fuit. Etait-ce par fierté, par réel désir de pouvoir ? Non, au fond, il le faisait pour son père. Bon ou mauvais, le lendemain, il enlèverait son masque devant le peuple du Royaume de Stonefolm. Et personne ne pourrait douter alors qu’il était l’Héritier.

Kyohei était la plupart du temps impassible, plutôt sombre, et dans l’ombre. Inconnu. Mais la seule pensée qu’il puisse être mis à la lumière si brusquement peint un effroi non feint sur son visage. Il s’y était préparé, se disant qu’après tout il le faudrait bien un jour, qu’il pourrait alors user de son pouvoir à volonté, voler où et quand cela lui chantait… Hélas. Si cela ressemblait à une forme de liberté elle était bien loin de celle qu’il avait connu en étant anonyme. Il se félicitait d’avoir savouré ce bonheur perdu à jamais tout en espérant rencontrer d’autres sources de joie dans sa vie… En existait-il d’aussi intenses, cependant ? Il en doutait fortement. Et une autre chose le préoccupait. Le regard des autres. De simple noble il passerait à prince héritier. Allait-on l’acclamer… Ou hurler à la trahison ? Être accepté. De tout temps une préoccupation principale de l’être humain. Non qu’il tenait à se faire des amis mais… A vivre, oui, il y tenait.

Le garçon chassa cet entremêlement de pensées d’un mouvement brusque de tête. Il se confectionna un nouveau masque d’impassibilité farouche et acquiesça :

- Il y a deux mois je me préparais à ce jour. Et maintenant je suis prêt.

N’attendant aucune réaction de la part de Kyoya, il se détourna de lui et alla s’asseoir sur un meuble bas. Ce n’était pas très digne de son rang mais après tout, il n’était pas encore officiellement prince alors… Demain. Dans quelques heures, puisque la nuit était déjà bien avancée. Un tournant décisif dans sa vie. Devait-il en être heureux ou apeuré, il n’en savait trop rien. Ce qu’il savait c’est que c’était inévitable. Il ouvrit sa main devant lui et fil faillir une flamme dans son creux. La pièce s’illumina un instant de cette lueur orangée et vacillante, puis replongea dans le noir. Il avait fermé sa main. Il le fit encore plusieurs fois, son regard fixe sur cette flammèche qui apparaissait et disparaissait à sa guise. Puis Kyohei demanda finalement :

- Comment ça va se passer ?

C’était bien sûr de détails pratiques qu’il parlait, quelle heure, quel endroit, mais en vrai tout ce qu’il voulait c’est qu’on lui réponde naïvement que « Bien,… Cela se passera bien. ».
Revenir en haut Aller en bas
Kyoya Matsuda

avatar

Masculin
Nombre de messages : 238
Age : 25

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Le retour... [PV Kyoya Matsuda]   Mer 2 Sep - 15:04

Le regard serein du roi était plongé dans la houle déchainée de la mer. Douce et dangereuse vision, combien de fois avait-il puisé sa colère dans cette eau folle ? Combien d’heure avait-il passé face à cette grand vitre, tournant le dos à quiconque entrait dans son bureau ? Chaque grand maitre à une source d’inspiration, lui trouvait ses stratèges, ses plans de batails dans ce tableau de noirceur.
Aujourd’hui il était temps, oui l’heure était venue pour cet enfant de grandir dignement et d’assumer qui il est vraiment, son père avait pleinement conscience qu’à partir de maintenant une grand charge allait peser sur lui, il savait et s’en rendait compte pour l’avoir lui-même subit. De plus l’identité de Kyohei avait été caché pendant 18 ans passer du statue de simple noble à celui d’héritier ne sera pas une place facile. Kyoya se posait néanmoins une question, devait-il marier son fils ? Le monarque n’aimait pas vraiment les mariages arrangés, jeune il s’était battu pour se débarrasser de sa promise qu’il voulait remplacer par la mère de son unique enfant. Un plan, un destin, réduit à néant grâce à qui ? A cette vermine de Pallengad, l’ange n’avait pas encore eut sa vengeance du moins pas complète, ô Kenji un jour je te volerais ta femme à mon tour …

« Prêt ? Si tu le dis … »

Il ne pouvait s’empêcher de sourire, lui aussi avait dit ça un jour à son propre père alors que c’était qu’un pur mensonge. Toujours dos à lui, il sentit la présence d’Io qui venait de s’allonge contre la grande vitre transparente.

« Ne t’inquiète pas Kyohei tout se passera bien et tu ne seras pas tout seul, je serais là ! »

Oui mon enfant comparé à ce qui t’attendra dans l’avenir cette vulgaire annonce ne sera qu’une formalité. Le premier jour où lui avait mit son nez dans les affaires politiques, il en avait été franchement surprit, par la complexité de la guerre à l’époque et entre mission d’espionnage, de reconnaissance, batails et tête mise à prix il y avait de quoi s’emmêler les pinceaux. Une chose qu’il avait toujours regretté, l’absence de son géniteur dans certains moment et il s’était juré de ne jamais laissé son propre fils à une telle absence. Il ne voulait pas qu’il fasse les mêmes erreurs que lui.

« Tu vas devoir apprendre beaucoup et vite, les gens vont te mettre sur un pied destalle très rapidement, tu comprendras vite que la plus part d’entre eux ne sont que des lèches bottes. Pour les hommes de la courre tu seras l’homme à connaitre et à inviter à des réceptions et pour les femmes le mari idéale. Forge toi rapidement un masque, ne fais confiance à personne hormis ceux que tu juge digne de l’être, ne te confie non plus à personne. Tu dois apprendre à prendre énormément sur toi. Après ça tu seras quelqu’un de connue et apprécié de tous, je te laisserais deux jours de liberté encore, vois ça comme des vacances … Après ça, tu rentreras dans le gouvernement du royaume ! »

A ce moment le seigneur se retourna et s’approcha du jeune homme, posant un regard tendre et affectif sur lui. Loin de là son intention de l’effrayer mais autant mettre les choses aux claires directement. Inutile de lui voiler la face, être roi est peut être un bon rôle mais qui a dit que l’être était simple ? Kyoya posa alors sa main sur l’épaule de son enfant.

« Je sais que ça fait beaucoup d’un coup, mais je ne tiens pas à te mentir ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le retour... [PV Kyoya Matsuda]   Mer 2 Sep - 18:39

Kyohei sentait en son père des souvenirs profonds remonter. Il ne pouvait le lire dans son regard car celui-ci regardait l'océan furieux, à ses pieds. Il le devinait à l'atmosphère de nostalgie particulière qui planait en silence dans la pièce. Le prince lui-même aimait se perdre dans ses pensées avec les yeux posés sur cette surface étincelantes qui s'étendaient à l'infini sur l'horizon. Les vagues se fracassaient sur les rochers des falaises écorchées dans un bruit de tonnerre. Les terres de Stonefolm n'étaient pas des plus accueillantes... Surtout pour lui, qui, maîtrisant le feu, détestait la pluie. De tout temps, l'eau, quand il ne la touchait pas par envie, l'avait repoussé. C'était la seule faiblesse de son pouvoir et il ne le supportait pas. Heureusement, il avait appris à utiliser le feu même dans le plus épais brouillard, mais cela demandait concentration et énergie. Le seul autre vivant qu'il savait haïr l'eau du ciel autant que lui était Zeed. Même les chats seraient plus enclin à prendre la pluie qu'eux deux. Et pourtant il vivait dans cette région pluvieuse et humide jusque dans les chambres du château, si proche de cette immensité bleue-grise. C'était peut-être là aussi une des raison pour lesquels il n'aimait pas rester enfermer trop longtemps dans ce bâtiment.

Le roi le rassura pour le lendemain. Son fils ne pouvait vraiment savoir ce qu'il tramait... Sonder l'esprit de Kyoya était mission impossible, il s'en était rendu compte très tôt pour avoir essayé - et échoué - à maintes reprises. Il avait alors appris par se forger une opinion par lui même où à déchiffrer, quand cela était possible, son... Aura. Le plus facile était quand il était en colère, Kyohei le sentait venir à des kilomètres. Mais le plus souvent, les réflexions du roi étaient trop subtiles pour être visibles... Et après la furtive vision d'un sentiment de nostalgie, ce fut de nouveau le cas. De nouveau aveugle aux pensées de son père, il avait laissé Io rejoindre celui-ci pour s'allonger contre une grande fenêtre. S'en suivit un discours qui ne plut pas tellement à Kyohei sur la suite des évènements. C'était bien ce qu'il redoutait... Sa place sociale le mettrait à l'épreuve à nouveau...

Lorsque Kyoya se retourna pour poser sur lui un regard paternel, il se dit qu'après tout, il ne pouvait rien faire pour y échapper. Et s'il devait le faire, ce serait la tête haute. Il avait sa fierté et tenait à ce que le roi le reconnaisse. Digne. Voilà ce qu'il serait. Une volonté nouvelle naquit en lui avec cette pensée. Il eut un exquis sentiment de sureté et de confiance en lui. Rien, rien ne se mettrait entre lui et le trône. Mais avant tout, car ce n'était pas le pouvoir qu'il visait ainsi, rien ne le rabaisserait sous les yeux de son père. Il montrerait à lui et au monde entier qu'il avait sa place dans ce château, qu'il méritait son titre d'Héritier de Stonefolm. La main ferme sur son épaule ne faisait que raffermir son l'objectif qu'il s'était fixer. Être reconnu comme ce qu'il était.

Et puis Kyoya lui avait promis des vacances! Mais de rentrer au gouvernement, évidement... Hélas. La part sombre de son statu. Malgré cela, il accepterait cette situation, il accepterait tout. Il encaisserait ce qu'on lui lancerait comme railleries, il passerait les obstacle que le destin dresserait devant lui. Sa décision était prise. Même si au fond il n'avait pas vraiment le choix... Et puis il avait son père à ses côtés. Il était franc et exercé. Non, il n'était pas seul.
« Je sais que ça fait beaucoup d’un coup,... »
Kyohei eut un sourire narquois. Il ne lui faisait pas dire...
- Je sais. Mais je n'ai pas vraiment le choix n'est-ce pas?

Le temps passait vite, plus vite qu'il ne l'aurait voulu. Au loin, on sonna trois coups de cloches qui résonnèrent dans la nuit. L'effet de ce bruit sourd se mêlant aux hurlement des bourrasques de vent et au crachas de l'eau donnait un effet chaotique. Le prince grimaça en songeant que dans quelques heures son destin serait scellé mais il refusait de faire un pas en arrière. Trop tard. Il soupira un bon coup pour chasser le nœud de sa gorge et fit face à son père avec un regard déterminé.
- Je pense que je vais aller me reposer, avant.
Le garçon repensa une seconde à comment il avait pénétré la pièce et se dit qu'il devrait sortir cette fois par la porte, sinon cela ferait louche pour ceux qui l'avaient vu à l'intérieur... Son regard croisa soudain celui du loup inconnu et il recula par réflexe. Cette bête avait l'air plus sauvage que Io, il aurait peut-être plus de mal à lui faire une confiance totale. Kyohei se tourna vers son père, les sourcils froncés:
- Ah au faite, à qui ai-je l'honneur?
Revenir en haut Aller en bas
Kyoya Matsuda

avatar

Masculin
Nombre de messages : 238
Age : 25

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Le retour... [PV Kyoya Matsuda]   Mer 2 Sep - 21:09

Kyoya attendait beaucoup de son fils, depuis longtemps il voyait l’échec de son rival avec son propre héritier il n’était pas question qu’il en soit ainsi pour lui. La pression ? Oui il lui mettra la pression, il devait avoir de l’ambition et voir loin, il devait être déterminé et qu’importe ses fautes il devait toujours sortir de la salle tête haute. Oui mon fils il est temps de prendre ta vie en main et même si tout ne sera pas rose, un jour tu me remercieras tout comme moi je remercie la fermeté qu’avait mon propre père à mon égard. Le roi savait depuis longtemps qu’il n’arriverait jamais lui à renverser Pallengad mais son héritier, lui, le pourra. Son adversaire n’est qu’un faible, la honte entière d’un royaume qui ne sait même pas tenir une arme et le jour où il montera sur le trône, la balance tombera pour qu’enfin Stonefolm règne en maitre sur les terres d’Eldenia. Le monarque avait face à lui un ennemi à sa hauteur, un égale presque, un homme qui était son contraire mais qui est à son image devant ses troupes. Combien de fois s’étaient-ils battus ? Des duels inutiles car la technique de l’un égalait celle de l’autre, hormis ce fameux jour … ô oui sur ce champ de batail, encerclé par des soldats Kyoya avait enfin réussit à toucher le roi en face de lui, et de sa lame tranchante lui couper les ailes. La victoire revenait au seigneur noir bien sur, mais ce n’est pas avec une batail que l’on gagne la guerre…

« Non mon fils tu n’as pas le choix … »

Le père regardait toujours le fils et dans son regard de feu comprit que naissait tout doucement une certaine détermination chez son enfant, une grande fierté celle qu’on lisait sur le visage de chaque membre de la famille, homme ou femme qu’importe.

« Oui, vas te reposer … »

Sur ces paroles, le maitre des lieux s’assit derrière son bureau oubliant le tableau de la mer déchainée, de cette eau qui venait se fracasser contre les rochers sous le vent violent, une douce valse pour le seigneur, une danse qui avait réussit à calmer ses plus grandes colères par le passé. Le roi n’allait certainement pas dormir cette nuit ou que très peu, du travail l’attendait. Plongeant son regard de glace sur un document en s’adossant contre le dossier de velours, le timbre de voix de Kyohei retentit à nouveau. Ses iris quittèrent le parchemin.

« Ah … Kansei … Je t’expliquerais tout plus tard, vas dormir maintenant … »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le retour... [PV Kyoya Matsuda]   Mer 2 Sep - 22:29

[ - ELIPSE - ]

Kansei… Tel était le nom de ce nouveau loup… De ce nouveau compagnon de Kyoya… Mais pour toujours, ce nom retentirait pour Kyohei comme le nom marquant début de sa nouvelle vie.

Le château était plongé dans le noir. Le brouillard intense l’entourant le rendait totalement invisible aux yeux des voyageurs. Du sol, on ne voyait le ciel. Seul une lueur plus claire, une auréole d’argent, laissait deviner la lune. Celle-ci se cachait timidement derrière le drap de gouttelettes flottantes. Kyohei fixait cette suspension humide par la fenêtre, l’air morne. Impossible de trouver le sommeil. Il n’arrivait pas à faire taire son angoisse et toute les questions qui allaient avec, tournantes et tournoyantes dans son esprit embué. Tout à coup, au loin retentit un son de cloches. Il retint son souffle. Deux coups. Trois coups. Quatre coups… Cinq coups. Et un silence pesant s’en suivant. Déjà ? Son cœur s’emballa quelques secondes, tout son corps pétrifié. Bientôt… Bientôt… Le garçon se retourna dans son lit, serrant son coussin dans ses bras.

Jamais de sa vie il n’avait été aussi perturbé. Il était en générale très calme et savait facilement contrôler ses émotions. Mais là, c’était une autre histoire… Et la raison première de son exceptionnelle capacité à apaiser ses sentiments lui revint en mémoire de manière brutale : son oreiller se mit à flamber. Légèrement d’abords, il ne fit que roussir sous ses doigts, mais peu après il tint entre ses mains un véritable petit incendie. Le prince réagit au quart de tour en l’étouffant avec sa couverture et cela fit effet : seule une odeur de brûlé flottant dans la pièce et le bout de tissu carbonisé restaient comme preuve de son erreur. Il se maudit une bonne dizaine de fois et jeta l’étoffe noircie au loin, rageur. Lorsqu’il n’arrivait pas à rester tranquille, c’est son pouvoir qui devenait incontrôlable. De nombreuses années auparavant, il avait payé le prix de ce don qui était alors plus une malédiction qu’autre chose… Et aujourd’hui il devait recommencer à vivre ainsi ? Ah non !

Il souffla une fois encore un bon coup et s’étala sur son matelas. Il réussit à dompter sa flamme en lui qui redevint vacillante fragile –en apparence. Il savait qu’elle était toujours là, indomptable, veillant à la moindre occasion de faire des siennes, mais pour l’instant… pour… l’instant… Epuisé, le prince sombra dans les ténèbres des rêves. Il en fit un perturbant qui le fit s’agiter dans son lit, mais quand il se réveilla à nouveau, il avait tout oublié. Seule l’horreur incomprise que ces images oubliées avait fait éclore restait nichée au fond de lui.

Une seule solution, radicale, se présentait à lui, pour se réveiller complètement et retrouver sa confiance. Il sortit sous l’œil naissant du soleil pâle, encore dissimulé par la brume de rosée… Et ne revint que bien plus tard, complètement trempé. L’eau glaciale et salée était désagréable, gouttant de ses cheveux, mais lui avait permis de retrouver son sang froid, totalement. Il rentra sans se faire voir à sa chambre pour se changer et se rendre convenable. Zeed, qui avait profité d’une journée moins humide que d’habitude pour le rejoindre discrètement à la fenêtre, émit un cri mélodieux. Kyohei sourit et passa sa main dans les flammes frémissantes de son long cou.
- Ne t’inquiètes pas, ce ne sera qu’une formalité… Vraiment…
Il tentait de se rassurer en parlant ainsi à voix haute. Eteindre le dernier doute. Et c’est le ronronnement doucereux du phoenix qui acheva définitivement ce trouble. Un sourire s’afficha sur le visage du prince et il quitta la pièce d’un pas déterminé.

A dix heures pile, Kyohei frappait à la porte du bureau de Kyoya.
A dix heures pile, Kyohei frappait à la porte du destin…
Revenir en haut Aller en bas
Kyoya Matsuda

avatar

Masculin
Nombre de messages : 238
Age : 25

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Le retour... [PV Kyoya Matsuda]   Mar 8 Sep - 20:03

Ce soir là l’ange était resté presque tout la nuit face à ce maudit bureau. Il se devait d’étudier tout ce qui s’était passé pendant son absence de la plus vulgaire punition de vol à l’étage jusqu’à la condamnation pour traitrise d’un soldat. Des ordres, des signatures, des dates, il devait simplement tout savoir. Adossé dans ce fauteuil de velours rouge, une fine silhouette vint se glisser dans l’antre de sa majesté. Une petite sourie, et en voyant son ombre, le roi mit directement un nom ainsi qu’un visage sur le parfum sucré qui avait enveloppé la pièce. Tout ça pour dire qu’au final Kyoya n’avait pas passé la nuit seul et que dire de cette femme. En la voyant il ne put s’empêcher à Asa, comme une maitresse pouvait venir voir son amant avant une femme, une fiancée ? Et au fond de lui la rage le prenait, où était donc cette fille qui y a encore quelques mois n’était qu’une vulgaire soubrette ? Qu’importe après tout …
Un visage doux, des traits si bien dessiné, combien de fois, de combien d’année la main du monarque parcoure t’elle le visage de son amante de toujours ? Depuis toujours il passait des nuits avec elle, il l’écoutait, il la charmait encore et encore, avec elle tout n’était qu’un jeu, mais tout ça cachait une relation bien plus subtile que les dires de certains commérages. Elle le connait par cœur, il peut anticiper ses réactions, certains diront pourquoi ne sont-ils pas mari et femme ? La réponse est qu’aucun dés deux ne désirent s’enchainer. Ses longs cheveux d’ébènes, ses lèvres rouges écarlates et ses iris si sombre, longtemps son cœur noir voyait en elle l’amour qu’il avait perdu, l’un avait su consoler l’autre et ça depuis leur adolescence.

Pourquoi se défaire des bonnes habitudes ? Ce matin là, Kyoya était monté dans son bureau suivis de ses deux loups et une femme au bras. L’un des seules qu’il laissait rentrer dans son bureau dans des moments importants. N’y l’un, n’y l’autre avaient beaucoup dormi mais comme toujours ça ne se voyait pas. Le roi s’installa face à la table de chêne massif et rangea quelque document, tout en discutant d’un sujet plutôt important, son fils ainé. Et oui, Shiya est au courant depuis toujours de la véritable identité de ce jeune noble ténébreux. Et c’est a moitié assise contre la table de travail de son roi, une longue robe écarlate en guise de vêtement ainsi qu’un sublime collier brillant au cou que les deux grandes portes s’ouvrirent pour faire rentrer l’héritier. Le monarque n’adressa en premier lieu aucun regard à son enfant, figé sur un document.

« Kyohei, je te présente Shiya … Elle est en quelque sorte ta marraine, elle a bien connue ta mère aussi ! »

Le regard sévère du maitre des lieux se posa sur le jeune homme, il se leva restant derrière son bureau et observa avec attention son fils.

« Sors t’es ailes maintenant … ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le retour... [PV Kyoya Matsuda]   Jeu 10 Sep - 20:04

Les deux battants s’ouvrirent avec un grincement sinistre.
Derrière la porte du bureau se trouvait son père, assis à son bureau comme souvent. C’est qu’être Roi demandait évidemment énormément de travail… Une pile de papier qui de diminuait jamais se trouvait en général au bord de sa table de travail. Il passait énormément de temps dans cette pièce assez sombre mais bien placée car à l’écart du bruit des passants dans les couloirs et de l’agitation. Kyohei se demandait s’il dormait parfois où s’il avait trouvé une formule magique pour échapper son sommeil… Là, une fois encore, Kyoya avait l’air éveillé, alerte, alors qu’il n’avait pas dû sortir de cette salle de toute la nuit. Et il se trouvait en charmante compagnie… Une jeune femme svelte et à la robe d’un rouge vif était assise avec nonchalance et une certaine élégance sur le bois verni. Son collier étincelait sur son coup fin, mais il semblait terne face à la beauté de la sublime…
…Shiya ?
Le prince eut un regard impassible en direction de sa « en quelque sorte » marraine, avec peut-être une pointe de curiosité car elle avait connu sa mère, sans plus. Il s’avança ensuite d’un pas décidé, laissant son père en finir avec sa paperasse sans parler. Puis celui-ci se leva et lui adressa un regard sévère qu’il croisa sans flancher. Sortir ses ailes ? Il eut une hésitation due à la présence de l’inconnue mais obtempéra. Une fois son manteau enlevé, dévoilant une chemise taillée de deux ouvertures dans le dos, des plumes noires se mirent à croîtrent et à se tordre pour former ses majestueuses ailes, preuve de son appartenance à la famille royale. Il les étira car elles étaient fourbues, puis les replia sagement auprès de ses omoplates, dans un froissement doux. Ils pouvaient y aller.

Le prince suivit son père dans les méandres de couloirs. Cela lui faisait étrange d’aller ainsi dans le château avec ses ailes présentes, bien voyantes. À cette heure-ci heureusement, tous les nobles qui étaient en ce temps là invités du bâtiment s’étaient rassemblés dans la fabuleuse salle de trône, fébriles. On les avait prévenu du retour du Roi, et ils seraient là. Aucun ne voulait rater cet instant historique. Les serviteurs eux-mêmes avaient déserté leurs places de travail pour se rendre en masse vers la fameuse salle ou s’installer sous les lourds rideaux qui longeaient l’allée centrale derrière les places réservées aux nobles. La pièce promettait d’être plein à craquer de personnes importantes et de seigneurs en tout genre. Certains avaient même fais le voyage à la grande nouvelle de la rentrée de Kyoya !

Le petit groupe se dirigea vers la porte qui s’ouvrait directement sur l’estrade du trône. Aucune rencontre importune durant le trajet, et s’était tant mieux. Le palais de Stonefolm était quasiment vide, à part dans cet espace qui semblait trop petit malgré sa taille gigantesque, tant la foule y était énorme. C’était là qu’ils s’apprêtaient à rentrer. Le Roi, lui, ne semblait nullement impressionné. Il devait être habitué à faire face à un public si… démesuré. Kyohei quant à lui, avait depuis un moment fait taire toute émotion pour laisser place à une détermination froide et figée. Il marchait à pas vifs derrière son père. Et lorsqu’ils s’arrêtèrent face à la dernière porte, petite comparée à une entrée de telle ampleur, il avait presque hâte de la passer. C’était le dernier rempart avec sa nouvelle vie. Qu’ils en finissent…

Kyoya franchit son seuil avec sa petite compagnie, lui en avant, eux en arrière, dans l’ombre de l’imposant trône. La foule fut parcourut d’une vague d’exclamation : jusqu’au dernier moment, on n’avait pas cru aux rumeurs du retour du Roi. Personne n’osait hurler vraiment : c’étaient des nobles après tout, ils tenaient à leur fierté. Mais tout de même, leurs chuchotements étonnés furent si nombreux et avides qu’on aurait dit un roulement de tambour. Kyohei se tint parfaitement immobile dans l’obscurité, invisible d’en bas du promontoire. Plus qu’un pas, un seul… Et la lumière le découvrirait. Et le monde entier saurait.

Son père s’était assis sur le velours précieux de son siège royal. Symboliquement, ses ailes étaient déployées. Il attendit ainsi que se calme le frémissement excité de la foule avant de se relever, grandiose, leur faisant face. Une image jaillit dans l’esprit du prince : Kyoya défiant l’Océan déchaîné du regard. C’était pareil. Il avait cette même expression de défi honorable, que son fils admirait tant, peint sur son visage assuré. Le peuple s’était tu. On attendait ses paroles de délivrance en retenant son souffle. Au dernier moment, Kyohei voulut lui hurler de se taire, de ne rien dire, de le laisser vivre libre, encore un peu, juste un instant… Mais il se contenta de serrer les poings, là, à l’ombre du trône, et d’écouter le Roi de Stonefolm former ses premiers mots. Ses dernières secondes.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le retour... [PV Kyoya Matsuda]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le retour... [PV Kyoya Matsuda]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse
» Jacques Bernard , un retour avec le plein pouvoir ou presque...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eldenia Sekai ♔ :: Royaume de Stonefolm :: Stonefolm :: Les Tours-
Sauter vers: