RPG ~ Manga Médiéval-Fantastique.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Contente toi de parler sans me tenter (Imi-chan)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Contente toi de parler sans me tenter (Imi-chan)   Mar 21 Juil - 19:57

La nuit était tombée de puis déjà quelques heures . Trois ...quatres honnêtement je n'en sais rien .Mais ce que je savais c'était que je n'avais pas encore regagné ma chambre . Les soirées étaient loin d'être animées au chateau , c'est vrai il n'y avait que peu d'animations à proprement parler . Non pas que je recherchait constament quelques chose pour me distraire mais en ses temps de crises , il était bon de se distraire de temps à autre. Surtout que le Roi ne mandait pas souvent mes conseils alors évidement l'ennuit me gagnait .Mes pieds se posait alors sur mon bureau bousculant au passage multiples feuilles , multiples quel mot faible disons plutôt abondance de feuilles . Je jeta un regard à mon bureau quel foutoir , quel bordel , un bordel qui s'entassait aprés chaque journée passait . Un foutoir qui éxcédait mon rang . Trop de feuilles volantes, trop de classeur entassait , trop de merde inutils pour un homme de mon envergur .Autant dire que sur ce point je n'était pas à la hauteur de mon grade de conseillé . Mais je m'en foutais comme pas permis , j'était au dessus de quasiment tout le monde en ce chateau à part le Roi et le prince n'ayons pas peur de l'admettre .Il faut affronter la vérité . Je passa rapidement ma main dans mes cheveux bleu gris qui me retombait sur le visage ,et esquissa un petit sourrir ,je pensais tout simplement à mon avenir . Bientôt Matsuri sera mienne et je pourrais poursuivre mes ébauches . Mon regard glissa un instant sur mon bureau puis autour de moi ,quelques bougies trois sur huit m'éclairaient encore . Et c'est à cet instant que je remarqua seulement qu'il faisait nuit . Il faisait nuit mais j'avais chaud ... Avoir chaud qu'elle sensation désagréable sentir les goutellettes de sueur se crée et glissaient sur sa peau comme cela est repoussant . Tellement repoussant que j'en ouvrit ma chemise laissant apparaitre une ou deux cicatrices parmi mon torse couturé par les muscles.

Je sentais un délicat courant d'aire frais me carressait le torse cela était tellement moins repoussant que je sourris d'avoir eu cette idée des plus banale.Me lassant de cette position les jambes contament surrélevée je reposa au sol . Et aprés voir soupiré ouvertement je me leva de mon magnifique siège de cuir rouge , pour m'avancer d'un pas hasardeux vers ma fenêtre qui donnait vu sur la cour .Jolie cour en passant illustrant à merveille la beauté du royaume de Stonefolm . Mon iris écarlate vint se poser sur la Lune ,cet astre de la nuit , cet sphère éclairant le monde quand l'heure se fai tardive . La Lune la seule chose qui était capable de me faire rêver , oui rêver mais pas à ce que les gens pensent .Non moi je ne pense qu'à mon intêret et part conséquent je pensais à mes descendants .Mes descendant tous comme moi je l'espère , ils seront mes illustres prédécéceurs pour ne pas appellaient ça des gosses .

Je détourna de la fenêtre et la referma , bien sur je n'oublia pas de fermaient ses rideaux à la teinte rouge si laide . J'enleva ma chemise qui était restée ouverte et la jeta sur mon foutoir à savoir mon bureau . J'avais la flemmardise de me dévêtir entiérement et me laissa tomber mollement sur mon lit . Mon regard plongé dans les rideaux de mon lit à baldaquin , les bras étendues , je le savais . Oui je le savais que je n'allait pas trouver le sommeil . Je n'avait rien foutu de ma journée alors le soir venu mes paupières n'allaient surement pas se clore . Et c'est vrai quand on s'attardait sur mes occupations de cette journée fastidieuse et particulièrement une perte de temps , un passage rapide à la bibliotèque sans un trouvait un livre intérréssant ,le dîner ,le soupet ... des conversation avec des nobles influant . Conversations de deux heure au minimum à faire mon lèche - botte .Impressionnant comme je réussi à berner les gens alala quel talent .Mentir ,faire croire ma seconde nature , jouer des illusuions quel plaisir de voir ses abrutis réjouis de mes compliments tous dit avec courtoisie et respect faisant plaisir mais au fond toute mes paroles ne sont que vide .

La nuit était maintenant bien avancé et je commencait seulement à somnoler .Ce n'était pas trop tôt. Mon esprit allait pouvoir enfin se libérer de ce monde infame pour s'évader dsans mes rêves de sadique . Héhé mes paupières étaient étaient close , ma respiration lente , mon corp d'étendu quand j'entendis frapper à la porte .*MERDE * Mes paupières s'ouvrit rapidement laissant apparaitre mes iris empli de haine . Il me faisait tous bordel .Je doutais fort que se sois pour le roi c'était probablement la servante à qui j'avais ordoné de couler mon bain au levé du jour .D'une voix des plus énervé je dit dans élan d'extrême mauvaise humeur :

"Entrer."

Je me leva rapidement , une servante quel source de problème par moment mais c'est vrai que parfois elle servait presque à quelque chose . Mon regard troublant se posa dés l'instant ou elle ouvrit la porte sur elle ...Tien une nouvelle ? Je l'avais jamais vu celle là . J'esquissa un petit sourrir ma prochaine victime peut-être. Elle s'inclina puis dit :

"Seigneur Miura pardonnez moi ."

Pfff qu'elle abrutit moi pardonner c'était déjà absurde mais t'excuser de ta débilerie c'était deux fois plus stupide.Elle s'avancat alors dans la pièce et ouvrit rapidement la porte de la salle de bain qu'elle laissa grande ouverte .Je m'anvançat alors vers elle la regardant de mon regard supérieur s'attellait à sa tache .Oui je la regardait , mes iris était fixaient sur son jolie petit fessier (je suis pas l'enemis des femmes ) .Bien moulé dans ses habit de soubrette . Aprés avoir coulé le bain la demosielle se redressa se tourna vers moi les yeux baissés et esquissa une petite courbette puis aprés avoir marmonait quelques mots d'excuse probablement , je ne l'avait pas écoutait elle parti fermant la porte . J'étais seul et je puis enfin le dévêtir . Je m'avançat alors vers une glace fixait au dessus d'un lavabo me frota une ou dux fois le menton . La barbe de trois jour c'est mignon mais c'est pas présentable . Puis je retourna vers mon bain que la soubrette avait coulé et y entra . Ainsi je laissais mon corp se reposait . Dans cette eau chaude est reposante .

Au disons une demi peut -être et j'étais sortit de ce bain .Je passa ma main dans mes cheveux encore bien humide et empoigna mon peignoir .Une nouvelle fois je me dirigeait vers ce psyché qui reflaiter mon image .
Je pris délicatement mon rasoir des plus beau plaqué or tout de même , puis m'étala sur la peau avant tout de l'eau puis je fit le necessair afin d'être dans d'exellente conditions de rasage . Et seulement aprés dix minutes je commencais à éffleurer ma peau avec ce rasoir . Aprés cela j'avais enfin une tête présentable , je me coiffa rapidement et me détourna de ce miroir au profit de mon armoir . Je fouilla rapidement dans mes fringues une chemise , un pantalon du même teint une veste et une sorte de jabot . Ce qui m'allais plutôt bien .

Habité par ma mauvaise humeur et mon sadisme naturel je sortit de cette chambre qui par moment ressemblait à un dépotoire . Je savais où j'allais je n'avais pas faim de toute façon j'avais passé bien trop de temps à pouponer pour m'offrir le loisir de me restaurer de plus l'heure était avancée . Il était onze heure à peu prés si ce n'était pas plus . J'arpentait donc les couloirs à la recherche d'une connaissance que j'espérait trouver . Mais aprés une bonne demi heure tout de même je ne l'avait pas trouvé . Bon et bien une autre fois peut-être . Sire Matsuda ne m'avait pas fait appeller dans son bureau il n'avait donc nullement besoin de moi. Et cet ainsi que j'eu l'idée de tout simplement m'octroyer un peu de temps dans ce monde haine .Un monde ressemblant d'avantage aux enfers . Des enfers qui n'obéisse qu'a moi car j'en suis l'artisant . Maintenant et aprés avoir parcourue de nombreux m ètres j'étais enfin dans les cours .

Je me dirigea alors vers les jardins espérant y trouver compagnie , une belle demoiselle si possible mais personne . *Comme c'est désèpérant * Une autre fois surement , personne pour faire la conversation , pas d'ordre à donner , pas de conseil rien . Le vide , l'ennuit, rien de rien .C'était tout bonement pitoyable , méprisable . Ainsi je me dirigea vers les écurires priyant pour qui reste au moin encore un canasson . J'allais pas aller à pied au Lac fééria .J'arrivais enfin dans ce lieux ou régnait la puanteur de la merde de cheval pff il n'y avait aucun ecuyé .Rien niette . Tant pis , je scella un des plus beau chevaux et l'enfourcha .

Je lui donnis un bon coup de talon et le canasson s'engagea dans une course rapide . A cette allure j'allais être là bas dans moins d'une heure .Les paysages défilaient devant mes yeux passif empli de haine , au fur et à mesure que j'vançais vers ce Lac les vagabonds se faisaient moindres .J'allais surement pouvoir gouter au gout de la tranquillité . Aprés une demi heure seulement de course à dos de cheval , je tira fermement sur les rennes . La monture s'arrêta brusquement en hénissent bryament .Mon regard parcoura un instant le paysage féérique du lieu . Féérique à cela j'esquissa un large sourrir dans un monde pourrit .Quel vision amusante . Je m'avancait en ce lieu pensant y trouver nul voyageur . Mais je fut désagréablement suprit quand j'apperçut cette femme de loin c'est sur mais je l'avais vu .Essayant de me rapticir pour rester seul cet abruti de cheval se mit à hénir puissament . Je soupira puis me passa la main dans ma chevelure c'est bon elle était pour moi .Pas la fille mais la rencontre cela était certain . J'accrocha le cheval à un arbre puis m'appuya contre l'arbre voisin . Attendant patiement là ,contre cet arbre.Avec se hénissement ,elle m'avais xurement ouïe à moin qu'elle soit complétement sourde ce qui m'étonnait tout de même. Quoi que dans cette situation précise cela m'aurrais arangé .Je n'avais nullement envie de parler , je n'étais pas d'humeur .Je n'avais pas envie de partissiper à une de ses conversation inutil par cette fois. Il y a des jour où je me serais amusé à berner des inconus mais là .Non.Je n'allais pas attendre qu'elle vienne à moi se serais stupide de ma part.J'avais en tête de tout simplement l'éviter ,oui changer de direction .Ce que je croyais facil avant de pitoyablement emprunter un chemin épargner par le surplus de fougère et de ronces par endroits .Et c'est à cet instant que je compris définitivement que la facilité n'est pas le meilleur des choix et non . Car ce chemin sans ronces me conduisit encore plus prés de la demoiselle .A vrai dire il faudrait qu'elle soit aveugle pour ne pas me voir , j'étais disons un peu prés cinq mètres d'elle .Sa m'apprendra à jouer les fénéants .Bon disons que ce sera peut-être enrichissant mais je n'étais pas du genre à m'inventer des illusions et j'étais persuadé du contraire tant pis .Je n'allais pas rester là devant elle sans mot dire .Alors de ma voix un peu froide je murmura :

"Impossible d'être seul cinq minutes ."

Ses quelques mots mumuraient dans l'espoir que la jeune femme se blesse sentimentalement puis parte .L'espoir qu'elle foutaise .Tant pis et puis au pire j'adapterais mon masque ce n' était pas un problème.Bien au contraire je savais m'adaptais à toutes les situations , à toutes les personalitées .Je le savais et j'exellais en ce domaine .Oui ,j'exellais c'était mon art ,mon talent parmis d'autre .Puis d'une voix un peu plus agréabe mais vraiment un peu je dit ce mot répétitif que tous le monde disais tout le temps :

"Bonjour."

A cela je fis une courbette trés petite limite à peinne visble en guise de respect . Un respect trés peu présent en mon esprit qui étais plutôt occupé par l'ennuit .Maintenant jj'attendais patiemment qu'elle me réponde ,tirraillé par l'ennuit et l'indifférence .


(HJ) autour de 97 ligne je crois : p désolé pas de couleur pour les dernières paroles mon ordi ne veut pas .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Contente toi de parler sans me tenter (Imi-chan)   Ven 24 Juil - 18:21

(Tu es vraiment l’ennemi des femmes, tu sais °^°)


La nuit était tombée depuis peu sur le royaume de Pallengad. L’obscurité avait engloutie le ciel, dévorant tout sur son passage. Les étoiles tachetaient le ciel, et un croissant de Lune veillait en gardant un œil sur la terre. Les insectes faisaient un boucan d’enfer, et il semblait qu’ils voulaient faire partager leur insomnie à leur entourage. Le haut château de Pallengad s’élevait vers le ciel. Depuis l’une de ses fenêtres, une jeune fille aux yeux crépusculaires et aux cheveux crème admirait la nuit. Ce n’était autre qu’Imi, la petite noble qui avait été adoptée par la famille royale, en raison de la mort de ses parents.

Rien à voir avec la guerre, heureusement, et si Imi était à Pallengad, c’était seulement parce que leur royaume avait plût à ses parents. Elle aurait pu tout autant être de Stonefolm, il n’y aurait pas eut de différence. Donc contrairement à beaucoup de personnes présentes ici, elle n’avait aucune rancune envers ce royaume mortellement ennemi. La guerre ? Elle trouvait que c’était une chose stupide, enfant de la haine et de la colère des humains. Après tout, pourquoi régler ses problèmes en tapant sur les autres ? C’était vraiment stupide. Et irritant pour ceux qui ne pouvaient rien faire, en plus de ça.

Imi était une noble sans aucuns pouvoirs, sans aucuns dons particuliers pour la magie, et elle n’était même pas initiée au combat. Elle ne voulait pas se battre, de toute façon. A quoi bon ? La guerre finirait un jour ou l’autre, et une autre repartirait aussitôt. D’ici là, les gens souffraient, et personne ne faisait rien. Imi y compris. Que pouvait-elle faire, de toute façon ? Elle n’était qu’un insignifiant grain de sable dans un désert couleur rouge sang. Des grains de sable bougés au gré du vent, contre leur gré. Et on ne pouvait rien faire. Absolument rien. Et puis, lorsque la rafale sera apaisée, une autre viendra prendre sa place, et ainsi de suite.

Les humains ne sont peu être pas faits pour cohabiter ? Sûrement... Quoiqu’il en soit, la fillette décolla son regard rougeâtre du paysage. Elle n’avait rien à faire, et s’ennuyait comme pas possible. Les journées était lasses, dénudées de toute éventuelle distractions, et pas l’ombre de quelque chose à faire. Il était tard, et ce n’était pas une bonne idée d’allez se promener le soir... Quoique. Après tout, elle avait moins de chance de tomber sur quelqu’un de Stonefolm de nuit que de jour. Et puis, de toute façon, pourquoi voudraient-ils attaquer une insignifiante noble, on se le demande. Ils n’auraient aucunes raisons.

De plus, Imi voulait admirer une fleur qu’on appelait « Belle de Nuit », en raison de son ouverture exclusivement nocturne. Il paraîtrait que cette fleur ait de magnifiques couleurs. Pourquoi ne pas allez vérifier ça ? La jeune fille aimait beaucoup les fleurs, surtout celles aux couleurs vives. Elles lui rappelaient que malgré les insignifiantes guerres des humains, la nature continuait de vivre et de s’étendre. C’était plutôt une bonne chose. Et ce pour beaucoup de monde. La jeune fille s’étira, et se retourna. Elle se trouvait dans sa chambre. Propre, ordonnée, et pas un grain de poussière.

Elle ne souhaitait pas déranger les servantes, alors faisait son maximum pour na pas qu’elles aient trop de travaille. On peut le dire, Imi n’était pas un boulet. La jeune fille s’assis sur son lit aux draps de couleur vive. Elle songeait. Elle pouvait se faire accompagner de quelqu’un, mais qui voudrait se déranger pour elle à une heure si tardive ? De plus, elle n’avait aucune envie d’embêter des gens à cause d’un stupide désire. Au final, elle irait seule, et tant pis pour les mauvaises rencontres (si j’ose dire u_u). Décidée, elle se releva et ouvrit une grande armoire d’ébène, d’où elle sortit une robe couleur bleu nuit, qu’elle enfila par-dessus sa chemisette.

Maintenant, il fallait qu’elle se trouve une monture. Après tout, elle n’aillait pas y aller à pied... Elle descendit les marches une à une, prenant soit de ne pas éveiller la méfiance des gardes ou des résidents du château. Si quelqu’un qu’elle connaissait la croisait, elle était sûre de ne plus pouvoir partir. Finalement, au bas des escaliers, elle prit un air serein et avança d’un pas sûr dans le couleur, inclinant la tête respectueusement envers les nobles qu’elle croisait. Ceux-ci faisaient de même. Tout était tranquille, et Imi trouvait ça presque trop facile.

Après quelques minutes de marche dans le labyrinthe de couloir, Imi se retrouva à l’air libre. Sentir le vent contre sa peau, quelle bonne impression... Bref. La jeune fille ne s’attarda pas longtemps et repris son chemin vers les écuries. Elle lança un regard circulaire, à la recherche d’un palefrenier, ou de quelqu’un se rapprochant de ce grade. Un jeune homme s’approcha d’elle. Habillé très simplement, il semblait un peu surpris de croisé une dame comme Imi à cette heure-ci.

« - Vous voulez quelque chose, Mam’zelle ? »
« - Pourrai-je avoir un cheval, s’il vous plais. Ce n’est pas pour très longtemps, juste le temps d’une balade. »

Désarçonné par tant de politesse, le jeune garçon hocha la tête et emmena Imi jusqu’au box d’une jument grise. Il la prit par le licol, et la sortit de son box. La jeune fille recula jusqu’à la sortit, prenant soin de ne pas se trouver sur le chemin de l’animal. La jument croisa le regard d’Imi, et la jeune noble se sentit immédiatement rassurée. Le garçon d’écurie regarda la scène, sceptique. Il semblait douter de la maîtrise de l’équitation d’un noble. Imi l’avait remarqué, et lui murmura gentiment :

« - Contrairement à ce qu’on pourrait croire, je suis assez à l’aise sur un cheval. J’ai pris des cours, étant plus jeune. »

Le garçonnet haussa les sourcils et tendit le licol à Imi. Celle-ci l’empoigna doucement, en profitant pour caresser les naseaux de la jument grise. Le palefrenier scella l’animal, lui rajoutant de même sa bride. Et voilà un cheval tout à fait apte pour la petite « balade » d’Imi. La jeune noble se tourna vers le garçon, et le remercia en inclinant la tête. Légèrement surpris, il ne sut pas comment réagir, et se contenta de se passer une main dans les cheveux, gêné. C’est sur un sourire amusé que la petite noble emmena sa monture jusqu’à la sortie du château.

Une fois en dehors des grandes murailles, Imi se sentit beaucoup mieux. Elle n’aimait pas vraiment être enfermée, et puis, quoi de mieux qu’un peu d’air frais ? La jeune fille finit par monter sur son cheval, dans un geste tout à fait gracieux. C’était un peu étrange de se retrouver si haut au-dessus de la terre. Pourtant, la jument n’était pas si grande que ça... Imi semblait avoir perdu l’habitude de monter à cheval. Finalement, ça ne lui ferait pas de mal. Combien de temps cela faisait-il qu’elle n’était pas montée sur le dos d’un cheval ? Au moins quatre bonnes années.

Imi se pencha sur l’encolure de sa monture, et donna un léger coup de talon, rien de bien méchant. La jument partit au petit trot. Bientôt, Imi se retrouvait à traverser le village, prenant soit de ne pas renverser les gens encore debout au passage. Quelques minutes plus tard, elle était déjà loin du château. Elle savait exactement où se trouver le lac, en raison qu’elle y allait souvent, étant plus petite, avec son père. A présent, elle ne pouvait plus vraiment y allez... C’était une des conséquences de la guerre. Mais qu’importe. Une fois assez loin du village, la jeune fille talonna sa monture, qui partit immédiatement au galop, comme si elle n’attendait que ça.

Le vent passait dans les cheveux d’Imi, qui flottaient derrière elle. Elle ferma les yeux un instant, avant d’avoir le vertige. Lorsqu’elle les rouvrit, elle était dans une épaisse forêt. Le lac n’était plus très loin. Sa jument ralentie, passant du galop au trot, et du trot au pas. Imi regarda autour d’elle. Effectivement, le lac n’était pas loin. Quelques minutes encore... La jeune fille relâcha un peu les rênes et laissa un peu de liberté à sa monture. Celle-ci baissa la tête, et continuait de marcher. La jeune noble s’étira. Ses jambes étaient ankylosées par ce brusque déplacement.

Imi su qu’elle était arrivée lorsqu’elle aperçu les eaux azurés du lac. Joyeuse, elle descendit de sa monture, et la tira vers la rive. La jument, contente de trouver un point d’eau, plongea son museau à l’intérieur, et bu à longues gorgées. La jeune fille, elle se contenta de s’accroupir devant le lac, et de passer ses doigts fins dans l’eau de cristal. Les oreilles de la jument grise se redressèrent. Un bruit de buisson venait d’attirer l’intention de l’animal. Imi aussi avait entendu, mais se contenta de faire la sourde oreille.

Elle ne voulait surtout pas croiser quelqu’un qu’elle connaissait ici. Ce serait une catastrophe. Mais rencontrer quelqu’un du camp adverse serait... Fatal. Imi se releva tant bien que mal, souhaitant que ce visiteur imprévu l’ignore et s’en aille tout simplement. Mais apparemment, le destin ne l’entendait pas de cette oreille, car un homme surgit derrière elle, en murmurant quelque chose qui aurait très bien pu vexer la jeune fille. Pourtant, elle n’y prêta pas attention, ne souhaitant pas s’attirer d’ennuis.

Et puis, elle n’avait toujours pas vu sa fameuse fleur. Au final, elle allait devoir être obligé de rencontrer ce visiteur imprévu. Elle se retourna, et croisa le regard de braises de Kaito. Des frissons lui parcoururent le dos. Jamais elle n’avait croisé de tels yeux auparavant. Imi détourna les yeux, sentant le sang lui monter aux joues. L’homme fini par la saluer, d’une voix qui ne collait pas du tout avec le regard de ses yeux. Il baissa la tête, et indéniablement, il semblait répugner à faire ça.

« - Bonsoir... »

Imi était sûre d’une chose, et c’est ce qui la terrifiait le plus : cet homme n’était pas de Pallengad.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Contente toi de parler sans me tenter (Imi-chan)   Lun 27 Juil - 16:20

Une fois encore j'allais être victime de c'est fastidieuse conversations .Ses conversations ,longues et inutiles où hypocrisie est le maître mot. Celles qui durent des secondes ,des minutes, des heures entières sans qu'a leurs apogées nous en tirons une quelconque leçon .Qu'elle soit moral où pas .D'habitude je masquais habillement la lassitude morale produite par le désœuvrement ,le manque d'intérêt que je portais à ses personnes qui se croyaient intéressantes .Mais là je ne pouvais plus.Non , je ne pensais pas pouvoir réussir à enfiler un masque mon humeur n'y était pas .Non, je n'étais vraiment pas d'humeur , je n'aimais pas être payé à ne rien faire de mes journées ,à glander ,à poireauter enfin appeler cela comme vous voulez mais moi je déclinais cette habitude de vie.Cette habitude de vie des plus déplorable et désagréable , cela dit ce n'était pas une fausseté de penser qu'elle plaisait à certaines personnes. Des personnes dont la majorité faisait partie des bas rang hiérarchique ,je pense entre autre aux soldats ,aux gardes qui passe leur vie à dormir ou encore à se saouler jusqu'à ne plus tenir debout .Quel comportement honteux,indigne d'un homme.Heureusement pour moi je n'étais pas de ce bord là .O non ,moi Kaito Miura faisais parti de ses hommes puissants et influent possédant une agréable position économique .Comme cela m'étais agréable de me voire parmi les hommes les plus enviés de Stonefolm.Stonefolm ce royaume dirigé d'une main de maître par son souverain qui dans la plus grande haine écrasera Pallengad .J'avais tellement hâte que les combats commencent pour enfin sourire de fierté .La revanche approchait à grand pas et comme tout le monde le sais c'est un plat qui se mange froid et bien saignant .Je m'esclaffai intérieurement de ce jeux de mots prodigieux.Ma 'revanche sera bien saignante , prenez peur à mon arrivée , fuyez à mon regard , mourrez dans la plus atroce des souffrances , mourrez dans le sang pour me faire sourire .Moi morbide ?Non quoique sur les bord j'étais bien pire .

Oui bien pire.Ayant mis fin à ma prise de conscience et à mes rêves éveillés je reposa mon attention sur cette demoiselle qui plongeait ses doigts fin dans l'eau dite mystique du lac .Mystique que fallait-il pas ouïr , les gens étaient tellement naïf de nos jours mais pourquoi pas .Ce qui était une certitude c'est que ce que je ne vois pas de mes propre yeux je ne le croit pas .A cela je vous laisse deviner ma position sur ses aprioris fondés sur des légendes ou bien sur des "on dit que".Mon regard de braise se posa sur la jument qui l'accompagnait , elle était assoiffée de toute évidence et l'autre canasson m'ayant servi de monture devait l'être aussi mais tant pis .La demoiselle aux cheveux crème se releva tant bien que mal , ses deux rubis se détournèrent de mon regard . Pourquoi ? Je n'en savais rien . Peut-être me craignait-elle ? Quel plaisir de me savoir craint d'une personne qui venait tout juste de me regarder .Cette joie bien minime m'arracha un petit sourire , un sourire à peine visible si ce n'est pour dire quasi invisible .Je fixa plus intensément son visage , elle n'était pas moche , un premier pas vers le mariage pour cette jeune femme.Mais je ne pu m'empêcher de remarquer une chose , presque rien mais qui me fit mourir de rire intérieurement , l'avais-je charmé ? En tout cas cette jeune femme était à présent teinté d'une teinte rosé provoqué par ce rougissement . Un masque simple , celui de l'homme respectueux , un homme attirant .J'allais pouvoir me distraire sans trop d'effort .Inoffensive , peut-être un peu naïve ,sensible oui sa se voyait ou du moins sa se deviner .Elle était mon contraire .Mon parfait contraire. Elle l'ange et moi le démon , elle la sainte parole et moi l'impur menteur ,elle la créature de Dieux et moi la créature du Diable .Sa m'amusais tellement toutes ses comparaisons ,elle le paradis et moi l'enfer que souris amusé de ma puérilité.Ma puérilité qui se fut passagère , d'une extrême brièveté. Heureusement d'ailleurs je n'aimais pas me savoir enfantin ,naïf pour ne pas dire stupide.Et puis je trouvais cela tellement débile de replonger dans son passé à la recherche de bon souvenir le plus souvent .Bon souvenirs quelle bonne blague .Moi mon enfance eu été aussi noire que mon âme alors je vous laisse un bref aperçut de ses moments passé et bien enfouis . Oui bien enfouis c'est pour cela que je ne comprend pas la raison pour laquelle les gens y repense .Encore une débiliter de la race humaine .

Tant dis que je m'étais attardé sur le visage et les impressions que la demoiselles le donnais.Oui elle donnait l'impression d'être faible surement parce qu'elle l'était sans aucun doute même.Son corps n'était pas taillé pour le combat sa se voyait sans aucune difficulté.Elle possédait des formes trop fine pour être un soldat donc par conséquent c'était une de ses nobles ennuyantes . Elle en profita pour me répondre d'une voix qui confirmer mes pensées sur sa nature ,son caractère inoffensif , sa sensibilité :

« - Bonsoir... »

Bonsoirs , ce mot aussi répétitif et ennuyant que bonjour . Répétitif , ce mot que j'employais trop souvent à mon humble gout . Je l'employais trop souvent mais pourtant je n'arrivais pas à l'irradier de mon vocabulaire . Mais bon ma principale occupation n'étais pas mon lexique pour l'instant , il fallait que je poursuive la conversation en conservant mon masque de gentilhomme .Mon regard écarlate s'incrusta dans le sien , le mien paraissait si fort et puissant par rapport au sien si fragile .Alala comme si que la faiblesse était admise dans se monde emplis de cruauté à l'état pure.Tout de même elle possédait un bon carma , cette demoiselle avait beaucoup e chance d'être fille de noble à l'abri du mal de la guerre . Imaginez cette femme fille de fermier dans la campagne à la merci des ennemis et de toutes attaques dévastatrice. La conclusion était évidente elle aurait à coup sur déjà péri .Péri sous le coup d'une lame , péri sous le coup d'un incendie ou bien d'autre chose je m'en foutais en vérité. Mais sa accentuait sa faiblesse par rapport à moi .Moi ce délaissé de la vie qui finalement malgré tout a finit par exceller , à être parmi les meilleurs , parmi les plus puissant .

Je passa rapidement ma main dans ma chevelure gris bleue poussant quelques mèches qui cachaient mon visage . Mon visage n'exprimant aucune expression descriptible .Non à l'instant j'étais partagé entre multiple possibilité d'émotions ,sadique ,haineux ou bien d'autre . Mais au moins je gardait tout de même un visage attirant ni effrayant ni rassurant restant dans la normalité .La normalité ...dans l'illusion de la normalité puis enfin je dis de ma même voix :

"L'heure est forte avancée pour une demoiselle ne croyez vous pas ?"


A cela je m'accroupis vers cette eau mystique . Aussi mystique que mon c*l euh de mon fessier . Comment pouvait-on croire que de l'eau pouvait être magique soit disant parce que des bestioles mystiques s'abreuvent en elle . Je n'avais pas été témoin d'un quelconque événement paranormaux en venant alors il se faudrait que j'attende encore pour avoir ma preuve qui me ferais croire à cela.Ma main vint alors caressais la surface de l'eau créant une sorte d'onde de choc se répandant à travers le reste du Lac .Cette eau n'avait rien de plus que l'eau que je buvais . Rien .Elle était banale . Puis avec toute cette eau l'envie de me baigner résonna en moi même . Il n'était ni l'heure ni l'instant pour cela mais si j'arrivais à éventuellement faire retourner chez elle cette demoiselle je pourrais peut-être gouttais à la fraicheur du Lac .Je n'aimais pas en particulier la baignade mais par fois c'est vrai que sa me tentais . Mais j'étais toujours tentais au mauvais moment ,au mauvais endroit c'était très agaçant .C'est comme refusait un caprice à un mioche et en l'instant c'était moi le gosse .C'était moi le capricieux .Mais bon je devais soit attirer la jeune femme dans l'eau pour pouvoir me baigner ou bien alors clore cette conversation rapidement .

Oui deux solutions , les deux étaient bien étant donné qu'elles venaient de moi .L'une m'offrais tout de même plus de plaisir que l'autre , un peu de plaisir en soirée ce n'était pas de trop :p. Mais encore fallait-il réussir à convaincre cette demoiselle de prendre un petit de bain de cette heure avancée . Autant de dire que ce n'était pas gagné mais j'improviserais le moment venu .Sa me répugnais de penser cela car d'habitude je prévois mes futur actes et là je me laisserais décider au grès du hasard .Bon passons je reposa mon regard intense sur elle ma tête levée vers son visage qui me paraissait incroyablement haut vu de ma position accroupie et pourtant j'avais bien une tête de plus que le demoiselle en l'instant passé .



hs :82 l
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Contente toi de parler sans me tenter (Imi-chan)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Contente toi de parler sans me tenter (Imi-chan)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je jure de parler sans haine et sans crainte, de dire toute la vérité, rien que la vérité. - Version courte
» >
» Le palais Sans-souci en Danger
» Il n'y pas de vie sans agriculture...
» Land des Gabions, un modèle de site pour les sans-abri

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eldenia Sekai ♔ :: Chemins et Nature :: Lac Fééria-
Sauter vers: