RPG ~ Manga Médiéval-Fantastique.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I Have fun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elowÿn Séfélia

avatar

Féminin
Nombre de messages : 380
Age : 22
PUF/pseudo : Edrakan
Localisation de votre perso : .: Ouvre les yeux :.
Petite Phrase : .: La vie n'est pas un long fleuve tranquille, ou le mien est rouge comme le sang et noir comme les abysses :.

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: I Have fun   Lun 13 Mai - 10:48

Elowÿn était accroupie sur le dos de Melka, la jument avançant au petit trot dans la plaine. El' se tenait à qui mieux-mieux à la basse de la crinière. Elle avait décidé aujourd'hui qu'elle voulait apprendre à monter debout. Mais quelle drôle d'idée me direz vous... Je ne saurais vous déclarer le contraire. Ca vous semblait sûrement très inutile, mais El' y voyait quelque chose d'indispensable, dont elle ne pouvait se passer pour la suite de ses aventures. Et comme elle n'était pas du genre à dire qu'elle voulait quelque chose sans s'y impliquer, la voilà qui essayait de se mettre debout en croupe. Heureusement, Melka était du genre patiente et douce, pas de ces étalons sans cervelles qui ne font semblant de réagir que lorsque l'on martèle leurs flancs sans relâche pour gagner un trot rapide. Non, la petite jument blanche était même du genre je galope, et toi tu tires sur les rênes. Raison pour laquelle El' lui parlait constamment, un peu inquiète au fait qu'elle démarre au quart de tour. Et puis, assis, le trot est une allure plutôt peu confortable, mais quand vous êtes debout... Croyez moi, c'est une torture. Sans le cuir, sans le métal, mais une torture tout de même. El' lâcha une main, regarda au loin, inspira une grande goulée d'air et se releva doucement, très calme, alors que la jument allait en ligne droite d'un trot de plus en plus rapide. Puis fit un écart, hennit doucement et détala au grand galop, alors que la jeune fille aux longs cheveux rouges finissait cul par dessus tête, bien trop près du sol à son goût. Elle avait à peine eu le réflexe de se reprendre, et la chute avait été plutôt brutale. Elle se redressa doucement en grondant, pour voir une once assise par terre et l'observant de ses yeux de jade, mis-clos, et jouant de sa queue comme d'un fouet, absolument fière de ses agissements. Elle émit un bruit qui sonna comme un rire aux oreilles de sa compagne. Qui se releva en la fusillant du regard et se dirigeant vers l'endroit où Melka était partie au triple galop. Elle siffla une fois, deux fois, dix fois en marchant d'un bon pas, mais cette dernière ne revenait toujours pas.

    "Je te préviens, grosse bête, si Melka ne revient pas d'ici un quart d'heure, je monte sur TON dos pour arriver à Myridia. J'ai rendez-vous là bas, plutôt important, et je ne compte pas le manquer."

La panthère blanche tachée de noir lui jeta un regard méprisant. Comme si... De toute façon, elle était bien trop grande. Le gros chat bondit sur une branche et s'affala dessus, avant de se lécher les griffes avec application. El', de son côté, s'égosillait toujours. Elle préférait souvent passer inaperçu, mais à priori ici elle ne risquait rien. Normalement. Elle n'avait pas trop peur de perdre la jument - à part si elle se la faisait voler, car cette dernière avait l'habitude de revenir seule, mais ça commençait à faire un bout de temps qu'elle avait disparu. Ou plutôt qu'elle s'était enfuie. Grâce à la panthère. El' lui jeta un dernier regard noir avant de s'enfoncer dans la prairie, espérant qu'elle s'était arrêtée pour brouter quelque part. Au bout de quelques minutes, elle aperçut deux oreilles blanches qui dépassaient des hautes herbes, et un fin sourire se dessina sur ses lèvres. Elle s'avança à pas de loup, et au dernier moment bondit sur le dos de l'animal, s'asseyant rapidement et enserrant les flancs de ses jambes. Melka fit une embardée, et détala sur quelques mètres avant de se calmer. Elowÿn soupira en la flattant doucement, avant de lui faire faire demi-tour et galoper sur quelques centaines de mètres. Ca allait bien plus vite ainsi... Et heureusement. Lorsqu'elles arrivèrent au lieu de campement de cette nuit, El' descendit pour l'harnacher proprement pour pouvoir accrocher sacs et fournitures. La panthère les regardait avec nonchalance, sans se sentir concernée. El' soupira et se mit en selle, levant les yeux au ciel, avant d'encourager sa monture d'un claquement de langue. Cette dernière, encore fraîche et dispo, détala sans demander son reste, ravie d'avoir cette liberté. El' la guidait vaguement vers Myridia, où elles devraient arriver d'ici une heure ou deux peut être en continuant à cette allure - un peu plus en alternant des temps de trot et de pas pour que Melka se refasse un peu. Ca n'était pas une allure de croisière, au contraire, c'était même peu recommandé que de se balader ainsi, mais El' était presque en retard et aimait repérer les lieux avant un rendez vous.

Il lui fallut un heure et demi, à peu près, pour arriver mais Melka était bien fatiguée lorsqu'ils franchirent les portes de la citée. El' inspira une grande goulée d'air de la ville, laissant le doux fumet de la nourriture sortant des maisonnées l'envahir. Une des rares raisons pour laquelle elle aimait les cités, avec leurs toits, leurs tripots, et la compagnie de certains... La jeune fille laissa la jument à un garçon d'écurie qui accepta ses quelques pièces en les rênes de l'animal. Ce service, mis en place depuis quelques temps déjà, était bien pratique. Elle continua sa route, attentive et sur les nerfs. Elle n'avait plus les sens affutés de la jument pour la prévenir d'un danger, ni ceux de la panthère qui ne pouvait se permettre d'aller en ville, mais il lui restait les siens, presque aussi bons. Elle se déplaçait comme n'importe qui, ou presque, sa silhouette coulant sur les dalles comme si elle flottait, prédatrice. Sans vraiment le vouloir. Elle arriva sur les ports de Myridia, et se dirigea sans attendre vers un grand bâtiment à la périphérie de la place. Devant, un homme d'âge mûr semblait attendre patiemment quelqu'un. Ses yeux étayant petits, noirs et vifs, et une moustache couvrait la moitié de son visage. Il était aisément reconnaissable, et aisément reconnu, patron d'une grande entreprise de transport maritime. Mais ces derniers temps la piraterie faisait rage, raison de la présence de la jeune fille à cet endroit : si tout se passait parfaitement, un contrat juteux l'attendait. Ce dernier impliquait un boulot très long et dangereux, en mer, ce qui serait une première pour elle, mais elle s'en fichait : c'était nouveau, c'était intéressant, et elle avait toutes ses chances de voir des pirates. Elle ne serait pas seule, elle le savait, mais elle y serait. Par contre, détail dont le commanditaire n'était pas au courant : elle était une femme. Raison pour laquelle, juste avant d'arriver en ville, elle avait noué haut ses cheveux, avant de mettre de longues bandes pour cacher sa poitrine, peu proéminente heureusement. Certains moments comme ceux ci elle se réjouissait de ne pas être plus féminine. Elle s'avança et se présenta avec un hochement de tête sérieux.

    "Samaël Selmar, Sir."

Elle s'était entrainée longuement à avoir ce ton grave et coulant, très masculin. Quand à son nom, il était plus commun que le plus commun des mortels, bien que son prénom soit peu répondu en ces terres. Samaël, serpent qui tenta ève... Légende depuis longtemps oubliée. Le marchand lui jeta un regard très suspicieux, mais le déguisement était pas mal réussi, El' ayant réussi à dégoter quelques habits des hommes des sables qui, quel que soit le temps, s'emmitouflaient dans de nombreux plis de vêtement. Cet attirail lui allait plutôt bien, malgré le fait qu'elle meuuure de chaud en dessous. Il lui rendit son salut, avant d'entamer directement la transaction. Un voyage d'un mois et demi environ, sauf si mauvais temps. Risques importants, salaire important tout autant. Bref, donnant donnant. Une cabine, enfin un placard à balais avec un hamac, grand privilège sur ces bateaux où la plupart de l'équipage, hors hauts gradés, se réunissaient en dortoirs. Mais El' avait fait attention à négocier avant, se faisant passer pour un vrai connard au besoin, mais sinon sa vie serait impossible. Ajouter à cela que femme à bord signifie non retour pour les marins, vous imaginez bien qu'elle ne voulait pas être découverte... Elle avait aussi négocié la place non pas de la jument, qu'elle laisserait ici entre de bonnes mains d'une connaissance, mais pour l'once. "Un gros animal, effrayant mais pas dangereux je le jure". Aussi étonnant que cela soit-il, c'était passé, arguant que la sécurité n'en serait de loin bien meilleure. Ils discutèrent longuement des dernières modalités, se mettant d'accord, donnant les horaires. Ils partaient dans deux semaines, le temps de régler les derniers détails. Les histoires de bateau prenaient toujours du temps, pour rassembler tout le monde. Elle avait donc deux semaines à tuer... Elle salua le commanditaire et se dirigea d'un bon pas vers la taverne du port. Elle avait besoin de se mettre au courant des dernières nouvelles du monde... Et c'était le meilleur endroit pour ça. Elle franchit les portes en écartant franchement les deux battants, avant de pénétrer dans la pièce.

[je suis rouilléééée et j'ai l'impression d'avoir beaucoup perdu xD En courage, aussi ><, désolée :3]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naoki Ishida

avatar

Masculin
Nombre de messages : 11
Age : 25
PUF/pseudo : WarriorHurlant n°1

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: I Have fun   Mer 22 Mai - 6:31

C'est mon post de retour alors j'ai besoin d'un gros blabla de début pour replacer le nouveau contexte RP du personnage, si tu veux zapper la première partie n'hésite pas, en plus j'avais plus de courage pour la deuxieme partie donc j'ai fait bref

Solstice d'été, bas plateaux des Pics Solitaires, coté Pallengadien :
Le temps est au clair, le climat frais des montagnes adoucie la chaleur de la saison. Le ciel vierge de tout nuage n'aide pas les trois éclaireurs à se masquer malgré le couvert de quelques arbres. Ils arborent sur leur écu le blason de la maison Okazaki, banneret redouté de Stonefolm. Nul besoin d'une grande connaissance de l'héraldique pour l'identifier, le blason est bien connu sur les champs de bataille. Et sa signification plus encore "Aujourd'hui vous affrontez le capitaine de Stonefolm et son bataillon personnel". Naoki, avait un temps craint cette unité, mais le temps ou il n'était qu'une recrue Pallengadienne semblable à toute autre lui parait si loin maintenant. Aujourd'hui il n'avait plus peur, tant mieux d'ailleurs car l'enjeu, pour une fois était de taille. Le bataillon d'élite n'était pas là par hasard, la 3e armée de Pallengrad se retirait précipitamment de la ligne de front après la mort de son général, trop d'hommes avait été blessés ou perdus pour maintenir la conscription, il était temps pour eux de rentrer chez eux. Mais la retraite trop hâtive défiaient trop la prudence pour qu'un capitaine ennemi chevronné les laisse se retirer si facilement. La 3e armée commettaient l'erreur de se retirer en traversant la Foret du Dragon. Cette forêt est un péril en elle même et une armée ne peut la traverser de façon plus ou moins sure qu'à condition de rester sur l'unique sentier tracé et de rester bien groupée, pas d'éclaireurs donc. Il n'avait fallu qu'un seul jour pour que Stonefolm, alerté de ce mouvement, dépêche le capitaine Yuuichi Okazaki pour couper à travers les Pics Solitaire et les embusquer à la sortie. Le bataillon avançait à marche forcée depuis 4 jours afin de devancer leurs proies. Pris entre une attaque d'ennemis tenant les hauteurs et une forêt dans laquelle on peut s'enfuir, le manque d'un général allait couter à Pallengad un massacre dans les règles.

Naoki tentait d'éviter cette boucherie. Non pas par loyauté envers son ancienne allégeance mais simplement car s'il était revenu c'était pour faire son possible pour s'opposer à cette guerre, jusqu'ici il avait réussi à détourner quelques escarmouches mais aujourd'hui c'était d'une autre ampleur. Pour le moment, il était perché au sommet d'une petite barre rocheuse, à distance respectable des éclaireurs d'Okazaki qui progressaient parmi les conifères en contrebas. C'est maintenant qu'il fallait intervenir. Il se laissa tomber du haut de la barre rocheuse. Il est convenant quand on parcourt la montagne d'avoir la capacité de Naoki. La maitrise du poids lui permet entre autres de modifier sa masse. En s'allégeant suffisamment, un saut suffit souvent comme raccourci. Il courut pour rattraper les trois éclaireurs. Profitant d'un vallon, il put s'approcher suffisamment sans être vu et s'exclama pour se faire remarquer "Des chien de Stonefolm au Sud des Pics?! Je vais vous renvoyer du bon coté de la frontière moi! Vos têtes, tout du moins!" Et il tira sa lame au clair.
Surpris, les éclaireurs dégainèrent, prêt à s'enfuir ou se défendre. En réalisant leur surnombre et après avoir jeté un œil à l'épée à moitié ébréchée de Naoki ils optèrent plutôt pour le combat. Réduire au silence ce gêneur garderait leur présence un secret.
Comme tous les éclaireurs, ils étaient équipés d'épées courtes. Alors qu'il s'approchaient, Naoki se fendit sur celui de droite en s'écriant
"Pour Pallengad!"
Il eut le malheur de vouloir bloquer plutôt que d'esquiver. La grosse lame s'abattit d'un mouvement rapide. En augmentant le poids de son arme au dernier moment, Naoki augmentait encore la puissance de sa frappe. L'épée courte se rompit dans un craquement sec et l'épée se trouva réduite à 10cm de métal au dessus de la garde. Dans son mouvement, Naoki tailla l'épaule jusqu'à l'os. Mais la démonstration de force habituellement suffisante pour tenir en respect ses adversaires impressionna peu ces vétérans et celui de gauche tenta de lui asséner un coup d'estoc en profitant de son ouverture. Naoki eut le temps d'agripper sa cible déjà blessée par le col et de le tirer devant lui en protection. La lame lui avait légèrement estafilé le bras gauche mais sans gravité. Il tenait maintenant en respect ses deux adversaires avec un otage sur la gorge duquel il portait pointé son épée. Les éclaireurs échangèrent un regard et s'enfuirent, retournant vers leur bataillon.

La première partie du plan avait fonctionné ou à peu près, d'ici une heure Yuuichi Okazaki recevrait un rapport indiquant que Pallengad savait qu'il arrivait. Cela devrait suffire à le faire renoncer à son embuscade. Restait encore à prévenir Pallengad au cas ou l'attaque soit maintenue.
Naoki remonta le flanc de la montagne jusqu'à y retrouver son cheval. Il y attacha l'éclaireur qu'il avait blessé. Puis redescendit pour s'approcher du large sentier qui sortait de la forêt. La colonne s’avança, la coulée brillante des armures reflétant le soleil semblait ne pas avoir de fin. Une armée. Court terme pour désigner une telle marée humaine. Les soldats n'étaient pas très bruyants, pas un rire ni un mot trop fort avant d'avoir quitté la l'ombre des arbres menaçant de la forêt du Dragon. Mais bruyant ou pas, comment attirer l'attention d'une telle foule? Il remarqua finalement un pas feutré qui le rejoignait, en se retournant, il sourit, évidemment, on pouvait toujours faire comme ça. C'était un loup blanc. Il serait impropre de l’appeler un "gros" loup tant ses dimensions dépassaient largement celles d'un loup. Le compagnon de Naoki lui rendit son regard un instant puis leva la tête et lança un cri qui fit taire tous les Pallengadiens, des centaines de visages se tournèrent vers eux. Naoki banda un arc et envoya une flèche qui vint se planter son loin de la colonne. Un homme s'en détacha, la ramassa et lut le message qui y était attaché les informant sur l'attaque possible du capitaine de Stonefolm depuis les Pics. Il était temps de partir, Naoki tourna la bride et repartit vers la montagne.

Deux heures plus tard, plus haut sur la montagne.
Naoki stoppa sa marche pour manger et soigner les blessures du soldat blessé qui était toujours arnaché à l'arrière de sa selle. Il n'avait jamais eu l'intention de le tuer mais ne pouvait encore le libérer. Un rapport des plus indésirables serait vite arrivé aux Stonefolmiens autrement. Un regard en contrebas interrompit son repas, il s'aperçut que non seulement les Stonefolmiens avaient ignoré le rapport de leurs éclaireurs et étaient finalement arrivés pour livrer bataille mais les Pallengadiens n'avaient pas profité de son information pour se dépêcher de passer tant qu'il est était encore temps mais qu'ils avaient pris une position de combat. Au lieu d'une embuscade ce serait donc une bataille rangée. Et au lieu d'un massacre de Pallengadien, ce serait donc un massacre indifferencié. Naoki était dégouté, il abandonna son repas sur place et repris son chemin vers le col sans se retourner tandis que l'écho de la montagne répondait aux cris des cors de guerre.

Le jeune homme relâcha le soldat blessé en territoire Pallengadien deux jours plus tard. Il était tourmenté par la futilité de sa dernière intervention. A quoi bon s'interposer? Quel impact peut espérer un anonyme au milieu de deux armées? Plus il y pensait plus un projet naissait petit à petit dans son esprit. Si un anonyme de pouvait rien faire, alors il suffisait de sortir de l'anonymat. La guerre produisait quotidiennement son lot de malheureux. Ces gens ne demandent qu'à suivre un nom connu pour devenir une force qui compte. Sortir de l'anonymat c'était devenir un nom connu de tous...

Il fallait se faire un nom.


4 mois plus tard, Myridia :
L'homme attire les regards dans les rues de Myridia, Malgré que l'automne soit encore clément, il n'a pas quitté ses chauds habits en fourrure qui supportent les froids hivers des Pics. Son fourreau, porté dans le dos, beaucoup trop large pour une arme conventionnelle n'incite pas le badaud à la confiance. Naoki ne cherche pas la discrétion, marquer les esprits, c'est parfait. Il avance droit vers les docks, il a un contrat juteux avec un marchand soucieux de protéger sa marchandise des pirates. A raison car Naoki a déjà eut confirmation lors de son passage dans ce trou à rat d'auberge du Pont de la Trahison que la compagnie de ce marchand était spécialement ciblé par une bande de pirate surement financés par un concurrent ou un des royaumes cherchant à bloquer le commerce de l'ennemi. S'il était bien renseigné sur son contrat, par contre, il ne savait pas bien ou était le navire sur lequel il devait embarquer. L'Aigle Hardi était censé être un grand vaisseau à deux mat dont la tête de proue représente le volatile. Au milieu du plus gros port des terres connues, il est introuvable aux yeux profanes du jeune homme qui n'a pas mis un pied sur un bateau depuis bien longtemps. De docker en docker, Naoki finit par trouver son chemin jusqu'au Quai n°15. Il s'arrête un instant sur le ponton. En voyant un gamin aux cheveux rouges descendre, il demande confirmation :
- Ce navire, c'est l'Aigle Hardi? Celui qui met les voiles dans une semaines?
Le gamin confirme alors il monte sur la planche qui relie le quai au pont du navire. En arrivant sur le pont, Naoki tomba nez à nez avec une espèce de panthère. il marque un arrêt. pas effrayé mais surpris de trouver un animal de montagne en liberté sur le bateau. Son compagnon, le loup blanc, ne l'a pas accompagné. les loups tiennent à leur liberté et il en faudrait plus que les beaux yeux de Naoki pour convaincre un loup de passer un mois en pleine mer. La panthère l'ignora et lui passe à coté pour redescendre du bateau et rejoindre le gamin. Sale gosse, cache bien son jeu, il vaut plus qu'il ne le parait pour domestiquer une bête comme ça. Naoki se dirigea ensuite vers le marchand, un gros bonhomme qui portait un veston qui jurait avec les habits grossiers des marins présents sur le pont. Il se présenta en un mot sans même faire allusion à pourquoi il était là. Le marchand le jaugea rapidement et parut satisfait.
Plutôt que le dortoir commun, Naoki préféra s'installer dans la même cabine que "l'autre mercenaire" que le marchand avait engagé et auquel il avait fait plusieurs fois allusion. Petite cabine avec des hamacs, trop exigu au gout du jeune homme, mais ça irait pour dormir. Il y déposa ses affaires et repartit du bateau sans ajouter un mot. Restait une semaine à tuer. Quel gâchis de temps. Il était censé arriver deux ou trois semaines avant le départ du bateau mais comme il estimait avoir mieux à faire, il était arrivé une semaine avant le lever des amarres, ce qui était déjà beaucoup trop tôt selon lui. Il partit dans la ville avec l'espoir d'y trouver de quoi occuper son temps et visiter quelques marchands, des connaissances qu'il n'avait pas revu depuis sa disparition deux ans plus tôt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
I Have fun
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eldenia Sekai ♔ :: Cité de Myridia [Ville] :: Port de Myridia-
Sauter vers: