RPG ~ Manga Médiéval-Fantastique.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Il y avait ton sourire.... » Seiran

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: « Il y avait ton sourire.... » Seiran   Mer 22 Avr - 18:15

« J’veux pas qu’on m’dise, que la vie c’est comme ça… »



      Le vent mordait ses lèvres pleines et si délicieuses. Ses joues étaient rougies par la sécheresse du désert. Son corps était emmitouflé dans une robe finement tissée, d’une belle couleur bleu nuit. Un coup de vent, fit se détachés ses longs cheveux noirs qui volaient maintenant au gré du vent, changeant de direction comme les envies susceptible de l’élément. Ses pieds fins avançaient péniblement parmi ce désert au sable rouge. Elle vit un abri plus loin. Ou ce qu’elle prit pour un abri. Dans l’état de fatigue qu’elle était et le eu de visibilité que lui offrait les grains de sable qui voltigeaient autour d’elle, Shuri ne pouvait affirmer que ce n’était pas qu’un simple tas de pierre. Après tout, même un bloc de pierre la protégerait mieux de ce vent qu’en plein milieu du désert. Le bleu de ses yeux était invisible, perdu entre ses paupières plissées fermement contre le vent. La jeune noble s’était encore une fois égaré. Quoi que, pour s’égaré aussi loin, vous allez me direz, faut vraiment pas être fut fut n’est-ce pas ? Pourtant, la jeune Shuri était loin d’être idiote. Non, elle était juste malheureuse. Elle ne savais plus où elle allait. Où elle allait lorsque ces pensées revenaient obligatoirement vers Lui. A ce moment, ses jambes au galbe parfait la menaient où elle le voulait. Y aurait-il eu un ravin qu’elle y serait tombée. Mais ne serait-ce pas mieux ? Des envies suicidaires ? Non.. Une délivrance… Une délivrance de cette douleur dont elle n’arrivait pas à se débarrasser. Mais Shuri était trop réaliste pour ça. Non pas qu’elle était égocentrique, mais elle savait qu’ici, des gens l’aimaient. Elle serait égoïste d’agir ainsi. Et puis ne serait-ce pas trop simple ? La jolie demoiselle n’avait pas cette façon de penser. Elle préférait encore de loin marcher, marcher encore, plutôt que mettre fin à ses jours. Après tout, peut-être qu’a force de déambuler, elle trouverait quelque chose ou quelqu’un qui saurait lui faire renouer avec la vie. Qui sait… Perdue dans ses pensées, la cheville de la jeune noble se coinça à la base d’un caillou et elle tomba, alors qu’une douleur atroce lui enserrait maintenant le pied. Elle était maintenant allongée et le sable aurait vite fait de recouvrir son corps frêle. Mais elle était si fatiguée. En quoi serait-il mal de s’endormir. Et sa cheville lui faisait si mal qu’elle se demandait si elle arriverait à re-marcher…
Revenir en haut Aller en bas
Seiran Kou
Warrior Hurlant


Féminin
Nombre de messages : 146
Age : 25
PUF/pseudo : Kemushi
Localisation de votre perso : En train de se faire dessouder par des pigeons mutants
Petite Phrase : L'ennemi est con. Il croit que c'est nous l'ennemi, alors que c'est lui.

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: « Il y avait ton sourire.... » Seiran   Mer 22 Avr - 20:55

    Du sable, du sable, et encore du sable. Des cailloux, aussi. Un peu. Et du sable... Un très joli sable, il fallait l'admettre. Mais tout cela restait quelque peu répétitif.
    Seiran soupira en protégeant ses yeux de son bras. Qu'était-il venu faire dans cet endroit ? Il ne lui restait que quelque jours de permission, et il allait se paumer dans un désert. C'était tout lui, ça. Il revenait à peine de Myridia, et avait voulu visiter la région avant de rentrer dans son royaume. Mais une nouvelle fois son extraordinaire sens de l'orientation avait guidé ses pas vers une destination inconnue. Voilà bien pourquoi il ne monterait jamais en grade : il se fourrait toujours dans des situations inattendues, et il aurait mené ses troupes au beau milieu de nul part sans le vouloir...
    Au milieu de nul part. Oui, c'était bien cela. Aussi loin que le jeune homme pouvait voir, il ne distinguait personne. Il était seul. Le vent soufflait à ses oreilles, c'était l'unique bruit aux alentours. Il entendit également le murmure de l'eau qui coule, lointain et distant. Il ressentit les battements de son propre cœur, sourds et profonds. Le jeune soldat goûta quelques instants à cette solitude, tentant de déterminer s'il s'y sentait bien ou non. Mais Seiran cessa bien vite ses réflexions pour se remettre en marche : il était militaire, pas poète, et maniait bien mal les paroles et les pensées qui s'agitaient en lui.
    Le vent se fit plus vif, bien moins agréable. Le sable volait et tourbillonnait autour de lui, réduisant son champ de vision. Le jeune homme se décida à chercher un abri, afin d'y attendre une accalmie. Distinguant vaguement ce qui semblait être une sorte de tas de pierres, il se dirigea d'un pas hésitant vers l'édifice en pestant une nouvelle fois contre son sens de l'orientation complètement moisi. Il manqua de trébucher plus d'une fois, et commença à douter sérieusement de la beauté de ce désert. De la caillasse, maintenant ! Du sable, des cailloux, du sable, du vent, du sable, et une demoiselle. Les yeux gris de Seiran se figèrent sur la silhouette immobile d'une jeune fille étendue sur le sol. Bah finalement, il était joli, ce désert...
    Le jeune soldat marcha d'un pas vif vers l'inconnue, un peu méfiant tout de même. Mais ses quelques soupçons s'envolèrent lorsqu'il s'agenouilla aux côtés de la demoiselle. Elle était d'une grande beauté, ses longs cheveux sombres tombant en cascade autour de son visage délicat. Ne sachant pas vraiment quoi faire, le jeune homme posa délicatement une main sur l'épaule de la jeune fille. Sa voix rauque malgré son jeune âge s'éleva dans l'air, et fut assez audible malgré le vent qui s'amplifiait.

    - Vous avez besoin d'aide ?

    Mister question stupide, oui j'écouuuute ? Seiran se sentit un peu bête. Une demoiselle étendue dans un désert alors qu'une tempête couvait avait forcément besoin d'aide. Il attendit toutefois une réponse, cherchant des yeux le fameux abri qu'il avait cru distinguer...

_________________
[S]eiran [K]ou

Relève toi quand ils auront compté jusqu'à neuf...






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://[url]https://www.youtube.com/watch?v=33pw2nEAHgc&a
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Il y avait ton sourire.... » Seiran   Jeu 23 Avr - 12:02

« J’voudrais plus voir, j’aimerais mieux plus sentir… »



      Shuri ne vit pas le jeune homme arrivé. Elle n’entendit pas ses pas sur le sol au mélange sablonneux, couvert par le son aigu du vent. Mélodie qui commençait à la bercer. Ses yeux d’azur étaient fermés et couvert par une mèche noire de ses cheveux. La fatigue l’emportait et elle naviguait entre une dangereuse réalité et la paix des rêves. Cette paix idyllique, que l’on ne ressent jamais. Ce bonheur, ce vide, ce bien-être, valeur de ce pays imaginaire, conçu par nous, pour nous plaire, pour son rassurer, indéniablement. Mais tout le monde le sait. Dans les rêves, on peut voir tant d’espoirs s’envoler en se réveillant… Ses rêves étaient le seul endroit où elle Le voyait encore, image d’une netteté aquatique, si parfaite qu’elle le croyait encore vivant. Et là, elle se réveillait, et retrouvait son lit, seule, loin de lui. Et elle voulait se rendormir, encore quelques heures, sous les rayons du soleil d’aube. Ou alors, au contraire, ces rêves l’a malmenaient, la torturaient. Dans ces moments là, elle voulait se réveiller et oublier. C’est ce que l’on appelle communément un cauchemar n’est-ce pas ? Ce qui effraie les enfants. Mais Shuri n’était plus une enfant. Voila presque deux ans qu’elle avait dépassé la majorité. Elle était toute jeune adulte certes mais plus une enfant. Pourtant, son visage était d’une pureté enfantine, des lignes régulières, une peau lisse et pale. Shuri ne s’aperçut de la présence masculine du jeune soldat que lorsqu’il posa sa main sur son épaule. Alors, elle refit le chemin qui l’a menait à la réalité, sentant de nouveau le vent sablé fouetté son visage et la douleur lancinante à sa cheville. Elle ignorait si c’était une entorse, si elle était cassée, ou tout ce que vous vouliez, Shuri n’était pas médecin. Elle ouvrit alors les paupières, dévoilent le bleu cristallin de ses yeux, et les posa sur la silhouette masculine qui se tenait près d’elle. Face au soleil, elle le discernait que très mal, mais ce n’était pas l’important pour le moment… Sa voix avait en effet percée le silence installé dans une simple question. Shuri ne sut pas quoi répondre. Lui expliquer qu’elle venait de se tordre la cheville sur un caillou, qu’elle était fatiguée, qu’elle ne pouvait pas se relever et sûrement pas marcher. Trop long.

      « J’ai mal à la cheville… »


      C’était déjà bien suffisant. Après tout le ton sur lequel elle l’avait dit traduisait son manque de sommeil. Et les mots employés le fait qu’elle ne pouvait pas marché. Après, elle n’avait pas pensée qu’elle laissait le jeune homme se démerder avec ça. Habituellement, elle lui aurait dit que ça allait, et elle aurait trouvé la force de se relever. Mais pas aujourd’hui. Pas aujourd’hui…
Revenir en haut Aller en bas
Seiran Kou
Warrior Hurlant


Féminin
Nombre de messages : 146
Age : 25
PUF/pseudo : Kemushi
Localisation de votre perso : En train de se faire dessouder par des pigeons mutants
Petite Phrase : L'ennemi est con. Il croit que c'est nous l'ennemi, alors que c'est lui.

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: « Il y avait ton sourire.... » Seiran   Jeu 23 Avr - 18:10

    Mal à la cheville ? Voilà qui expliquait pas mal de choses. S'être foulé la cheville était un assez bon prétexte pour rester étendu sur le sol d'un désert alors qu'une tempête couvait. Seiran hocha simplement la tête, comprenant la situation. La fatigue et la lassitude qu'il pouvait sentir dans la voix de l'inconnue l'inquiéta quelque peu. Cette demoiselle avait-elle marché longtemps pour arriver ici ? Dans quel but était-elle venue se paumer dans un désert ? Venant du jeune soldat, c'était assez compréhensible. Mais de la part de cette jeune fille, qui paraissait si délicate, c'était étonnant.
    De toute évidence, la jeune personne devant lui n'était pas une fille du peuple. Assez observateur, le jeune homme avait déjà remarqué ses mains à la peau parfaite, son teint pâle de porcelaine, ses lèvres pleines appelant aux baisers les plus audacieux. N'importe quelle conscience masculine aurait désiré cette femme. Et ainsi prostrée sur elle même, si fragile que tout semblait pouvoir la briser, l'inconnue n'en était que plus attirante.
    Loin de ces pensées de séduction, l'esprit de Seiran était plutôt orienté vers la pratique. Où abriter cette demoiselle ? Sans un mot, il se redressa sans pour autant s'éloigner. Son regard d'acier scruta rapidement les alentours. Il ne voyait que cette étendue de sable, qui semblait infinie. Le jeune homme savait qu'en revenant sur ses pas, il retrouverait les chemins plus praticables, puis une route commerciale importante. Mais il avait mis des heures de marche, il n'était pas envisageable de parcourir ce trajet à nouveau, encore par ce temps et avec une blessée qui, apparemment, étant dans l'incapacité de marcher. Les yeux plissés, s'abritant derrière son bras, le soldat retrouva enfin la silhouette incertaine de l'abri qu'il avait cru distinguer. Vu de plus près, cela ressemblait plutôt à une sorte de monticule rocheux isolé au milieu de cette mare sablonneuse. Mais bon, il n'allait pas faire le difficile...
    Aussitôt, Seiran mit un genou à terre. Il ignorait comment s'y prendre avec cette demoiselle. Il agit donc avec professionnalisme, et se présenta rapidement :

    - Je m'appelle Seiran. Je vais m'occuper de vous.

    Il songea rapidement que cette expression n'était pas forcément rassurante, notamment de la part d'un homme armé. Il passa une main dans ses cheveux ébouriffés par le vent et soupira. Préférant agir plutôt que de s'enfoncer d'avantage, le jeune homme passa un bras autour des frêles épaules de l'inconnue pour l'aider à se relever. Ignorant l'étendue des dégâts, il se résolut à prendre la parole à nouveau :

    - Pourrez-vous marcher si je vous aide ou faut-il que je vous porte ?

    Se sentant un brin niais avec ses questions de preux chevalier, Seiran évita le regard de la jeune femme et fixa des yeux leur futur abri. Le monticule se trouvait à une centaine de mètres de là, et le soldat tenta de calculer le temps qui cela leur prendrait pour l'atteindre en attendant une réponse de la mamzelle.

_________________
[S]eiran [K]ou

Relève toi quand ils auront compté jusqu'à neuf...






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://[url]https://www.youtube.com/watch?v=33pw2nEAHgc&a
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Il y avait ton sourire.... » Seiran   Jeu 23 Avr - 21:35

« J'peux surtout pas croire, que ces des choses qui arrivent. »



      Oui, c’était vrai que voir une jeune femme tel que Shuri en plein milieu du désert, extenuée en plus, ça ne doit pas beaucoup faciliter la compréhension n’est-ce pas ? Mais bon, la situation n’était pas forcément au blabla. D’autant qu’une tempête sérieuse commençait à monter dans l’air, ne soulevant le sable qu’avec plus de vigueur, comme porté par une force nouvelle. Il devenait dangereux de rester là trop longtemps. Je veux dire, plus que d’habitude. Car le désert n’avait jamais été un endroit très recommandé et pourtant, on trouvait encore des personnes le traversant. Pourquoi ? Simple folie ? Défi personnel ? Chaque cas est unique et ce serait un peu long de les étudier non ? Quoi qu’il en soit en ce moment, les deux silhouettes humaines étaient bien là, l’une couché sur le sable chaud, l’autre debout près d’elle. Le jeune soldat fit rapidement sa présentation. Enfin, il se nomma quoi. Seiran. Lorsqu’il s’agenouilla pour aider notre demoiselle à se redresser, cette dernière put enfin voir ses traits. Elle ignorait quel âge il pouvait avoir, n’ayant jamais été très douée pour déterminer ce genre de choses. Tout comme l distance qui les séparait encore de « l’abri ». Elle avait bien vu que le jeune homme s’y intéressait aussi. En se redressant, appuyé contre le corps du jeune homme, Shuri effaça une grimace de douleur et passa les doigts de sa main droite sur son visage, un peu comme pour se remettre les idées au clair. Cela n’eut pas entièrement l’effet désiré. Enfin, c’était mieux que rien.

      « Shuri… »


      La réponse était intervenu certes quelques secondes plus tard mais bon au moins s’était fait. Les deux jeunes gens savaient au moins à qui ils avaient à faire. Quoi que comme on le dit si bien, l’habit de fait pas le moine. Lorsqu’il lui demanda si elle pouvait se tenir de bout jusqu'à l’abri, Shuri releva son regard cristallin sur le visage masculin. Seiran gardait ses yeux pointé à l’horizon… La belle noble baissa le regard.

      « Je l’ignore. »
Revenir en haut Aller en bas
Seiran Kou
Warrior Hurlant


Féminin
Nombre de messages : 146
Age : 25
PUF/pseudo : Kemushi
Localisation de votre perso : En train de se faire dessouder par des pigeons mutants
Petite Phrase : L'ennemi est con. Il croit que c'est nous l'ennemi, alors que c'est lui.

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: « Il y avait ton sourire.... » Seiran   Sam 25 Avr - 13:59

    [ Désolée du retard =) ]


    L'esprit toujours concentré sur la distance à parcourir, se perdant dans des calculs aussi inutiles qu'illogiques, Seiran fut surpris par la voix claire de la jeune fille. Un mot, un seul. Shuri. Autant l'avouer, le soldat ne comprit pas immédiatement cette réponse bizarre à sa question. Shuri, ça ne voulait rien dire. Après quelques secondes d'interrogation, le jeune homme mit enfin les choses à leurs places.
    Un prénom simple, mélodieux. Prononcé par une mélodieuse voix féminine, il ressemblait à une musique envoûtante. Occupé à associer le patronyme à l'inconnue, il ne prêta presque pas d'attention à la réponse de cette-dernière. La situation quelque peu problématique se rappela bien vite à lui, et il prit les choses en main en déclarant simplement :

    - Il faut nous mettre à l'abri rapidement.

    Comme si cette phrase laconique expliquait tout, il prit doucement la demoiselle dans ses bras. Entre ses bras rudes forgés par un entrainement régulier et une vie de militaire, Shuri lui semblait si légère, une douce plume prête à s'envoler par ce vent qui s'amplifiait... Il ne doutait pas de sa capacité à porter la mamzelle jusqu'à l'abri en question, ayant entièrement connaissance de ce qui était en son pouvoir ou nom. Pourtant, en soulevant la jouvencelle, il ressentit un élancement dans les côtes, brutal et fulgurant, souvenir d'un combat récent.
    La douleur disparut comme elle était venue, pourtant ce brusque rappel servit de leçon au jeune homme : pas de folie avant son rétablissement total. Sans un mot, il s'assura qu'il tenait bien la jeune femme et se mit en route avec précaution. Il n'était pas habitué aux présences féminines, et s'en rendait bien compte depuis quelques jours. Durant cette permission il n'avait cesser de côtoyer des femmes, lui qui était le guerrier par excellence. Il se sentait donc étrangement ému à l'idée de protéger la demoiselle qui tenait serrée contre lui. Il prit garde à ne pas trop bouger la cheville blessée de Shuri, sentant bien que la jeune femme souffrirait en cas de maladresses. Une foule de questions se bousculait dans l'esprit du soldat : qui était cette fille, que faisait-elle là, y'avait-il des personnes à sa recherche ? Aucun mot de franchit les lèvres de Seiran. Le temps n'était pas vraiment à la délicatesse, encore moins aux questions superflues : le sable volait et tournoyait autour des deux jeunes gens, de telle façon que leur visibilité s'estompait chaque minute un peu plus. Atteindre le monticule de pierre rapidement était à présent capital, car se perdre dans le royaume des Sables en plein tempête était franchement la dernière chose à faire si l'on voulait vivre vieux.
    Le jeune homme accéléra donc le rythme, trébuchant parfois sur l'une des pierres qui jonchaient le sol. Il fulminait intérieurement malgré son visage impassible : qui donc au monde avait eu l'idée de foutre des cailloux dans cet endroit ? Hein ? Ça ne servait à rien, à par faire ch*er des honnêtes gens. Occupé à maudire les pierres innocentes du Royaume de Sable, le soldat faillit entrer en collision avec l'abri qu'il cherchait. Vu de près, il était un peu plus grand qu'il ne l'avait cru. C'était une bonne chose, et le moral de Seiran remonta.

_________________
[S]eiran [K]ou

Relève toi quand ils auront compté jusqu'à neuf...






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://[url]https://www.youtube.com/watch?v=33pw2nEAHgc&a
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Il y avait ton sourire.... » Seiran   Sam 25 Avr - 19:37

« Pour tout ceux qu'on laisse, pour tout ceux qu'on perd »


      Certes, il fallait impérativement se mettre à l’abri, n’importe qui un minimum conscient serait arrivé à la même conclusion. Mais où ? Shuri se sentit bientôt soulevé de terre, avec une facilité qui paraissait surprenante. Bien entendu, la jeune demoiselle n’avait jamais été très lourde, sa silhouette svelte le démontrait. Elle ne s’y opposa pas, après tout, comment pouvait-elle faire autrement ? En un rien de temps, elle se retrouvait dans les bras musclés de Seiran, sa tête reposant sur son torse. Elle, ne s'était pas retrouvé dans les bras d'un homme depuis un peu moins d'un an. Depuis sa mort. Mais la fatigue l'empechait de penser à ça. Et la situation, était des plus différente. Son regard bleuté se posa sur le visage impassible du soldat. Pourquoi faisait-il cela ? Pourquoi se donnait-il tant de mal à la mettre à l’abri elle aussi ? Alors qu’elle n’était qu’un pois de plus pour lui, le fait de la porter ralentissant considérablement la marche du beau jeune homme. Pourtant, ils avançaient. Ainsi, il poursuivait leur chemin, un pas après un autre, inlassablement. Et bientôt, l’effort masculin porta ses fruits. Car une paroi, bien plus proche que ce que l’on pouvait croire, s’était montrée face à eux. Shuri plissa légèrement les yeux pour essayer d’apercevoir les contours de la grotte mais n’y parvint pas. Tant pis, il serait bien temps d’évaluer la grandeur une fois à l’intérieur. Pour le moment, il fallait encore rentrer, se mettre à l’abri. Ce que fit Seiran car un l’espace d’un ou deux pas, le sable disparut, le vent aussi, laissant un espace noir face à eux. Bientôt, les contours se firent un peu moins flou, pour apparaitre parfaitement aux yeux de la belle noble. La grotte était plus grande qu’elle ne le pensait sans pour autant être immense. L’espace était suffisant pour trois ou quatre personnes mais pas plus. Or, ils étaient deux alors cela résolvait le problème de place pas vrai ? Une idée survint à l’esprit de Shuri. Et si un animal habitait cet endroit ? L’idée de voir un ours face à eux la prit de peur. Elle essaya de se rassurer sur le fait qu’il n’y avait pas d’ours dans le désert c’était connu. N’est-ce pas ? Elle releva son visage vers les yeux gris du soldat.

      « Pouvez-vous me reposer…S’il vous plait ? »


      La question n’était en rien autoritaire, bien au contraire. Shuri ne savait pas trop comment la formuler alors elle était sortit comme ça… Une question n'avait même pas effleuré l'esprit de Shuri. Le jeune homme était-il de Stonefolm ou Pallengad ? Cela avait toujours été le cadet de ces soucis, de plus, dans la situation actuelle, il lui avait quand même sauvée la vie car elle n'aurait pas tenu longtemps allongé en plein milieu d'une tempête.

      « Merci… De m’avoir ramener ici… »


      Elle ne savait pas trop comment le remercier pour ça...
Revenir en haut Aller en bas
Seiran Kou
Warrior Hurlant


Féminin
Nombre de messages : 146
Age : 25
PUF/pseudo : Kemushi
Localisation de votre perso : En train de se faire dessouder par des pigeons mutants
Petite Phrase : L'ennemi est con. Il croit que c'est nous l'ennemi, alors que c'est lui.

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: « Il y avait ton sourire.... » Seiran   Lun 27 Avr - 22:15

    Un espace suffisant pour s'abriter le temps de cette tempête, c'était tout ce qu'il souhaitait. Et hop, abracadabra, boubidi babidi bou, une grotte ! Seiran fit quelques pas, un peu surpris : ici, plus de vent qui fouettait le visage, plus de grains de sable vicieux qui obligeaient à plisser les yeux, plus de pierres traîtresses sur le sol... Une vraie bulle de calme bienvenue...
    Enfin, pas si calme : le vent hurlait toujours, la visibilité réduite était un peu inquiétante. Et cet endroit n'était pas vraiment accueillant. Mais bon, c'était bien mieux que rien. Un peu occupé par son état des lieux, le jeune soldat fut rappelé à l'ordre par sa protégée, toujours dans ses bras. Sa voix claire résonna étrangement dans leur abri, le ramenant à la réalité. Silencieux, il reposa avec précaution la demoiselle, de façon à ce qu'elle soit assise contre l'une des parois. Il put enfin la détailler plus longuement, puisqu'ils ne risquaient plus leur vie à l'extérieur.
    Elle était vraiment jolie, en fait. Pas une beauté ostentatoire, une beauté discrète et envoûtante. Sa chevelure sombre tombait en mèches gracieuses sur un visage finement dessiné, ses yeux brillaient d'une lueur de douce mélancolie. Un teint pâle, une peau satinée, une silhouette avenante... Elle n'était pas mal du tout. Un tel euphémisme fit sourire le jeune homme, qui se tenait toujours debout devant la demoiselle en question. Lorsque sa précieuse protégée le remercia avec sincérité et simplicité, il se contenta de hausser les épaules l'air de dire : " j'allais pas vous laisser toute seule par terre pendant une tempête "
    Mais aucun mot ne sortit de sa bouche. Hé oui, Seiran aurait bien pu s'appeler "Monsieur j'suis pas capable d'aligner plus de 6 mots". Il n'était pas bavard, voilà tout. D'où une méfiance de la part de certaines personnes, qui prenaient ça pour de la froideur ; il s'agissait tout bonnement de discrétion, voire de refus d'expression : parfois, il n'y a tout simplement rien à dire...
    La demoiselle n'était certes pas plus lourde qu'une plume de soie, toutefois le jeune soldat se sentit imperceptiblement soulagé d'avoir posé Shuri. Une douleur faible mais constante le lancinait toujours depuis leur trajet, pourtant court. Presque inconsciemment, il posa sa main sur ses côtes douloureuses et s'assit près de la jeune femme. Il garda le silence quelques instants, se souvenait vaguement que quelque chose lui échappait. Ses yeux posèrent innocemment sur les jambes de sa colocataire de grotte, et il se sentit immédiatement honteux d'avoir oublié l'essentiel :

    - Comment va votre cheville ?

    Un peu emporté par cet oubli stupide et égoïste, il enchaîna presque immédiatement avec une autre phrase. Hé oui, Seiran vient de prononcer deuuux phrases. Preuve que tout arrive un jour.

    - Je suis désolé... Je n'y connais absolument rien, je risque de ne pas pouvoir vous aider...

_________________
[S]eiran [K]ou

Relève toi quand ils auront compté jusqu'à neuf...






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://[url]https://www.youtube.com/watch?v=33pw2nEAHgc&a
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Il y avait ton sourire.... » Seiran   Mar 28 Avr - 21:47

« On s’accroche à demain, mais on n’oubliera jamais hier… »



      Une bourrasque de vent s'insinua l'espace d'un instant dans la grotte, rappelant le temps désastreux que l'on rencontrerait si l'idiote idée nous venait de mettre un pied dehors. Seiran fut preuve de douceur en la posant sur le sol, où son dos vint se poser contre la paroi rugueuse et glacée de la grotte. Comme confort on faisait mieux, mais c’était toujours ça. Il ne fallait pas oublié que Shuri restait une noble de naissance. Elle n’avait toujours connu que le luxe et le confort de son statut. Mais ce n’était pas pour ça qu’elle était niaise, prétentieuse ou cruche. Parfois, la vie de château l’ennuyait et alors, elle partait se promener, parfois de longue heures, revenant à la tombé de la nuit. La, pour un retour tardif, elle serait servit. Après tout, sa chambre se trouvait au château de Stonefolm et elle savait que là-bas, personne n’attendait sa venue. Donc, au diable les horaires ! Si le jeune homme n’était pas des plus bavard, Shuri n’était pas du genre très à l’aise avec les gens qu’elle ne connaissait pas. De plus, elle avait la mauvaise habitude de se laisser aller à ses pensées, tristes ou joyeuses, le regard souvent perdu à une contemplation particulière. Mais ici, le blanc n’eut pas le loisir de s’insinuer, car les vibrations masculines de la voix de Seiran, vinrent résonnées contre la paroi humide de la grotte. Sans répondre pour le moment, la belle noble posa son regard bleuté sur sa cheville, avant de replier son genou de façon à la rapprocher de sa main aux doigts fins. Elle glissa d’ailleurs ses derniers sur la pâleur de la peau de son pied. Elle était enflée et plus qu’un peu c’était certain… Quand à savoir pour combien de temps elle en aurait, elle l’ignorait. Honnêtement, ça n’allait guère mieux que tout à l’heure, la douleur lancinante exerçant toujours son éternel étau sur le pied de la demoiselle. Alors, le jeune soldat ajouta à la suite de sa phrase, une incapacité à soigner notre brunette. Alors, Shuri, ne put qu’esquisser un petit sourire, guère des plus francs mais changeant tellement de chose dans ce visage plein de sombres souvenirs !

      « Ne vous en faites pas, ça ira sûrement mieux avec le temps… »


      Elle n’avait pas quitté sa cheville de regard en parlant. Elle pivota celui-ci sur l’entrée de la grotte, qui demeurait un rideau de sable vivant, laissant l’extérieur invisible à vision humaine. Combien de temps allaient-ils demeurés ici ? Combien de temps la tempête durerait-elle ? Autrement dit, durerait-elle trop longtemps que la nourriture deviennent insuffisante ? Shuri connaissait la violence des tempête pouvant exercées dans ce désert et tout autant la longueur quelles pouvaient avoir. Des heures, des jours, parfois des semaines…
Revenir en haut Aller en bas
Seiran Kou
Warrior Hurlant


Féminin
Nombre de messages : 146
Age : 25
PUF/pseudo : Kemushi
Localisation de votre perso : En train de se faire dessouder par des pigeons mutants
Petite Phrase : L'ennemi est con. Il croit que c'est nous l'ennemi, alors que c'est lui.

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: « Il y avait ton sourire.... » Seiran   Dim 3 Mai - 15:08

    Seiran avait le regard dans le vague, un brin préoccupé. Shuri avait sans aucun doute menti en prétendant que sa cheville irait mieux. Le demoiselle devait souffrir, et le jeune homme voyait bien qu'elle en dirait rien. C'était une preuve de courage, ou bien de fierté. Peut être les deux, peut être aucun des deux. Le soldat, en jetant un coup d'œil rapide à la blessure, avait cru reconnaître une entorse ou une foulure. Au moins, rien ne semblait brisé... même si le problème n'en était pas moins sérieux.
    Le jeune homme ne fit pas de commentaire, et resta silencieux. La tempête hurlait toujours au dehors, et il s'efforçait de l'ignorer. Il détestait les tempêtes. Trop de souvenirs désagréables ressurgissaient lorsqu'il entendait le vent mugir. Il revoyait sa jeune sœur, le dernier souvenir qu'il avait d'elle étant celle d'une adolescente fiévreuse, terrassée par un mal mystérieux. Il la veillait la nuit, très souvent, sans doute trop. Il se souvenait de cette sensation de vide immense, de désespoir et d'impuissance alors qu'il était à son chevet. Il ne pouvait vivre sans sa sœur, cette évidence était ancrée en lui. Ce soir d'orage, il avait cru la fin venir. Il l'avait sentie, la mort, entrer chez eux. Mais Aiko n'était pas morte. Leur mère, si.
    Seiran n'avait pas compris ce qui s'était produit cette nuit-là, et ne comprendrait sans doute jamais. Cela ne l'intéressait pas. Cet événement avait été le début de fragmentation de leur famille, mais même si sa sœur, son alter ego, avait disparu dans la nature, il savait qu'elle était en vie. Et c'était le principal à ses yeux. Le jeune homme ferma les yeux un instant, passa une main dans ses cheveux. L'obscurité de la grotte s'était un peu estompée, mais il y faisait toujours très sombre. Les murs étaient froids, humides. Pas brillante, la situation. D'autant plus que Seiran n'avait rien apporté de comestible, et qu'il ignorait combien de temps allait durer cette tempête. Les quelques récits qu'il avait entendu au cours de sa vie mentionnaient des durées très variables, allant de quelque heures à quelques semaines. Et ça, ce n'était même pas envisageable.
    De toute façon, les deux jeunes gens seraient déjà mort d'ennui. L'unique bruit audible était celui du vent, parfois celui de gouttes d'eau qui gouttaient du plafond, vers le fond de leur abri. Aucune parole ne venait troubler ce pseudo-silence. Le soldat chercha alors quelque chose à dire, imagina plusieurs questions, se ravisa ensuite, de peur d'être indiscret. Mais rester inactif ne lui plaisait pas tant que ça, et il cherchait à se changer les idées. Malgré toutes les phrases soigneusement étudiées qu'il avait imaginé, il déclara quelque chose d'assez creux et stupide :

    - Ce n'était pas prudent de se promener seule dans ce désert.

    Seiran-le-donneur-de-leçons, ça c'était nouveau. Il aurait aimé ravaler ces mots aussitôt les avoir prononcés. Encore une raison pour laquelle il ne parlait pas beaucoup : la plupart du temps, il disait des conneries, voire même le contraire de ce qu'il voulait faire comprendre. Sa voix rauque résonna donc à nouveau avant même que la demoiselle ait pu entamer une réponse :

    - Vous n'avez pas froid ?

    En effet, Shuri n'était pas vêtue très chaudement, et la grotte était fraîche et humide. Pourtant, ainsi coincés dans cette abri, les deux jeunes gens n'avaient pas vraiment intérêt à faire du feu... Donc encore une question creuse. Être coincé dans une grotte au milieu d'une tempête à durée indéterminée, ça n'était rien comparé au fait d'être coincé dans une grotte au milieu d'une tempête à durée indéterminée et de se ridiculiser à longueur de temps face à une demoiselle. En fait, le jeune homme était surtout désolé pour Shuri, forcée de supporter sa compagnie peu bavarde durant des heures...

_________________
[S]eiran [K]ou

Relève toi quand ils auront compté jusqu'à neuf...






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://[url]https://www.youtube.com/watch?v=33pw2nEAHgc&a
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Il y avait ton sourire.... » Seiran   Ven 8 Mai - 17:54

« Loin, être loin de ceux qu'on aiment, face aux champs des sirènes, quand elles répondent à nos appels. Se retourner sur elles, sans retrouver l'essentiel… »


      Shuri se sentait lasse. Lasse de la vie, du temps qui passe. Sans pour autant y trouver le réconfort qui faisait d’elle un monde dans lequel on était heureux. Et elle s’en voulait. Elle s’en voulait de ne pas repartir. De ne pas renaître comme il l’aurait voulu. Elle s’en voulait de vivre dans le passé. Dans un passé révolu dont elle aurait du tourner la page. Sans l’oublier. Juste aller de l’avant et revivre au lieu de ce contenter de survivre. Ne plus voir ce qui l’entourait, les couleurs du jour, les reflets de la nuit. Ne plus entendre le vent qui souffle, le chant matinal des oiseaux, la houle de la mer venant se jeter contre les falaises, telle un appel désespéré. Mais elle n’y arrivait pas. Et maintenant que se passait-il ? Après près d’un an, elle n’avait pas vécut. Elle n’avait été qu’une ombre sur le tableau du monde. Et elle allait peut-être mourir ici. Quelle fin tragique. Shuri se recroquevilla sur elle-même. Pourquoi en était-elle arrivée là ? Heureusement, la voix de Seiran l’a ramena à la réalité et elle quitta l’hypnotique tempête des yeux pour les poser sur la carrure du soldat. Dangereux ? Sûrement. Sans aucun doute… Mais Shuri avait perdu la notion du danger avec tant d’autre chose. Il ne lui laissa pas le temps de répondre avant d’enchaîner que la température peu élevée de la grotte.

      « Dangereux. Pourquoi le serait-ce plus pour moi que pour vous ? »


      Ce n’était pas méchant, juste une constatation, comme d’habitude. Shuri avait un don pour répondre aux questions par une autre question. De l’esquive ? Sans aucun doute. Mais c’était soi ça, soit elle répondait rien. Et autant dire que si le soldat n’était pas du genre bavard, autant répondre quand il parlait non ? Elle répondit ensuite à la deuxième question, plus honnêtement qu’elle l’avait fait pour sa cheville tout à l’heure par ailleurs.

      « Non… Euh, si un peu en fait. Mais de toute façon, ce n’est pas ici que je trouverais une couverture alors pourquoi se préoccuper de ça ? »
Revenir en haut Aller en bas
Seiran Kou
Warrior Hurlant


Féminin
Nombre de messages : 146
Age : 25
PUF/pseudo : Kemushi
Localisation de votre perso : En train de se faire dessouder par des pigeons mutants
Petite Phrase : L'ennemi est con. Il croit que c'est nous l'ennemi, alors que c'est lui.

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: « Il y avait ton sourire.... » Seiran   Dim 10 Mai - 19:32

    [ Beuurk j'ai pas d'inspiii >.< ]

    Question stupide sur question stupide. Bravo, vraiment. Il savait bien qu'il n'aurait pas dû jouer aux donneurs de leçons, ça lui allait mal. Il préféra ne pas répondre à l'interrogation de la demoiselle. Pourquoi moins dangereux pur lui ? Parce que lui, il ne donnait pas l'impression qu'il allait se briser en milles morceaux. Voilà la réponse qu'il lui aurait donnée, alors à quoi bon ? Il serait passé pour un macho, ce qui n'était pas vraiment le cas.
    Shuri avait froid, mais il n'y pouvait rien. Quelle preuve d'intelligence, de lui avoir demandé cela ! A présent, il s'en voulait de savoir la jeune fille incommodée par la température sans pouvoir y remédier. Seiran soupira et se tut. Ça valait comme ça. C'était mieux pour tout le monde qu'il garde le silence autant que possible, au lieu de raconter n'importe quoi. Un instant, il songea qu'il pourrait prendre la mamzelle dans ses bras, elle aurait plus chaud. L'idée le quitta aussi rapidement qu'elle était venue : Shuri risquait de mal le prendre, et de toute façon il était une calamité avec les femmes. Il n'y avait pas de solution au problème qu'il avait posé.
    Bref, tout tournait en rond dans cette grotte. Rien ne se passait, rien ne se passerait. Le jeune soldat détacha le fourreau qui pendait toujours à ses côtés pour être plus à l'aise. Il posa l'arme sur le sol froid, et se cala contre la paroi. Pourquoi n'engageait-elle pas la conversation, cette fille ? Pourquoi ne parlait-elle pas ? N'avait-elle pas compris qu'il ne fallait pas compter sur lui pour mettre de l'ambiance dans cet abri ? Il soupira, passa une main dans ses cheveux. De longues minutes passèrent. Il en avait marre d'attendre, vraiment. De plus en plus l'envie lui prenait de sortir affronter la tempête et le vent, de continuer sa route. Mais la petite voix sage au fond de sa tête le traitait de malade mental, et lui rappelait la présence de Shuri.
    Et les minutes continuèrent de s'écouler, lentement, sans que la tempête ne sembla s'atténuer. Seiran se sentait un peu coincé, ainsi installé contre la paroi, mais n'osait pas bouger. Bientôt, il n'eut plus conscience du temps. Il lui sembla que des semaines s'étaient écoulées. Ses pensées vagabondèrent jusqu'à des rivages étranges, et le jeune homme se rendit compte qu'il piquait du nez. Hors de question de s'endormir ici et maintenant, cependant. Il se redressa un peu, et soupira :

    - Vous n'avez rien à dire ? Rien à raconter ?

    Question un peu audacieuse, il risquait de se faire jeter en beauté. Mais bon, c'était la question d'un soldat à moitié endormi coincé dans une grotte et qui s'emmerdait beaucoup, beaucoup.

_________________
[S]eiran [K]ou

Relève toi quand ils auront compté jusqu'à neuf...






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://[url]https://www.youtube.com/watch?v=33pw2nEAHgc&amp;a
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Il y avait ton sourire.... » Seiran   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Il y avait ton sourire.... » Seiran
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soeur Sourire
» Un sourire démoniaque pour une lumière divine : Lakusas Dreyar
» Un sourire malicieux éclairant un visage ridé
» Elle avait ce teint clair et une bouche rose...
» * sourire machiavélique *

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eldenia Sekai ♔ :: Chemins et Nature :: Royaume de Sable-
Sauter vers: