RPG ~ Manga Médiéval-Fantastique.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lorsqu'on fuit la solitude [PV]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Lorsqu'on fuit la solitude [PV]   Ven 3 Juil - 20:59

Ichiro Katsumi

I'm from the ones who learn alone

La nuit s'achevait et déjà un nouveau jour se levait. La dernière étoile s'effaça face à moi et le soleil glissa ses premiers rayons sur le sable fin, parant la scène d'une lueur enchantée. En d'autres temps, je me serais arrêté pour contempler le spectacle. Mais pas aujourd'hui. La main au-dessus des yeux pour les protéger du soleil, j'avançais tant bien que mal sur le sable traître du royaume. La sueur dégoulinait sur mon front et dans mon dos, bien que celui-ci ait été débarrassé de la cape, nouée désormais sur ma tête pour éviter une insolation. Même la nuit, j'avais chaud. Pas de cette chaleur qu'on éprouve en été, près de la mer, lorsqu'on ferme doucement les yeux pour laisser le soleil dorer notre peau. Plutôt celle qu'on ressent lorsque la peur et la fatigue se mêlent en nous et forment une boule de douleur et de désespoir. Difficile de combattre ce qui se trouve en nous.

Cela faisait deux jours que je marchais dans ce désert. Je n'avais plus bu depuis mon entrée ici. Ma maigre gourde avait été percée par les flèches et c'est peut-être cela qui m'avait sauvé la vie. Du moins pour un certain temps. A la ville que j'avais quittée dernièrement, on m'avait soudainement traité d'assassin lorsqu'on m'avait trouvé au mauvais endroit au mauvais moment. J'avais dû m'enfuir en vitesse, poursuivi par cinq ou six gardes à cheval. Cela aussi avait fini par m'être un avantage car ils n'avaient pu me suivre à tous les endroits où je me faufilais. La nuit m'avait aidée grâce à son ombre et les nombreuses cachettes qu'elle m'offrait. Et lorsqu'ils m'avaient retrouvé, j'étais déjà entré dans le désert et ils avaient abandonné la recherche. J'avais été étonné. Après tout, à cheval, ils m'auraient rapidement rattrapé. C'est maintenant que je comprenais. Pourquoi tenter eux-même de me tuer alors que le désert s'en chargeait ? Après avoir percé ma gourde, ils avaient eu la certitude que je n'avais aucune chance. Et ils avaient raison. Dés le premier jour, je l'avais compris. Mais impossible de faire demi-tour, ils m'auraient tué dès qu'ils m'auraient aperçu.

J'avançais donc, perdu, à bout de force, déshydraté et sans espoir à l'horizon. Il n'y avait que dunes de sable et cailloux. Parfois, le vent jouait à faire des formes tourbillons pour changer de décor. Mais ceux-ci se battaient contre moi et rendaient ma marche des plus difficiles. Les yeux mi-clos, je trébuchais tous les deux pas et je tombais souvent. J'avais de plus en plus de mal à me relever. Ma gorge sèche me brûlait et appelait à l'eau; et mon ventre creux criait famine. Je n'avais rien. Pas eu le temps de voler à manger là-bas.
La journée précédente avait été très difficile. Pas d'ombre pour se protéger d'un soleil tapant et les premiers signes de soif étaient apparu. La nuit était arrivée mais j'avais compris que si je m'arrêtais, je n'aurais plus aucune chance d'arriver à temps à une autre ville. J'avais donc continué, avec comme réconfort la fraicheur de la lune. La nuit avait été longue. Ereintente. Et j'avais usé mes dernières ressources d'énergie. Je n'en pouvais plus.

Un pas. Puis l'autre. Je trébuchai et me retrouvai le nez collé au sable. Je relevai mes mains et tentai d'y prendre appui pour le relever. Ma bouche se tordu par l'effort, mon corps se mit à trembler, je me soulevai de quelques centimètres... avant de retomber, impuissant. Par terre, le sable giflait bien plus fort. Il entrait dans ma bouche mais je n'avais plus la force de le recracher. Je m'étais attaqué à un adversaire trop fort contre moi... le désert avait gagné.
Acceptant mon sort, je fermai les yeux...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lorsqu'on fuit la solitude [PV]   Sam 4 Juil - 11:23

    * Je suis une grande fan de tes RP. I love you

    Il fallut qu'Ichiro se rende compte de la chaleur exessive pour qu'il en déduise qu'il était dans le désert. Il s'était pourtant promis de dormir... Mais non, il venait de passer deux nuits blanches à s'entrainer. Et, vu que son entrainement est mental, il en est encore plus fatigué. Son corp bougeait mais son cerveau somnolait. On aurait presque pu dire qu'il était somnanbule. Les oiseaux avaient cessés de chanter, quelques rares animaux passaient dans les environs et, en guise de bruit de fond, la rivière qui coupait le désert en deux parties de part non égale. Ichiro s'arrêta et se laissa tomber sur le sable. Assis, il enleva sa sacoche puis, ses chaussures. Il fit quelques ourlets à son pantalon pour qu'il lui arrive au genoux et enfin, retira sa veste qu'il noua sur sa tête pour ne pas être victime du soleil. Il ne savait pas ou il se trouvait et, Ichiro avait perdu toute notion du temps. Il baleya brièvement le désert du regard et se fut avec déception qu'il constata qu'il s'étendait à perte de vue. Ramassant sa sacoche, la jeune homme décida de continuer sa route, au moins jusqu'a la rivière pour ne pas mourrir de soif. Il avait bien une gourde et quelques victuailles mais, ce ne serait pas suffisant. D'après le bruit, la rivière se trouvait vers l'Est.

    Un pas devant l'autre. Il était si facile de marcher et poutant, les jambes d'Ichiro lui paraissaient plus lourde qu'a l'ordinaire. Fatigue et chaleur donnaient un résultat peu commode. Les gouttes de sueur perlaient sur son visage pour finir leur course sur le sol sec. La gorge sèche, le jeune homme bu quelques gorgées d'eau. Il lui fallut presque vider sa gourde pour que sa gorge retrouve à peu près son état normal. Il avait encore soif mais, gardait le reste au cas où. Le rythme régulier de l'eau sécoulant se faisait de plus en plus fort. Selon ses estimations, étant donné qu'il ne marchait pas très vite, il restait environ une bonne demi-heure de marche.

    C'est alors qu'il entendit un bruit sourd. Ouvrant les yeux, il tourna vivement la tête sur sa gauche. Il vit une silhouette de forme humaine étallée sur le sol. Ichiro aurait pu passer son chemin pour ne pas finir comme lui mais, sa nature de médecin l'en empêchait. Il changea de direction et s'approcha de l'inconnu. Les traits impassibles, il l'observa. Quel était l'idiot qui pouvait s'aventurer dans le désert sans rien emporter? Bah, il devait avoir ses raisons et, Ichiro s'en moquait pas mal. Il retourna l'anonyme de sorte qu'il puisse respirer, puis, Ichiro attrapa sa gourde et la lui tendit. Il ne restait pas grand chose mais, ça suffirait au moins à le garder en vie quelques temps.

    Il avait l'air plutôt jeune, à peu près le même âge qu'Ichiro si n'est moins. Son regard passa ensuite sur la gourde du garçon. Elle était criblé de trou, certainement du à des fléches. Ichiro commençait à comprendre. Il soupira et attendit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lorsqu'on fuit la solitude [PV]   Sam 4 Juil - 13:53

[Merci beaucoup ^-^ J'aime beaucoup les tiens moi aussi =D]

Save the others before yourself


Chaud. Trop chaud. Le soleil tapait sur mes vêtements foncés. Chaud. Trop chaud. Même les yeux fermés, je parvenais à voir ces saletés de rayons m'attaquant. Chaud. Bien trop chaud. Pourquoi tenais-je encore à me battre dans une bataille que j'avais déjà perdue ? Chaud. L'inconscience me gagnait mais je refusais encore de la laisser me prendre sans que je ne tente au moins un petit peu de me défendre. Chaud.... Souffrances. Je n'avais plus d'énergie. Plus aucune ressource. J'étais déjà mort et je me faisais l'effet d'un mort-vivant tentant de revenir à la vie. Peine perdue. Le sable commençait à me recouvrir. Lentement. Grain par grain. Puis soudain... Les rayons disparurent de mes yeux. Une ombre me protégeait du soleil ! Je voulus ouvrir les yeux mais j'en étais incapable. On mit quelque chose dans ma main. Je reconnus une gourde. Sauvé ! J'étais sauvé ! Rassemblant les forces que me donnaient cet espoir, je levai mon bras jusqu'à mon visage et je laissai un mince filet d'eau humecté mes lèvres. Lorsque j'ouvris la bouche, je sentis la vie couler en moi en même temps que les perles douces. L'eau réveillais cependant des douleurs que l'inconscience proche avait effacées. Je fis donc attention à boire lentement et en petite quantité. Après quoi je déposai la gourde pour laisser à mon coeur le temps de se remettre. C'est à ce moment que je découvris que je parvenais à mieux respirer. Ce n'était pas seulement l'effet de l'eau, quelqu'un m'avait retourné. J'entrouvris les yeux pour découvrir qui et j'aperçus un jeune homme penché au-dessus de moi. Le soleil derrière lui l'éclairait d'une lueur irréelle, lui donnant l'air d'un dieu. J'observai son regard mais compris vite qu'il ne me voulait pas de mal. Il n'était pas comme les autres. Dans ce royaume, tout le monde savait que c'était chacun pour soi. Alors pourquoi risquer sa vie en me confiant ses provisions ?
Me sentant quelque peu mieux, je tentai de me relever en m'appuyant sur mes mains. Mais je retombai de suite, toujours aussi faible. J'étais perdu de toute façon. Qu'il m'ai sauvé maintenant ou pas, je mourrais dans pas longtemps. Mes pensées s'envolèrent vers ma mère, ou du moins ce qui restait d'elle dans ma mémoire. la reverrais-je là-bas ? Je l'espérais, même si je regrettais de n'avoir pas fais grand chose dans ma vie. Petit voleur misérable, capable simplement de fuir... Si seulement j'avais pu apprendre quelque chose, un métier qui m'aurait valu quelques mérites ou au moins ma propre fierté. En cet instant, ma pensée fut que j'aurais aimé m'éteindre d'un sourire. Comme une bougie qui s'éteint, laissant sur le monde un mince ruban de fumée se mêlant au vent. Libre à jamais.

La douleur me ramena à la réalité. Je regardai le jeune inconnu d'un regard empli d'incompréhension.

<<Pourquoi ? demandai-je d'une voix rauque et à peine audible.>>

Ce simple mot me railla la gorge et me valu une petite toux qui me laissa encore plus mal qu'avant. J'avais vraiment peu de chance de m'en sortir...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lorsqu'on fuit la solitude [PV]   Dim 5 Juil - 12:45

    * Désolé, j'suis crevée, j'ai fait nuit blanche. XD Donc, mon RP est pas térrible. T_T
    Ichiro se laissa tomber sur le sable. Il posa une main sur celui-ci mais, se ravisa bien vite. Il était brulant. Un baillement échappa au jeune homme. Il observait l'inconnu essayer de se relever, en vain. Une scène bien pathétique, mais, ce n'était pas vraiment sa faute. Ichiro se redressa, il s'approcha du jeune homme, attrapa son bras pour qu'il se redresse puis, passa un des bras de l'inconnu autour de son épaule. Alors qu'il effectuait cette action, Ichiro répondit à sa question.

    " Parce que même les crétins ont droits à la vie. "

    Ichiro commença à marcher, soutenant l'inconnu. De sa main libre, il fouilla dans sa sacoche à la recherche de quelque chose à manger. Lorsqu'il eu trouvé, Ichiro le tendit au jeune homme.

    " Tient, mange ça. "

    A première vun ça n'avait pas l'air très appétissant. De couleur verte, le... " casse croute " était essentiellement composé de plantes. Lorsqu'il avait gouté pour la première fois, Ichiro avait appréhendé. Le gout à beau ne pas être exquis, et la présentation un peu pitoresque, il n'en est pas moin que ce gateau au plante rempli bien l'estomac malgré sa petite taille. Au moins, l'inconnu reprendrait un peu de force. Le soleil était à son zénith, Ichiro n'en pouvait plus. Cela faisait à peine quelques minutes qu'ils marchaient et pourtant, Ichi' avait l'impression que cela faisait des heures.

    Il fallait atteindre la rivière et Ichiro y arrivera coute que coute. Le sable ralentissait ses pas, et pourtant, il ne pouvait rester trop longtemps arrêté car il était bouillant. Pourtant, Ichiro ne paniquait pas, les traits toujours aussi impassible, on ne pouvait savoir clairement ce qu'il pensait de leur situation.

    " Et... tu t'appelle? "

    Ben oui, ils n'allaient tout de même pas aider quelqu'un sans connaître son nom. Certe, cela ne servait pas à grand chose mais, au moins, il se souviendrait de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lorsqu'on fuit la solitude [PV]   Dim 5 Juil - 14:36

[Il est très bien t'inquiète ^-^]

Tout abandonner pour tout recommencer

Je sentis l'inconnu se placer à côté de moi pour tenter de m'aider. Pourquoi se fatiguait-il ainsi ? J'étais faible et j'avais perdu tout espoir. Même la mort, sombre royaume glacé, m'attirait plus que cet endroit. J'aspirais plus que tout à m'en échapper. Quelque soit la porte par laquelle je m'en irais. Il me força à me relever, me soutenant d'une énergie qu'il gaspillait vainement.

<< Parce que même les crétins ont droits à la vie.>>

Je retins une grimace.

*Traite-moi de ce que tu veux. Mais tu ignores tout de moi.*

Que savait-il de mes motivations ? Je pouvais avoir l'air d'un idiot à m'aventurer seul dans ce désert, mais cela en aurait valu la peine si j'avais pu sauver ma vie de cette manière. Ben que désormais, je regrettais de n'avoir pas été transpercé par cette flèche à la place de ma gourde.
Mes pieds traînaient sur le sable brûlant. Je faisais mon possible pour avancer mais mes efforts étaient inutiles. Si je restais debout, c'était seulement grâce à l'aide du jeune homme. A nouveau, je m'interrogeai sur son identité. Qui pouvait-il bien être pour risquer ainsi sa vie pour moi ?

<<Tient, mange ça.>>

Je regardai la nourriture verdâtre qu'il me montrait, sceptique. Manger... Mon estomac criait certes famine, mais j'avais même perdu la force d'avaler quelque chose. Je me forçai cependant à le prendre en main et à l'approcher de mes lèvres. L'odeur nauséabonde qu'il s'en dégageait n'était pas réellement le problème. En revanche, la seule idée de devoir mâcher me mettait le coeur au bord des lèvres. Malgré tout, il avait raison. J'avais besoin de force. J'insérai le bout dans ma bouche et croquai. Heureusement, ce n'était pas trop dur et je parvins tant bien que mal à avaler ma première bouchée... Que je recrachai de suite. Décidément, mon corps était incapable d'assimiler quelque chose. Au moins l'avais-je seulement recraché... Ca aurait pu être pire car, si je l'avais vomi, j'aurais rejeté bien plus qu'une simple bouchée de cette nourriture.

<< Et... tu t'appelle? >>

La question posée par mon sauveur sonna étrangement dans mes pensées. Mon regard qui était avant fixé sur mes pieds se fit lointain, dans le vague. Il ne m'avait pas réellement demandé d'identité, seulement un nom. J'aurais facilement pu lui répondre "je m'appelle Toya Yamada". Mais ce nom était inscrit sur des affiches de recherches et, s'il m'avait sauvé, cela ne voulait pas dire que je lui faisais confiance. Après tout, peut-être me livrerait-il aux gardes. Je réprimai un frisson en repensant aux cages qui m'attendaient s'ils m'attrapaient. Je pouvais tout aussi bien lui donner un faux nom, une fausse identité. Mais cela aurait été lâche compte tenu du fait qu'il était en train de risquer sa vie pour me sauver. Je n'avais pas le droit de le tromper.

<< Peu... peu importe qui... qui je suis, répondis-je avec difficulté. Je... je disparaitrai bien... bientôt de ta vie de... de toute façon... Et toi... qui... qui es-tu ?>>

Se couvrir de mystère et demander son identité était une attitude bien étrange. Mais je ne pouvais me mettre en danger. Et lui, si brave et sans arme visible, il ne devait pas être recherché. Je voulais savoir qui il était et pourquoi il faisait cela. Même si j'ignorais pourquoi je m'accrochais tellement à connaître son identité.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lorsqu'on fuit la solitude [PV]   Dim 5 Juil - 16:17

    Apparament, il ne voulait ou ne pouvait manger. Tant pis. Ichiro soupira, puis, il regarda le ciel. Exaspéré par cette couleur d'un beau bleu azur, sans aucuns nuages à l'horizon, Ichiro se dit que, finalement, peut-être n'arriverait-il pas jusqu'a la rivière, surtout avec l'autre à côté de lui. Mais, il se battra, jusqu'au bout.

    " Peu... peu importe qui... qui je suis, répondis-je avec difficulté. Je... je disparaitrai bien... bientôt de ta vie de... de toute façon... Et toi... qui... qui es-tu ? "

    Un sourire ironique se plaça sur les lèvres du jeune homme. Il ne disait rien de lui et, il voulait qu'Ichiro décline son identité? Un rire, bref, presque innaudible s'éleva de la bouche d'Ichiro. Et puis, comment voulait-il qu'il le sauve si cet inconnu ne croit même plus à la vie. Son sourire s'éffaça lentement. Fixant l'horizon, Ichiro réfléchissait. Pourquoi ne voulait-il pas dire qui il était? Etait-il recherché? Un assassin? Un traître? Fermant les yeux, Ichiro creusa sans sa mémoire. Il jeta un bref coup d'oeil à l'inconnu puis referma les yeux. Tout bien réfléchit, il lui semblait bien qu'il l'avait déjà vu quelque part sur une affiche de recherche. Il n'y avait pas prêté grande attention et ne se souvenait plus du nom inscrit. C'est qu'il ne devait pas être un grand escrot. Il ne releva pas se détail, après tout, il faisait ce qu'il voulait. Décidément, Ichiro se creusait trop la tête. Il passa sa main dans ses cheveux et rouvrit ses yeux. Il sentait faiblir son interlocuteur à chaque pas. Bientôt, il ne pourrait sans doute plus marcher, et, la rivière était encore loin. Il se rappela alors qu'il devait lui répondre, il réfléchirait à une solution après.

    " Si tu n'y met pas du tient, jamais je ne pourrais te sauver. Je m'appelle Ichiro. "

    Il s'arrêta alors, soutenant toujours le jeune homme. Après quoi, il passa devant lui. Ichiro venait de trouver une solution pour aller un peu plus vite et causer moins de souffrance à l'inconnu. Il plia légèrement les jambes puis, reprit.

    " Aller, grimpe, on sera plus vite arrivé. "
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lorsqu'on fuit la solitude [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lorsqu'on fuit la solitude [PV]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Un peu de solitude ne fait de mal à personnes [ Dag Larson]
» Éternelle solitude | Lumi |
» Dans la solitude du desert.
» joséphine ▬ « La solitude effraie une âme de vingt ans »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eldenia Sekai ♔ :: Chemins et Nature :: Royaume de Sable-
Sauter vers: