RPG ~ Manga Médiéval-Fantastique.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un soupçon d'insousciance. ( PV )

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un soupçon d'insousciance. ( PV )   Lun 27 Juil - 13:39

    Izsirka garda un silence pensif. Dans la nature, loin des hommes ? Oui, un pur hasard. Autant chercher une aiguille dans un botte de foin, elle le savait. Les terres d'Eldenia sont immenses, et chercher un homme spécialement là dedans, c'est comme chercher un puceron dans tout le Palais. Mais de toute façon, il pouvait difficilement être plus précis, et elle hocha légèrement la tête. Elle doutait vraiment de le trouver et ça l'attristait plus qu'autre chose, et elle craignait de ne plus le revoir, après cela. Mais enfin, elle n'était jamais restée ainsi bien longtemps, et chassant cette certitude dans les recoins lointains de son esprit, elle en revint un moment présent.
    La nuit avançait lentement, mais elle ne ressentait aucune fatigue. Le temps semblait figé autour d'eux. Les uniques mouvements étaient ceux provoqués par le vent nocturne, bruissement léger du feuillage, sifflement quasiment inaudible... Il transportait des effluves délicats venants des massifs de fleurs aux parfums suaves. Comme si elle venait d'y penser, elle glissa sa main dans sa courte chevelure et y prit la fleur offerte par Ichiro. A la lueur pâle de la Lune, elle l'observa un instant. Pour l'instant, elle n'avait rien perdu de sa beauté, mais elle savait que très bientôt, cette vision élégante ne serait plus qu'une enveloppe noircie et fanée. Mais que pouvait-elle y faire ? La fleur retrouva sa place, et elle retrouva la contemplation de la voûte végétale au dessus de sa tête. Qui dura, peu, à vrai dire, Ichiro la tirant de ses pensées.
    Elle tourna les yeux vers lui, comme pour deviner ce qui motivait une telle questions. Elle ne rechignait pas à parler de ses terres natales. Cependant, elle avait du mal à concevoir qu'on puisse s'y intéresser. Peut être car pour l'instant, elle n'avait jamais eut personne pour lui demander ce genre de choses... Ses amis dataient de quelques années, avant cela, et ils connaissaient ces terres aussi bien qu'elle, sinon plus. Maintenant, elle ignorait ce qu'ils étaient devenus. Sûrement continué leurs petites vies en se demandant où elle était partie.

    -D'un pays, au nord d'Eldenia.Il est...magnifique.

    Ces mots lui avait échappé sans qu'elle n'y réfléchisse, et maintenant à y penser, c'était vrai, c'était simplement beau. Certes, il avait des mauvais côtés, mais vite effacés sous la sérénité des immenses plaines glacés, des fleuves gelés, du désert de neige gigantesque et de la mer recouverte de plaques de glace glissantes. Même lorsque le printemps arrivait, rare était étaient les plantes qui parvenaient à percer la couche d'eau gelée qui couvrait la terre et chargeait les arbres d'innombrables flocons blancs. Avec amusement, elle continua :

    -Mais je crois que ça ne te plairait pas trop. Il y fait toujours extrêmement froid, et il y a très peu de plantes. Que de la neige à perte de vue, des rivières glacées, des montagnes...

    Les animaux aussi n'étaient pas les même. Toute forme animale se recouvrait d'un pelage blanc et chaud et ne le quittait que les instants les plus chauds de l'année, et encore ! Elle se rendit alors compte, juste maintenant, que cette vision lui manquait. Malheureusement, elle ne lui manquait pas assez pour effacer celle de l'homme agonisant. Celui qu'elle avait tué. Son sourire mourut sur ses lèvres, remplacé par un long soupir. Si ce n'avait pas été lui, peut être ne serait-elle jamais partie. Peut être. Le regrettait-elle ? Non, elle se plaisait ici. Cette envie de revoir ces paysages silencieux n'avaient été que la nostalgie des bon moments, rien de plus. Celle qui avait évité les pires pour ne laisser que le bon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un soupçon d'insousciance. ( PV )   Lun 27 Juil - 19:22

    Ichiro avait déjà entendu parlé de ce pays de glace. Son père y était déjà partit, et avait ramené une simple plante, qui ressemblait plus à une racine qu'a une fleur, mais, il disait qu'elle était capable de cicatriser n'importe quel blessure. Ichiro avait essayer de la cultiver ici mais, c'était impossible, il faisait trop chaud. Il gardait donc précieusement la plante dans sa sacoche, au cas où. De la neige à perte de vue... Cela devait être magnifique mais, on devait vite s'en lasser. Lui qui aimait la nature éveillée, ce pays de glace n'était pas fait pour lui. La seule chose qui serait sensible de l'interrêsser serait les animaux mais, ce n'est pas vraiment sa passion première.

    " Pourquoi as-tu fuis ton pays? "

    Les mots étaient partis tout seul. Rouvrant soudainement les yeux, Ichiro regarda Izsirka puis se reprit, d'un voix calme.

    " Excuse-moi. "

    Sa question avait été déplacé. Si elle était partie de chez elle, c'est que, soit elle y avait été obligée, soit elle ne s'y plaisait pas. Dans les deux cas, ses souvenirs ne devaient pas être des plus plaisants. Le jeune homme étouffa un baillement. Il referma les yeux et se laissa bercer par les bruits environants. Les pas reguliers de quelques animaux qui passaient non loin d'eux, le vol léger des oiseaux, la brise qui se prend dans les branches, faisant bouger les milliers de feuilles. Ichiro s'abbandonna quelques instants à ce spectacle audio. Il était fatigué de sa nuit passée, ou il n'avait pas dormi et n'aspirait désormait qu'à une chose, dormir. Pourtant, il ne voulait pas s'endormir. Par politesse, mais aussi parce qu'il aimait bien parler avec Izsirka.
    Ichiro prit la parole et, pour changer de sujet, il dit:

    " La vie de Noble de te semble pas trop ennuyante? "

    Certe, cela devait être quelques choses de vraiment agréable, ne rien faire de ses journées, vivre grâce au roi, mais, les journées devaient parfois parraître longue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un soupçon d'insousciance. ( PV )   Lun 27 Juil - 22:35

    Elle se raidit légèrement, réaction invisible dans la semi obscurité de la nuit, à ses paroles. Fuir... Si il savait comme il avait bien choisit ses mots ! Il s'excusa aussitôt, et elle garda le silence, comme gênée. Si ça avait été autre chose... Elle en aurait parlé. Si elle s'y ennuyait, si elle voulait voir autre chose... Si ça n'avait pas été un corps sans vie qui l'avait motivée, elle lui aurait raconté. Mais que penserait Ichiro de savoir qu'il venait de faire ami-ami avec un assassin ? Elle savait que elle l'avait tué de sang froid, et elle n'en gardait aucun remord. Elle savait aussi que ces assassins étaient nombreux dans ce pays comme dans le sien, mais ces terres gelées, tuer était un acte simplement atroce. Et si elle était restée... Elle aurait eut le droit à l'emprisonnement simple et pur jusqu'à la fin de sa vie – si ce n'était pas la mort aussi. Et cette idée l'avait tellement effrayée, l'une comme l'autre, qu'elle s'était enfuie. Tristes souvenirs, en somme. Elle les chassa de son mieux de son esprit, mais elle ne parvint pas à reprendre toute sa bonne humeur, pour ne faire que la simuler un peu.
    Heureusement, son interlocuteur vint redresser quelque peu la situation, prenant à nouveau la parole. A ces mots, un discret sourire illumina le visage de la jeune femme. Ennuyante. Aujourd'hui, sa vie de noble avait surtout été mouvementée, disons... (xD) D'un ton léger, elle répondit :

    -Parfois, oui. Mais comme tu peux le voir, j'ai de quoi la rendre plutôt mouvementée...

    Elle ne s'expliqua pas plus, ce qu'elle voulait dire étant très clair. Amusée, son sourire grandit légèrement. Il lui fallut quelques minutes pour retrouver un semblant de sérieux, pour continuer et conclure :

    -Le pire, ce sont surtout les autres nobles, en vérité.

    Elle ne s'expliqua pas non plus sur cette phrase, pour la simple raison qu'elle aurait bien du mal à le faire. Comment expliquer qu'elle ne supportait plus la mièvrerie et les faux semblants typiques de cette classe sociale à laquelle elle appartenait ? Ce quotidien où pour se faire bien voir (ce qui était très important, bien entendu), fallait s'organiser autour de quelques tâches toujours semblable : Rassurer le roi sur le fait qu'il est le meilleur et que ses décision sont les bonnes, flatter les autres nobles pour grimper dans l'échelle de la popularité... Et pour elles, dames, même la chasse était interdite. Non, tout ce qu'elles pouvaient faire, c'était papoter, et même les sujets de conversation l'ennuyait. Alors, on pouvait bien se douter qu'elle évitait autant que ce possible tout cela... Elle ne s'y forçait que de temps en temps, pour préserver sa place. Car il est vrai que c'était nettement plus...confortable, comme place. Et même si elle préférait ne pas l'avouer, Izsirka appréciait ce confort. Elle lança, plaisantant, riant plus de elle même que de son compagnon :

    -La vie de médecin n'est pas trop difficile ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un soupçon d'insousciance. ( PV )   Lun 27 Juil - 23:37

    Ichiro sentait la jeune femme se raidire. Dans sa tête, il avait une foules de questions, d'insinuations, mais, il préféra se taire, si elle ne voulait rien lui dire, c'est qu'elle avait ses raisons, qu'elle soient justes ou mauvaises. Il se foutait pas mal que le passé des autres soit bon ou mauvais, pour lui, tout ce qui comptait, c'était ce qu'ils étaient maintenant. Certains tournent mals, d'autres réussissent à s'en sortir. Et apparament, Izsirka s'en était bien sortit vu qu'elle occupé désormait la place de noble. Il respecta son silence, attendant patiament que se soit elle qui le brise.
    Il est vrai qu'elle pouvait sortir, et, apparament, elle était plutôt libre dans ses mouvements. Bien que le ton d'Izsirka ait prit une pointe d'amusement, Ichiro ne souria pas. Il était encore préoccupé par ce qu'elle avait bien pu vivre pour ne pas vouloir en parler. Un décès? Après tout, lui non plus n'avait jamais parlé de ce qu'il avait vécu. Un père mort tué par des soldats de Pallengad, une mère qui s'était laissé mourrir, son était aggravé par une maladie que son père aurait pu guérir s'il avait été là, laissant seul Ichiro qui n'avait alors que 10 ans. Il ne s'était jamais plaint et s'était replié sur lui même, ne vivant plus que pour une seule chose, la médecine, l'envie d'en savoir encore plus, et, bizarrement, aider ceux qui en sont dans le besoin, sans jamais leur demander quelque chose en retour.
    Ce fut à la seconde phrase d'izsirka que le jeune homme dédaigna se tirer de ses pensées. Il posa son regard sur la jeune femme et l'écouta. Les autres nobles? Oui, il n'y avait pas vraiment pensé. Ils devaient être difficil de sonder leur pensés. Ça te sourit lorsque tu leur parles, mais dès que tu tourne le dos, ça te plante un couteau. Il n'avait jamais était confronté à ce genre de situation, mais, ça ne devait pas être toujours très facile. Ichi' esquissa un sourire amusé lorsqu'elle lui demanda si sa vie n'était pas trop difficile.

    " Tu ne peux pas imaginer à quel point je souffre de vivre ainsi. "

    Il avait bien sur dit cette phrase d'un ton ironique. Le jeune homme se tourna et posa coude sur le sol, la tête appuyée sur sa main. Il regardait Izsirka puis reprit, plus sérieusement.

    " Non. Je me vois difficilement vivre sans se statut. J'exerce depuis que j'ai appris à parler. "

    Un sourire amusé fendit ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un soupçon d'insousciance. ( PV )   Mer 29 Juil - 1:22

    (Ridicule petit message. Désolé, Ichiro T_T)

    Les yeux rivés sur le ciel caché, elle souriait encore. Bien maigre protection contre les souvenirs. Peut être semblaient-ils ridicules, peut être y accordait-elle trop d'importance. Mais comment ne pas apporter d'importance à un acte qui changea, c'est de le cas de le dire, radicalement sa vie, jusqu'à son nom, ses habitudes, ses connaissances, son lieu de vie ? Et tout ce qu'elle avait pour oublier tout cela, c'était un maigre sourire et beaucoup de couches au dessus de tout ça, un couche d'optimisme, une couche de fausse naïveté, une couche d'hypocrisie pour la forme, une couche de gentillesse... N'importe quoi pour couvrir et soulager la mémoire à vif. Ça avait toujours marché. Il fallait juste ne pas trop laisser les autres creuser.
    La remarque d'Ichiro, en plus de la tirer de ses pensées bien lointaines, l'étonna au plus haut point. Prenant appuis sur ses coudes, elle tourna les yeux vers elle, incrédule. Ce ne fut que quand elle aperçut son expression qu'elle comprit et un petit rire clair la secoua, son éphémère qui s'évanouit aussitôt, se perdant dans la nuit. Elle l'écouta sourire au lèvres, les yeux pétillants d'amusement.

    -Depuis que tu sais parler ? Commenta-t-elle. Ça doit faire en effet un bout de temps.

    Et il devait en effet beaucoup aimer ça, pour garder cela comme métier tout ce temps. Enfin, tout ce temps... Elle ne savait même pas quel âge il avait, ni même à partir de quand il avait « appris à parler ». Mais même ainsi, il aurait abandonné ça si il n'avait pas aimé. Aider les gens, ainsi... Elle même n'en serait pas capable. Pas assez de générosité chez elle pour ça, ni même la même connaissance ni cette passion pour tout ce qui touche à la médecine. Et elle savait qu'elle ne ferait jamais quelque chose comme ça.
    Elle se retourna, maintenant sur le ventre, et les coudes posés sur la terre devant elle, elle posa son menton sur ses mains, l'observant d'un air rêveur. Ses yeux, songeur, semblaient alors très très loin de là... D'un voix empreinte d'une gentillesse sincère, elle demanda :

    -Pourquoi as-tu choisit de faire cela, si ce n'est pas indiscret ?

    Elle l'observa avec une curiosité non feinte, avec le même genre d'innocence qu'on les enfants. En apparence. Car, il fallait l'admettre, Izsirka était loin d'être innocente ou naïve...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un soupçon d'insousciance. ( PV )   Jeu 30 Juil - 23:56

    Pas vraiment besoin de générosité pour faire ce métier. Enfin, Ichiro voyait les choses d’un point de vue différent des autres médecins qui eux, pratiquent dans le seul but de gagner de l’argent et de résoudre quelques cas seulement quand on les appelle. Pour sa part, personne ne l’appelle, c’est lui qui vient aux autres. Et, pour ce qui est de l’argent, il ne demande jamais rien, c’est pourquoi il n’avait que quelques maigres pièces dans sa miteuse sacoche. Mais, il s’en foutait complètement. Tant qu’il avait de quoi vivre. Il écouta la question d’Izsirka et un léger rire lui pris. Il se moquait de lui-même et non pas de la question de la jeune femme.

    " Disons que je n’ais pas vraiment eu le choix. Lorsque tu as un père passionné qui n’attend qu’une chose : transmettre son savoir, et une mère qui n’en a rien à faire de toi, le choix est vite fait. J’ai été élevé au milieu des plantes, et... "

    Il marqua une courte pause, hésitant à continuer. Ichiro n’aimait pas parler de son passé. Non pas que ça le dérangeait mais, les souvenirs sont souvent douloureux. Même si Izsirka ne pouvait pas comprendre pourquoi. Il se résigna à continuer.

    " ... et lorsque j’étais petit, j’étais curieux, avide d’apprendre. "

    Oui, car curieux, il ne l’était plus vraiment depuis le décès de la seule personne qui comptait pour lui. Son regard croisa celui d’Izsi. Il lui adressa un sourire amical puis reprit.

    " Je suis parfois si exaspéré de la bêtise humaine que je ne peux m’empêcher de la rectifier. Tu serais étonnée du nombre de personnes qui se blessent chaque jours. "

    Ajouta t-il, une pointe d’amusement dans la voix. Le plus souvent, les gens se font des bandages expresse, pensant que ça passera bien un jour, mais, la blessure s’infecte et tout le tralala qui s’en suit. Maladie, immobilité et, au pire, la mort ou l’invalidité. Certes, à chaque fois qu’il voyait des gens malades, il pensait à sa mère, et, c’était ce qui le motivait à faire tout ce qu’il pouvait pour guérir ces personnes, car il savait l’enfer que c’était pour la famille. Oui, car c’était bien un enfer, surtout lorsqu’on s’attache trop aux autres... Bref, passons. Ichiro fixait le sol, totalement perdu dans ses pensées. Il redressa sa tête et observa Izsirka.

    " Et toi, comment as-tu réussir à acquérir ta place de noble? ... Si ce n'est pas indiscert?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un soupçon d'insousciance. ( PV )   Ven 31 Juil - 11:46

    Izsirka garda le silence pendant toute la tirade d'Ichiro. Attentive à ses mots, elle écoutait et comprenait, mais son esprit semblait vaguement perdu dans les lointain. Elle ressentait comme un malaise à l'entendre parler ainsi, et elle se demandait si sa question l'avait dérangé. Ou si elle se faisait juste des idées, comme toujours. Son hésitation, brève, mais qui ne lui échappa pas, la réconforta dans cette idée, mais elle n'en laissa rien transparaître : ce qui était fait était fait, et autant éviter de gêner inutilement le médecin en prenant un air décomposé, n'est ce pas ? Alors elle garda cette curiosité tranquille au fond des yeux et ce demi-sourire qui éclairait son visage.
    Sourire qui devint nettement plus perceptible et rempli d'amusement lorsque le jeune homme finit sur quelques mots plaisantins. Elle croyait se faire une idée du nombre en question, elle connaissait bien la maladresse humaine vu qu'elle en était une cible constante. Bien qu'il était vrai qu'il y avait plus maladroit qu'elle et plus de gens à plaindre qu'elle, de la même façon. Elle le laissa se perdre dans ses pensées, les siennes allant elles-même très loin d'ici, en une époque qui lui semblait déjà bien lointaine. Ichiro faisait un métier bien...noble, comparé à l'inactivité quasi totale de nobles, des gens...comme elle. Ensuite, elle pouvait comprendre que nombreux soient ceux qui les méprisent, petites gens aux existences oisives et inutiles, capricieuses et tout juste bonnes à entamer la fortune royale. Lorsqu'elle avait tout fait pour le redevenir, elle le savait très bien, et à dire vrai, elle ne regrettait rien : à quoi aurait-elle put servir d'autre ? Elle ne savait, il fallait l'avouer, rien faire. Si ce n'est tirer à l'arc ou gribouiller quelques formes sur un bout de papier. Et elle ne se voyait pas du tout ni en artiste ni en soldat. Et puis, de toute façon, pourquoi aurait voulu changer ? Elle avait la chance d'avoir tout ce dont elle souhaitait, de vivre dans un confort peu commun, même si il n'approchait pas le luxe pur et dur qu'ils s'imaginaient toujours. Et elle s'était donné du mal pour y parvenir. Alors autant s'en contenter, sans penser aux pensées des autres, ce dont elle se fichait, d'ailleurs. C'est sur cette résolution qu'elle revint au temps présent, tirée de ses pensées par la voix d'Ichiro.
    Là, cependant, parler fut encore plus difficile. Peut être car cette fois-ci, la façon dont elle était parvenue à ce statut était réellement peu brillante et elle le savait. Moins brillant encore, peut être, que la raison pour laquelle elle était partie. Car pour celle-ci, elle pouvait presque dire que c'était en simple et pure défense. Presque, vu qu'au moment où la dague s'était plantée dans sa poitrine, il ne la menaçait aucunement. Cependant, elle préféra s'expliquer tout de même, choisissant ses mots avec soin, même si son ton, lui, était resté léger :

    -J'avais quelques amis chez les autres nobles. Ça m'a permis d'acheter un titre de noblesse... Rien de bien original. (Par contre, c'est inventé sur l'instant pur et dur, donc je ne sais même pas si c'est possible XD)

    Elle ne disait qu'une infime part de la vérité, elle le savait. Mais ce n'était pas un mensonge, et c'est ce qu'elle avait voulu éviter. Elle ne voulait pas lui mentir, juste masquer certains... détails. Comme par exemple le fait que ces soit disant « amis » ne soient que de vagues contacts et qu'il était bien dur de dire d'où venait l'argent avec lequel elle l'avait acheté, ce titre de noblesse. Ni même comment elle avait pu se procurer cela, alors bien rares étaient ceux qui parvenaient à y accéder. Elle préférait ne pas en parler, de tout ça. Elle adressa un petit sourire à Ichiro, cherchant déjà comment changer de sujet. Apparemment, il avait le chic pour sortir les sujets qu'elle aurait plutôt évité, mais si ça se trouve, c'était peut être aussi son cas pour lui, sans qu'elle le sache. Et de toute façon, elle préférait que tout cela soit abordé avec lui qu'avec un autre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un soupçon d'insousciance. ( PV )   Sam 1 Aoû - 12:03

    * On va dire que c’est possible. ^^’ Bon, c’est court, mais, Dame inspi’ est pas au rendez-vous. Et puis, je voulais au moins te répondre avant de partir pour ne pas te laisser son travail. XD

    Ichiro sentit l’hésitation dans la voix d’Izsirka. Il l’écouta parler. Oh... Alors, on pouvait faire ça ? Acheter son titre de noblesse ? Ça devait coûter cher, mais, c’était certainement le prix à payer pour avoir tout le confort qu’elle souhaitait. Il n’avait jamais vraiment envié les nobles. Certes, ils avaient certains avantages qu’il n’avait pas mais, rien que le fait d’être dépendant de quelqu’un le répugnait. C’était dans sa nature. Toujours dans la même position, ses yeux bleu-gris posés sur la jeune femme, il réfléchissait. Ichiro avait bien comprit que ce sujet la gênait quelque peu. La fatigue se faisait sentir. Etouffant un bâillement, il se décida à s’allonger complètement. Il se remit dos collé au sol et ferma doucement les yeux.

    Il somnolait. Enfin, son esprit somnolait. Il ne pensait plus à rien et lorsqu’il rouvrit les yeux, il se demanda une fraction de seconde ou il se trouvait. Il sourit, amusé de sa propre négligence puis regarda rapidement Izsirka. Il ne devait pas avoir somnolé bien longtemps puisqu’elle était encore dans la même position et semblait tout aussi perdue dans ses pensées. Il ne trouva rien de vraiment constructif à dire. Ichiro se contenta donc de rester allongé, silencieux. Au bout de quelques longues minutes, il prit la parole, brisant ainsi le lourd silence qui s’était imposé.

    On dors ?

    C’était certainement la chose la plus sensée à faire en ce moment même. Et puis, comme ça, Ichiro aura les idées un peu plus claires au réveil. Si Izsirka désirait encore parler, il ne s’y opposerait pas mais, en tout cas, lui, il n’avait plus rien à dire. Enfin, il avait une tonne de questions qu’il ne préférait pas poser, du moins, pas maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un soupçon d'insousciance. ( PV )   Lun 17 Aoû - 19:05

    (Bon, je me suis un peu emportée, désolée xD Si cette lecture t'as ennuyé (ya des chances) prévient moi, je mettrais un peu moins d'ardeur la prochaine fois xD)

    Izsirka, allongée sur le dos, s'étira paresseusement, tel le félin engourdi par sa longue sieste. Ses yeux mi-clos étaient fixés sur la voûte végétale qui leur faisait office de toit. Entre les feuilles sombres entremêlées et des les fines branches fragiles, elle apercevait d'infimes particules de ciel, tâches de bleu nuit dans une mer verte et brune, aux milles reflets. Elle discerna quelques rares étoiles et un tronçon de lune, petit bout pâle de l'astre de la nuit. Sa lumière blafarde parvenait tout juste à percer l'amas de plantes légères, et mouchetaient l'herbe autour d'eux de milliers de points d'argent. Les vents nocturnes apportaient avec eux les effluves délicats d'un massif de fleurs à l'odeur entêtante, suave et tout juste perceptible dans la pureté de l'air frais. Qu'entendait-elle ? Juste le calme de la nuit, le murmure du vent dans les branchages, la silence serein de la nature, et elle se sentit incroyablement... paisible. Plus en sécurité et tranquille ici que partout ailleurs.
    Elle savait qu'elle garderait cet endroit dans son cœur comme un refuge, un foyer de confort et de souvenirs. Comme si ce coin de d'arbres aux lourdes branches et aux troncs sombres, d'herbe tendre et de fleurs couvertes de rosée, était une seconde maison. Elle sourit, tout seule dans la nuit, plongée dans des pensées bien lointaines à vrai dire. Elle aurait pu s'abîmer longtemps dans la contemplation muette de ce qui l'entourait, à l'aide de tout ses sens, mais la voix d'Ichiro la tira de là. Pas brusquement, non ! Cela se fit progressivement, avec douceur, et elle tourna les tête vers lui. Ses yeux brillaient légèrement dans le noir, neutres mais emplis d'étoiles. Avec un très léger sourire, elle répondit à voix basse, comme si elle craignait de rompre l'harmonie de l'endroit, dans un souffle qui se perdit dans le vent :

    -Il vaut mieux, en effet...

    Elle se tut, ton regard, revenant un instant vers le ciel. Après un instant de silence, elle se cru obligée de conclure :

    -Bonne nuit, Ichiro.

    Elle sourit à nouveau, plus pour elle même que pour lui : il ne pouvait pas la voir dans la semi-obscurité. Elle n'attendit pas vraiment de réponse, et se retourna sur le côté pour plus de confort. Comme un chat qui se masse en boule pour dormir, elle ramena ses genoux tout près de son menton, les mèches mi-longues de sa chevelure à moitié étalées sur sa joue. Elle garda un instant les yeux entrouverts, puis sombra dans le sommeil sans même le remarquer.

    Elle se trouvait dans un jardin. Du moins, le croyait-elle... Les larges murs de briques étaient masqués par de magnifiques plantes grimpantes dans les fleurs colorées s'ouvraient doucement, leurs pétales délicates recouvertes d'une pellicule de rosée qui ravivait leurs teintes vives. De petites allées ensablées traçaient d'étroits chemins entre les arbres, garnis de petits banc de point banc et sculptés de milles fioritures inutiles qui ne faisaient que le surcharger de détails. Les arbres majestueux, des chênes, des peupliers, entre autres, se chargeaient d'ombrager délicatement ce petit jardin coquet. Entre leurs racines noueuses, d'inombrables fleurs des champs poussaient, allant du coquelicot au banal bouton-d'or, mélangées aux violettes aux teintes ternies et aux fleurs exotiques qui embaumaient de mille parfums capiteux. Elle savait que ça n'avait aucun sens : comment des végétations si différentes pouvaient-elle coexister ainsi ? Mais cela semblait normal, dans cet endroit privilégié, coupé du monde, aussi normal que le ciel d'un menaçante couleur rouge au dessus de sa tête. Elle s'avançait lentement dans ces petites allées tracées soigneusement, sa trop longues robe traînant avec élégances derrière elle. Elle prit place, avec la dignité d'une reine, sur l'un des petits bancs et sa robe, au milles froufrous et dont les voiles trop nombreux donnaient une taille incroyable, prit toute la place du pourtant large siège.
    Son père s'avança vers elle, sortit de nul part, radieux dans une tenue d'apparat, noire et blanche. Avec un geste d'une galanterie exquise, il lui donna son bras et ils avancèrent lentement dans le jardin. Puis le soleil disparut derrière un immense nuage noir et menaçant, contrastant de façon angoissante avec le ciel écarlate. Son père, à l'expression décomposée, lâcha son bras et tomba sans bruit, prit d'atroces convulsions. Elle ne bougeait pas, le regardant avec froideur. Mais la terre s'ouvrit sous ses pieds avec une violence effrayante et elle chuta dans le noir brusquement


    Lorsqu'elle se réveilla, brusquement, le soleil n'était même pas levé mais elle se sentait reposée comme jamais, malgré son cauchemar étrange, sans queue ni tête. Sans bouger, elle médita un instant sur sa signification. Comme si il devait en avoir une ! Elle chassât l'étrange vision de ses pensées, et en revint au moment présent. Le ciel, nettement plus pâle, était plus clair mais toujours dépourvu de soleil. L'aube commençait à peine à étendre ses doigts de rose au dessus d'eux, et une fraicheur bien perceptible mais non dérangeante s'était installée.
    La jeune femme se redressa légèrement. Ses membres étaient engourdis par son sommeil récent et par le froid mordant du vent. Ce fut celui-ci qui acheva de la réveiller. Elle resta un moment assise, fixant l'horizon jusqu'à apercevoir un fragment timide de l'étoile solaire qui apparaissait lentement. C'est juste à ce moment là qu'elle se rendit compte ne pas être dans sa chambre, mais bel et bien en pleine nature. Elle mit un moment à se rappeler son aventure, et elle jeta un coup d'œil par dessus son épaule. Ichiro dormait encore, mais d'un sommeil qu'elle devinait léger. Elle sourit en voyant son visage. Il est étrange de voir comme l'expression des gens change quand ils dorment, et il semblait plus détendu. Elle l'observa un instant puis se leva très lentement, grimaçant lorsque ses membres protestèrent vaillamment contre sa précipitation. Du bout des doigts, elle retira les brins d'herbes qui s'étaient emmêlés dans sa chevelure et d'un geste négligent, épousseta sa robe comme si c'était la moindre de ses préoccupations – ce qui était le cas. Et elle partit à la recherche d'un point d'eau.

    Elle trouva une petit ruisseau à quelques mètres de là. Ce n'était qu'un filet d'eau pure, mais elle savait que c'était lui qui devait permettre à cet îlot de vie de se développer. Quelques arbres entouraient là aussi le mince cour d'eau, et elle repéra même un saule pleureur, ses longues branches claires frôlant la surface limpide du liquide transparent. Elle s'en approcha et s'agenouilla devant. Son reflet, légèrement brouillé à la surface, lui renvoya un visage pâle mais pas la tête maladive qu'elle aurait cru, ni mal réveillée. Si ses cheveux étaient ébouriffés, elle avait une allure plus ou moins convenable. Elle entreprit de se débarbouiller rapidement grâce à l'eau et en profita pour boire un peu, par la même occasion, puis elle observa un instant encore le ruisseau. Il n'y avait que quelques poissons, mais il s'agissait de minuscules créatures aussi rapides que des flèches, éclairs gris et dorés ternes qui passaient presque inaperçu sur fond de terre sombre et de galets. Elle se redressa, se promettant une toilette plus étudiée plus tard, puis revint lentement vers Ichiro. Au passage, elle cueillit les quelques fruits qu'elle trouvait, de quoi faire un petit déjeuner pour elle et son tout nouveau ami. Elle ignorait si ce geste de pure gentillesse serait bien prit, mais elle résolu de ne pas y songer et prit les quelques fruits déjà mûrs qui pendaient des branches alourdies. En somme, pas grand chose, mais de quoi les contenter, sans doute. Se servant sans vergogne de sa cape pour transporter son butin, elle revint tranquillement vers l'îlot de verdure et y entra, se faufilant entre les arbres et les buissons.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un soupçon d'insousciance. ( PV )   Ven 28 Aoû - 23:05

    * BOn l'idée c'est qu'on se refasse un sujet ailleurs. XD Dit si ça te plait pas, au pire je change la fin. =)

    " Bonne nuit. "


    Le sommeil ne vint pas tout de suite. Il ne sut pas exactement combien de temps il était resté éveillé, à regarder Izsi’, mais, une bonne heure s’en rapprocherait. Ichiro regardait les traits de la jeune femme se déformer. Elle rêvait surement. D’après son expression, ça devait être un mauvais rêve. Fermant doucement les yeux, il crut d’abord qu’il ne trouverait jamais le sommeil, se posant mille et une questions. Après un certain temps, il réussit à fait le vide dans sa tête et Ichiro s’endormit sans s’en rendre compte.

    Un village endormi, quelques lumières encore allumées, des gens ivres qui gueulent des chansons grotesques, une choppe de bière à la main. L’attention était cependant concentrée sur un petit être. Un gamin, se promenant seul dans les rues malfamées. Comme filmé en plongé, on distinguait clairement la chevelure claire et le teint blanchâtre du garçon. Il ne devait avoir pas plus de 8 ans. Ses habits déchirés, sales, et son visage renfermé laissait penser qu’il avait toujours vécu ici. Mais, ça, Ichiro savait que c’était faux. Ce gamin, c’était lui. Dès l’instant où il remarqua cela, sa vision changea. Il se retrouva à l’intérieur du corps. Les images étaient d’une netteté presque réelle. Il ne sentait rien, ne contrôlait pas ses mouvements, se contentant d’observer. Et puis, sa vision se troubla. Cette fois-ci, il se trouvait à l’extérieur de sa maison. Tournant la tête, il vit son père monter sur un destrier gris puis suivre un groupe de soldat, portant les couleurs de Stonefolm. Un gamin sortit de la maison, son lui-jeune, il devait avoir 7 ans. Les larmes coulaient, glissant sur ses joues, s’écrasant sur le sol. Sans rien comprendre il se retrouva de nouveau à l’intérieur de son corps. Courant derrière son père, sachant pertinemment qu’il ne pourrait le rattraper, il tendit la main, cherchant un espoir, comme s’il pouvait l’attraper de ses propres mains. Le ciel était bleu foncé, presque noir, la nuit était fraiche, les images étaient si réelles... Il ressentait les émotions de ce gamin qu’il avait été. Un déchirement, une incompréhension.

    " P'pa ! "

    Ichiro s’était redressé, les larmes coulaient encore. Il lui fallut quelques secondes pour se rendre compte de l’endroit ou il se trouvait. Izsirka était quelques mètres plus loin, en train de cueillir des fruits. Délicate intension. Encore troublé par cette sorte de « Flash Back », Ichiro se leva vivement, jeta un coup d’œil sur Izsi’ puis s’avança vers la petite rivière qui s’écoulait lentement, suivant son cours. Il s’agenouilla puis trempa ses mains, recueillant dans le creux de ses paumes de l’eau qu’il se passa sur le visage. Les images ne cessaient de lui revenir en tête. Priant pour qu’Izsirka ne l’est pas entendue, il observa son reflet dans l’eau. Les yeux encore rouge et le visage encore endormi il trempa entièrement sa tête dans l’eau, la ressortit puis la secoua. Attrapant un chiffon de sa sacoche, il s’essuya rapidement le visage puis les cheveux et se redressa.
    La jeune femme avait déjà déposé sur le sol les quelques fruits qu’elle avait ramassée. S’avançant vers elle, il s’assailli face à elle et pris une baie rouge. Puis, levant les yeux vers elle, il afficha un sourire amical.

    " Salut. Tu as passée une bonne nuit ? "

    Il attrapa un second fruit, sans faire bien attention à ce qu’il avait pris puis se leva. Le jour se levait. Ichiro regarda la jeune femme puis, reprit.

    " Je ne voudrais pas qu’il t’arrive des ennuis, ça te dérange si je te raccompagne jusqu’à Pallengad ?"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un soupçon d'insousciance. ( PV )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un soupçon d'insousciance. ( PV )
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour. (Manon)
» un nouveau succes pour forum haiti .Ole!
» Entre soupçons et certitudes
» Faussement dangeureuse, réellement tendre... Ou l'inverse ? (PV Clause)
» Vaut-il mieux être trompé ou avoir des soupçons ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eldenia Sekai ♔ :: Chemins et Nature :: Forêt du Dragon-
Sauter vers: