RPG ~ Manga Médiéval-Fantastique.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une vocation peut en cacher une autre... [Pv' with Jia-Li]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Une vocation peut en cacher une autre... [Pv' with Jia-Li]   Dim 7 Juin - 5:09

Haut dans le ciel, le soleil tapait fort aujourd'hui. Les oiseaux ne chantaient plus, préférant voler dans les courants d'air chaud encerclant la ville. D'ailleurs, avec toute l'agitation qui régnait, rares seraient ceux capables de tendre assez l'oreille pour daigner les entendre. Une véritable foules circulait dans les rues étroites, sans faire attention à ce qui se passe aux alentours. Parmi tout ce monde, une crinière d'argent blanc se distinguait facilement. D'une part grâce à la couleur incongrue de ses cheveux. De l'autre, par les rares qui connaissaient son nom. En effet, seul, son nom pouvait imposer le respect dans n'importe quelle ville. Sauf peut être à Stonefolm, mais bon, c'était compréhensible, vu qu'il n'était autre que le Capitaine des Armées de Pallengad.
Le jeune homme déambulait à sa guise sur les pavés. Son inspection du camp d'entraînement fut plus rapide que prévue, et donc il se retrouvait à errer sans but précis entre les marchands de babioles et les commères de quartiers qui n'arrêtaient pas de piailler sur les divers potins "bien chaud" du moment. Cet homme n'arrivait pas à comprendre comment les vieilles femmes parvenaient à faire se propager aussi vite des nouvelles normalement classées secrètes avec leur simple réseau. C'était effarant, quand on y regardait de plus près.
De fil en aiguilles, ses pas le menèrent à un endroit bien inhabituel pour lui. Il se retrouvait devant la Forge de la cité. Ayant un peu de temps devant lui, l'homme pénétra dans la bâtisse fumante où résonnait ça et là le marteau frappant sur l'enclume, le bruit du soufflet dans l'âtre, ou même le bruit d'une lame chauffée à blanc trempée dans l'eau glaciale. Ici travaillait une demi-douzaine de forgerons, chacun pouvant fabriquer à sa guise ses armes grâce à l'architecture particulière du bâtiment, leur réservant un espace personnel de travail suffisant. Il arpenta un long moment les "box" de chacun, puis l'un d'eux attira son attention. L'artisan s'était absenté, surement pour casser la croûte ou prendre un peu d'air. Par contre, sur une table en bois reposait une paire de double-dagues, encore neuves.
Même dans la semi-obscurité du lieu, les lames semblaient briller comme au soleil de midi. Leur contour tranchant se distinguait tant sur le bois qu'on eût qu'elles appartenaient à une autre dimension. Le manche était entouré d'une bande de tissu écarlate et les gardes avaient été obtenues à partir d'un métal d'or rosé dont il ignorait le nom. Quelques runes ornaient les bases des tranchants, sans néanmoins surcharger l'esthétique des armes.
Le Capitaine eut l'audace de s'en emparer, à peine du bout des doigts, comme craignant une force invisibles émanant des dagues jumelles. Pourtant, une fois qu'elles furent bien placées dans ses paumes, il accorda un dernier regard à son katana blanc, qu'il avait déposé sur la table quelques secondes auparavant. Ensuite, le jeune homme se contenta de fermer les paupières sur ses yeux d'argent. Son échine fut parcourue d'une frisson tandis qu'il se laissait "envahir" par les lames brillantes et pures telle l'aube.
Sans le moindre préambule, le jeune homme se mit à faire quelques mouvements harmonieux, histoire de les tester. Un grand sourire se dessina sur ses lèvres fines. Ces armes étaient excellentes. Satisfait de ce constat, il n'eut aucune retenue, et se mit littéralement à "danser" avec les doubles lames. Aucune erreur, ni la moindre fioriture ne vint entacher ce tableau d'une rare beauté. L'homme faisait corps avec ses armes, bercé dans une danse dont lui seul connaissait la partition et le secret.
Dans une véritable transe, le capitaine enchaînait les mouvements, postures d'attaques et de défenses, et parfois même se permettait d'introduire quelques atemi de son invention. D'un oeil extérieur, il aurait pu sembler à une divinité de la guerre, mais cela, il s'en fichait. Il s'en fichait tous comme les regards des forgerons présents qui l'observaient avec curiosité ou un large sourire railleur. Car eux, savait qui venait de forger ces doubles dagues exceptionnelles. Et justement, ils savaient que cette personne pourrait voir d'un très mauvais oeil le fait qu'on touche à sa marchandise...
Mais il continuait à s'en ficher royalement. Il était bien trop hypnotisé par sa communion avec les lames qu'il n'entendit pas approcher la propriétaire, ni sentit son regard vert intense se poser sur lui. Seules lui importaient la perfection et la pureté de ses gestes précis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une vocation peut en cacher une autre... [Pv' with Jia-Li]   Jeu 11 Juin - 2:46

    Comme on le dit souvent : Apres l’effort, le réconfort XD Et après avoir passer tout son temps, de bien avant le lever du soleil, jusqu'à ce que celui-ci atteigne son Zénith, Jia-Li n’avait cesser de travailler sur son projet. La lubie lui avait prit tôt hier soir alors qu’elle feuillait son carnet de croquis. Elle était alors tombée sur un de ses vieux croquis , datant sans doute d’après l’accident. A partir de ce moment, elle avait passer la nuit a la forge, regroupant tout ce dont elle aurait besoin des les premières lueurs du Soleil. Si ca n’aurait tenue qu’a elle, Jia aurait commencé sur le champ mais malheureusement le souvenir d’une dispute avec les voisins la contraint a attendre. Et oui, ses rares voisins en avaient marre d’entre la Forge toute la nuit, même si a l’extérieur, le bruit était moindre qu’a l’intérieur…Ce fut donc juste avant l’aube qu’elle se mit au travail et elle y passa toute la matinée. Les autres forgerons ne furent pas surprit de la voir déjà a l’œuvre, certains lançant parfois une blague sarcastique du genre « Elle se tuera a la tache…Pas comme son père ! » et a cela suivait généralement le rire rauque et débile de l’auteur de la plaisanterie. Sauf que sa ne faisait rien que lui et a chaque fois, Jia-Li prenait sur elle, se mordant la lèvre a s’en faire saigner pour ne rien laisser paraître. Elle noya sa rage dans le travail, ne comptant pas ses heures.

    Puis, petit a petit, lentement, le dessin griffonner sur un simple bout de papier prit corps. Les lames prirent formes, la garde, élaborer avec de l’or rose attendait avec impatience de recevoir la lame. Et enfin, lorsque le fer était a la bonne température, a la fois assez chaud pour être encore travail a petite échelle et assez froid pour ne plus perdre sa forme finale. Alors, avec une grande habilité et une étonnante patience, avec une petit instrument en métal, Jia grava au centre de la lame, une citation en rune ancien « Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. » Puis en plus petit mais avec autant de précisons, elle signa son ouvre comme a son habitude, en gravant a la limite de la garde la lettre J. Une fois finie, elle la polie avec un soin extrême et s’accorda enfin une pause.
    Jia remit en place son bandeau bleu ainsi que quelques mèches rebelles. Elle avait chaud et sa gourde était complètement vide. Jia enleva alors son épais tablier ainsi que ses gants en cuirs, plongea les mains dans la bassine d’eau glacé et s’aspergea le visage avec un soupire de soulagement. En travaillant elle avait complètement perdu la notion du temps mais son ventre criant famine lui indiqua qu’il ne devait pas être loin de midi. Déposant les dagues sur le comptoir intérieur a son box, elle décida d’aller manger quelque chose a l’Auberge. Au passage elle lança au forgeron qui était dans le box voisin


    « Hey ! J’ai déposer quelque chose sur le comptoir ! Que personne n’y touche compris !? »

    Le forgeron haussa les épaules comme pour dire « Ok si tu veux ! » mais le regard de Jia, lui, disait « Le premier qui y touche je le tue ! ». Elle se dirigea alors vers l’Auberge, se fondant dans la foule…Enfin pas franchement car son allure assez dévêtue lui valait quelques regards bizarres xD Mais elle n’était pas la seule a attirer les regards car elle croisa un jeune homme aux cheveux blancs qui suscitant bien de jacassement. Sauf que Jia avait trop faim pour s’attarder là-dessus !
    A l’Auberge, elle commande une cuisse de poulet avec une miche de pain et de l’eau. Son « plat » fut servit quelques secondes plus tard. Mais elle n’eut pas le temps d’en profiter Uu


    « Hey ! Norihisa ! »

    Jia se retourna et fusilla du regard celui qui l’avait appeler ainsi et elle frappa du poing contre la table en bois.

    « Jia-Li ! Ca t’écorcherais la langue de m’appeler Jia-Li ?! » Sa voix laissait bien entendre qu’elle était furieuse. S’il y a bien une chose qu’elle n’aime guère, c’est bien qu’on l’appelle par son nom ! Elle expira longtemps pour se calmer puis continua ; « Que se passe-t-il ? N’y aurait il pas moyen de manger en paix ? »

    Le forgeron réprima une réplique et se demanda comme une gamine de 19 ans pouvait lui manquer de respect a ce point ! Mais pas le temps pour ca, il avait quelque chose d’important a lui dire.

    « Calme-toi ! Y’a un homme qui manipule tes dagues alors… »

    Il n’eu pas le temps d’en dire plus car Jia l’avait bousculé pour se précipiter vers la sortie. Jamais elle n’avait parcourue la distance entre la Forge et l’Auberge aussi vite. En courant parmi la foule, elle bouscula d’autres personnes, ne prêtant aucune attention a leur vocifération.
    Elle entra précipitamment dans la Forge et marcha a grand pas vers son atelier. Les quelques forgerons qui n’étaient pas en pause eu des sourires narquois en la voyant ainsi. « Oho on risque de bien rigoler ! » « Attention La voila ! » et autres paroles furent murmurées sur son chemin. Puis enfin elle arriva a son box et Le vit. Elle avait deja ouvert la bouche pour lui gueuler dessus mais rien ne sortit.Lui ? Comment pouvait il etre ici ? Enfin Il n’avait rien a faire la ?! Voila les questions que ce posait la jeune blonde en voyant de près pour la première fois Shintaro Fujihiro ! Le Chef de l’Armée de Pallengad ! Comment elle le connaissait ? On déjà « connaître » était un bien grand mot…Jia savait qui c’était pour l’avoir souvent espionné, lui et ses troupes pendant leurs exercices. A la stupeur général, elle se contenta de la contourner et de sa placer face a lui mais a une bonne distance. Elle regarda .Non ! Admira sa maitrise des armes même si elle si connaît plus en Iaido qu’en cet art là. Son regard vert émeraude ne laissa rien paraître et fixait le jeune homme, détaillant chacuns de ses gestes ; Puis il se posa sur Son Katana. Du premier coup d’œil elle vu qu’il n’était pas fruit de son travail. Lentement, la main s’empara le l’arme du Chef. Apres tout il avait les Siennes, pourquoi elle ne pourrait pas utiliser La sienne ?

    Puis, sortant la lame de son fourreau, elle revint a sa place, mettant le Katana en position Défense. A vrai dire elle ne savait pas vraiment que faire. En fait si…Mais elle ne savait comment si prendre sans abimer les dagues. Finalement l’occasion se présenta lorsque Shintaro exécuta un mouvement où son bras gauche effectuait une rotation au dessus de sa tête et le droit une attaque directe ((sorry jme souviens plus du nom du Kata Uu)) alors elle passa a l’action. Ce fut rapide et précis : Avec sa main gauche et son avant bras elle stoppa le même bras du jeune homme en agrippant avec sa main son coude et le tint immobile en l’air. Alors avec la katana dans la main droite, elle le mit de telle sorte à dévier légèrement le tracer de la dague.
    Ils étaient dans une position bizarre mais au moins il ne bougeait pas les dagues xD Jia maintient sa prise bien que sa position fut plus qu'inconfortable ! Faut dire aussi qu'il avait une sacrée force le bougre Uu Mais bon Jia était butée et comptait bien rester ainsi tant qu'il n'aura pas ouvert les yeux! Puis elle pensa * Moi qui voulait le voir de pres xD je suis servie sur ce plan la!* Mais bon, finalement elle n'avait peut etre pas choisi la meilleure methode !
    Sous le regard des autres personnes presente Ils restairent ainsi un petit moment,et Jia ecouta des remarques des uns et des autres.

    « Qui c'est ce type ?!» « M'enfin t'es bete où quoi !» « Bizarre qu'elle est pas pouser une beuglante comme d'habitude...»

    *Je vous entend abrutis Uu !*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une vocation peut en cacher une autre... [Pv' with Jia-Li]   Ven 12 Juin - 0:53

Est-ce le guerrier qui manie son arme, l'aiguise pendant maintes heures ou le contemple des jours entiers, ou bien n'est-ce pas la lame qui forge le soldat, affinant ses sens, modelant parfois ses mains tant elle fut tenu par son maître ? Chacune de ses interrogations n'a aucune réponse. Tout dépend du point de vue des rares combattants, qui, ayant vécus un nombre incalculable de batailles, ont acquis la "conscience" nécessaire vis à vis de leurs "compagnons" que sont leurs armes, fétiches ou non. Et le Capitaine faisait partie de ceux-là, malgré le fait qu'il eut fait couler peu de sang, en comparaison avec ses "collègues". Peut-être que cela explique l'un des surnoms donnés par ses frères d'armes. Tsukiyo No Seiketsu Yaiba. La Lame Pure sous le Clair de Lune. A moins que ce ne soit en rapport avec la pureté de ses mouvements, le plus souvent répétés à l'extérieur lorsque la lune pleine éclaire de ces rayons argentés la cour du palais ou celle de la caserne. Bref, nous ne sommes pas là pour échafauder des théories sur l'origine des nombreux surnoms qu'ont lui attribuait, mais bien à sa "danse".
Envoûté par ses propres pas, enivré par ses propres gestes, ce jeune homme n'en finissait plus d'enchaîner les katas sur une "partition" guerrière, ni trop rapide, ni trop lente. Il savait jauger parfaitement les vitesses, et alternait sans cesse. Pourtant, rien ne semblait être écarté. Ses pieds battaient le sol de terre. Du bout des doigts les dagues sifflaient une douce mélopée dans les airs. Tout n'était que perfection dans sa "chorégraphie". Ses mouvements s'enchaînaient sans une fioriture, a tel point que lui même s'interrogea sur ses actes, au bout d'un moment. Chose qui lui passa bien vite tant cela l'absorbait. Il n'entendait plus rien. Il ne voyait plus rien. Il ne sentait plus rien, si ce n'est que le martèlement de ses pieds sur le sol ou les dagues dans ses paumes.
A tel point qu'il faillit ouvrir les yeux quand quelqu'un osa l'interrompre dans son ballet Divin. Qui pouvait donc bien OSER l'obliger à stopper sa danse ? Qui était assez fou pour cela ? Il fallait que ce soit la maîtresse et créatrice des doubles dagues avec lesquelles il se faisait une joie de "s'évader" dans sa "folie". Certes, la position était incongrue, et sur l'instant, les autres artisans s'étaient tût, avant de murmurer assez fort pour que tous entendent que cette réaction n'était pas le moins du monde normale. L'homme d'arme se décida enfin à révéler à ses iris d'argent la personne dérangeante, mais il eut un moment d'hésitation. La prise de son adversaire était ferme. Déterminée. Presque comme celle d'un soldat. Presque, car il manquait encore de force dans ses poings. Et d'ailleurs, aucun soldat, même de Stonefolm n'aurait pu lui empêcher de continuer...

Dans ce cas, qui était donc cette personne ?

Ses paupières s'ouvrirent, dévoilant à ses yeux un visages juvénile encadré de mèches blondes et de quelques perles multicolores. Des iris vert intense se plantèrent dans son regard observateur et un peu étonné. D'ailleurs, il avait déjà croisé ce visage et ce regard, mais où donc ? Le capitaine ne s'en souvenait plus. Et qu'importe, il avait d'autres problèmes. A commencer par savoir comment une simple forgeronne avait acquis une telle dextérité pour le stopper dans son élan. Cet acte ne se réservait qu'à une poignée de guerriers de son régiment, alors de quelle façon aurait-elle pu l'empêcher de poursuivre, bonté divine ! s'insurgea en lui même le jeune homme à la crinière d'argent blanc.

<< Je vois que Mademoiselle se débrouille fort bien, quoiqu'elle soit encore un peu maladroite. Cependant, laissez moi vous montrez l'un des contre de ce blocage basique que vous venez d'utiliser sur moi...>>

Le capitaine lui sourit en lui adressant un petit clin d'oeil, puis d'un tour de main, prit la dague de sa main droite à l'envers, tout comme celle de sa main gauche. Lames pointées ainsi, il devenait facile pour un soldat comme lui les failles de son adversaire en une fraction de seconde. Il glissa sur sa droite, plongea sous le katana pour mieux passer dans le dos de la forgeronne, en ayant pris soin de la désarmer d'un revers de poignet au passage. Tel de l'eau s'échappant entre les doigts, le jeune homme se faufilait là où bon lui semblait. En moins d'un battement de cil, il se retrouvait derrière Jia-Li, ses bras entourant son cou nu, les lames froide frôlant sa peau légèrement basanée. Un petit sourire étira ses lèvres. Il voulait voir de quoi elle était capable. Et surtout, savoir si elle avait vraiment de la force et de la technique, ou si plus tôt cela n'était qu'un coup de chance. Il devait savoir.

<< Au fait petite, la prochaine fois que tu veux nous espionner, essaye de trouver une autre cachette que celle de la grimpée de lierre, derrière le rempart nord-est de la caserne. Un jour, cela pourrait t'attirer des ennuis si quelqu'un d'autre que moi t'y trouvais. Je connais les moindres recoins de ces bâtiments. >>

Voilà, il s'était ENFIN souvenu de ce visage blond et de ce bandeau azuré. Du coin de l'oeil, il l'avait aperçu de nombreuses fois en train de les observer. Il n'avait rien rien dit à personne car il sentait que ce n'était pas un espion de Stonefolm en mission. Le Capitaine avait le flair impressionnant pour ce genre de chose. Bref, son murmure maintenant terminé, il retira les lames de sous son joli visage pour éviter de le lacérer. A l'aide de son pied, il ramassa son sabre sans se baisser et le prit dans sa main droite, tandis que la dague avait rejoint sa sœur dans sa paume gauche. Il admira son reflet dans leurs lames jumelles, puis s'adressa à leur propriétaire.


<< Ce sont là des armes d'exceptions. A un détail près. Le métal d'or rosé est un peu léger pour une garde de ce calibre, mais ce n'est peut être qu'une impression. Puis-je connaître votre nom, Mademoiselle ? >>
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une vocation peut en cacher une autre... [Pv' with Jia-Li]   Lun 4 Jan - 0:58

  • Des années durant, la jeune forgeronne avait espéré pouvoir un jour approcher le Capitaine de l'Armée de Pallengad. A de nombreuses reprises, elle avait espionné les soldats durant leurs exercices, se levant des les premiers rayons du Soleil, qu’il neige, pleuve ou vente, rien ne pouvait lui faire rater la moindre sortie des Soldats. Evidement, certains exercices restaient secret aux habitants « ordinaires » mais Jia avait réussie a faire parler certains gardes. C’est qu’elle est maligne la petite et que certains gorilles qui servent a la protection de la Caserne ne sont pas des lumières : des promesses en l’air et Hop le tour est joué ! Et puis il y avait Konosko, le mari de celle qui l’avait recueillit après l’Accident, lui aussi était un soldat de Pallengad…Enfin maintenant il ne servait plus directement en temps que soldat a proprement parler, mais c’est lui qui se chargeait des recrutements et de la gestion des stocks d’armes. Bref, parfois, lorsque Jia-Li retournait chez eux pour un diner où juste pour rentre visite comme ca, ca lui arrivait de lui glisser a l’oreille le lieu de la prochaine sortie des Soldats. Il savait que ce qu’il faisait était interdit et sévèrement puni mais il avait confiance en elle et savait que cela lui permettrait peut être un jour de devenir elle aussi soldat, enfin du moment où elle ne se faisait pas prendre…Mais pour le moment tout cela était loin car pour la première fois de sa vie elle voyait Shintaro Fujihiro de prés …Et de très près même…
    Jia l’avait souvent vu le loin, cacher dans un buisson, au sommet un mur ou dans le creux d’un rocher, a entrainer ardemment ses troupes…A chaque fois qu’elle entendait ce nom, c’est son imagination qui complait le manque de connaissance : elle imaginait aussi bien son caractère comme la couleur de ses yeux, était toujours trop loin pour voir ce genre de petit détail…Mais là, en cette instant, elle pouvait voir le moindre détail de ce personnage qu’elle enviait, respectait et d’une certaine manière jalousait…Dans cette position plus qu’inconfortable qu’étrange, elle se surprenait a le détailler du regard, observant ses cheveux aux reflets d’argents, sa tenue blanche complexe...Puis il ouvrit les yeux, enfin.
    Les yeux nacrés du jeune homme se plongèrent quelques secondes dans celui vert émeraude de Jia. Quelle ne fut pas la stupeur de la jeune blonde devant un tel regard…Elle l’avait imaginer avec un regard bleu clair ou alors vert mais jamais d’une telle couleur…Faut dire ce celle-ci allait beaucoup mieux avec son visage bien dessiné, bref charmant…Sauf que maintenant qu’il avait ouvert les yeux, maintenant qu’il connaissait le visage de cette jeune effronté qui avait oser l’interrompre alors que les autres personnes n’avaient même pas lever un pouce, qu’allait être sa réaction ? Pour Jia, cela ne faisait aucun doute, il allait rentrer dans une colère noire…


    << Je vois que Mademoiselle se débrouille fort bien, quoiqu'elle soit encore un peu maladroite. Cependant, laissez moi vous montrez l'un des contre de ce blocage basique que vous venez d'utiliser sur moi...>>

    Ca alors ! Même pas une once de colère dans sa voix !Elle était restée calme et posée, comme si tout était normal, le plus simplement du monde ! Deuxième surprise pour Jia : il n’avait rien de l’homme colérique, au contraire il semblait d’un calme infini…Il lui adressa un sourire et un clin d’œil qui laissèrent Jia perplexe, puis, bien qu’il l’avait prévu , elle ne comprit pas vraiment ce qui se passa. En quelques seconde, il se retrouva dernière elle, entoura son cou de ses bras, le contact froid des lames contre sa peau. Il souriait. Jia aussi souriait, mais pas pour la même raison. Elle souriait face a sa bêtise, qu’elle idiote ! Puis elle sentit son souffle chaud contre sa nuque, il s’apprêtait a parler…Allait t’il a réprimander ? Non …

    << Au fait petite, la prochaine fois que tu veux nous espionner, essaye de trouver une autre cachette que celle de la grimpée de lierre, derrière le rempart nord-est de la caserne. Un jour, cela pourrait t'attirer des ennuis si quelqu'un d'autre que moi t'y trouvais. Je connais les moindres recoins de ces bâtiments. >>

    Ainsi il savait…Mais alors pourquoi n’avait il jamais prévenu les Gardes ? Pourquoi n’avait il rien fait pour l’empêcher d’espionner les Soldats ? De nombreuses questions se bousculaient dans sa tête. Décidément Shintaro était un personnage plus complexe qu’elle ne l’aurai cru…Dans la Forge, le silence était quasi-totale…Faut dire que l’attitude de la forgeronne ainsi que du Capitaine était plus qu’étonnante. Un sourire se dessina sur le visage de la jeune blondinette.

    « Il semblerait que je n’ai pas réussie a assisté a la séance montrant cette parade…A moins que ce ne soit le jour où je me suis faite prendre par ce stupide garde… »

    Arrogance quand tu nous tiens…A vrai dire, elle ne s’était pas vraiment faite prendre par le garde en question et avait réussi a prendre le large avant qu’il ne lui tombe dessus. Mais suite a cette mésaventure, elle avait préféré attendre un moment avant d’y retourner. Ce qui la gênait le plus a présent, c’était de s’être ridiculiser devant la totalité des Forgerons. Elle qui, depuis la mort de son père, était parvenue difficilement a gagner leur respect…Respect mon œil ! Ils ne s’appréciaient guère et tous les coups étaient permis pour pourrir la vie de l’autre. Et maintenant ? Maintenant elle allait avoir droit aux railleries de ses « collègues », la poisse…
    Jia senti enfin l’étreinte du Capitaine se desserrer et pu se dégagée. Elle mit une distance entre eux, se dirigeant a l’intérieur de son box, se séparant de lui par le comptoir un bois. La mise refrogner, elle le regarda réunir les dagues jumelles et admirer les reflets multicolores qu’elles offraient. Elle s’avoua une chose : il a un grand respect pour les armes et les manies a merveilles.


    << Ce sont là des armes d'exceptions. A un détail près. Le métal d'or rosé est un peu léger pour une garde de ce calibre, mais ce n'est peut être qu'une impression…>>

    Cette simple phrase lui fit l’effet d’un coup de poing dans l’estomac. Non mais franchement, qu’est ce qu’il y connaissait en matière de métal lui ? Elle serra les poings, ravalant une réplique qui lui brulait les lèvres et ce, malgré le compliment qu’il venait de faire au sujet de son travail. Elle était comme ca Jia, les compliments lui passent par-dessus la tête alors que les remarques concernant des défauts lui font comme des décharges électriques…

    « Je connais mon travail Monsieur, l’Or Rose est un métal léger, certes, mais très résistant…Permettez moi une remarque : je ne discuterais pas de vos méthodes avec les Soldats, laissez donc la connaissance du métal aux forgerons, je laisserais celui du combat a des hommes comme vous… »

    Trop loin Jia, tu es allée trop loin cette fois. Elle s’en était rendue compte mais n’avait pas réussi a empêcher les mots de sortir. Se mordant la lèvre inferieur, elle guetta la réaction du jeune Capitaine…Derrière lui, un forgeron que Jia appréciait mais sans plus fit non de la tête, lui faisant comprendre que cette fois, elle risquait gros, que son caractère de cochon allait lui couter chers…Et le pire c’est qu’elle en était consciente ….

    « Excusez-la Capitaine Fujihiro ! Cette jeune effrontée ne sait pas ce qu’elle dit … Elle a mauvais caractère, ne faite pas attention a elle je vous prie … »

    Imastu Reinoko, le forgeron du box voisin venait de prendre la défense de Jia, enfin elle prit sa comme ca…Pourtant elle le fusilla du regard. Elle n’avait pas besoin qu’on la défende, elle pouvait le faire toute seule…Même si cette fois, elle ignorait comment …


    (( Désolée c’est pas top >< je change si tu veux ^^ Sinon on stop ce RP et on en reprend un autre …A toi de voir ;D ))
Revenir en haut Aller en bas
Shintaro Fujihiro

avatar

Féminin
Nombre de messages : 30
Age : 23
PUF/pseudo : Ael
Localisation de votre perso : Quelque part en terre Pallengad...
Petite Phrase : Sois la lumière. Sois les Ténèbres. Qu'importe. Danse, Tsukishiro.

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Une vocation peut en cacher une autre... [Pv' with Jia-Li]   Mer 19 Jan - 2:00

    Le regard perdu dans les reflets iridescents des lames, le jeune homme pensait. C’était vraiment des armes exceptionnelles. Légères, souples, d’une maniabilité extrême, même pour un soldat fraîchement enrôlé. Le léger déséquilibre pouvait forcer celui qui le maniait à adapter la puissance qu’il donnait dans un coup, puissance qui ferait toute la différence dans un combat rapproché… Honnêtement, c’était les plus belles dagues que le Capitaine eût jamais le loisir de contempler ou de se servir. Et à en déduire la réaction de la demoiselle, elle était sûrement celle qui les avait forgées. Une femme forte dans un monde presque exclusivement masculin. Cela lui plût. Énormément, même…

    C’est à ce moment là que la réplique cinglante fusa. Un silence pesant enfla entre les protagonistes, qui fut maladroitement brisé par un autre forgeron, qui se confondait en excuse. La gêne monta encore d’un cran. Le silence retomba. Toujours penché sur les dagues, des mèches blanches dissimulaient le visage du Capitaine des Armées. Des secousses faisaient trembler son corps. Alors comme ça, il n’avait qu’à s’occuper de ce qui le regardait ? Quelle insolence ! Décidément ma petite, en plus de l’interrompre dans sa « Danse », tu te permets d’oser critiquer aussi ouvertement la technique des soldats ?

    Crois-moi, c’est une énorme erreur que tu viens de commettre, ma blondinette… Et c’est pourquoi Shintaro explosa de rire.
    Oui, il riait, et à gorge déployée qui plus est. Décidément, la forgeronne était un sacré numéro d’impertinence et de détermination à la fois, qui ne se laissait marcher sur les pieds par personne. Cette fille lui plaisait. Elle aurait pu faire un excellent soldat, avec son propre libre-arbitre. Pas comme certains fils et filles de nobles complètement empotés. De vrais moutons arthritiques, ceux-là… Rien qu’à cette pensée, Shin dû se tenir les côtes pour essayer de se calmer/ Sous les yeux abasourdis des artisans, il essuya une larme de rire et ramassa Tsukishiro de sa main libre. Se redressant, son regard acéré se planta sur le dos de l’artiste du métal. Un sourire triomphant trônait sur ses lèvres.

    _ Je n’ai interdit à personne de critiquer mon art de la guerre, ma petite. Il faut être sacrément sûr de soi pour en assumer les conséquences. Tu es l’une des rares à l’avoir jamais fait…
    Le Capitaine fit une pause, observant une éventuelle réaction. J’aime ça. Mon constat était simple ; ce déséquilibre au niveau de la garde peut être autant un avantage qu’un inconvénient pour celui qui manie ces doubles-lames. Je ne faisais que donner un avis guerrier vétéran. Mais puisse que vous semblez si susceptible, jeune effrontée dont j’ignore toujours le nom…

    Shin se tut un instant, l’air songeur. En premier lieu, il avait pensé à ébrécher ces armes, ou à les briser. Mais c’eut été du gâchis pour lui, et un affront incommensurable pour elle. Détruire un travail si soigné sous les yeux de son créateur tient de la cruauté et du sadisme les plus abjects qui soient. Il n’était pas si cruel que cela ; il respectait le travail d’autrui. Ensuite, lui vint une meilleure idée… Si cette gamine croyait que ces armes étaient si bonnes que ça… Pourquoi ne pas le vérifier maintenant et tout de suite, dans un véritable combat ?

    _ … Moi, Shintaro Fujihiro, en tant que guerrier, je vous provoque en duel afin que vous puissiez juger de vous-même la véritable valeur combative de vos dagues jumelles.


    Ses paroles firent l’effet d’une bombe parmi les forgerons. La plupart ouvraient des yeux ronds, les autres s’étouffaient dans leur barbe. Et lui, il souriait, savourant l’impact de ses mots. Elle avait cherché, elle avait trouvé. Des frissons naissaient sur sa peau tannée, alors qu’il tendait désormais ses armes à la demoiselle. Il n’y avait aucune colère qui émanait de lui. Juste… Une joie indescriptible. Une joie effrayante. Car c’était le genre le joie qui fais perdre le contrôle de soi. Une ivresse guerrière commençait à s’instiller dans les veines de Shin… Il avait tant besoin de savoir si tout à l’heure ça n’avait été qu’un coup de chance…


(( post sorti d'on ne sait où... xD ))
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eldeniasekai.1fr1.net/t275-shintaro-fujihiro-h-capitaine-
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une vocation peut en cacher une autre... [Pv' with Jia-Li]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une vocation peut en cacher une autre... [Pv' with Jia-Li]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une lettre peut en cacher une autre... [Vik]
» Une bonne nouvelle peut en cacher une autre ►Alex & Flo◄
» Un train peut en cacher un autre
» Une menace peut en cacher une autre
» Une voiture peut en cacher une autre (rp privé Ayou)[Avorté]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eldenia Sekai ♔ :: Cité de Myridia [Ville] :: Myridia la Grande :: La Forge-
Sauter vers: