RPG ~ Manga Médiéval-Fantastique.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tel la plus douce des mélodies celle de l'amour résonne dans mon coeur...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kitsuki Momoro

avatar

Féminin
Nombre de messages : 160
Age : 26
PUF/pseudo : Ivoire
Petite Phrase : Née de l'amour de la lune et d'un esprit terrestre.

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Tel la plus douce des mélodies celle de l'amour résonne dans mon coeur...   Ven 6 Mar - 19:28

    Ah quelle douce soirée, une nuit sans nuage éclairé par la douceur de la lune. Je marche le long des couloirs silencieux, mon cœur chantant tout l’amour que je ressens pour toi. Il y a des nuits comme celle-là où mon cœur et aussi léger que le vole d’un papillon. Un papillon de lumière blanche éclatant comme la lune. Ce soir la lune nous offre son plus beau sourire, elle est en compagnie de ses filles c’est une belle nuit. Je ne suis plus de service il est bien trop tard… et oui je n’arrive pas à trouver le sommeil ce soir alors je pars en exploration. Je connais déjà par cœur tout les recoins du château mais j’aime mit balader la nuit, les couloirs son silencieux, calme je m’imagine alors de longue et belle robe comme une princesse une vrai. Et oui je suis encore très rêveuse pour mon âge, mais bon qui cela pourrait gêner car je suis seule à me balader le long de ses couloirs interminable. Enfin seule pas tellement mon frère est toujours près de moi et puis il y a Green mon petit dragon qui danse entre mes jambes il est très joueur ce petit animal. Je suis pieds nu sur le sol marbré et froid des couloirs j’avance lentement le bruit de mes pas sur ce sol le connais par cœur, ce n’est pas la première fois que je fuis ma chambre pour vivre une vie imaginaire le long de ses couloirs vide. Je trottine, cours en riant joyeusement je suis sur que les résidants croient que c’est un fantôme qui hante les couloirs du château. Aujourd’hui contrairement au autre nuit je prends un autre chemin je ne sais pas où il me mène. Le couloir change vite pour devenir un escalier sombre et humide, je ne pense pas avoir le droit de venir ici… Je fixe la noirceur qui entoure ses sombres escaliers, j’entends une plainte venir d’en bas des marches, je suis curieuse mais trop peureuse pour y aller de moi-même… Puis qui sais ce qui m’attend en bas…

    Green regard les escaliers et en entendant la plainte il s’existe brusquement. Je ne sais pas pourquoi il fait ça, mais je n’ai pas l’intention de descendre moi… Je risquerais de tomber… Je commence à faire demi-tour quand une autre plainte sur vient elle est longue elle me donne des frissons dans le dos … Et là Green s’en vole et dévale les escaliers, je pars donc à sa suite feignent plusieurs fois de me briser les os dans ma course folle. J’arrive enfin au bout de l'escaliers, et Green est là il semble m’attendre… Si j’attrape se lézard je te tords le cou !

    « Green vient ici ! »

    Je lui cours après et le petit lézard se réfugie dans un cachot. Il pousse un petit crie amical, moi j’ai arrêté de courir je fixe autour de moi les sombres horreurs qui ce cache dans le ventre du château. Je ne croyais pas ce genre d’endroit possible comme si la guerre n’était pas suffisante. J’avance lentement mon cœur bat tellement fort dans ma poitrine je suis totalement paniqué, mes yeux sont effrayer par ce qu’ils voient. Je veux m’en aller d’ici et vite, je me remets à chercher Green et j’aperçois enfin son bout de sa queue je me précipite vers le cachot. Je m’agrippe aux barreaux de celui-ci avec le sourire enfin je retrouve mon compagnon… Mais il n’est pas seul dans ce cachot il pousse un autre grognement amical et s’amuse à chatouille le visage du prisonnier avec sa langue fourchue. Mon cœur semble brusquement s’être arrêté dans ma poitrine, je fixe l’homme qui se trouve là enchaîné et je reste muette devant cette découverte. Mes yeux s’embue de larme je suis si heureuse de le revoir et en même temps j’aurais tellement voulue ne jamais le revoir. Ces sentiments sont tellement contradictoire je ne sais plus où me mettre je ferme les yeux et détourne le regard je ne sais pas pourquoi je ne peux le regarder.

_________________
    Je t'aime comme Bonnie aime Clyde.

Spoiler:
 

Ma monture Alphard le solitaire grand étalon noir.
(Je ne peux pas monter sur le dos de Green il mourait j'ai donc une monture a part.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tomoya Nakamura
Admin sanguinaire dévoré par le kick
avatar

Féminin
Nombre de messages : 658
Age : 23
PUF/pseudo : Le Pirate
Localisation de votre perso : Dans les cachots de Stonefolm
Petite Phrase : J'entends et j'oublie, je vois et je me souviens, je fais et je comprends.

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Tel la plus douce des mélodies celle de l'amour résonne dans mon coeur...   Sam 7 Mar - 23:15

    La joie remplis soudainement le lugubre cachot. Le si rare son de la gaitée l'emplis, le rire encore si enfantin d'une jeune servante arriva jusqu'au sous sol du chateau, une maigre esperence aurait pu emplir le coeur des trés rare prisonniers des cellules, mais la plupard n'entendaient même plus les son d'en haut ou bien les ignoraient. Faute de mieu, certain dormaient d'un sommeil fragile et agité. Dans les cachots, seul les bruits des cliquequettements des chaines et des plaintes d'un prisonnier enfermé depuis suffisament longtemps pour le plus avoir tout son esprit resonnés.

    Tomoya, lui, était evanouit depuis environs un jour, peut étre même un peu plus. Il l'était depuis qu'une personne dont le faux nom avait été oublier par l'esprit de l'espion, était venue pour le torturer. Le jeune homme profondement meurtri physiquement avait préféré abandonné sa concience pour ne plus ressentir la douleur. Elle venait le ronger jusqu'à l'os, pénétrant sa moelle suffisament pour que même ces cellules le fassent souffrir. Aprés avoir été battu, il avait été mutilé et balafré profondement de façon que chacune des parties de son corps soient devenues bleu violacet, marqué de profondes cicatrices gonflées et chaudes ou taché de son sang. Mais les blessures n'étaient pas qu'exterme, certain de ses os avaient été brisés, comme c'était le cas de son poignet droit et de 3 de ses côtes. Son sang portait aussi en lui la marque de la lame de son torcionnaire. Le poison des chutes, ce poison reputé si mortel, mélangé à une plante trouvable au Pas-Sage ne portant pas de nom traduit dans la langue Eldenienne, amenuisait les effets du poison, le rendant moin dangereux mais restant suffisament actif pour endommager le système nerveux. Un homme de grande corpulence mais possedant des reins en pleine forme peut esperer evacuer les toxines natuellement, mais une personne de corpulence normale à faible, au bout de plus d'une semaine d'exposition au poison pouvait garder de grave sequelle. Il existe un antidote, heureusement pas trop rare , qui stimule l'efficacité de la plante du Pas-Sage et aidant le donc le corps à rendre inoffensif de poison jusqu'à sa destruction. Tomoya n'ayant jamais eu de problème de santé pouvait esperer que son corps evacu quelque toxine, mais il était trop faible pour l'instant. Il n'avait en plus, pas manger depuis son arriver à Stonefolm, la faim lui tordrait le ventre s'il avait été suffisament concient pour souffrir. Mais pire encore, c'était la soif. Sa bouche patteuse avait le gout amer du sang et sa gorge était semblable à du parchemin.

    Les rires s'étaient arrettés, laissant place aux grommellements de Kitsuki qui ce précipitée derrière son familier. Le petit dragon c'était frailler un chemin jusqu'à Tomoya. Sans doute avait-il reconnu son odeur. Toujour inconscient à ce moment là, le dragon grimpa sur les jambes de l'espion, posant les pattes avant sur ses épaules légérement surélevées à cause de ses bras maintenus en l'air pas ses menottes. L'étroite langue rugueuse du reptile passa sur le visage salement amoché de Tomoya. Légérement secoué par ce poid inhabituel sur son corps, le garçon reprit concience lentement, il ne voulait pas se reveiller et continuer à fuir la douleur qui emmanait de son corps, craignant que se soit à nouveau l'homme aux oreilles en pointe ou le conseillé du roi voulant lui affliger une nouvelle sceance de torture.

    Celà-dit, l'insistance du dragon et la curiosité de quelque chose d'humide glissant le log de son visage le tira de son inconcience protéctrice.Ouvrant difficilement les yeux, il fut imédiatement aveuglé par l'obscurité du cachot, la simple lueur d'une unique torche lui fit detourné le regard. Il tenta de porter ses mains devant son visage, oubliant qu'elles étaient enchainées, le simple fait de bouger ses bras lui arracha un cri de douleur. Son poignet cassé, son épaule transpercée, sa peau mit à vif par ses meottes, tout celà était monstrueusement douloureux mais pas autant que ses côtes cassées qui l'empecher de respirer. Au bout de quelque secondes d'adaptation, Tomoya pu enfin ouvrir les yeux. Il apperut immediatement la masse ecailleuse penchée sur lui. Effrayé par cette créature lui bouffant à moitier le visage, l'espion se plaqua contre le mur contre le quel il était enchainé en poussant un gémissement de degout, il ne comprenait absolument pas ce qui ce passé et était profondement troublé. Il deporta sa tête sur le côté pour essayer de fuir la langue rugeuse de l'animal. Secouant légérement les jambes, il tenta de faire déguerpir la créature pas franchemant motivée. Lorsqu'elle se decida à laisser tranquille le pauvre espion traumatisé, il pu enfin lever les yeux vers l'entrée de sa cellule. Elle était fermée par une porte constituée de simples barreaux de fer, Tomoya voyait donc trés bien à travers.

    Derrière la porte de la geôle ce tennait une figure qu'il pensait reconnaitre. Il n'était pas sur compte tenue du manque de luminosité, mais le petit minois de la jeune servante lui disait quelque chose. La première chose à la quelle il pensa fût la lune. Il ne savait pas pourquoi mais l'image de la lune se dessina dans son esprit. L'espion ne se souvenait plus de son nom, mais il ne doutait plus ou presque du fait qu'il y était associé. Alors qu'il allait prononcer la première sillabe du mot, un son rauque s'échappa de ses cordes vocale. Tomoya essaya de se racler la gorge, mais celà n'eu comme resultat que de lui declancher une quinte de toux trés douloureuse pour son corps affaibli. Levant pitoyablement les yeux vers ce petit bout de femme, l'espion fût soudainement secouer par un spasme, crispant ses muscles, le faisant se soulever et lui arrachant un hurlement de douleur. Le bout de ses doigts et de ses orteils le piccotés légérement, le poison faisait son chemin.

_________________
Tomoya Nakamura

... Another job, another city
Where no one knows my name...
I move amongt the shadows
As silent as moonlight
For on unfotunate fellow,
It will be the end, tonight ...



Kurayami

Spoiler:
 


Dernière édition par Tomoya Nakamura le Dim 8 Mar - 10:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eldeniasekai.1fr1.net/fiches-de-personnages-f79/tomoya-na
Kitsuki Momoro

avatar

Féminin
Nombre de messages : 160
Age : 26
PUF/pseudo : Ivoire
Petite Phrase : Née de l'amour de la lune et d'un esprit terrestre.

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Tel la plus douce des mélodies celle de l'amour résonne dans mon coeur...   Dim 8 Mar - 0:23

    La lune elle avait manqué ce soir là, ce fameux soir où nous nous sommes rencontré sur le Pont des Trahisons. Une nuit sans lune, faite uniquement d’un long et souple drap sombre étendue dans le ciel. Ce soir comment l’oublier ce soir où tu m’as sauvé la vie. Tu souffre mon amour… j’en ai le cœur brisé. Les mains agrippés aux barreaux rouillés de ta cellule, je m’écroule lentement les larmes aux yeux. Je suis a genoux sur le sol humide je fixe le sol impuissante. Pourquoi ici, pourquoi maintenant, et surtout pourquoi toi mon amour pourquoi ? Ils t’ont donc battus presque à mort et te garde en sursit en espérant que tu leurs diras quelque chose, mais vain tu préfère souffrir que de trahir ton peuple… Green lui nous regarde il ne comprend pas, ce petit dragon à plus d’un tour dans son sac… Ce petit voleur est expert il connaît tout les ficelles du métier. Il grimpe sur les barreaux fixe la serrure poussant un petit grognement bref et du bout de ses petite griffes et crochète la serrure et oui la cleptomanie pousse à toute genre de folie. La porte du cachot grince bruyamment je redresse la tête et fixe la porte ouverte surprise. Ce petit bonhomme m’étonnera toujours… J’entre précipitamment dans le cachot et m’arrête à deux mètres du prisonnier. J’avance plus prudemment de lui, je ne vois pas grand-chose les cachots sont bien trop sombre, une fois tout près de lui je m’accroupie j’approche ma mains lentement de son visage je suis si heureuse de le revoir. Mes doigts effleure sa joue enflée et je vois une grimace s’affiché sur son visage.

    « Pardon, je ne voulais pas… »

    Je me mets plutôt vite à paniquer il a besoin de soin le plus vite possible. Mais ce n’est pas une heure pour réveiller un médecin puis il ne soignera pas un prisonnier… Surtout qu’il est Pallengad en plus. Je commence déjà par lui retirer ses menottes elles sont simplement fermé par une barre de fer quel chance. Je sors ensuite en trombe du cachot, Tomoya ne risque pas de bouger dans l’état où il est… Je monte les escaliers et cours aussi vite que je peux vers ma chambre j’y récupère de l’eau fraîche, un drap propre, des plantes et une fiole d’eau qui vient du lac de Fééria son eau peu guérir tout les plaies et soigne tout les poisons l’eau de ce lac est magique et très précieuse. Et je repart aussi vite vers le cachot j’ai faillit plus d’une fois encore me briser les os en courant comme une folle dans tout les sens. Je suis de nouveau près de lui a bout souffle j’avance lentement vers mon blessait complètement sur les rotules je me laisse tomber près de lui et commence mon travail. D’abord neutraliser le poison un mélange d’eau de quelques plantes et quelque goutte de l’eau de Fééria fera l’affaire. L’eau de Fééria soignera aussi les plaies les moins graves. Je n’ai pas une grande quantité de cet eau alors je fais attention. Puis en grande quantité elle peut être dangereuse.

    Je prépare ma mixture écrasant les plantes séchaient dans mes mains je les mélanges avec l’eau fraîche et verse 3-4 goutte de l’eau du lac dans la solution. Je porte le breuvage à la bouche de Tomoya et le lui fait avaler tant bien que mal. Il ne doit surtout pas recracher, je plaque donc ma main sur sa bouche pour l’en empêcher… C'est ce qui s’appel soigner à l’ancienne. J’ai tout appris d’une vieille guérisseuse et jusqu’à maintenant rien ne marche mieux que la manière dont j’ai apprise à faire les choses. Une fois la mixture avaler je relâche la pression sur sa bouche et attend qu’il me dise quelque chose… Ca devrait plus tarder à faire effet d’après moi. Je déchire un morceau du drap et le trempe dans l’eau fraîche dans laquelle j’ai mélangé quelques plantes soignante pour ses autres plaies. Et je commence à désinfecter petit à petit les diverses plaies qui recouvre son corps. Je suis silencieuse et très concentrée sur mon travaille. Mon morceau de draps de couvre de son sang elles doivent lui brûlait un peu mais ainsi il ne risque pas l’infection…

    « Désolé sa brûle un peu, mais c’est nécessaire. »

_________________
    Je t'aime comme Bonnie aime Clyde.

Spoiler:
 

Ma monture Alphard le solitaire grand étalon noir.
(Je ne peux pas monter sur le dos de Green il mourait j'ai donc une monture a part.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tomoya Nakamura
Admin sanguinaire dévoré par le kick
avatar

Féminin
Nombre de messages : 658
Age : 23
PUF/pseudo : Le Pirate
Localisation de votre perso : Dans les cachots de Stonefolm
Petite Phrase : J'entends et j'oublie, je vois et je me souviens, je fais et je comprends.

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Tel la plus douce des mélodies celle de l'amour résonne dans mon coeur...   Mer 11 Mar - 22:03

    [J'vien de me rendre compte que j'ai inverser le moment ou tu me donne file l'antidote et celui ou tu me soigne, mais comme j'ai presque fini, j'modifie pas.]

    Le vide ... Tomoya ne se souvenait plus de qui était la jeune fille. Il la reconnaisser, mais la connaisser t'il vraiment ? Qui était t'elle pour venir le soigné et s'occuper aussi intensement de lui ? Tomoya n'arrivait pas à se rappeller ... Peut étre sa longue inconcience avait légerment altéré sa mémoire. Elle reviendrait sans doute dans peu de temps. En attendant, l'espion se posait beaucoup de questions. Pourquoi une servante de Stonefolm, d'aprés son habit, viendrait soigner ses blessures ? Elle risquait sa vie rien qu'en pénétrant dans sa cellule, et l'espion imaginer mal que le roi est donné l'ordre à cette servante de venir pansé ces blessures. Alors pourquoi ? En tout cas, pendant quelle allait chercher de quoi le soigner, Tomoya, tout de même trés inquiet, devait pensé à chercher un moyen de s'enfuirdu chateau. Mission impossible donc vue son état. Incapable de se relever, il ne songea même pas à marcher. Pour lui le simple fait de respirer relevait de l'epreuve, alors s'échapper d'un chateau hyper surveiller ...

    Le geste de la jeune fille le troubla, la connnaissait t-il bien pour quelle lui effleura le visage si delicatement ? Quelle relation entretenaient t-ils ? sans doute leur connaissance était relativement proche, sinon l'espion se serait souvenu d'elle. Ses doigts frolèrent les marque bleuït des coups de poings de son torcionnaire, sans doute n'avait elle pas penser que se geste serait douloureux pour Tomoya, mais il fit parcourir son corps de frissons et étre pas uniquement de douleur. L'expression génée de la jeune femme le derangea quelque peu, pourquoi tant de distance chez un étre si doux ? Toute ses questions que ce poser Tomoya ne trouvèrent aucune reponce. Lorsque la servante s'enfuit presque pour chercher de quoi le soigner, le garçon eu un pincement au coeur. Il ne savait pas pourquoi, mais ce départ l'attristait. Sensation bizarre dans le coeur de l'espion non habituder à ressentir ce genre d'émotion. Ne pouvant ce mouvoir, Tomoya fut donc obliger d'attendre la jeune femme dont il ne se souvenait toujour pas le nom.

    Alonger sur le sol, l'espion vit revenir la servante. Les premiers geste de la jeune fille furent hesitant, puis petit à petit devenirent plus sûr. Le jeune homme se laissa faire, de toute façon il n'aurait pas eu la force de resister. Se decontractant, l'espion relacha ses muscles et ses nerfs trop tendu, il laissa sa tête s'appuier contre le sol dur de la geôle et ferma ses paupières lourdes. La solution du lac de féeria le brulait, ses diverses coupures et contusions le faisait enormement souffir, mais il restait de marbre, traissaillant de temps à autre mais faisant tout son possible pour ne pas bouger. La jeune femme le redressa légérement pour l'obliger à boire l'antidote qu'elle avait préparé. Tomoya accepta de l'avaler mais son gout était si desagreable et bizare qu'il lui donna envie de tout recracher. La servante tennait sa main appuier contre sa bouche malheureusement. Obliger d'avaler, le liquide lui donna l'impression de lui bruler sa gorge, assechée depuis qu'il n'avait pas bu. Il ne savait pas quand l'antidote fairait effet, mais en quelque jours, l'affaire serait sans doute réglé. Les complications étant rare, il n'avait donc pas grand chose à craindre à present.

_________________
Tomoya Nakamura

... Another job, another city
Where no one knows my name...
I move amongt the shadows
As silent as moonlight
For on unfotunate fellow,
It will be the end, tonight ...



Kurayami

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eldeniasekai.1fr1.net/fiches-de-personnages-f79/tomoya-na
Kitsuki Momoro

avatar

Féminin
Nombre de messages : 160
Age : 26
PUF/pseudo : Ivoire
Petite Phrase : Née de l'amour de la lune et d'un esprit terrestre.

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Tel la plus douce des mélodies celle de l'amour résonne dans mon coeur...   Sam 14 Mar - 18:07

    Geste plein de douceur pour un homme qui ne se souvenait même plus de moi. Enfin je ne savais pas qu’il avait oublié cette nuit sans lune, cette nuit sur le pont des trahisons. Sur ce pont je lui avais évité une flèche mortel cette flèche don je garder la cicatrice à l’épaule. Je nettoyer chaque plaie avec minutie puis je la bandais avec un morceau de drap que je déchirai au furent et à mesure que je finissais une plaie. Peu à peu il ne resta plus de drap et une plaie resta sans aucun bandage j’arrachai donc une manche de ma robe de nuit et en couvrir la plaie. Mon épaule blessé était découverte on voyait la cicatrise sur mon épaule. Là ou c’était logeait la flèche la peau était brûler et recousu elle était totalement fermé. Cette marque étrangement pour moi symbolisait tout l’amour que je ressentais pour cet espion qui m’avait protégé et c’était occupé de moi au mieux. Quand j’eu finis mon travail de fourmi je soupirai soulagé puis je me mis à rire j’étais heureuse. Je le redressais lentement vu qu’il était couché sur le sol ça ne devait pas être très confortable. J’adossais Tomoya à un mur et lui sourit moi qui croyait ne plus jamais le revoir le revoilà pas en bonne état mais vivant. J’étais trop timide pour sauter de joie ou même pour le prendre dans mes bras. Je ne fis que le regarder de mes grands yeux bleu plein d’amour pour lui longuement. Au milieu du silence des cachots j’entendais sa respiration sifflante comme s’il souffrait en respirant. Par déduction je me dis qu’il devait avoir des cotés casser.

    Je me penchais sur lui déboutonnant sa chemise ce qui me dévoila un hématome énorme sur son flanc gauche. J’en fus horrifier la zone était bleuie à l’extrême je m’approchais fit glissait doucement mes doigts sur sa peau. Je ne pouvais pas le laisser ainsi si une cotés ce déplacé et lui perforé un poumon il en mourait. Et je ne voulais pas, je ne voulais pas qu’il meurt surtout maintenant que je l’avais enfin retrouvé non je ne voulais plus le perdre plus jamais. Les larmes me venait à la simple idée de la voir mourir ou même qu’il reparte sans moi. Je pouvais pas je ne pouvais plus me passé de lui un seul instant, chaque minute sans lui était devenu un supplice une véritable horreur. Chacune de mes pensés allait vers lui chaque instant chaque seconde il était présent dans ma tête. Je versai une deux larmes avant de m’arracher la seconde manche de ma robe de nuit. J’essuyai mes larmes ce n’était pas le moment de flancher je voulais le sauvé et je pouvais le faire. Je lui fis ouvrir la bouche et plaça le bout de tissu dans sa bouche.

    « Mord le plus fort de peu ça va être plus que douloureux crois moi. Pardon d’avance Tomoya… »

    Je le mis de profil au mur son flanc gauche vers moi et le droit en direction du mur. J’allais exercer une puissante pression sur ses cotes non brisé du coté gauche de manière à ce que l’air contenu dans ses poumons repousse les cotes brisés à leur place. Ce serait plus douloureux qu’au moment où on les lui avait cassées. J’hésité tout de même la main rassurante de mon frère ce plaça sur mon épaule et je sus que je n’avais plus tellement le choix.

    « Prend une profonde inspiration et bloque ta respiration je vais remettre tes cotes brisés à leur place. »

    Quand il eu exécuté ce que je lui demandais j’exerçai une puissante pression sur sa cage thoracique d’un coup violent et brusque, on entendit un bruit sourd un craque violent et bruyant mélangé à un hurlement étouffer, les cotés étaient de nouveau à leur place. J’avais beaucoup stressé pour pas grand-chose au final, j’essuyai mon front en sueur j’avais bien travaillé ce soir. J’étais épuisé et je n’imagine même pas l’état de mon pauvre Tomoya. Je lui retire le morceau de la bouche. Maintenant il peut respirer sans souffrir le martyr. Je lui esquisse un léger sourire espérant qu’il dise quelque chose maintenant. Enfin un simple sourire ce serait déjà beaucoup pour moi et je comprendrais qu’il soit épuisé après tout ça. Je suis silencieuse moi de toute façon que puis je dire maintenant… Je reste la et le regarde respirer toute à fait normalement. Je suis soulagé de voir qu’il va mieux je suis si heureuse. Si seulement il savait combien je l’aime…

_________________
    Je t'aime comme Bonnie aime Clyde.

Spoiler:
 

Ma monture Alphard le solitaire grand étalon noir.
(Je ne peux pas monter sur le dos de Green il mourait j'ai donc une monture a part.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tomoya Nakamura
Admin sanguinaire dévoré par le kick
avatar

Féminin
Nombre de messages : 658
Age : 23
PUF/pseudo : Le Pirate
Localisation de votre perso : Dans les cachots de Stonefolm
Petite Phrase : J'entends et j'oublie, je vois et je me souviens, je fais et je comprends.

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Tel la plus douce des mélodies celle de l'amour résonne dans mon coeur...   Mar 7 Avr - 20:47

    Cette cicatrice. Circulaire et encore rouge. Un mini flash, peut étre, pour Tomoya. Cette blessure qu'il avait lui même soigné à la lueur de quelque chandèles puis cotérisée avec la lame de son Wakizashi, sans doute serais-t-elle assez marquante pour lui permettre de recoller bout à bout chacuns des fragments de sa memoire endomagée par sa léthargie. Une flêche, seul instrument ayant causée la destruction des couches de peaux et de chairs de l'epaule de Kitsuki. Ce nom, revenue presque inconciament dans son esprit, il comprenait mieu la liaison qu'il avait fait avec la Lune. En effet, la servante, bien que jeune, était comparable à la Lune presente dans son nom, toute aussi belle qu'elle, le mot contemplation n'était pas de trop. Cette description ne pourrait étre aussi bien prononcé que la façon don le faisait son nom. Bien qu'encore une bien maigre partie de cette beautée fusse exprimée. Ce petit rayon du Lune, dont la beautée égalait l'éclat même du soleil, perça avec la douceur la plus exquise le coeur du prisonnier libérant une pure joie liée à une profonde mélancolie et l'inonda de la lumière blafarde des sentiments. Ce petit nuage, pur comme la neige qui jamais ne fond, volait autour de lui, s'avansant doucement jusqu'à le froler de ses cristaux liquides, et faisant ruisseller son corps des milier de goutelettes argentées d'amour.

    Tomoya ne remarqua pas les larmes de la servante. Lorsque celle-ci lui tendit un bout de sa manche pliée en plusieur morceaux, l'espion ne comprit pas ce qu'elle allait faire. Les quelques mots quelle prononca lui donna des frissons dans le dos. Aprés les tourmentes qu'il avait enduré, subir des douleurs supplementaires le terrorisait. Il pris le morceau de tissu et le serra aussi fort qu'il le pu, les yeux serrés, retenant de futures larmes de douleur. Ecoutant les consignes de la jeune femme, Tomoya pris le maximum d'air que ses poumons acceptèrent, il coupa sa respiration et espéra le plus possible ...

    Un hurlement horrible se fondit dans le baillon entrain de prendre cher sous les dents de l'espion... La douleur insupportable de ses côtes se remetant en place lui causa bien plus de souffrance que tout le reste. Les craquements sinistres des os resonnèrent dans la petite geôle du captif. Celui-ci était épuisé, tremblant de tout son corps, des larmes roulaient sur ses joues bleuies. S'effondrant sur le sol de pierre, il agonisa de douleur en pleurant des larmes aussi froides que les morceaux de pierres dechirées dans son coeur. La chaleur de l'amour de la servante l'enveloppa mais se heurta au mur glacial de ses souffrances. Il lui fallut nombre de temps avant de pouvoir reprendre un souffle à peu prés normal, quoi qu'encore trés saccadé. Levant faiblement les yeux vers la servante, l'espion ne put rater le sourire peind sur ses lévres. Il se demanda pourquoi, peut étre celle ci l'appreçiait beaucoup plus que ce qu'il avait cru. Aprés tout, en repensant aux evenements survenus il y avait de celà à peine quelque semaines, la fréle jeune femme c'était toujour bien occuper de lui, en cet instant même d'ailleur, elle lui avait apporté son secour alors qu'elle risquait sa vie juste en approchant la cellule de cet homme dont le roi esperait beaucoup ... Ses agissements le frustraient un peu mais lui rechauffèrent le coeur, il lui avait était si rare que quelqu'un s'occupa avec autant de soin de lui. Même dans son enfance, il avait rarement était aussi chouchouté, sauf peut étre par sa grande soeur, quoi que légérement tyranique comme tout les ainés. Evoquer ce souvenir lui fit beaucoup de mal, mais il le rejetta au plus profond de son âme pour eviter de reveiller en lui de nouvelles douleurs. N'ayant jamais eu le temps de connaitre l'amour, l'espion eut du mal à reconnaitre ce sentiment chez la servante. Ah, il avait connu les femmes, belles et sensuelles, mais pas de celle qui vous prennent dans leur bras fins juste pour vous noyer sous un flot d'amour et de chaleur. Il ne pensait pas Kitsuki comme toute les autres, bien que pleine de charme et de chaleur, leurs coeurs étaient froids comme les royaumes du nord lointain. Jamais, au grand jamais il n'aurait pu comparer son petit brin de femme si pur et desirable à ces femmes aux charmes epouvantables et aux coeur sans vie. Elle semblait sortir à peine de l'enfance et pourtant son corps fréle contrastait avec un esprit plutôt determiné. Sans doute soutenue par son frère, avec lequel il avait fait connaissance quelque temps aprés Kitsuki à travers le corps de celle ci.

    L'espion, géné, senti ses joues s'empourprer. Il leva les yeux pitoyablement vers la jeune servante, et essaya de prononcer quelque excuse à voix haute. Ce demandant un instant si son propre coprs accepterais de le faire parler sans trop de mal, l'espion de pu que se convaincre de sortir ces quelques mots d'une voix faible, esitante et enrouée.

    << Je ... Je te remerci p... pour tout ce que tu as pu faire pour moi jusque ici... Ki..tsuki... >>

    Son ton de voix sonnait faux, ses paroles ressemblait plus à des adieux qu'à une formule de remerciment sinsère. Mais il ne savait pas. Il ne savait pas quoi dire, son esprit d'habitude si clair, du moin se qu'il pensait, était à present embrouillé, il n'arrivait plus à reflechir et encore moin à former des phrases coeérantes dans sa tête. Il esperait que ce qu'il vennait de dire de desarsonnerait pas trop la jeune fille, sans doute ne comprendrait t'elle pas ce qu'il entendait par lui, lui même ayant déjà du mal à se comprendre tout seul.

_________________
Tomoya Nakamura

... Another job, another city
Where no one knows my name...
I move amongt the shadows
As silent as moonlight
For on unfotunate fellow,
It will be the end, tonight ...



Kurayami

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eldeniasekai.1fr1.net/fiches-de-personnages-f79/tomoya-na
Kitsuki Momoro

avatar

Féminin
Nombre de messages : 160
Age : 26
PUF/pseudo : Ivoire
Petite Phrase : Née de l'amour de la lune et d'un esprit terrestre.

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Tel la plus douce des mélodies celle de l'amour résonne dans mon coeur...   Dim 17 Mai - 20:34

    Mon amour enfin j’avais tant souhaité te revoir et tu es là, tu n’es pas au mieux de ta forme mais tu es en vie au mon amour si savais combien pendant tout ce temps tu m’as manqué. Pas un instant pas ni même une seconde n’avait passé sans que je pense à toi mon bel aimé, rien n’avait put t’arracher de mes pensés. Je te regarde tombé sur le coté exténuer par tes blessures, il leva ses yeux orangé vers moi me remerciant de ce que je venais de faire. Mais il n’avait pas à le faire il l’avait fait pour moi alors pourquoi je ne l’aiderais pas à mon tour ? Je m’approchais de son visage à genoux sur le sol froid et humide du cachot je soulevais doucement sa tête et posé sur mes genoux. J’écartais de son visage les mèches noires ébènes de son visage couvert de sueur, mes gestes étaient doux et rassurant il devait se reposer maintenant. Je posai ma main fraîche sur ses lèvres pour lui dire de se taire j’étais là maintenant il ne lui arriverait rien, je resterais près de lui cette nuit il était hors de question qu’il reste seul ce soir. C’était impensable dans son état de le laisser seul, puis j’étais tellement près de lui je ne voulais pas le quitter. Mon cœur battait la chamade dans ma poitrine tellement fort j’étais si heureuse, tellement amoureuse de lui que j’en souffrais en silence. Mes yeux bleu plongeaient dans ses yeux orangées, je lui caressais le visage lentement un geste amoureux et doux mes yeux bleu océan trahissait mes sentiments mais mon espion était tout seulement aveugle à celui-ci. J’étais trop timide pour lui avouer que je l’aimais comme une folle, trop, beaucoup trop…J’étais heureuse sans vraiment l’être parce que je savais qu’il allait repartir et me laisser encore plus seule qu’avant mais est ce que j’en survivrais cette fois ce n’était pas sur.

    Mais s’il était ici c’est qu’il avait été fait prisonnier…il ne pourrait pas sortir d’ici, mais si il fallait qu’il sorte ces bourreaux allaient revenir, il recommencerait il le frapperait encore. Non il ne pouvait pas rester ici je devais le faire sortir, je préfère le savoir loin de moi et en vie plutôt que mort au milieu de ses immonde cachots. S’il venait demain ? Comment j’expliquerais ma présence près de l’espion, il devait partir ce soir dans son état c’était risqué mais il valait mieux ça que rien. Je lui laissais tout de même le temps reprendre son souffle, grâce à l’eau du lac Féeria le poison ne le faisait déjà plus souffrir le martyr c’était déjà ça de gagner. Il rester juste les plaies qui n’était pas trop dangereuse car peu profonde, ses cotes brisé comme réel problème. Tomoya était fort il survivait je le raccompagnerais à la frontière du royaume une fois là-bas il ne risquerait plus rien. Du moins je l’espère…

    « Les murs on des oreilles je ne prononcerais pas ton nom ici. Alors ce soir avant l’aube je t’aiderais à quitter les cachots, et nous galoperons jusque la frontière tu ne peux pas rester ici. Ils reviendront et recommenceront…c’est un miracle que tu sois encore en vie. »

    Mon cœur se serra dans ma poitrine j’avais si mal je ne voulais pas le quitter. Je levai mes yeux vers le plafond je ne devais pas pleurer pas maintenant, mais je ne pus m’en retenir mes larmes s’échappèrent de mes yeux et roulèrent sur mes joues roses. Je ne pus m’empêcher de le prendre dans mes bras et de pleurer encore. Le flot de larme coulait sans interruption pendant plusieurs minutes je n’arrivais pas à me calmer. Quand green commença à s’exister il saute sur mon dos tentant de me dire quelque chose quand je redressai la tête pour regarder derrière moi. Une ombre imposante se trouvait devant la grille ouverte, un frisson me parcouru le dos j’eu à se moment peur et pas que pour moi mais aussi pour Tomoya.

_________________
    Je t'aime comme Bonnie aime Clyde.

Spoiler:
 

Ma monture Alphard le solitaire grand étalon noir.
(Je ne peux pas monter sur le dos de Green il mourait j'ai donc une monture a part.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyoya Matsuda

avatar

Masculin
Nombre de messages : 238
Age : 25

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Tel la plus douce des mélodies celle de l'amour résonne dans mon coeur...   Sam 30 Mai - 21:07

Quant entre mes mains ton trépas aura sonné mais yeux de joies seront bien plus que souriant.
Le hall grouillait de monde, une entrée attendu allait se faire, une princesse refoulant le sol de son enfance, la sœur du roi était ici en visite. Grande, de long cheveux d’ébène, des plumes sombres tout comme son frère et un doux regard couleur ciel. Kyoya n’avait pourtant pas eut le temps de descendre de son bureau, de toute façon elle savait ou le trouver, elle et lui étaient des complices de toujours malgré que à force les obligations les séparent …
Il était tard, très tard, l’ange sombre n’avait toujours pas quitté son antre, impatience certainement, la reine en visite monta jusqu’à ce qui était jadis le bureau de son père, entrant avec discrétion sans frapper. Sur l’instant Kyoya ferma ce grand manuscrit rouge avant de s’adosser contre son fauteuil.

« Alors petite sœur, je te manquais à ce point ?! »

Lui dit-il pour la taquiner, en gage de réponse, un simple sourire malin. Se redressant, il s’approcha de sa cadette pour l’embrasser affectueusement sur la joue, la tenant pas l’épaule, celle-ci se blottit alors contre lui, et comme il y a bien longtemps, il lui caressa doucement ses mèches d’ébènes. Pour un frère, une sœur, une mère sont les premières femmes de sa vie, des femmes que l’ont se doit d’aimer, protéger mais surtout respecter. C’est un amour différent, un amour familiale, un lien plus fort qu’un mariage ou une longue amitié, elle l’a vue grandir, il l’a devenir une femme, elle l’a vu devenir roi, une entente brisé par la distance par un mariage qui avait privé un frère d’un appui précieux. Une fratrie unie malgré tout …
Le roi emmena donc sa sœur avec lui sur le balcon, là assit dans un salon de jardin une discutions s’enclencha deviner le sujet … Le mariage de l’ange sombre. Sa petite sœur lui fit un sens la morale, il est vraie qu’elle le connaissait plus que bien et d’ailleurs elle lui rappela le nombre de ses conquêtes l’année de ses 21 ans. Un record, un pari surtout, qui avait à l’époque bien agacé sa cadette. La leçon fut longue mais sous un sens véridique, Nemeya avait raison mais ça il ne voulait pas l’admettre. Même marier il resterait un homme à femme, même si lui croyais le contraire la vérité le rattrapera tôt ou tard…
Elle commença même à le taquiner, mais tout était bien sur trop beau pour continuer. Le remplaçant du capitaine rentra dans le bureau du monarque, avec une tête de quelqu’un qui venait de sortir du lit d’ailleurs. Quittant le balcon, le souverain suivit de Nemeya revint dans la pièce bien éclairé par de multiple bougie. Présentant ses hommages aux souverains, le militaire leur dévoila qu’un soldat de Pallengad venait d’être fait prisonnier. Les gardes qui avaient pour une fois fait du bon travail l’avait immédiatement conduit dans les cachots plus tôt dans la soirée. Son conseiller étant absent s’était à lui de gérer ce genre de problème. Grimaçant, il invita son invité à descendre avec lui. Un petit groupe d’hommes armés, suivis du capitaine remplaçant, du roi et sa sœur prit alors le chemin des sous sols du château.
Une fois dans le couloir lugubre quelques choses intrigua immédiatement l’ange en tête de cortège … La porte d’un cachot était ouverte, la main sur son arme, comme la plus part des hommes ici présents à cette instant, il plaça sa sœur derrière lui. Le silence … Mais dans cette cellule des paroles voyageaient belle et bien. Le visage du monarque était loin d’exprimer une quelconque joie et sous les bruits des pas, une colère naissait en lui. Quand enfin sous ses iris bouillonnants de haine se traduit l’image de la crainte de tous, il avait presque envie de rire. Se tenant droit et face à ce spectacle dés plus pitoyable, un sourire moqueur et vile se dessina sur ses visages. La main de Nemeya se glissa alors dans la sienne, elle avait comprit ce que ressentait son grand frère et par ce geste elle essaya presque de le calmer. D’un signe de tête du seigneur, les gardes saisir les bras de la jeune femme, la décollant de l’espion de Pallengad, la redressant. D’un pas lent il s’approcha alors de ce qui était sa servante, et d’une main ferme il lui redressa le menton et pour la première fois il la dévisagea, ne lui accordant aucune pitié. D’un geste avec une absence de douceur il lui releva le menton comme pour la regarder une dernière fois, brisant ce contact, d’un geste éclair et violent sa main droite claque contre la joue gauche de la jeune femme. Le fixant droit dans les yeux avec un regard dés plus fier et hautain, il la dévisagea à nouveau. Il aurait voulu lui cracher un sermon au visage mais à quoi bon après tout, il préféra faire demi-tour.
Rejoignant sa sœur qui l’attendait devant la porte de la cellule, la prenant doucement par la taille, il n’adressa alors plus aucun regard à son ancienne servante, car pour lui elle l’avait trahis tout simplement, fixant l’un de ses hommes avec un regard toujours remplit de haine.

« Faites en sortes qu’elle reste enfermer dans sa chambre toute la nuit on s’occupera d’elle demain matin, et quant à lui il n’a plus rien à faire ici. Pendue demain matin à l’aube, un spectacle qui fera certainement plaisir à une traitresse … ! »

Guidant alors sa cadette et suivis par encore quelques hommes, le roi s’enfuit dans les couloirs aux nombreuses cellules, alors que Kitsuki se faisait raccompagner dans sa chambre, la porte de la prison de l’espion claqua violement contre la pierre, et le bruit de la clé qui ferma le verrou également.
Kyoya retourna alors à ses occupations, celle de voir ce fameux soldat …



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tomoya Nakamura
Admin sanguinaire dévoré par le kick
avatar

Féminin
Nombre de messages : 658
Age : 23
PUF/pseudo : Le Pirate
Localisation de votre perso : Dans les cachots de Stonefolm
Petite Phrase : J'entends et j'oublie, je vois et je me souviens, je fais et je comprends.

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Tel la plus douce des mélodies celle de l'amour résonne dans mon coeur...   Dim 31 Mai - 17:46

Une nuit parmi d'autres,
Une encore,
Ou la nuit pour toujour.


    L'appel de la nuit résonnait sur Stonefolm. La confidence d'une évasion. La confidence d'un futur à tracer. Un simple pronom apporteur d'espoir, un <<nous>> briseur de coeur face à l'impuissance d'un homme enfermé derrière les barrières d'une apartenance. Un coeur enfermé loin de de celle pour qui il aurait du battre si fort.

    Tomoya remarquait l'agitation du dragon à son tour. Il n'était pas normal qu'il soit autant excité, même s'il était jeune et plein de vigueur, sans doute quelque chose ne tournait par rond. L'espion fut pris de panique, il entendait des voix dans l'escalier en colimaçon qui descendait vers les cachots. Plusieurs voix. Sans doute des gardes venaient faire leurs rondes, mais dans ce cas, pourquoi étaient-ils plusieurs et pourquoi une voix se détachait-elle autant des autres ? Pourquoi Tomoya avait-il l'impression de la connaitre suffisamment pour que son sang se gèle dans ses veines ? Pourquoi, ô pourquoi devais-t-elle être aussi puissante dans son intonation, pourquoi résonnait-elle, forte et dominatrice ? Aurait-il vraiment fallut que cette nuit là, cette personne même descende dans ses cachots si peu visités d'habitude ?

    L'espion se redressa légèrement. Son coeur se remit à battre avec puissance, la peur s'infiltra dans chacun de ses os, les traversant jusqu'à la moelle. Il recula légèrement contre le mur. Ses côtes le faisaient intensément souffrir mais il ne se plaignait pas. Une ombre apparut soudainement près de l'entrée de la cellule, Tomoya ferma les yeux et déglutit, il espérait à présent que la jeune servante n'ai pas de problème. Il essaya d'oublier la dernière image qui venait de voir : Une ombre imposante, une lueur orange peint sur son visage, projetée par la torche enflammée du garde qui l'escortait. ré ouvrant les yeux dans un élan d'espoir, il espéra s'être trompé sur l'identité de cette personne... Mais malheureusement, se tenait près de la geôle, imposant toute son autorité dans sa stature, le roi de Stonefolm.

    Kyoya Matsuda, bien la dernière personne que Tomoya aurait aimé voir ce jour-là. Les autres jours non plus d'ailleurs, à moins, que cela soit allongé, inerte, dans son linceul de mort ... Levant ses yeux rouges de sang, éclatant de rage vers ce monstre sans nom qu'aucun mot n'aurait pût qualifier, Tomoya ne pût s'empêcher de retrousser ses lèvres dans un rictus de rage laissant échapper un grognement inaudible du coin de ses lèvres. Ses cheveux noirs plaqué par la sueur contre son crane lui donnait vraiment l'impression d'être un loup. Peut être Kurayami avait-il déteint sur lui sans qu'il ne s'en apperçoive mais celà ne pouvait être qu'en bien de toute manière. Un garde lui arracha son aimée, il la regarda s'éloigner avec le chien du roi et s'approcher tout deux de leur maître. À la vue des mains couvertes de sang de millier d'hommes s'approcher du visage si fin de Kitsuki, l'espion eu un haut-le-coeur. Les doigts de cette ordure agrippèrent le délicat menton de la servante, il vit la tête de celle-ci se renverser en arrière pour croiser le regard de son monarque, une main s'éleva rapidement mais pour Tomoya ce geste lui parut une éternité. Cette même main qui claqua contre le visage de sa frêle amante ...

    Des mots dur frappèrent le pauvre espion de plein fouet ... Il serait pendu à l'aube. Lui, pendu à une corde sur la place du château, il imagine déjà en frissonnant, le contact rugueux de la corde contre son cou et le regard de Kitsuki sur lui ... un haut-le-coeur s'empara à nouveau de lui, il hurla soudainement,

    << NON, KITSUKI !! >>

    Bien que sa voix fut tremblante et légèrement rauque à cause des glaires présentes dans sa gorge ... Le roi avait déjà tourné les talons, les gardes venaient tout juste de lui arracher son âme. La grille de sa cellule claqua contre ses gonds et le bruit métallique de la clef qui jouait dans la serrure s'y ajouta pour résonner ensemble une dernière fois dans les cachots...

_________________
Tomoya Nakamura

... Another job, another city
Where no one knows my name...
I move amongt the shadows
As silent as moonlight
For on unfotunate fellow,
It will be the end, tonight ...



Kurayami

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eldeniasekai.1fr1.net/fiches-de-personnages-f79/tomoya-na
Kitsuki Momoro

avatar

Féminin
Nombre de messages : 160
Age : 26
PUF/pseudo : Ivoire
Petite Phrase : Née de l'amour de la lune et d'un esprit terrestre.

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Tel la plus douce des mélodies celle de l'amour résonne dans mon coeur...   Dim 31 Mai - 19:48

    Je redressais mon regard d’azur vers la porte qu’en j’aperçue sa silhouette sombre se tenant droite et fière alors que je tenais dans mes bras l’homme que j’aimais. Mon souffle en fut coupé toujours agrippé au corps tremblant de douleur mon aimé les yeux embuaient de larmes je fixais le monarque qui ordonna qu’on me sépare de Tomoya. Je ne luttais pas c’était bien la seule personne que j’aurais jamais voulu voir ici à cette instant précis. Je sentais son regard sévère planté sur moi c’était comme si on m’avait un couteau planté un couteau en plein cœur. Lui qui était comme un père pour moi je venais de le trahir pleurante je fixais le sol n’osant plus lever les yeux vers lui j’avais si honte de le faire souffrir comme je venais de le faire. Je jetais un dernier regard vers mon amant comme pour lui demander pardon je n’étais pas assez forte pour le protéger, je n’étais qu’une simple domestique après tout… Je ne pouvais rien contre mon monarque. Celui-ci qui d’ailleurs avança vers moi qui sanglotais retenu par le soldat qui lui me faisait mal je n’avais pas l’intention de m’en fuir de toute façon frêle comme j’étais en luttant je me ferais sans doute plus mal qu’autre chose. Le roi posa sa main sous mon menton redressant mon visage vers lui je croisais son regard bleu océan se regard qui me dévisageait. Non, non mon roi pas se regard ne me regardais pas comme cela, pitié mon roi j’ai tellement besoin de vous. Je suppliés mon monarque du regard tant et si bien que je ne vis pas venir sa main qui siffla dans l’air près de mon oreille et qui final entra en contact brutalement avec ma joue. Qui devient rouge très vite je ne pu que sentir la douleur enflammer ma joue et brisé mon cœur par la même occasion. Les larmes roulaient sur mes joues qui devenaient de plus en plus pourpre je laissais mon visage retomber après qu’il ai retiré sa main qui la soutenait. Il ordonna qu’on me mène à ma chambre et qu’on mi enferme jusqu’à l’aube. Mais ce n’était pas ce qui me fit le plus mal, ce qui m’arracha le cœur se fut l’annonce de la pendaison de Tomoya, mais aussi le faite qu’il m’avait nommé traitresse moi qui pourtant avait toujours tout fais pour lui. Lui que j’avais servais des années durant que j’admiré, que j’aimais comme mon propre père j’avais si mal mon dieu une tel douleur dans le cœur j’aurais préférais qu’on me pende moi maintenant plutôt que lui demain. Je redressais mon regard vers le monarque je devais l’empêcher de faire ça je ne voulais pas que Tomoya meurt par ma faute…

    « Non je vous en supplie mon roi, prenait ma vie plutôt que la siens. Par pitié mon roi je préfère mourir maintenant que de le voir lui mourir demain. Mon roi par pitié ne le tué pas je ne pourrais vivre en ayant sa mort sur ma conscience. Mon roi pitié … pitié… »

    Je me refusais de le voir mourir je ne pouvais pas le voir mourir je jetais un regard apeurée et plein de tristesse à Tomoya en secouant la tête en répétant non pitié. Les yeux larmoyant je supplier mon roi qui finis par tourner les talons et sortir du cachot avec sa sœur me laissant tremblante et totalement effondré entre les mains du soldat dans un sanglot plus gros que les autres je me mis à hurler de douleur.

    « JE L’AIME PITIER, Je l’aime, Je l’aime… »

    Lentement ma voix s’estompait devenant de plus en plus faible comme la flamme d’une bougie arrivé à son termes il n’y avait plus l’ombre d’un espoir à cet instant. Je regardais une dernière fois l’homme que j’aimais tant puis le soldat m’amena avec lui m’arrachant à l’homme que je ne voulais plus quitter. Encore une fois nos royaume nous séparais… Je me sentais impuissante je regardais s’éloigner encore une fois l’homme que j’aimais et cette fois c’était certainement pour toujours que je le quittais.

_________________
    Je t'aime comme Bonnie aime Clyde.

Spoiler:
 

Ma monture Alphard le solitaire grand étalon noir.
(Je ne peux pas monter sur le dos de Green il mourait j'ai donc une monture a part.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyoya Matsuda

avatar

Masculin
Nombre de messages : 238
Age : 25

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Tel la plus douce des mélodies celle de l'amour résonne dans mon coeur...   Dim 31 Mai - 23:13

L’espion Kyoya l’avait ignoré du début jusqu’à la fin, s’il en rajoutait de toute façon une lame dans son cœur battant et l’histoire serait réglée.
Tournant le dos à cet événement la voie cristalline de sa sœur cadette retendit alors dans le couloir humide quand la servante se mit à parler pour essayer de sauver ce qui devait être son amant. L’ange se retourna alors pour voir Kitsuki, faisant quelques pas en arrière pour s’approcher d’elle.

« Tu l’aimes … Tu t’es pris d’amour pour ça ? Quand tu revenue après ta période d’absence en pleure c’était à cause de lui ? Et tu as encore osé revenir ici ? Tu mérites la mort tout comme lui, tu mériterais que je tue sur le champ et de mes propres mains Dieu sait comment j’aime faire ça aux traitres … »

Son regard haineux sur elle, droit et fier avec toute l’arrogance qu’un roi pouvait se permettre, toute la prestance et la gloire qui lui revenait mais surtout toute cette haine qui bouillait en lui, cette servante n’était pas n’importe qui, elle savait bien plus que sa futur femme même, que sa sœur, elle était une pièce à secret à elle toute seule.

«Te mettre à sa place, non mais tu rêves, je sourirais en voyant son visage en pleure face à la mort de celui que tu dis aimer, comme ça tu pourras comprendre … ! Emmènez là maintenant je l’ai suffisamment vue… »

Il lui adressa un sourire toujours aussi hautain avant de cette fois-ci partir et disparaitre derrière une grosse porte en bois …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tomoya Nakamura
Admin sanguinaire dévoré par le kick
avatar

Féminin
Nombre de messages : 658
Age : 23
PUF/pseudo : Le Pirate
Localisation de votre perso : Dans les cachots de Stonefolm
Petite Phrase : J'entends et j'oublie, je vois et je me souviens, je fais et je comprends.

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Tel la plus douce des mélodies celle de l'amour résonne dans mon coeur...   Dim 7 Juin - 12:32

    Les cris résonnaient... et Tomoya agonisait... Par choix peut être, après tout, devait-il continuer à vivre pour une cause perdue. L'espion ne souhaitait même plus vivre si c'était séparé de Kitsuki, seulement, réussirait-il à mourir avec la vie de son amante sur le coeur. Le roi de Stonefolm ne la laisserait pas vivante bien longtemps. Accusé de trahison, l'un des crimes les plus graves dans son royaume et sans doute aussi dans celui-ci, il ne savait pas quelle peine son aimée prendrait, il ne savait pas non plus quelles relations elle entretenait avec le roi, lui évitant sans doute la peine capitale. Lui part contre ne serait pas gracié de la sorte. Il serait pendu à l'aube et n'aurait d'autre possibilité. Cruel destin pour ce pauvre espion qui, enfin, aurait pu vivre calmement si la guerre n'avait pas eu lieu.

    La vie de sa chère et tendre lui importait beaucoup, il ne savait que faire, son esprit sans cesse ravagé par l'amour l'empêché de réfléchir. Il devait absolument trouver une solution à leur problème. Mais comment ! Lui, enfermé dans sa cellule insalubre ne pouvait plus rien faire, son Kurayami ne pouvait plus rien non plus pour l'aider. Le loup était bien trop loin pour entendre les plaintes de son partenaire. Et puis en venant dans le château de Stonefolm le loup ferait des degats conciderables, non pas qu'anéantir Stonefolm le gênait mais détruire tous les monuments grandioses le faisait tout de même tiquer. Ce château était d'ailleurs trop beau pour appartenir à un roi aussi sinistre, il ne pouvait appartenir qu'à son peuple et uniquement à celui-ci. Encore une fois Tomoya divaguait. S'il continuait, il finirait par retrouver Kitsuki au Paradis ... Le méritait-il au moins ? Tous les problèmes qu'il avait causés, mais aussi dans le coeur de cette jeune femme... Une fois de plus la tristesse et le désespoir l'envahit. Cette envie de disparaitre pour se laver de ses fautes tourmenta à nouveau son esprit. Et pourtant, même s'il mourrait, lui serait peut-être serein après ça, quoi qu'une fois mort il ne serait même plus conscient de ça, mais il laisserait derrière lui une pauvre servante désorientée.

_________________
Tomoya Nakamura

... Another job, another city
Where no one knows my name...
I move amongt the shadows
As silent as moonlight
For on unfotunate fellow,
It will be the end, tonight ...



Kurayami

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eldeniasekai.1fr1.net/fiches-de-personnages-f79/tomoya-na
Kitsuki Momoro

avatar

Féminin
Nombre de messages : 160
Age : 26
PUF/pseudo : Ivoire
Petite Phrase : Née de l'amour de la lune et d'un esprit terrestre.

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Tel la plus douce des mélodies celle de l'amour résonne dans mon coeur...   Mer 10 Juin - 21:05

    Mon roi se retourna vers moi avec des paroles si amère que je senti comme mon cœur s'arrêter de battre dans ma poitrine. Il m'adressa un dernier regard, se regard haineux qu'il avait eu pour moi je m'en souviendrais éternellement je me sentais tellement vidée de mon énergie, comme si on venait de m'arracher le cœur, qu'on m'avait privée de ma vie, quelque chose était mort en moi à ce moment là je me sentis m'écroulais. Mes jambes ne me portais plus elles étaient devenues toutes môles et tremblantes comme de la gelée, elles s'échappèrent sous moi j'étais brisée. Tremblante et plus vulnérable que jamais je ne le fus, dans mon cœur raisonnait des hurlement d'amour silencieux et aussi des cries agonies tout semblait s'être écroulée autour de moi mon roi me haïssait...l'homme que j'aimais serait pendu demain à l'aube. Je fus silencieuse je n'avais plus de mot pour exprimer cette souffrance qui vivais en moi à cette instant je ne pouvais rien faire de plus que pleurais toutes les larmes de mon cœur et mon corps en espérant un miracle qui n'arriverais jamais. Je me laissais soulever par le garde et mon regard vide de sens, mort fixais le roi je n'arriverais jamais à le haïr mon roi je ne peux expliquer pourquoi mon roi était comme mon père jamais je ne le haïrais. Je regardais s'éloigner l'immense silhouette sombre du monarque et la porte qui menait aux cachots. En les voyant tout deux s'éloigner lentement je sentais encore ma flamme de vie s'éteindre je sombrais de plus en plus dans ce néant, cette noirceur qui envahissait lentement mon cœur. Je me sentais étouffée par cette noirceur de plus en plus qui se refermais sur moi comme un piège inévitable. Le désespoir me tenait il me caressait de toute part il me plongea dans une torpeur aussi profonde qu'un gouffre sans fond, le garde me jeta dans ma chambre fermant la porte à clé derrière lui.

    Assise sur le sol de pierre rugueuse et froide du château mon regard dans le vide je sentais ma vie comme me filait entre les doigts sans que je puisse rien faire pour l'empêcher de s'en aller. Rien n'avais plus de sens lorsqu'il n'était pas près de moi alors le savoir mort me rendait folle. Le désespoir m'aida à me relever lentement tremblante, suffocante je m'approchais de la porte sanglotant toujours les mêmes paroles comme un vieux 80 tours rayé. "Pitié je l'aime..." répétais-je pendant plusieurs minute mais aucun réponse je grattais la porte de bois avec les onglets quitte à faire écharde une heure passa puis deux j'avais l'impression que cette nuit n'aurais jamais de fin. Je regardais par la fenêtre par laquelle j'aperçus la lune si belle son éclat d'argent ranima une étincelle de vie dans mon cœur me rendant la foi que j'avais perdu. J'allais dans mon coffret je pris la dague que m'avais offert Tomoya et le serait contre mon cœur. Je la rangeais dans mon tablier prenait tout les bijoux qu'avais volé Green et les mettaient dans un sac et l'accrocher à ma ceinture. Green qui était allongé sur mon lit ne comprit pas trop mon agitation. Je pris le petit dragon dans mes bras et le secoua un peu lui en lui demandant de crocheter la serrure de la chambre. Il ne comprenait pas ce qui le me prenait d'un coup il avait l'air surprit et il finit par m'obéir. J'ouvris la porte de ma chambre une fois que Green eu finit celle-ci grinça. Le gros lézard sorti le premier et fut attraper par le garde qui se trouvait devant la posté devant ma porte. J'arrivais par derrière et lui donna un violent coup à la tête, je ne savais pas ce qui me prenais de faire ça je savais juste que mon cœur me disais de le faire. Je couru le long des couloirs désolé et retourné dans les cachots chercher mon amant pour enfin quitter ce château maudit des dieux. Oui il était maudit l'amour ne pouvait y vivre et y prospérait je descendais les escaliers en courant suivit de Green. Je revenais devant le cachot de mon tendre aimé haletante je devais faire vite le sortir de là et l'amenais le plus loin possible.

    "Je t'ai promis de t'aider je suis là ! On part maintenant il faut faire vite avant que les gardes ne se rendent compte que j'ai assommée un de leur camarade."

    Green s'amusa avec la serrure et j'entrai me jetant au cou de l'homme que j'aimais tant l'embrassant pour la première fois. Je l'aidais ensuite à se lever et à marcher.

_________________
    Je t'aime comme Bonnie aime Clyde.

Spoiler:
 

Ma monture Alphard le solitaire grand étalon noir.
(Je ne peux pas monter sur le dos de Green il mourait j'ai donc une monture a part.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tomoya Nakamura
Admin sanguinaire dévoré par le kick
avatar

Féminin
Nombre de messages : 658
Age : 23
PUF/pseudo : Le Pirate
Localisation de votre perso : Dans les cachots de Stonefolm
Petite Phrase : J'entends et j'oublie, je vois et je me souviens, je fais et je comprends.

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Tel la plus douce des mélodies celle de l'amour résonne dans mon coeur...   Dim 21 Juin - 21:27

    Céder au désespoir ne servirait absolument à rien, il aurait plutôt intérêt à se battre pour la survie ce son ailée, sa vie importait peu, mais s'il devait survivre à tout prix pour elle, alors il narguerait la mort, irait jusqu'à frôler son baiser de glace sans jamais lui accorder la satisfaction d'une âme supplémentaire.

    L'espion entendis les pas précipités d'une personne dans les escaliers, il releva la tête vers l'entrée de sa geôle, essaya, de percer l'obscurité de son regarde de sang dans l'espoir de voir la source de ce bruit. Son coeur battait de plus en plus fort, il l'entendait presque résonner dans son corps meurtrit. Son coeur espérait voir son amante, mais elle avait été enfermée depuis de longues heures de la nuit déjà, qu'elle était les chances pour qu'elle ait pu s'en échapper ... Pourtant, les clapotis des fines sandales sur le sol brut et mal taillé ne pouvait être que celui d'une personne relativement légère.

    Une vague d'espoir emplit son coeur secoué par les houles de tristesse. Le petit dragon apparut soudainement à l'entrée de sa geôle, l'espion se redressa dans toute sa souffrance pour se rapprocher un peu plus de cette créature pour laquelle il avait un peu de mépris autrefois, mais depuis leur dernière rencontre, Tomoya avait changé d'avis sur ce petit bout de dragon. Ses talents de serrurier s'avéraient plutôt efficaces dans certaines circonstances, ce moment en était l'exemple même. Derrière la petite créature, à la faible lueur d'une torche assez éloignée, apparut à son tour Kitsuki. La belle. Son aimée qui l'espace de ses longues heures lui avait manqué, comme l'eau manquait aux paysans lors des saisons sèches, son amour qui irriguait à nouveau les terres il y a de cela bien longtemps asséchés de l'envie, de la passion, du désir et de l'amour en son coeur, venait de l'emplir à nouveau, emportant dans ses vagues, la souffrance n'étant que poussière sur sol si dur de désespoir.

_________________
Tomoya Nakamura

... Another job, another city
Where no one knows my name...
I move amongt the shadows
As silent as moonlight
For on unfotunate fellow,
It will be the end, tonight ...



Kurayami

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eldeniasekai.1fr1.net/fiches-de-personnages-f79/tomoya-na
Kitsuki Momoro

avatar

Féminin
Nombre de messages : 160
Age : 26
PUF/pseudo : Ivoire
Petite Phrase : Née de l'amour de la lune et d'un esprit terrestre.

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Tel la plus douce des mélodies celle de l'amour résonne dans mon coeur...   Dim 21 Juin - 22:52

    Heureuse j'étais si heureuse de pouvoir le tenir dans mes bras et le serrais contre moi. Lui que j'aimais tant et que j'avais crue ne jamais revoir. Enfin l'heure n'était pas vraiment à se genre de futilité je redressais l'espion et l'aidais marché mais il était bien trop lourd pour je ne pus faire que quelques mètres à peine avec lui sur mes épaule. Keiro entra alors en moi me demandant de lui laisser se travailler bien trop dure pour moi j'échangeai alors ma place allant me réfugier dans les limbes de mes songes en faisant ce que j'étais en train de faire je savais que je ne pourrais plus jamais remettre les pieds ici. Stonefolm était ma maison et le roi l'abandonnait ainsi me faisait mal au cœur, j'avais tant d'affection pour lui l'homme avec qui j'avais partagé mon premier baiser mon cœur se serrais un peu plus. Keiro agrippa avec force le corps du l'espion veillant à ne pas peser sur ses plaies et des cotes tout juste remise en place. Bien que le corps de Kitsuki n'avait pas changer celui-ci déranger une force anormal pour une femme on savait ainsi que Keiro avait pris la place de la jeune servante dans son corps. Celui-ci esquissa un sourire à l'espion un salut silencieux de la part de l'esprit qui hissa le jeune homme hors des cachots.

    Les escaliers ils les montèrent sans trop de difficulté la suite serait plus difficile car il devait y avoir quelques gardes qui patrouillaient dans les couloirs. Il poussa la porte lentement celle-ci émit un grincement sombre et sourd dans le couloir vide Keiro traina le blessé le long des couloirs qu'il connaissait que trop bien et encore c'était un vrai labyrinthe. Ils sortiraient par les cuisine histoire de ne pas être vu en regardant par une fenêtre l'ancien officier constatât avec effrois de le soleil commençait à se lever derrière l'horizon il devait accéléré le mouvement. Keiro hissa l'espion sur son dos tant pis pour la fierté de celui-ci il perdait trop de temps à le tirer.

    "Accroche toi mon gars faut qu'on sorte vite d'ici...très vite l'heure de ton exécution approche."

    Il se mit à courir à travers les couloirs au carrelage glissant manquant plusieurs fois se prendre un mur dans un virage le jeune homme arriva dans la cuisine et sortie par la porte arrière du château ici à cette heure personne ne les verrait. L'officier couru jusqu'au écurie dans lesquels il entra sans criait garde et fit ainsi paniqué les chevaux qui si trouvait. Keiro posa le Pallengad au sol et s'effondra presque de fatigue. Ils étaient arrivé au bout vivant. Le petit dragon vert lui avait une autre mission et devait les rejoindre après avoir exécuté celle-ci ce qui laissait quelques minutes de répit au deux jeunes hommes. Enfin Keiro lui finit par se retirer et laisser la place à sa soeur qui fut encore plus essoufflée que ce dernier. Je me remit debout haletante je m'approcha d'un des boxes celui-ci contenait un cheval noir comme la nuit il était immense par rapport à moi qui était bien frêle je le fis sortir de son boxe et je prépara mon cheval. Green lui était monté rejoindre la chambre du roi il déposa dans celle-ci sur le bureau un mot de ma part des excuses, une lettre d'adieu pour mon roi... Le petit dragon repartit aussi la lettre déposer et ils nous rejoignis dans les écuries. Je caressais l'encolure de l'étalon une fois qu'il fut près et je montais par la suite sur son dos et tendis ma main à l'espion pour le hisser en selle. Je le couvrit d'une cape noire pour ne pas qu'on le reconnaisse et je sortie des écuries au trot. Le petit dragon volant au dessus de nous je donna un coup de talon dans les flanc de l'étalon noir et le dirigea vers la grande porte qui commença à s'ouvrir pour nous quand l'alerte fut donné.

    "Le prisonnier c'est échappé fermé les portes." Hurler les gardes.

    Je donnais un violent coup de talon dans les flanc d'Alphard le lançant au galop nous passions alors les portes du château la herse se ferma de justesse derrière nous et le pont levis commençais à se relever l'étalon galopa sur celui-ci et sauta sans hésitation. Nous étions dehors mais les archer dans les tours commencèrent à nous cribler de flèches. Invoquant les esprits je créa un mur de lumière autour de nous pour nous protéger de celle-ci mais il ne fallait pas trainer la cavalerie allait être lâcher. Je fis galopais Alphard sans relâche pendant plusieurs mètres je n'avais pas temps de regret en quittons se château maudit, je le regarda s'éloigner avec même un certain soulagement.

_________________
    Je t'aime comme Bonnie aime Clyde.

Spoiler:
 

Ma monture Alphard le solitaire grand étalon noir.
(Je ne peux pas monter sur le dos de Green il mourait j'ai donc une monture a part.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tomoya Nakamura
Admin sanguinaire dévoré par le kick
avatar

Féminin
Nombre de messages : 658
Age : 23
PUF/pseudo : Le Pirate
Localisation de votre perso : Dans les cachots de Stonefolm
Petite Phrase : J'entends et j'oublie, je vois et je me souviens, je fais et je comprends.

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Tel la plus douce des mélodies celle de l'amour résonne dans mon coeur...   Mer 11 Nov - 17:52

    Un baisé se déposa sur ses lèvres, il sentit les bras de la jeune servante se faufiller derrière son dos. Ce doux baisé enflamma la chair rougeoyante, lacérée et tachetée de sang. Le contact si tendre de son aimée contre lui lui insuffla le souffle de vie dont il manquait Un instant l'espion senti un liquide chaud brouiller sa vision, comprenant que les larmes lui venaient alors que les mots lui manquaient, il releva sa fierté près à affronter tout ce qui pourrait lui barrer la route mais, avant tout, celle de Kitsuki. Ou du moins dans quelque temps... Tomoya tenta de se redresser mais il n'en eu la force. Aidé par Kitsuki et sans doute aussi par son frère dont il venait de reconnaitre la puissance et la fermeté de la voix, le jeune homme put se relever. Pas à pas, l'espion retrouver son courage, mais pas ses forces pour autant ... Grimpant les escaliers avec la détermination d'un loup en chasse, l'espion adressa toute sa gratitude d'une voix encore enrouée, au duo étant en train de l'aider au péril de leur vie _ou de leur âme.

    Ah ! le roi ... il pourrait hurler, il pourrait jurer, en briser son argenterie, Tomoya rirait bien. Certes, ils n'étaient pas encore tirés d'affaire, mais visiblement, la détermination de ses compagnons était bel et bien présente. Le roi, pauvre fou jouet des dieux, il ne lui restait à présent plus qu'à mourir... Et sans doute cette mort, qui serait bien plus que tragique pour Tomoya, mettrait fin à cette interminable guerre de royaume. Il avait voulu donner sa vie au monarque fou pour reprendre une de celle qui ne lui appartenait pas. En sacrifiant sa vie, Tomoe avait échoué, il endurait à présent l'une des douleurs les plus atroces, douleur qui n'était sans doute non pas que physique. Son aimée l'emportait à présent au loin, chevauchant un lourd destrier, plutôt rustique, un parfait animal de bataille, celui-ci rappelait les frisons, magnifiques bêtes aux couleurs d'ébènes, d'où leur surnom de Perles Noires. Ses muscles saillant faisaient luire la robe d'encre de l'étalon sous l'éclat méprisant, blafard, de la lune. Sans doute se moquait-elle du monde, des hommes et de leur stupidité. Sans doute riait-elle au nez et à la barbe des 'Dieux', créateur du 'Monde' et des 'Hommes'. Créateur, sans doute aussi de leur bêtise et de leur narcissisme, omniprésent en chaque être ... fut-il prêtre ou assassin, monarque ou mendiant. Ce fût alors qu'un cris déchira silence de la nuit, dont le rythme était joué par le galop, à quatre temps, de l'étalon encre. L'un des fonctionnaires chargés de la surveillance du pont levis demanda à ce que celui-ci fut remonté. Loin, loin était déjà les cavaliers dans l'ombre de la Lune, s'enfonçant dans la pénombre vers une ville, toute aussi rongée par la décadence, par la noirceur d'un peuple ne respectant aucune règle autre que celle de la violence. Myridia approchait, mais le jeune homme était encore trop dans les vappes pour apercevoir autre chose de le dos de son aimée contre laquelle il était appuyé. Chacun de ses muscles le faisaient souffrir en rythme dans une cruelle mélodie jouée par la Douleur. Les battements si précis exécuté avec tant de précision martyrisaient son corps. Par plusieurs fois l'espion s'était endormi, ou peut être même avait-il perdu connaissance. Heureusement, l'espion était trop secoué pour perdre consciene plus de quelques secondes, évitant donc de se rompre les os en tombant du cheval.

_________________
Tomoya Nakamura

... Another job, another city
Where no one knows my name...
I move amongt the shadows
As silent as moonlight
For on unfotunate fellow,
It will be the end, tonight ...



Kurayami

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eldeniasekai.1fr1.net/fiches-de-personnages-f79/tomoya-na
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tel la plus douce des mélodies celle de l'amour résonne dans mon coeur...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tel la plus douce des mélodies celle de l'amour résonne dans mon coeur...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Douce mélodie des ténèbres.
» LA TARTE AUX EPINARDS (comme celle de ma mère)
» [BAL] Douce tromperie (PV Marie-Anne et Marine)
» Douce Missive... [Shaelyss]
» Je ne suis pas celle que vous croyez, je suis pire ... - sandra alexine merry-weather -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eldenia Sekai ♔ :: Royaume de Stonefolm :: Stonefolm :: Les cachots-
Sauter vers: