RPG ~ Manga Médiéval-Fantastique.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Keishi Hasegawa

Aller en bas 
AuteurMessage
Keishi Hasegawa
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 469
Age : 25
PUF/pseudo : Azed'Jyën
Localisation de votre perso : Se tourne les pouces entre Ston' et Myri'
Petite Phrase : La Vengeance est une cruelle Maitresse...

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Keishi Hasegawa   Jeu 4 Juin - 23:54

KEISHI HASEGAWA


~ HISTOIRE ~


Keishi n’a pas toujours été ce qu’il est : une personne froide, distante, ne ressentant que haine et indifférence. Il fut un temps où l’assassin royal de Stonefolm, qui alors n’en était pas encore un, n’était autre qu’un petit garçon insouciant, vivant dans la plénitude et le bonheur les plus aboutis. Laissez-moi vous le conter.

Il y a environ vingt-quatre ans, Isano Hasegawa, fermier d’un village de Stonefolm proche de la frontière, rencontra Kyoko Hibari, simple habitante de ce même village. Rapidement, ceux qui n’étaient que des inconnus l’un pour l’autre se rapprochèrent progressivement, devinrent tour à tour des amis puis des amants, et enfin se marièrent. Certains prétendirent que Kyoko n’accepta d’officialiser l’union uniquement par nécessité, mais toute communauté avait son lot de mauvaises langues. Il était cependant vrai que la jeune femme était enceinte dans un stade avancé, puisqu’elle donna le jour à Keishi trois mois après la cérémonie. Personne ne savait vraiment ce qu’il en était dans l’esprit de la jeune mère, mais cela n’empêcha pas la petite famille de vivre une existence paisible et tranquille durant les douze années suivantes.

Pendant cette période, Keishi grandissait. Le simple nourrisson devint très vite un garçon joueur, riant souvent, toujours à courir dans les prairies alentour avec ses amis, à aider Isano aux travaux des champs tels le labourage ou les semences, ou encore à observer Kyoko mijoter diverses recettes tant odorantes que délicieuses. Régulièrement, approximativement tous les deux mois, un colporteur faisait escale au village. Il échangeait ses marchandises ainsi que des nouvelles du monde contre le gîte et le couvert. Ainsi, Keishi, accompagné de ses amis, écoutait les récits du marchand itinérant avec de grands yeux innocents avides de contes d’aventure. Il s’imaginait déjà en soldat glorieux, luttant pour l’honneur de son royaume et les yeux de sa princesse. Mais ses rêves étaient loin, très loin de la réalité. Et, le jour même de ses douze ans, la guerre qui battait en Eldenia rattrapa le village.

Ce jour-là, Kyoko avait fait deux grosse tartes, une à la pomme et l’autre aux myrtilles, et tous les enfants du village avaient été invités à la ferme Hasegawa. Tout le monde riait et s’amusait, et Keishi, en roi de la fête, avait eu droit à une couronne de bois confectionnée par son père. Pourtant, cette journée vit également des soldats arriver dans la communauté. Les habitants accueillirent ces hommes en héros, les braves combattant qui luttaient contre l’oppresseur. Nul ne se doutait de ce qui allait arriver, les paysans n’ayant jamais vu les armoiries de leur royaume. Ils ne pouvaient savoir que Pallengad foulait les terres de Stonefolm, et que leur village ne serait que l’un des nombreux rasés. Nul ne pouvait prédire le massacre dont ils seraient victimes, dont seul un enfant serait rescapé, marqué à vie. Et pourtant, c’est ce qu’il advint de l’agglomération. Tout au long du spectacle, Keishi resta paralysé par le choc. Il ne bougea pas un muscle, aucune larme ne coula le long de sa joue, il ne ressentit ni peur ni peine. Il observa le spectacle comme s’il était désincarné. Il ne ressentit rien lorsque la hallebarde vint s’empaler sur son père. Il ne ressentit rien non plus lorsque la hache vint trancher sa mère de l’épaule à la hanche. Et même lorsque le soldat brandit son épée pour le tuer, il n’éprouva aucune peur. Cependant, le coup ne vint pas. Le commandant du détachement, dans un élan de pitié ou de sadisme, décida de laisser l’enfant en vie, et l’abandonna là.

Ce ne fut qu’une fois les soldats partis que Keishi comprit la situation. Tombant à genoux, il rejoignit ses parents en pleurant toutes les larmes de son corps. Sa famille, ses amis, son village, tout ce qu’il avait était détruit. Et le garçon pleura cette perte, il pleura l’arrachement de son âme encore fragile d’enfant innocent. Ses larmes coulèrent une journée entière. Puis, lorsqu’elle se furent taries, il quitta ce lieu de désolation. Vidé, désespéré, n’ayant plus aucun goût à vivre, Keishi se mura en lui-même. La lueur de vie avait quitté ses yeux, et c’était plus un automate qu’un humain qui se rendit dans la forêt toute proche.

Là, il céda la place à son inconscient, et sombra dans une carapace épaisse de méfiance et de peur. Etrangement, il ne s’endormit pas pour ne plus se réveiller, mais continua à se mouvoir et à survivre, vivant comme une bête sauvage dans ces bois hostiles. Il passa ainsi deux ans, enfermé en lui-même, laissant ses réflexes et ses rêves s’occuper de lui. Mais un jour, il advint qu’une patrouille de Stonefolm se hasarda dans cette même forêt. L’inconscient de Keishi veillait toujours, mais il était fatigué, et réagit trop tard. Alors que ses jambes le firent courir, deux des hommes en armure l’attrapèrent et le maintinrent à terre. Il eut beau se débattre, que pouvait faire un garçon de quatorze ans désarmé contre deux hommes dans la force de l’âge, bardés de fer comme ils l’étaient ? Rapidement maitrisé, l’escouade décida de ramener le jeune adolescent sauvage à la capitale, où il fut mis aux fers.

Keishi avait peur, mais la cellule était un endroit tranquille, où il n’avait pas à se battre pour avoir à manger, où il pouvait dormir tranquillement. Après une semaine, il s’habitua à cette pièce froide, et commença à se détendre. Lentement, il émergeait des profondeurs de lui-même. Pendant ce processus de « réveil », le roi de Stonefolm en personne vint voir la trouvaille de ses soldats. Semblant intéressé, il demanda à l’adolescent de tout lui raconter. Keishi était réticent au début, mais cet hommes ailé avait une présence tellement imposante qu’il ne put refuser. Puis, sitôt les premières phrases sorties, il se sentit soulagé. Il avait besoin d’en parler, et décrit au roi tout ce qu’il lui était arrivé. Celui-ci l’écouta sans broncher, puis l’informa que les responsables de cette attaque étaient des Pallengad. Ainsi instilla-t-il les prémices d’une haine viscérale envers ce royaume et son peuple. Kyoya revint le voir par la suite, continuant son embrigadement. Puis, lorsqu’il eut fini, il proposa un marché à Keishi : devenir son assassin, et ainsi pouvoir venger tous ses proches, en échange de quoi il aurait un toit, une paie et un couvert. Sans hésitation, l’adolescent scella son destin, devenant alors un neuvième pion, un pion caché, un exécuteur royal.

Pendant trois ans, on apprit à l’apprenti assassin les différentes techniques de combat, passant des mains nues aux haches d’arme. Mais Keishi développa une affinité au sabre, aussi spécialisa-t-on son enseignement dans le Kenjutsu. A la fin de sa formation, le roi le soumit à un test : aller par-delà la frontière, sans arme ni armure, tuer un soldat, et rapporter une preuve de son acte, le tout en moins d’une semaine. Le jeune homme, qui avait alors dix-sept ans, n’attendit même pas la fin du briefing pour partir, en courant, jusqu’à la Traverse d’Eldenia. Par chance, il y avait une patrouille juste de l’autre côté du pont, aussi Keishi attrapa-t-il un bâton par terre et chargea. La haine insufflée par Kyoya avait un effet peu commun sur lui : à peine eut-il reconnu l’emblème sur leur plastron qu’il sombra dans une rage incontrôlée. Le massacre des siens revint devant ses yeux, et il ne pensait plus que cela : « Ce sont eux les responsables. Ils payeront pour ce qu’ils ont fait. » Ne laissant pas le temps de dégainer aux militaires, il se servit du bâton pour les assommer, puis il leur rompit tour à tour la nuque. Puis il pris leurs armes, avant de retourner à son nouveau chez-lui.

L’opération n’avait pas pris plus de cinq jours à Keishi, et quand il revint près du roi afin de poser les armes des trois soldats à ses pieds, celui-ci ne put que féliciter le jeune homme, en lui annonçant qu’il était maintenant véritablement son assassin, et en lui donnant son arme. L’arme en question était un katana, dont la lame noire ne reflétait aucune lueur. Lorsque l’assassin fraichement promu en demanda le nom, le roi lui tint ce discours : « Cette lame est encore vierge. C’est à toi de la baptiser, car c’est désormais la tienne, Keishi. » Le sabre eut donc pour nom Yamiyo, signifiant Nuit Noire.

Suite à sa promotion, le jeune homme fut directement envoyé en mission, sa nouvelle arme à la main. Il la réussit haut la main, puis enchaina ainsi les contrats les uns après les autres, toujours avec efficacité. C’aurait presque été l’assassin parfait, si sa haine envers Pallengad ne le poussait pas à devenir extrêmement violent en présence des ressortissants de ce royaume.

_________________
"Qui es-tu ? Que veux-tu ?
Personne, et rien... Tu es déjà mort.
"

KEISHI HASEGAWA



Chôko :
Spoiler:
 


***

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eldeniasekai.1fr1.net/fiches-de-personnages-f79/keishi-ha
 
Keishi Hasegawa
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kaori Hasegawa, péripapétitiene
» Hasegawa Asaki chef ! (it's over)
» Les gribouillis de Sophian Meyjin-Hasegawa
» Travel notes from a restless vagabond [ Carnet de bord de Seiichi Hasegawa ]
» Voulez-vous rp avec moi, ce soir ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eldenia Sekai ♔ :: Administration :: Gestions des personnages :: Fiches de Personnages-
Sauter vers: