RPG ~ Manga Médiéval-Fantastique.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Discussion sur l'avenir. [Jun, Kyoya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Discussion sur l'avenir. [Jun, Kyoya]   Sam 7 Mar - 23:19

Le matin avait été moins difficile que la veille. Je m'étais abstenu de boire, j'avais même pas tiré de petite servante à vrai, dire, oh, j'avais encore le temps de me rattraper. Je me levais donc de mon lit, sobre et en pleine forme, la matinée devait être bien avancée car le soleil déjà haut dans le ciel répandait lumière et chaleur par la fenêtre de ma triste pièce. Je me levai nu, me dirigeait vers ma salle de bain, me lavait, je m'habillais ensuite. La journée s'annonçait assez calme contrairement au jour précédent. Une fois prêt, j'appelais un des domestiques qui s'affairait dans le couloir.

"Hum garçon, l'apostrophais-je, va m'annoncer au roi, je serai dans son bureau dans cinq minutes."

Le jeune homme me regarda perplexe, évidemment, en général le roi faisait mander les gens, rares étaient ceux qui prenaient l'initiative d'aller le voir. Mais il me reconnut vite comme l'homme de l'ombre, le conseiller, et aidé d'un violent coup de pied dans le derrière, il se pressa de s'exécuter. Je retournai dans ma chambre, m'approchais de mon armoire, je me saisissais d'une bouteille de vin et d'un jeu de carte. La discussion que j'avais à entretenir avec le roi pouvait très bien se faire de manière ludique.
En vérité une idée avait germé dans mon esprit, je connaissais déjà la jeune Matsuri, elle était soumise et manipulable, je n'avais pas délaissé mon ambition de détruire sa pureté innocente, et pour la lier à moi, quoi de mieux qu'un mariage, cela renforcerait mon pouvoir, m'apporterait terre et titre en plus, et il était temps que je transmette toutes mes inestimables qualité à un héritier qui puisse reprendre les reines de la famille quand je ne serai plus en état de le faire.

J'étais maintenant devant la porte du bureau de Kyoya, j'avais été annoncé et j'entrais donc sans frapper, après une légère courbette très habile car il me fallut conserver ma bouteille et mon jeu de carte en main, je m'assis face au roi et posai mes effets.


"Mon roi, aujourd'hui c'est de moi que je viens vous entretenir. De moi et de mon avenir."

Lui dis je en faisant signe à un domestique de sortir des verres à pieds pour moi et le roi. Je servais le vin.

"Et j'ai pensé qu'il serait bien plus agréable, vu que le sujet ne l'est pas moins, de discuter autour d'une partie de cartes, qu'en pensez vous ?"
Revenir en haut Aller en bas
Jun&Yui Itô Nishimura

avatar

Masculin
Nombre de messages : 54
Age : 25
PUF/pseudo : Jude

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Discussion sur l'avenir. [Jun, Kyoya]   Sam 7 Mar - 23:57

Blanc comme un sachet d’héroïne, mon ange.

L’eau était encore la seule chose qui pouvait me donner la sensation d’être pure. Et encore, même elle je la sentais imprégnée de ce que j’étais. On m’avait préparé un bain. On. En habitant ici, au milieu de cette cour que je ne supportais pas, étais-je réellement libre ? Ou n’était-ce qu’une impression ? Un faux-semblant ? Si je voulais quelque chose, on me le donnait. On. Demande. Tu auras. L’eau glissait le long de mes doigts, le long de mes cheveux. Crois-tu réellement que la propreté t’appartiendra un jour ? Tu rêves. Je sortais de l’eau et attrapais une serviette que j’enroulais et attachais autours de ma taille. Aucune servante présente pour le faire à ma place. Aucune soubrette dont j’aurais pu réclamer les services. Pourquoi n’étais-je pas de ceux qui profitaient de ce luxe ? Pourquoi n’aimais-je pas sentir une bribe de pouvoir se glisser entre mes doigts ? Mais parce que le pouvoir, c’est se priver de toute liberté. Je m’avançais face au miroir. Mon reflet miroir était loin de me plaire, je me voyais sans réellement me voir, un fantôme. Etait-ce moi ou un inconnu qui se présentait à mes yeux ? Je soupirais en posant mes mains sur la commode. Quelle heure était-il ? Qu’importe. Kyoya m’avait fait appelé et j’étais déjà en retard, beaucoup trop en retard. Mais, est-ce que j’en avais quelque chose à faire de ce qu’il pourrait me dire ? De ce qu’il pourrait penser ? Je ne crois pas non. Mais je devrais, oui. J’enfilais des vêtements. Une chemise. Mes cheveux étaient toujours affreusement en bataille. Mon image ? On me voyait comme quelqu’un d’affreusement froid, d’inaccessible. Je n’adressais pas une parole, pas un regard, à mes servantes. Alors oui, les rumeurs allaient et venaient sur mon compte. Mais quand on est comme moi, le regard extérieur a-t-il une réelle valeur ? Un verre d’eau. Je me le servais, trempais à peine les lèvres. On toquait. Avez-vous terminé ? Puis-je débarrasser votre baignoire ? Ces mots étaient tellement habituels. J’acquiesçais en balançant légèrement la tête. Elle comprenait, s’exécutait. Je me demandais parfois ce que je faisais ici. Peut être ne restais-je dans cet endroit que pour surveiller Kaito ? Peut être savais-je que nous ne devions pas nous éloigner l’un de l’autre, pour ne pas faire du mal à d’autres personnes. Peut être. Peut être avais-je le besoin de m’assurer qu’il ne dérapait pas. Je ne savais que trop ce dont il était capable et parfois je préférais oublier, pour mieux dormir, sûrement. Dormir. Ca ressemblait à quoi, de dormir sereinement ? Etre serein. Je soupirais en fermant un dernier bouton à ma chemise. L’empereur savait que je n’étais que rarement à l’heure, mais je savais que je l’exaspérais. Comment faisait-il pour me supporter tant d’années plus tard ? Comment ? Je n’en savais rien. Mais il le faisait. Et il n’était pas non plus un homme facile, il fallait l’avouer.


« Ton avenir Kaito ? En as-tu seulement un ? »
Soufflais-je.


Ma main avait poussé la porte, j’étais entré. Lui, sa bouteille de vin. Il avait toujours eut un problème avec l’alcool. Boire pour oublier dit-on. Oublier. On n’oublie jamais. Tout revient. Parler de son avenir alors ? Qu’avait-il exactement en tête ? Une nouvelle idée monstrueuse ? Je prenais un verre de plus, dans une armoire. Je le posais à côté des autres, laissant Kaito me servir. Mon regard se portait alors sur la fenêtre, dont je m’approchais, pour regarder à l’extérieur. Je soupirais, quel empire pourri. Je m’adossais alors au mur et plongeais mes yeux dans ceux de Kaito. Défiant moi ? Oui. De mon regard, je lui faisais juste remarquer que mon verre, je l’avais sortis sans l’aide de personne. Un léger sourire se dessinait au coin de mes lèvres. Je prenais alors le verre en main et buvais quelques gorgées. Mon petit déjeuner. Je le reposais.


« Je te dérange, Kaito ? »
Demandais-je en reposant mes yeux sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyoya Matsuda

avatar

Masculin
Nombre de messages : 238
Age : 25

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Discussion sur l'avenir. [Jun, Kyoya]   Dim 8 Mar - 0:49

Enfin en ce début de la journée on pouvait qualifié le maître des lieux de bonne humeur ce qui était plutôt rare dans le bâtiment. Bien sur ce n’est pas pour autant qu’il se priva de grogner sur l’un ou l’autre valet qui se trouvait sur son chemin, il faut vraiment être d’une stupidité née pour na pas comprendre que quand le roi passe on s’écarte gentiment et on s’incline. Quand Kyoya n’était alors qu’un jeune prince il prenait un malin plaisir à couper les têtes de ses abrutis de serviteurs mais depuis il avait d’autre chose à faire, on lui avait rapidement fait comprendre qu’a présent il n’avait plus personne pour réparer ses bêtises, son père lui avait cédé une couronne, un royaume, un privilège, une image à lui d’en faire ce qu’il en voulait juste une chose : Vaincre, gagner que Pallengad soit soumis, anéantit, détruit …

Décidément le château regorgeait d’incapable ce matin là …
Deux nouveaux gardes étaient postés devant le bureau du tout puissant, mais à les entendre radotés ils ne resteront pas à ce post très longtemps. Le seigneur aimait le silence encore plus quand il est sur le chemin de son bureau et entendre deux rats couinés irriter fortement ses oreilles. Le loup sombre monta les escaliers à une vitesse folle, alors que son maître ce contentait de les survoler. Tient le voilà face aux deux ignobles, pathétique …
Kyoya portait son épée à sa ceinture et se posta avec un sourire malin devant les deux gardes qui venait de lui ouvrir la porte, l’un d’eux ne pu s’empêcher de regarder l’homme aux ailes imposantes, erreur si facilement prévisible. Le roi déposa alors son regard gelé dans celui de son serviteur le fixant, le temps qu’un silence pesant s’installe, le temps que ces deux hommes se pose des questions, que l’angoisse monte dans leur corps !

« Messieurs bonjours … Vous voudriez peu être que je vous ramène les croissants et le café ? Histoire que vous puissiez continué tranquillement votre petite discussion ? Approchez j’ai un secret à vous confiez … »

Le monarque recula, s’approchant de l’une des fenêtres, leurs désignant le paysage dans un premier temps pour ensuite poser son regard sur le sol rocheux !

« On est haut hein ? Et bien je serais vous j’apprendrais à faire silence, à moins que vous ne préfériez tomber de TRES haut … »

L’ange sombre désigna sur son visage un sourire remplit d’une malice diabolique, avant de tourner le dos aux deux soldats, entrant dans son lieux de travail il parla encore avec fermeté, imposant le son de sa voie dans le silence noir qui s’était installé !

«Allez me chercher Jun Itô Nishimura et bougez vous bon sens …»

Et sur ce les deux grandes portes faites en bois massif se fermèrent, l’altesse s’installa dans sa chaise de velours ouvrant un dossier contenant une lettre à la quel il devait rapidement répondre. Io quand à lui s’était installé devant le bureau de son maître, allongé sur le grand tapis, prêt à s’endormir jusqu’au moment où il entendit des pas. Il se redressa fièrement, poussant un petit grognement pour indiquer au roi qu’il y avait du mouvement à l’extérieur, celui-ci redressa juste son regard mais continua son écriture. Il sa doutait bien de qui allait faire son entrée, il s’était d’ailleurs fait annoncé il y plusieurs minutes de cela.
Kaito Miura.
Enfaîte il n’y avait même pas besoin de levé l’œil pour savoir. Kyoya posa alors sa plume tendit que son loup s’éloigna, préférant se doré sous les rayons de soleil de la fenêtre. D’un signe de main le roi invita le jeune homme à se redresser et s’il souhaité à s’installé.

« De ton avenir ? Vasi je t’écoute ! »

Le seigneur lui adressa un regard intriguer attendant qu’il relève ce qu’il avait à dire, posant un regard sur ce qu’il avait amener avec lui. Mais Jun ne tarda pas à entrer non plus. Observant la scène du verre, Kyoya secoua la tête, on aurait dit deux enfants. Le domestique amena alors les deux verres manquant.

« Distribue les cartes Kaito … ! »

D’une signe de main, le monarque invita Jun à s’assoir afin de pouvoir jouer avec eux, à moins qu’il préférait rester contre son mur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Discussion sur l'avenir. [Jun, Kyoya]   Dim 8 Mar - 14:57

Et avant même d'avoir commencé nous fûmes interrompus. Et par qui ? Lui... Celui que je pourrais appeler mon seul, mon meilleur ami, le roi je le respectais, l'admirais, le craignais même, mais lui. Lui il ne s'agissait pas de crainte, il avait été mon compagnon dans un de ces tristes moments de faiblesse. Lorsque l'on nous avait fait cadeau de ce triste sort, lorsqu'on nous avait gratifié de cette incontrôlable malédiction. Il ne me craignait pas, il était le seul à me maitriser, et le seul devant lequel j'avais honte de mes actes et de ce que j'étais. Un sourire se dessina sur mes lèvres, sur certains point nous nous ressemblions, sur d'autres nous étions tellement différent, mais je le reconnaissais bien là, à me lancer une pique à peine rentré.

"Oh j'ai un avenir que j'espère long et pleins de bonnes choses. Mais il est certain que je ne le construis pas en repoussant chaque honneur Jun."

Lui répondis je avec un sourire cynique et étonnamment sincère. J'adorais cet homme.

"Ou bien peut être est ce là ta technique, c'est vrai que tu parles tellement peu d'ordinaire qu'il semble qu'il suffise d'un soupir pour que les filles s'évanouissent à tes pieds. Bref, non tu ne me déranges pas."
Lui répondis je en buvant la moitié de mon verre de vin. Je me tournai alors vers le roi.

"Ne soyons pas si pressés, faisons une partie de poker, nous discuterons en même temps"

Répondis je au roi avant de distribuer comme il me l'avait demandé, les cartes. Je regardais ma main, elle ne semblait pas inintéressante mais sans de bonnes cartes je ne pourrai faire grand chose. J'avais distribué, Jun devait miser une pièce d'or, le roi deux et je suivrais.

"En fait, le sujet va peut être vous étonner de ma part, mais en vérité je suis très sérieux, il s'agit de mariage."
Dis je en buvant la moitié de ce qui me restais de vin. Me marier avec Matsuri, m'assurer une descendance, une femme docile et un titre d'autant plus important, après tout elle était la filleule du roi.
Revenir en haut Aller en bas
Jun&Yui Itô Nishimura

avatar

Masculin
Nombre de messages : 54
Age : 25
PUF/pseudo : Jude

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Discussion sur l'avenir. [Jun, Kyoya]   Jeu 12 Mar - 23:14

Selon le contexte nous confondons force et faiblesse.

Le regard de Kaito lorsqu’il m’avait vu. Il ne s’était pas attendu à me voir ici, dans ce bureau, à ce moment précis. Voulait-il parler de choses que je ne devais pas entendre au roi ? Non. Kaito savait bien une chose, il ne devait rien me cacher. Je finissais toujours par savoir, il finissait toujours par se trahir. Se trahir. C’était exactement ça. Un geste. Un mot. Un rien. Nous étions beaucoup trop proches, nous nous connaissions beaucoup trop bien. Il était impossible pour nous de cacher quelque chose à l’autre. Combien de fois m’étais-je énervé ? Combien de verres avais-je brisé ? Combien de coussins avais-je éventré ? Je lui faisais beaucoup trop souvent la morale. Mais quand lui me la faisait. Quand c’était lui qui m’énumérait mes conneries c’était beaucoup plus douloureux. Lui voyait ses erreurs, moi je tentais de dissimuler les miennes aux yeux de tous. A mes yeux. Il évacuait tout ce qui l’insupportait, moi je gardais tout en moi. Mauvais choix. Je sentais le regard du roi sur moi. Le regard du roi sur nous. S’amusait-il de notre relation ? Qu’il le veuille ou non, il faisait partie de cette relation d’amitié. La différence était que Kaito et moi partagions la même malédiction. La même chose nous liait, et ce, pour la vie. Mais nos secrets s’arrêtaient-ils à cette malédiction ? Je ne crois pas. Non. Mais il vaut mieux ne pas tout savoir. Certaines choses méritent d’être oubliées, certaines choses méritent d’être voilées. Le roi était un fin observateur. Il semblait toujours envahit de millier de pensées. Je reposais mes yeux sur Kaito. Parfois je pensais à sa mort. A sa fin. A force de vices, de blessures. S’il partait, je devenais orphelin. N’était-ce pas dangereux d’avoir ce genre de pensées ? Y avait-il quelque chose devant moi ? Après tout il n’y avait rien derrière moi. Comment aurais-je une chance d’avoir quelque chose face à moi ? J’en doutais tellement. L’avenir. C’était bien un sujet à éviter avec moi, je crois. Je ne voyais que l’abime. Aucune lumière qui illumine mon chemin. Aucun rayon qui éclaire mes paupières. Mon cœur était-il définitivement glacé ? Et toi Kaito ? Comment vois-tu ton avenir ? Comment arrives-tu à le discerner à travers ces nuages gris ? Je ne vois rien. Je ne vois plus rien. Un sens. J’aimerais tellement retrouver un sens à tout ça. Mon sens c’était peut être lui, Kaito. Veiller sur lui, éternellement. Un frère. J’étais l’indomptable, il voulait des racines. Il voulait monter une vie comme on conclu des affaires. Je n’étais pas ainsi. Je n’arrivais pas à être ainsi, c’était impossible je crois. J’attendais désespérément le moment où je partirais. Le moment où je sentirais autre chose. Le moment où mon cœur aura dégelé et qu’il battra à nouveau, plus fort. Trop fort s’il le faut. J’attendais autre chose, j’attendais un ailleurs indéfinissable et tellement loin. Trop loin peut être. A moins qu’il fût près et que je ne le voyais pas ?


« Chacun de tes choix est fait par intérêt Kaito. »
Dis-je, un sourire au coin des lèvres.


J’imagine que le monarque s’amusait de nos jeux. Il s’en était toujours amusé. Cela le détendait peut être de nous voir comme deux enfants sous sa tutelle. Ce que nous n’étions pas. J’aimais dire ce que je pensais à Kyoya. J’aimais prendre le risque de me faire jeter du château, prendre le risque de me faire détester par le roi. Etait-ce possible ? Qu’il me haïsse ? Je n’en savais trop rien. Je verrais bien avec le temps. Un soupire ? Me rendais-je compte de mon effet sur les femmes ? Pas avec toutes. Je savais que certaines de ces nobles aux rides avancées donneraient beaucoup. Je ne voyais que le regard des femmes hautaines. Je ne voyais que le regard des femmes qui ne me plaisaient pas en retour. Je crois. Je ne le dérangeais pas alors ?


« Il est vrai que pour mettre une femme dans ton lit, tu as besoin qu’elle soit sous tes ordres. Ce n’est pas grâce à ton charme, c’est grâce à ton autorité. Mais tu n’es pas le seul. »
Soufflais-je. Le roi, ce sous-entendu était pour lui.



Le geste ample du monarque m’invitait à m’asseoir. Chose que je faisais naturellement. A cette table très bien entourée. Trois hommes. Autant de caractères. Je prenais mes cartes en main, jetant une pièce sur la table de jeu, ceci sans même regarder ma main. Ma main s’emparait alors du verre de vin que je glissais sur mes lèvres. Quelques gorgées coulaient le long de ma gorge. Sortant une boîte en fer de ma poche, je prenais une cigarette que j’allumais à une bougie. Je laissais le paquet à disposition des autres. Lorsque Kaito prononça sa dernière phrase, je manquais de recracher le liquide. Un léger toussotement s’échappait alors de ma bouche. Je posais mes cartes sur la table.


« Le mariage ? Pourquoi te passer la corde au cou ? Tu es incapable d’aimer, tu n’es même pas capable de rester fidèle. »
Lui dis-je en reposant mon verre.

« Qui est l’heureuse élue ? »
Demandais-je, curieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyoya Matsuda

avatar

Masculin
Nombre de messages : 238
Age : 25

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Discussion sur l'avenir. [Jun, Kyoya]   Lun 16 Mar - 21:13

Autour de cette table, un face à face unique, trois hommes, trois caractères, une force puissante réunis dans une seule pièce. Mais à ce moment là l’un d’eux ne se sentait pas si fort qu’il devrait l’être, même les enfantillages de Kaito et Jun ne l’amusait pas. Le roi avait posé son coude sur l’accoudoir de son siège de velours, le poing clos, son menton posé dessus et son regard quand lui froid simplement vide de sentiments, comme si une sensu était venue absorbée son humanité. Ses yeux bleu voyageait sur la vitre d’une fenêtre, paysage clair, des images qui avait toujours comme pouvoir d’apaiser le souverain, un enfant qu’on plante devant un aquarium et qui observe les poissons défilaient. Mais là, il n’y arrivait pas, il ne pouvait pas et encore moins il voulait oublier …
L’ange noir était de retour chez lui depuis la veille, rentrant dans la nuit, à l’abri des regards trop curieux et il va également opter par le chemin le plus sure du moment, c'est-à-dire le ciel, passant entre les nuages sombres de cette soirée sans lune, le roi était de retour de son exile.
Mais durant cette absence devant ses yeux, l’improbable c’était produit Miyuki et ça ses songes s’y accrochaient bien trop fermement. Un mélange de joie et de d’une peine encore plus grande, deux contraire bien trop proche. Kyoya l’avait revu mais dans un autre corps, une histoire complètement folle mais pourtant c’était véridique. Plus jamais il ne la verrait sous sa véritable apparence, n’y son sourire, ainsi que tellement de détail physique qui faisait qu’était Elle. Tout mais rien, juste son esprit, se fougue, sa folie, il n’en revenait toujours pas.

« Au moins nous nous avons des femmes dans nos lit Jun … Et autorité ou pas, je suis maitre chez moi ! »

Ce n’était pas des mots doux, mais il parlait avec une certaine indifférence, il était encore ailleurs. Il finit par se redresser, glisser son verre entre ses doigts et porter le liquide bordeaux à ses lèvres, reposant la verre il prit son jeu en main. Du poker ? Très bien mais ce seigneur et mauvais perdant. Plongeant son œil froid sur les cartes il analysa son jeu, les couleurs, les formes et c’est alors que son conseiller lui annonça une nouvelle comment dire dés plus surprenante. Lui se marier, laisser moi rire, cet homme lui qui n’hésite pas à priver des jeunes filles de leurs innocence juste pour pouvoir mieux sourire, juste pour en être fier. Mais qui ? Qu’avait-il fait pour que cette idée lui traverse l’esprit ?

« Toi ? Te marier ? Une pierre t’es tombée sur le crane cette nuit où quoi ? Et pourquoi tu veux te marier et surtout avec qui ?! »

Dit-il en lançant de pièce au milieu. Il fixa alors le plus jeune, oui Kaito était l’enfant du groupe, un enfant bien trop adulte parfois. Mais qui ? Qu’elle femme avait pu retenir l’attention d’un homme pareil , il n’aimait pas il ne faisait que de profiter, une pratique honorable, le roi faisait pareil mais lui c’était bien pire, il tue également ses pauvres filles qui s’abandonne à lui et qu’allait il faire d’une femme ? Juste pour s’afficher ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Discussion sur l'avenir. [Jun, Kyoya]   Dim 22 Mar - 23:59

Chacun de mes choix, fait par intérêt, le sourire sur mes lèvres s’étira encore un peu, tu me connais si bien, tu es celui qui me connaît le mieux, et pourtant, celui qui a le moins peur de moi, c’est si…paradoxal, pour tous les autres, plus on me connaît plus on me fuit, et là, c’est l’inverse. Tu es l’antidote à ma folie. Tu mets toujours de l’eau dans mon vin même quand je baigne dans leur sang et que mon esprit embrouillé par l’alcool et la fumée ne me répond plus, tu arrives toujours à me maîtriser, à me calmer. Et aujourd’hui je ne peux toujours répondre à cette question, si on m’imposait ce choix, que choisirais-je ? La vengeance ou l’amitié ? Serais-tu plus fort que ma folie ?

« Moi au moins je fais des choix, moi au moins j’ai des intérêts, monsieur j’ai tout le temps l’air froid, blasé et inaccessible. »

Lui lançais-je en retour. C’est vrai, que si nous nous ressemblions par cette malédiction, nous étions sinon le jour et la nuit. Moi, extraverti et agressifs toujours en quête de plus de pouvoir, à toujours vouloir avoir plus, être plus, avide de sang, cultivant sa folie comme on cultive des vignes, vignes aux grappes de globules rouges et dont le vin serait le sang des innocents. Et toi, tu es taciturne, inaccessible, si mes lames sont brûlantes ton silence est froid comme la glace, tu ne sembles t’intéresser ni aux honneurs, ni au pouvoir. Je crois que tu es mon autre moitié, peut être que si nous n’étions qu’une personne, nous serions normal.

« Hé bien quel est le problème sinon celui de disposer du pouvoir qui nous reviens par la lignée ou le mérite. Le jour ou j’aurais besoin d’user de séduction, je le ferai, et alors tu pourra peut être me donner des cours. La séduction est un jeu ou l’intérêt n’est pas de jouer mais de gagner. »

Je prenais une cigarette au paquet de Jun et l’allumer de la même manière. Je me retins de rire, je me doutais bien que Jun réagirait comme ça, d’ailleurs Kyoya aussi, même si je le connaissais moins et que ses réactions m’étonnaient encore parfois.

« Je me marie car c’est le meilleur moyen de conclure une alliance qui soit profitable pour les deux partis, car c’est le moyen aussi de s’assurer une descendance légitime. Et tu devrais en faire autant, il est grand temps à ton âge que tu te maries et que tu offres une descendance au royaume. Aimer ? Tu pourrais m’expliquer l’intérêt ? Et comment sais-tu que je ne peux pas rester fidèle, je n’ai jamais été officiellement en couple avec qui que ce soit. Je n’ai jamais couché plus d’une fois avec la même femme, comment sais-tu donc que je ne suis pas capable de rester fidèle.»
Parce que c’est toi qui me connais le mieux, et tu as raison, mais il s’agit ici de convaincre le roi. Je ne pourrais être fidèle, mais ma crédibilité n’en sera que renforcé si il s’imagine que c’est le cas. Surtout alors qu’il s’agit de…

« J’aimerais demander la main de votre noble filleule mon roi, Matsuri Aruka. »
La requête avait été lancé, place au débat, place au jeu, mais à vrai dire je n’imaginais pas perdre, je m’attendais à un Oui direct du roi, j’avais toutes les cartes en main, et le jeu en valait la chandelles.

« Je suis de deux, et je relance de quatre. »

Rajoutais-je sans sourciller en poussant deux, puis quatre pièces d’or vers le milieu de la table et en retournant une carte.
Revenir en haut Aller en bas
Jun&Yui Itô Nishimura

avatar

Masculin
Nombre de messages : 54
Age : 25
PUF/pseudo : Jude

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Discussion sur l'avenir. [Jun, Kyoya]   Dim 29 Mar - 23:20

Ce n’est pas le fruit du hasard.

Des femmes dans vos lits. Certes. Vous en avez. Vous en avez beaucoup trop d’ailleurs. Seraient-ils de ces hommes à essayer de combler un manque par le plaisir charnel ? Cela ne m’étonnerait même pas. Quelle femme ne tombait pas dans leurs bras ? L’un avait le pouvoir, l’autre n’en était qu’à un cheveu. Les femmes aimaient le pouvoir, elles pouvaient le nier, mais la vérité était évidente. Si peu de personnes étaient contre le pouvoir. Tenir entre ses mains un morceau du monde, un morceau de la population. Mais visiblement le roi était tout aussi étonné par l’envie de mariage de mon ami. Qu’est ce qu’il lui prenait ? Il était réellement à l’ouest parfois. Kaito marié ? C’était comme un chien amoureux d’un chat. Mais tout pouvait arriver, visiblement. Une femme ? La tuerait-il ? Comme il avait tué trop de servantes ? Le sang ne lui suffisait plus ? A présent, il voulait aussi posséder ? Je soupirais en posant mes cartes face à moi. Je n’avais plus vraiment envie de réfléchir au moyen de gagner quand je devais me confronter à l’avenir de Kaito. Kaito. Un avenir. A travers toutes ces années, je l’avais toujours imaginé avec . . . Non. C’était de l’histoire ancienne. Je ne devais plus y penser. Mais comment ne plus penser ? Tous ces moments. Tous ces rires. Tellement de souvenirs. Je regardais Kaito. Comment osait-il ? Je serais le poing. Je le desserrais. Je ne voulais pas, je ne pouvais pas, le voir avec une autre. Je balançais la tête en arrière. Je devais me reprendre, je ne devais pas laisser voir la deuxième chose qui me rongeait de l’intérieur. Sa perte. Il ne l’avait jamais approchée. Elle n’avait jamais fait un pas vers lui. Trop de pics, trop de remarques cinglantes. Et pourtant . . . Pourtant. Pourtant ça crevait les yeux, ça me crevait les yeux. Je ne l’imaginais pas dans les bras d’une autre. Je ne voulais pas le voir avec une autre. Je reportais à nouveau mes yeux sur eux. Je restais pourtant de façon à ne pas montrer ce qui venait de me traverser l’esprit. Pensait-il encore à elle parfois ? Bien sur, ils étaient trop jeunes mais . . . Comment cela aurait-il pu être différent ? Comment ? Vivait-elle ? Je portais les yeux sur la fenêtre. L’air m’aurait fait du bien à cet instant. De la fraicheur emplissant mes poumons. Reviens. Je tirais sur ma cigarette, j’aurais voulu qu’elle me tourne la tête au point d’oublier, au point de passer à autre chose. Passer à autre chose. Impossible. Je secouais légèrement la tête, juste pour chasser ces idées de ma tête. Pour me concentrer sur ces conneries de mariage. Froid. Blasé. Inaccessible. Ne se souvenait-il pas d’elle pour ne pas se rendre compte de ce qui m’avait rendu ainsi ? Froid. Blasé. Inaccessible. Il me lançait tout ça, comme ça. Oui tu as des intérêts mais tu ne sers qu’eux. Penses-tu aux autres ? Jamais. Tu ne penses qu’à toi. Ma main glissait entre mes cheveux d’ébène. La séduction. Gagner. On sait que tu ne penses qu’à tes victoires, et rien d’autre. Pense aux autres Kaito. Pense à eux.


« Tu n’as toujours pensé qu’à la victoire. Toi et ton nombril Kaito. »
J’avais pensé à elle. L’agressivité me guettait.


Une alliance profitable pour les deux partis ? Quel allait être son profit ? A elle ? Je poussais les cartes face à moi. La partie était réellement terminée, pour moi du moins. Le mariage n’est pas un jeu, alors pourquoi considère-t-il ces filles comme des objets lui permettant d’accéder au pouvoir ? Moi ? Me marier ? Mais pourquoi m’attaquait-il sur ce front à présent ? Il savait que je n’avais aucune envie de m’enchaîner à une fille. Il savait que pour aimer, il ne suffisait pas d’un papier qui le prouve. L’intérêt d’aimer ? Il se foutait de moi ? Je n’avais jamais aimé, non, mais je savais que le mariage sans l’amour . . . Il rentrait dans ce système des nobles que je détestais. Fidèle ? Toi fidèle ? A certains moments, je te hais Kaito. Attend-là. Attend là putain. Elle . . . Reviendra. J’ose le croire. A moins que son souffle . . .


« Arrête Kaito. Tu en es . . . »
M’arrêtais-je.


Incapable. Tu en es incapable. Mais sa deuxième phrase. Matsuri ? Je m’étais promis de la protéger de tout ce qui pourrait lui nuire. Kaito pourrait lui nuire. Cette fille ne devait pas tomber entre ses mains. Elle ne devait pas passer une nouvelle fois sous ses doigts, sous son corps. Et il enchaînait sur le jeu, sur la partie. Mais la partie n’est pas terminée.


« Kyoya, c’est inconscient de la lui donner. N’accepte pas. »
Dis-je froidement et pourtant avec ce regard déçu envers Kaito.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyoya Matsuda

avatar

Masculin
Nombre de messages : 238
Age : 25

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Discussion sur l'avenir. [Jun, Kyoya]   Lun 30 Mar - 15:06

Suivant avec attention le court de la discussion, voilà Kaito qui parle de séduction. Lui n’en a pas besoin, quand il veut quelques choses c’est tout de suite, il ne laisse pas le choix. Les disputent entre Jun et Kaito ne le regardait pas plus que ça, leurs histoires, qu’ils se débrouillent. L’ange noir finit par poser à face cacher son jeu de carte pendant que son conseiller dévoilait ses projets d’avenirs. Un titre, de l’argent, une descendance d’accord et l’amour ? Kyoya avait bien refusé de s’unir à une femme car il en aimait une autre. Mais Kaito aimé ? Tu as beau vouloir t’engager j’ai bien du mal à croire ta sincérité, je ferme les yeux sur tes crimes mais si tu n’étais celui que tu es, les cachots tu y croupirais depuis bien longtemps. Sais-tu ce que le mariage veut vraiment dire ? L’ange fixa alors le conseiller avec insistance afin de savoir enfin qui … Et une fois de plus l’homme en face de lui misait haut. Matsuri rien que ça, le roi n’aurait pas imaginé la marié tout de suite, elle était heureuse ainsi alors pourquoi changer, depuis toujours il tenait à cette fille, elle était un peu la fille qu’il n’avait pas à l’époque. Jun réagit directement disant que ce n’était pas une bonne idée, le monarque fronça les sourcils avant de s’adosser complètement contre son siège, laissant le silence s’installer alors …

« Elle est bien trop fragile et innocente pour toi, tu vises une fille bien trop facile c’est presque décevant. Et si tu ne cherches qu’à t’approprier son héritage et son titre c’est non d’office. Et puis, je l’avais toujours imaginé marier à Kyohei ! »

Kyohei, mon fils, mon héritier surtout.
L’idée de les unir était dans l’esprit du seigneur depuis un bon moment, Matsuri avait de l’influence sur Kyohei et lui sur elle, ils s’entendaient à merveille depuis toujours. Mais Kaito, Matsuri qui en profiterait le plus ? Certainement lui, et sera t-elle heureuse ? Elle qui parle de prince charmant depuis ses dix ans, elle a besoin de douceur d’attention pas de violence et de haine et le conseiller royal n’était pas vraiment connue pour sa délicatesse.

[b]« Je ne la céderais pas à n'importe qui, et encore moins facilement elle fait partie de ma famille et j'ai une sainte horreur de voir souffrir les gens qui me sont chèrs !»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Discussion sur l'avenir. [Jun, Kyoya]   Mer 1 Avr - 22:33

Il prenait ces choses qui n'étaient même pas vraiment des défauts et ils me les reprochait, pourtant j'ai plein de défauts énormissimes Jun, alors pourquoi me balancer ça à la figure. Ne penser qu'à la victoire, qu'à son nombril. Était-ce mal de vouloir atteindre son but, était ce mal un peu d'orgueil, c'était la petite touche qui faisait d'un noble ce qu'il était. Oui j'étais orgueilleux mais soit je l'assumais et faisait de cet orgueil une qualité, c'était de la confiance en moi, elle m'avait permis d'arriver jusque là et elle me permettait chaque jour d'accomplir mon rôle. Celui de conseiller, un rôle majeur pour l'état. Je regardais Jun, nous nous disputions souvent, mais il était le seul avec qui je pouvais me disputer sans perdre la raison, car il était justement la voix de la raison, il était un peu ma conscience. Heureusement pour lui qu'il ne puisse me surveiller à longueur de temps, il aurait du boulot.

"Et alors, chaque homme à besoin de quelque chose pour avancer, pour moi c'est la victoire et un peu d'estime de soi n'a jamais fait de mal à personne lorsqu'il s'agit d'atteindre son but"

Lui répliquais-je comme je m'en étais fait la réflexion. J'étais incapable d'être fidèle, voilà ce qu'il se disait, il se comportait parfois à la manière d'un père. Cela pouvait être exaspérant comme ça pouvait être aussi extrêmement reposant, si j'étais le conseiller du roi, lui, il s'improvisait souvent mon conseiller, mais n'étais ce pas là le rôle des amis ? Merde, je commence à raisonner fleur bleu et sentimentalisme vomitif, j'étais pas du genre sentimental, pas du genre à avoir des amis, pas du genre à faire confiance, lui c'était différent.

"Vas y, finis ta phrase papa."

Répliquais-je ironiquement avant d'enchaîner.

"T'es exaspérant quand tu t'y met, tu 'opposes tout de go à cette idée mais tu me laisse pas faire mes preuves, peut être ferais je un bon mari, un bon parti. Ma réputation laisse peut être croire le contraire mais aucune épouse ne serais mieux protégée qu'avec moi pour mari"
Et ceci était une vérité, si je possédais cette jeune femme, personne n'aurait le droit de la toucher, de la souiller, elle serait un trésor merveilleusement gardé et celui qui s'en approcherait de trop près y perdrait la vie, j'étais possessif, à l'extrême. Surprotecteur envers tout ce que je considérais comme mien. D'ailleurs Jun tu le sais peut être pas, et je ne te considère pas comme mien, mais si quelqu'un te faisait du mal je lui ferait payer au centuple. Soudain je vis son regard et je crus saisir quelque chose. Les images se bousculèrent dans ma t^te, un sourire se dessina même sur mes lèvres, et s'effaça, je secouais le visage comme pour faire sortir toutes ces pensées. J'avais passé le cap, elle n'était plus là, je m'étais convaincu qu'elle ne me manquait plus, j'allais pas tout planter maintenant. J'avais réussi à la ranger dans un coin de mon esprit de mon cœur, enfermée à double tour, et je faisais comme si elle n'existait pas dans ces lieux perdus des dédales de mon esprit dérangé.

"Ecoute, tout ne peut pas marcher selon tes plans, tu sais même pas si elle reviendra un jour, moi aussi je l'aimais beaucoup mais il faut te faire une raison!"
Lui lançais je comme pour exorciser mes propres pensées. Je devais me concentrer sur ce projet de mariage, ne plus penser à ça, il tentait de me mettre des bâtons dans les roues, il était plutôt proche de Matsuri c'est vrai, et me connaissant il devait avoir peur pour elle ce qui était plutôt normal. Bref, en tout cas le roi était plutôt de son avis, mais je devrais pouvoir le faire fléchir, j'étais son conseiller, j'influais ses décisions tous les jours, de plus mes arguments étaient véridiques et convaincants. Alors la promettre à Kyohei serait idiot, ce type était une pédale sans aucun sens des responsabilités, tout du moins c'est comme ça qu'il m'apparaissait.

"Innocente et fragile, voilà exactement la raison pour laquelle vous devriez me donner sa main, Matsuri à besoin d'un homme fort influent et sans crainte, un homme qui a fait ses preuves. Vous la connaissez mieux que moi, elle est tout à fait capable de se laisser entrainer dans une romance idiote, pourquoi pas avec un ennemi, elle est tout à fait capable de se faire prendre aux charmes d'une âme vile. J'ai toujours tenu les promesses faites envers vous et je jure de la protéger quoi qu'il advienne, vous me connaissez, ceux que je décide de prendre sous mon aile sont protégés mieux que personne. J'apprécie énormément cette jeune femme et si vous lui demandez vous verrez qu'elle m'apprécie aussi de son coté. Kyohei de son coté est quelqu'un de trop impulsif, constatez vous même, il est parti sans prévenir personne, vous avait été obligé de me le laisser pour lui apprendre ce que signifiait son rang. C'est un bon parti et c'est surement un cœur bon, mais il n'a pas assez le sens des responsabilités, il est trop faible pour l'épouser."
Provoquer sa colère? J'appréciais le roi, je n'avais aucune envie de provoquer sa colère, surtout connaissant sa mauvaise humeur, je ne prendrais pas ce risque à l'instar de ces gens qui ne prenaient pas le risque avec moi même.

"Et vous pensez que je suis de ces fous qui chercherait à provoquer votre colère ? Non je vous respecte, peut être plus que beaucoup dans ce royaume et je vous connais assez pour savoir qu'il serait inconsidéré de la faire souffrir, je vous assure qu'il n'en sera rien."
Répondis je enfin.
Revenir en haut Aller en bas
Jun&Yui Itô Nishimura

avatar

Masculin
Nombre de messages : 54
Age : 25
PUF/pseudo : Jude

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Discussion sur l'avenir. [Jun, Kyoya]   Jeu 2 Avr - 22:07

Promet-moi que le sommeil ne t’a pas emportée, à jamais.

Bien trop facile ? Fragile, certes. Facile. Parler de sa filleule ainsi n’était pas véritablement la mettre à son avantage, le faisait-il exprès ? Mes yeux se posèrent sur lui. Certes il était plus vieux, plus expérimenté, mais ce n’était pas une raison pour parler de Matsuri ainsi. Depuis longtemps, lorsqu’elle allait mal, et qu’elle ne voulait pas craindre que l’on profite d’elle, elle venait me voir. Moi. Etonnant. Moi qui étais un loup pour tous, je ne l’étais pas pour elle. J’étais le berger qui la protégeait. Pour une fois que quelqu’un me voyait ainsi, comme un protecteur, et non comme un danger. La laisser aux mains de Kaito . . . C’était totalement inconscient. De toute manière j’avais toujours pensé qu’elle devait finir dans un couvent, ou dans un cachot. Je ne voulais pas être méchant avec elle mais elle se jetait dans les bras de tout le monde. Pas parce que c’était une fille facile. Parce qu’elle aimait les promesses, elle aimait le romantisme, elle buvait les paroles des hommes avec une naïveté déconcertante. La protéger était tellement difficile. Trop difficile. Pourtant j’essayais. Mariée à Kyohei ? Après tout il paraît que le mariage d’amitié tenait plus longtemps que celui d’amour, alors ce n’était peut être pas une mauvaise idée. Qui sait ? J’imagine qu’il aurait été plus convenable de lui demander de qui elle voulait et non de la marier avec celui qui semblait lui convenir. Les mariages arrangés étaient chose courante, évidemment. Mais ces mariages remettaient tellement de choses en question, trop de choses. Mariage arrangé, pourtant l’Eglise réclamait de l’amour, de la servitude. Oui, mais quand on n’aimait pas, pouvait-on se forcer à se donner entièrement à une personne ? Pouvait-on espérer recevoir une tendresse sincère et à toute épreuve ? J’imagine que non. Et souvent, l’un des deux mariés aimait ailleurs. C’était tout aussi courant que les mariages arrangés. Les tromperies. Evidemment, lorsqu’on parle de mariage, on ne parle pas d’amour non partagé ou non existant, évidemment. La mariée est ravie. Le marié se réjouit. Evidemment. Les adultes savent réellement bien mentir, ne l’oublions pas. Kaito n’était pas n’importe qui. Malheureusement, Kaito faisait souffrir, beaucoup trop souffrir. Il serait incapable de l’aimer, incapable de ne s’offrir qu’à elle, et seulement elle. Serait-il capable de ne plus toucher qu’elle ? De ne plus toucher ces servantes qu’il se faisait un plaisir d’inviter dans sa chambre luxueuse, et ce, parfois à plusieurs ? J’étais persuadé qu’il en était absolument incapable. Serais-je en train de me tromper ? Kaito aurait-il changé ? Serait-il de ceux qui sont fidèles ? Verrait-il le mariage comme un contrat dont il respecterait les moindres closes ? J’en doute fortement, j’en suis désolé. Kaito n’était pas ce genre d’homme, je ne le connaissais que trop. De plus, l’heureuse élue n’était autre que Matsuri, la plus dévouée des victimes. La plus délicieuse des proies.


« Penses-tu seulement à lui demander de qui elle veut, Kyoya ? »
Dis-je, détaché.


Kaito n’était qu’un profiteur. Il ne voulait que de ce pouvoir, l’attendre au plus près. Pourquoi ne demandait-il pas Hana dans ce cas ? Avait-il peur des réactions du souverain ? Ou savait-il qu’elle ne lui obéirait pas ? Certes, ce n’était pas le même genre de femme, de fille plutôt. Mais elle était bien plus proche du pouvoir que Matsuri. La pauvre. Livrée aux bras du démon, comme ça, sans prévenir. Kyoya ne devait pas laisser faire ça. Malheureusement je ne doutais pas du talent de persuasion de ce conseiller. Je n’en doutais pas du tout. C’était sûrement ça qui était inquiétant, très inquiétant même. S’il l’avait, qui savait ce qui pourrait arriver à cette fille ? Ou peut être . . . Je tirais sur ma cigarette en rejetant la tête en arrière pour recracher la fumée qui m’obstruait les poumons et me tournais l’esprit. Je reportais mon visage à leur hauteur. Papa. Je soupirais bruyamment. Parfois tu n’es qu’un gamin Kaito. Papa. C’était ça ? Tu avais la sensation que je te faisais la morale ? Que je ne te croyais à la hauteur de rien ? Mais ouvre les yeux Kaito. Sais-tu ce qui signifie le mariage ? Oui ? J’en doute. Je soupirais et plongeais mes yeux dans les siens.


« Quand vas-tu te décider à grandir . . . »
Soufflais-je.


Protégée ? Evidemment qu’elle sera protégée. Elle sera même obligée de faire attention au moindre de ses mouvements. Ce ne sera pas de la protection, ce sera de la surveillance, tu confonds Kaito. Sera-t-elle capable de supporter ta jalousie maladive ? Celle que tu ne montres qu’à moi ? Non, Kaito. Si je veux t’empêcher de te marier, c’est pour t’empêcher de commettre une erreur, et une trop grande erreur. Elle ne t’apportera que des problèmes. Le mariage te changera. Et je doute que ce soit en bien. Arrête. Papa ? Peut être. Mais c’est parce que je veux te protéger, crois-moi. Mais . . . ? Il esquissait un sourire. Il avait compris mon regard ? Ce sourire. . . Cela faisait si longtemps que je ne l’avais pas vu sourire ainsi. Mais ce fut si rapide, si . . . Il secouait la tête, comme pour dire non à ses souvenirs, à ces instants. Non Kaito. Regarde-moi. Non. N’abandonne pas. Ne me fais pas croire que je suis fou et que mon espérance n’en vaut pas la peine. Lorsque parfois, tard le soir, j’espère, seul . . . Mais pourtant, au fond de moi, je sais. Je sais qu’elle n’est plus là. Je sais que j’espère maladroitement et futilement. Moi aussi je l’aimais beaucoup. Mon visage se relevait immédiatement. Il n’avait jamais . . . C’était la première fois qu’il le disait. Mes plans ? Me faire une raison ? J’abandonnais le reste de la conversation. Plus rien ne me parvenait. J’étais ailleurs. J’étais . . . Avec elle. J’entendais sa voix se glisser dans mon oreille. Je sentais sa peau de satin se glisser dans mes bras après un cauchemar trop violent. Je sentais sa main glacée et moite chercher du réconfort dans la mienne. Je sentais trop de chose. Ils parlaient, autours de moi, mais je n’écoutais pas. Mes yeux se relevèrent alors vers Kaito. J’avais quitté ce regard impassible pour un regard agressif et impulsif. Je repoussais brusquement ma chaise en arrière et envoyais mon poing serré dans la mâchoire de Kaito. Je le prenais par surprise, le faisant tomber au sol.


« Elle . . . Jamais. »
Lançais-je en lui crachant au visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyoya Matsuda

avatar

Masculin
Nombre de messages : 238
Age : 25

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Discussion sur l'avenir. [Jun, Kyoya]   Ven 3 Avr - 1:24

Le regarde de Jun était alors posé sur le monarque, l'un disait que ce n'était pas une bonne idée et l'autre que si. Kaito tenait un discours dés plus véridique, nous avons tous besoin de quelques choses pour avancé, la haine, cette envie de la venger à guider pendant longtemps ce roi. Mais la victoire, c'était dure à avouer mais en peu de temps Kyoya avait réussis à apprendre des choses, à comprendre que de vivre pour gagner n'était pas suffisant peu être faut-il aussi vivre pour quelqu'un que l'on aime ? C'est qu'il devenait presque tendre l'ange noir … Pitoyable …
Des idées, des événements qui lui avait sous un sens ouvert les yeux, mais il était bien trop fier pour les raconter, il avait déjà du mal à l'avouer alors de là à en parler. Étant prince il avait refuser un mariage arrangé, il s'était même montré honnête envers celle qui aurait du être sa femme, il lui avait avouer qu'il en aimé une autre, il était contre cette pratique mais pourtant il souhaitait presque l'infliger à sa filleule, à sa fille ? Son esprit ce contredisait …
Kaito parlait comme s'il déballait un exposé très bien préparé. Et une fois de plus ses dires tenaient la route, il avait son mot à dire sur les grandes décisions que prenait le roi, il savait comment le convaincre et où l'effet inverse, il savait tiré les bonnes ficelles mais aujourd'hui il avait fait une erreur. Il est entièrement vrai que cette fille avait besoin de quelqu'un pour la tenir comme un cheval qui a besoin d'un mort plus sévère, il n'est pas difficile de la faire flancher, un beau parleur y trouvera rapidement son compte, dés je t'aime, de l'eau de rose et la demoiselle succombe, tout ce qui a de plus simple, de plus facile et Kaito veut jouer à ce jeu ? Lui qui aime généralement la difficulté, Kyoya connaissait son conseiller comme un homme qui n'avait jamais peur, l'obstacle pouvait faire deux mètres rien est impossible pour lui, alors voir une gamine qui rêve du prince charmant à son bras …
Le doute planait dans l'esprit du maitre des lieux, l'un dit non l'autre dit si, ceux qui lui donnait les meilleurs conseils se contredise. Le regarde de Jun pesait sur lui, demander l'avis de Matsuri ?
Le roi se leva de son fauteuil de velours, il s'avança vers la grande baie vitré, celle qui donne sur la falaise, celle où en face de soie on trouve le vide.

« Si Kyohei est parti ça ne regarde que lui et moi, si je te le l'ai confié ce n'est pas pour rien non plus, et il est certainement un meilleur partie que toi Kaito ! Kyohei est mon fils et pour faire court ton futur roi, c'est un gros gamin certes mais c'est pas pour autant qu'il faible c'est clair ?! »

Sa voie avait monté d'un ton, leur tournant le dos, un regard glacé dans le paysage, une lame de glace qui frappait sa propre roche. Un ennemi ? Taïki ? Ça expliquerait son intrusion au palais et ce qu'elle faisait dans ses bras, c'était interdit mais l'envie traversa l'esprit du souverain l'égorger au bal, plongé une lame dans son cœur, coupé une à une chacune de ses artères, que dans la mythique salle de bal un homme se vide sagement sous le sourire de son bourreau de son sang.

« Prouve moi que tu l'as mérite et que tu l'as rendra heureuse, la protégé est une chose mais la rendre heureuse en ait une autre … Et si vraiment elle devient ta femme, compte sur moi pour ne plus fermer les yeux sur le nombre de servante qui sorte de chez toi souiller et voir même sans vie ... »

Et cette foi-ci il tourna son regard vers son conseiller, ce n'était pas une menace mais plutôt une grosse mise en garde. Kyoya n'avait pas vraiment porté une grande attention à la dispute des deux hommes jusqu'à maintenant à vrai dire. Après avoir finit sa phrase sur un ton dés plus sec, Jun se jeta à moitié sur Kaito, lui crachant des mots à la figure ainsi qu'une jolie droite. Elle ? L'ange sombre avait tout de suite comprit mais ce qu'il avait ignoré jusqu'à aujourd'hui c'est que son conseiller avait eut une aventure avec elle. Un sujet qui fâche, le sujet qui est capable de mettre hors de lui Jun, enfin le roi se retourna totalement et s'approcha des deux hommes afin de les séparer, s'interposant entre les deux, il poussa Jun en arrière sans trop de violence du moins pas de quoi le faire tomber sur le sol comme l'était le conseiller. Il le connaissait impulsif bien trop, et une fois lancé il n'était pas du genre à s'arrête facilement.

« Arrête et calme toi Jun, et ça compte pour tous les deux, deux gamins qui essaye de se faire la morale l'un à l'autre et ça dure pourtant … C'est vous deux qui faudrait marier tient, un vieux couple qui se dispute sans arrêt … ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Discussion sur l'avenir. [Jun, Kyoya]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Discussion sur l'avenir. [Jun, Kyoya]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une discussion pour l'avenir [pv Horus Vahalor]
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» L'avenir démocratique d'Haiti est menacé...
» L'avenir dira le reste.
» L'avenir de la VPC GW

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eldenia Sekai ♔ :: Royaume de Stonefolm :: Stonefolm :: Les Tours-
Sauter vers: