RPG ~ Manga Médiéval-Fantastique.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 To be or not To be... a Assassin... [PV Kyohei]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Keigo Taasku

avatar

Masculin
Nombre de messages : 135
Age : 24
PUF/pseudo : Cerberus_Rules
Localisation de votre perso : EN VACANCES!
Petite Phrase : Pas de trace. Pas de meurtre.

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: To be or not To be... a Assassin... [PV Kyohei]   Ven 14 Jan - 22:33

« -Ce n’est pas le début, ce n’est pas la fin, c’est juste l’histoire de nos vies… On se reverra peut-être dans une autre vie, et dans de meilleures conditions j’espère… »

Keigo Taasku se réveilla en sueur dans son lit, l’assassin Stonefolmien avait survécu malgré lui à son acte de folie suicidaire. Assis sur son lit, Keigo regarda ses bandages rougeâtres autour de son ventre éclairé à la lueur pâle de la lune, il s’était transpercé l’abdomen de part en part mais ça n’avait as suffit à l’envoyer dans le royaume des Morts. Juste à lui faire perdre connaissance… L’assassin se tourna et s’assis sur le bord de son lit. La douleur était toujours là, bien présente et ancrée dans sa chair. Il craqua une allumette et alluma sa bougie de chevet, la faible lueur de la flamme éclaira une croix à une chainette. La croix de Kiara. Keigo ne savait pas pourquoi elle lui avait donnée cet objet, peut-être pour que ça « l’accompagne dans l’autre vie », ou peut-être voulait-elle se débarrasser de cette amulette encombrante. L’assassin ne pouvait pas savoir, mais cette croix lui pesait sur la conscience avec les phrases qu’il avait avoué à l’assassine. Il est vrai que son métier devient insupportable pour lui, il est vrai aussi qu’il n’en peut plus de fréquenter la Mort mais tous cela doit changer maintenant…

Keigo se redressa et avança avec peine vers son bureau, là où il faisait des expériences sur les plantes, assemblait ses armes et toutes autres choses qu’un assassin peut faire dessus. Tirant l’un des tiroirs, Keigo sorti un anneau, mais un anneau avec un autre cercle pouvant tourner autour du premier avec un petit cliquetis métallique. C’est un héritage familial de la famille Taasku, offert au premier fils. Keigo passa la bague dans sa main, tournant autour de ses doigts, le passant autour du bout d’un de ses doigts et faisant tourner le cercle. Le bruit qui s’en échappait permettait à Keigo de réfléchir à des choses importantes. Ce fût dit…

Au petit matin, la chambre de l’assassin fut nettoyé, rangé, plus aucune fiole toxique trainait, plus de livre ouvert sur les parties vitales du corps, le lit fait. Keigo allait partir de Stonefolm. Il avait rangé les choses dont il avait le plus besoin dans un sac de voyage en cuir, les choses inutiles, il les avait détruites. Keigo déambulait dans les couloirs, recouvert par un manteau noir et cachant son visage dans la capuche. Hasaki, le suivait de près, le jeune louveteau qu’il avait recueillit il y a maintenant plus de six mois avait doublé de volume et semble ne plus pouvoir se passer de la compagnie de son maître assassin.

Keigo et son louveteau finirent par arriver devant la porte de la salle du trône, l’assassin s’arrêta. Bien souvent il s’était rendu dans cette pièce, il savait pertinemment que le souverain se trouvait derrière. Cependant, Keigo ne savait pas s’il se trouvait une personne vivante dans la salle du trône. Ce fût Hasaki qui voulu rentrer, le jeune loup griffait la porte de ses petites griffes.

- J’ai passé ses portes des dizaines de fois, j’ai écouté et exécuté les ordres de mon roi. Mais maintenant, je veux faire le point sur ma vie. Crois-tu qu’il acceptera de me laisser partir ? Moi, qui suis le descendant des assassins qui ont servit loyalement sa famille depuis des générations ? Il n’y à qu’une seul façon de le découvrir Hasaki…

Keigo pris une forte respiration, titillant sa blessure abdominale, puis ouvrit les portes en grand et puis…
La salle était vide. Personne. Un peu trop tôt apparemment, l’assassin avança jusqu'à devant les quelques marches qui mène au trône et se stoppa. Combien de fois s’était-il agenouillé devant ce trône ? Il ne savait plus, trop de fois surement. Alors aujourd’hui sera la dernière fois avant longtemps car sa décision était prise. Keigo Taasku Partait de Stonefolm pour ne plus revenir avant d’avoir trouvé une réponse à ses questions.
L’assassin s’assis sur les marche et attendit, le roi ou quelqu’un d’autre viendrait surement dans cette pièce. Il suffisait juste de patienter. Hasaki l’imita et s’assis juste à côté de lui, tandis que son maître lui caressait la fourrure en marmonnant quelques paroles et notes d’une vieille chanson.

- Il porte son cœur sur son sac,
Son sac est tout ce qu’il connait.
Des coups donnés par des inconnus,
Dont les regards peuvent geler l’âme
Et tuer le cœur…
Tout seul, il rampe tel un ver pour l’oiseau…


Et il continua à marmonner les notes qui suivaient, l’assassin ne se souvenait plus de l’entièreté des paroles mais il connaissait encore la mélodie. C’est l’un des seules chansons que son paternel lui avait appris. Un chant parlant de la peur à l’intérieur des gens, de la paranoïa, la terreur, ce fut pour qu’il comprenne ce qu’était la peur sans pour autant la ressentir… Mais maintenant, l’assassin se demandait ce qui allait se passer avec son dialogue prochain…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: To be or not To be... a Assassin... [PV Kyohei]   Dim 23 Jan - 21:29

Kyohei s’attarda quelques secondes devant la fenêtre de la tour. C’était un de ses jours gris et pluvieux, un de ceux qui ne donnent pas envie de se lever, comme s’ils pesaient de tout leur poids sur nos épaules. Que la brume enveloppe le château de son châle glacial n’était pas rare, lui étant bâti sur une falaise qui surplombait un océan peu accueillant. Mais cela n’aidait jamais un moral assombris de voir un monde battu par les vents. Il passa sa main sur la vitre gelée, martelée par les gouttes de l’autre côté. Une vitre neuve. Après un pas en arrière, il parcourut les lieux du regard. On s’était efforcé de faire disparaître les traces de l’incendie, mais une grande partie restait dévastée le souvenir encore présent dans beaucoup d’esprits. L’un se rappelait à la simple vue d’une bougie des flammes dévorantes qui avaient envahi la pièce où il travaillait, l’autre ne pouvait effacer de ses cauchemars l’entêtant concert de crissements et de craquements des planches qui cèdent sous la morsure du feu. Mais pour Kyo, ce n’était rien de tout cela. Juste une vague vision d’une petite silhouette blanche filant au loin, hors de portée.
Il lui avait échappé une première fois. Et maintenant… une seconde.

Le prince n’était pas quelqu’un de spécialement colérique, étant plutôt de nature à conserver facilement son sang froid, mais pour une raison ou pour une autre cette situation le mettait hors de lui. Plus encore que de voir Kaoru gambader dans le jardin vers sa liberté retrouvée, cette fois-ci il n’était pas certain de pouvoir s’imaginer le rebelle s’enfuir une fois de plus sans serrer les dents. Mais peut-être n’était-ce pas que la perspective d’un nouvel échec qui le rendait furibond. L’enjeu n’était en effet plus du tout le même. Il y a une différence inqualifiable entre perdre de vue un petit kidnapper isolé et égarer un même kidnapper mais avec de toute évidence un plan en tête et entre ses griffes une espionne telle qu’Akane…

Tu as tout intérêt à lui rendre ce que tu lui as pris, si tu veux qu’il fasse de même…

C’était les mots d’un pauvre manant ricanant dans son délire, un inconnu à peine croisé incapable de se rappeler si on lui avait soufflé ces paroles, même après un rqnaprdh et quelques pièces. Pourtant Kyohei en était persuadé : ce message lui était adressé. Et son mystérieux interlocuteur n’était autre qu’un ravisseur blafard qui, enivré par l’action qu’il avait réussi à accomplir dans une condition telle que la sienne, se prenait pour le maître de la situation. Mais le problème était bien là : peu à peu, Kyohei commençait à envisager que cela soit le cas. Kao avait réussi son coup, il avait compris… que le prince se souciait assez de son espionne pour prendre cela comme un dilemme.

D’un pas rapide, il entreprit de se rendre à la salle du trône. Celle-ci se trouvait à l’opposé de la tour, cela lui permettrait de chasser son anxiété pour laisser place à sa raison, le temps qu’il arpente les couloirs qui y menaient. Il était rentré la veille au soir seulement, le regard noir, irrité d’avoir dû s’être avoué vaincu après de longues heures de recherche. Vaines. Hormis une menace proférée par un rampant douteux, ne laissant même pas entrevoir une possibilité d’issue positive. En chemin il était arrivé à conclure que le mieux était encore de lui retirer Akane par la force, et il y repensa. Car l’importance de la vie d’un individu, même s’il s’avérait être un membre efficace, ne s’élevait jamais à la hauteur de celle du royaume tout entier. Pouvait-on cependant estimer que quelques bouts de paperasse ayant appartenu a quelques idéologistes séparés pouvaient importer aux yeux de Stone’ à ce point ? A vrai dire, des spécialistes s’étaient déjà penchés sur les documents et rien n’avait été laissé de côté. Les perdre n’avait alors rien de tragique vu qu’ils avaient déjà été épluchés. Ca, c’est ce que déduit Kyo à la moitié du parcours. Il ne restait plus qu'à trouver le terrier de Kao.

Seulement voilà : il doutait fortement que cela finisse en échange cordiale espionne/papiers sans aucune escarmouche et que tout le monde rentre tranquillement chez soi en attendant le prochain enlèvement en sirotant un verre de limonade sur son sofa. Non, cette vision du futur était une aberration aux yeux de Kyo, et cela devait l’être aussi pour Kao. Tout deux savaient pertinemment que quelque chose de bien plus épique se tramait pour leur prochaine rencontre. De bien plus… excitant. Car malgré l’énervement, Kyohei se rendait bien compte que cette soudaine activité de rebelle contre lui était une aubaine dans son univers plat et ennuyeux. Il n’avait pas peur. Ce n’était pas lui qui était ligoté. Il était simplement un peu humilié, et il comptait bien rendre la pareille à ce cher Kao, tout en sachant au fond qu’il n’avait rien à craindre de lui. Ce n’était pas un assassin, il refusait de le croire, surtout maintenant qu’Akane était entre ses mains. Non ce n’était qu’un… camarade de jeu. Hé oui, Kyo est quelqu’un qui aime bien s'amuser et délirer une fois de temps en temps, avec ses amis bien sûr. *hs*

En arrivant au couloir majestueux qui débouchait sur la salle du trône, Kyohei se souvint qu’il comptait aussi sur les capacités d’Akane pour se sortir de ce mauvais pas. S’échapper par elle-même, elle en était capable. Ces derniers jours, Kyo avait appris que les gens pouvaient se révéler être bien plus dégourdis qu’ils n’en avaient l’air. D’ailleurs c’était surtout Kaoru qui avait bien caché son jeu. Peut-être était-il capable du pire après tout… Mais Kyo non plus n’avait pas dis son dernier mot.

Lorsqu’il ouvrit la porte de la salle où il se rendait, Kyohei ne s’attendait pas à y trouver Keigo. Non, à vrai dire il pensait plutôt tomber sur quelques conseillers ou même son père, mais pas le jeune assis sur les marches à fredonner une balade. Son premier objectif en venant là était de voir le Roi ou une personne d’importance afin de lui soumettre les deniers évènements, histoire d’en informer les officiels et si possible d’en tirer un avis. Mais après tout prévenir les hauts-gradés de ce qui se passait du côté des rebelles pouvait attendre. Enveloppé dans son manteau noir, assis sur les marches qui menaient au trône, Keigo était accompagné de son compagnon louveteau qui semblait avoir bien grandi depuis là dernière fois que le prince l’avait vu. Les deux semblaient patienter, et au vu de l’endroit où ils s’étaient installés ce n’était pas un cuisinier qu’ils attendaient ainsi. Peut-être avait-il eu vent de l'affaire et venait-il offrir une aide qui n'était pas de trop...

Keigo Taasku… digne fils du couple Taasku, des assassins réputés du royaume… Il avait su prendre la relève sans entacher leur nom, au contraire, devenant à son tour un tueur réputé au compte du Roi. C’était un de ces employés fidèles qu’on savait prêts à donner leurs vies pour la famille royal. Mais bien évidement, aucune inquiétude de ce côté pour l’assassin : on le savait d’une efficacité redoutable, capable de frôler la mort sans en toucher la pénombre. Avec une telle vision de Keigo, comment pouvait-on alors imaginer qu’il avait faillit ? Qu’il avait peut-être… changé ? Insensible, sans peur, sans cœur. Et pourtant ce jour là, après avoir rencontré la faucheuse qu’il côtoyait pour son travail, il avait décidé des cesser d’être une marionnette du Roi aux fils tranchant pour faire un choix, un seul, qui le rendait plus humain.
Partir…

Mais ça, Kyo n’en savait rien. Non, lui ce qu’il savait pour l’heure c’était qu’une espionne manquait à l’appel. Et bientôt, il apprendrait que cela risquait d’être le cas d’un assassin aussi… Il s’avança en le fixant sans animosité afin de savoir ce qu’il cherchait :

- Keigo… qu'est ce qui t'amène ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Keigo Taasku

avatar

Masculin
Nombre de messages : 135
Age : 24
PUF/pseudo : Cerberus_Rules
Localisation de votre perso : EN VACANCES!
Petite Phrase : Pas de trace. Pas de meurtre.

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: To be or not To be... a Assassin... [PV Kyohei]   Ven 28 Jan - 22:29

L’assassin attendait patiemment, sagement, tranquillement, assis sur les marches du trône. Son esprit était encore un peu embrumé et il ne pouvait se concentrer sur une chose en particulier. Son corps réclamait encore deux ou trois heures de sommeil, mais Keigo ne pouvait les lui offrir… Chaque fois qu’il fermait les yeux, il revoyait son passé, sa solitude constante, seul et perdu dans le noir. Et quand il réussissait à s’endormir, il se remémorait tous ses meurtres sans exception, du bambin à l’ancêtre. Il avait tué des gens de tous les genres et de tous les milieux, l’assassin ne comptait plus les fois où il avait planté ses lames dans la chair, les fois où ses poisons s’étaient répandus dans les veines de ses victimes. Parfois, Keigo rêvait qu’il était un serpent… Déformation professionnel. Mais tout ça devait maintenant appartenir au passé…

Des bruits de pas dans le couloir, Keigo redressa la tête et tendit l’oreille, juste pour savoir si la personne venait dans la salle ou ne faisait que passer. Mais les bruits de pas se rapprochaient de plus en plus et puis la porte s’ouvrit. L’assassin resta calme et assis, bien que Hasaki s’était redressé et regardait dans la direction de l’entrée. Keigo aurait préféré avoir affaire directement au souverain, mais le prince Kyohei fera aussi bien l’affaire puisque ce dernier venait de rentrer dans la salle du trône.

Keigo se redressa et s’inclina légèrement pour lui marquer son respect. Mais sa blessure abdominale lui arracha un faible soupir douloureux et il ne put pas s’incliner comme d’habitude. Le futur roi de Stonefolm le questionna sur sa présence dans la salle du trône.

-Votre Altesse, pardonnez ma présence non-annoncée. Mais je devais venir ici pour parler à des personnes hautes-placées… Ce que je vais dire ne se dira qu’une seule fois et ce sera vous seule qui sera informée, sire.

Keigo avança lentement vers le mur sur son coté et regarda un instant à travers les vitraux le soleil qui était légèrement levé hors de la ligne d’horizon. Ensuite il se retourna et, toujours aussi doucement, regarda le portrait peint du souverain actuel, le roi Kyoha. Le jeune louveteau avait posé ses pattes avant sur le sac de son maître et somnolait, mais restait tout de même en alerte, tel un gardien gardant jalousement un bien précieux. L’assassin scrutait la peinture et semblait fixé sur le regard du roi. Sans détourner son regard de la fresque, Keigo continua son explication.

- Durant plus de treize génération, votre famille et la mienne furent étroitement liées ; mes parents servaient votre grand-père puis temporairement votre père et moi je les ai remplacés. L’assassinat coule dans mes veines comme la royauté coule dans les vôtre… Mais…

Keigo stoppa un temps et baissa la tête.

… Mais j’ai faillit, j’ai lamentablement échoué dans une mission que je m’étais moi-même imposée. Ca aurait dût être un homicide comme les autres, et c’est lorsqu’on se retrouve de l’autre coté de la lame que l’on se pose des questions…

Il s’arrêta une nouvelle fois, mais cette fois-ci l’assassin se retourna et, plantant son regard dans les yeux du jeune prince, lui posa une simple question.

- Suis-je né pour tuer mon prochain ?

Les yeux de Keigo avaient la particularité d’être rougeâtre et semblable à de petites flammèches mais cette fois-là, nulles étincelles dans ses pupilles ne flambaient. L’assassin se posait des questions existentielles et voulait des réponses à ses tourments qui l’empêchaient de fermer les yeux sans revoir ses victimes. Mais surtout, ce fut Kiara Itsuka qu'il voyait le plus souvent... Tellement de point commun avec cette jeune femme, mais une ennemie quant même... Il ne savait plus quoi faire, lui qui savait toujours quoi faire pour triompher, il était totalement déboussolé et errant dans les souvenirs de son passé si peu glorieux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: To be or not To be... a Assassin... [PV Kyohei]   Mar 1 Fév - 22:59

Oubliant totalement ce pour quoi il s’était rendu en ces lieux, le prince focalisa son attention sur l’assassin. Il ne le connaissait pas assez pour déceler dans son attitude les raisons de son attente dans la salle du trône, mais il pensait cerner assez le personnage pour trouvez chez lui quelque chose d’étrange, ce jour là. Keigo était quelqu’un d’assuré, donnant l’impression de maîtriser la situation quoiqu’elle fût et d’être toujours prêt à donner le meilleur de lui-même quoiqu’il en coûte. Cependant cette fois-ci c’était différent : il était en proie au doute et Kyohei percevait cela chez lui comme une incertitude légèrement perceptible. Même lorsqu’il s’inclina, son geste n’eut pas le même aplomb marqué dont il était d’habitude empreint. Peut-être était-il blessé. Après tout dans un métier aussi dangereux que le sien, cela était fort probable, bien que le prince ne se souvînt pas l’avoir déjà vu blessé au point que cela entrave ses mouvements. Peut-être était-ce mental, comme si il n’était plus certain d’assumer ce geste purement symbolique. Ou peut-être les deux.

Kyohei inspira un coup pour stopper ses pensées, noires sans vraiment de preuve valable. Son pessimisme naissant allait de paire avec les aventures du trio qui étaient pour le moment en sa défaveur. Il n’aurait jamais imaginé que Kaoru puisse s’échapper en détenant l’espionne, et la surprise avait alors été grande. Maintenant il était prêt à faire face à n’importe quelle sombre nouvelle, sans être défaitiste, juste réaliste. Il s’attendait à tout. Du moins, c’est ce qu’il croyait. Car lorsque Keigo commença à parler, il fronça légèrement les sourcils avec appréhension. Sa politesse laissait place à une attitude solennelle inhabituelle. Kyohei comprit que l’heure était grave, sans pourtant savoir de quoi il en retournait. Observant l’assassin avec attention, à l’écoute, il refoula ses plus obscures prévisions. Ce dernier fixa le portrait de Kyoya avant de reprendre son discours. Il résuma le lien fort qui liait la royauté de Stonefolm pour la famille : rien d’inquiétant en apparence jusqu’à ce "mais"…

Le prince s’aperçut que tout ce qu’il pensait connaître de Keigo s’apprêtait à s’effondrer les secondes qui suivaient. Le fier sans-cœur, baissant la tête comme un vaincu, confia son échec à son supérieur dont les yeux se réduisirent à deux fentes soucieuses. Apparemment plus encore que faillir, il avait frôlé le pire, il avait fait l’expérience d’être de l’autre côté de la lame… Kyohei resta coït, sachant que ce n’était pas tout. Le regard d’ordinaire si vif de l’assassin vint se planter dans le sien avec une assurance paradoxale. Toujours cette même couleur rougeoyante, mais dorénavant plus semblable à simple pourpre terni qu’à un âtre incandescent. Et la question fatidique, sur laquelle reposait tout l’avenir de Keigo.

- Suis-je né pour tuer mon prochain ?

Kyo’ cilla. Il n’était pas facilement surpris mais un doute si existentiel de la part du tueur le plus performant qu’il connaissait, il y avait de quoi surprendre. Le prince analysa rapidement la situation sans laisser paraître sur son visage le chemin que son raisonnement parcourait.

- Je pense qu’on existe avant d’avoir un but, que l’on naît sans avoir une fonction déterminée. Cependant notre environnement agit sur nous de telle sorte qu’un destin, plus ou moins escarpés, dans l’ombre ou grimpant vers la gloire, est tracé devant nous avant même que l’on ne sache marcher.

Il inspira un grand coup, repassant brièvement ce qu’il venait de dire dans son esprit. C’était assez clair, même bateau, mais ce n’était pas le moment de jouer les philosophes. Il en revint à la primordiale interrogation, soucieux d’aider son aîné pris au dépourvu par un virage du sort. Kyohei tourna à son tour la tête en direction de l’imposant portrait de ton père.

- Dans les cas de la lignée d’assassins ou du sang royal, seul l’enjeu diffère. Chacune de ces parentés dicte un parcours, et les nôtres sont délimités par de hautes barrières. Personnellement, elles ne me dérangent pas. J’ai vu ce qui se trouvait derrière et j’ai compris que ma place est ici. Je me suis battu pour partir, mais d’autant plus pour revenir. Ce n’est plus un titre que l’on m’impose, mais un rôle que j’accepte, dont je suis fier, et que je suis prêt à défendre.

Il avait prononcé ces derniers mots avec une dureté pleine de défi, le regard fixant le roi de peinture qui lui faisait face. Comme si s’adressant à l’image il atteignait l’être, lui prouvant que lui, des doutes, il n’en avait plus. Entendez, père, je veux marcher sur vos pas… Kyohei en revint vivement à son réel interlocuteur.

- Keigo… au choix que tu feras sera lié l’avenir de Stonefolm. J’espère que tu en as conscience. ajouta-t-il en appuyant sur ses mots, presque acerbe. Puis il changea de ton, comme passant du prince qui tenait à garder le membre important de son royaume à Kyohei, qui comprenait le dilemme qui s’imposait à Keigo : Mais à vrai dire, seul toi peut trouver la réponse. Es-tu né pour tuer ton prochain ? A de multiples reprises, tu as prouvé que tu en étais capable. La question est : l’es-tu encore ?

Il laissa s’installer un silence, permettant à Keigo de réfléchir à ses paroles. Puis il fit un geste de la main comme pour balayer tout le discours qui avait précédé.

- Personne ne te retiendra par la force si tu désirs un moment t’éloigner de cette famille que tu as tant servi. Mais sache qu’il te faudra bien un jour te confronter à nouveau à tes responsabilités. Stonefolm n’oublie pas ce que tu as fait en son nom, cependant de ton côté garde en tête que ce royaume te l’a bien rendu.

Kyohei se tut enfin. Il n’était pas un bavard de nature mais lorsqu’on lui demandait quelque chose, il était de son devoir de prince de s’appliquer à répondre de façon complète. Bien qu’il laissât volontairement Keigo trouver lui-même une solution concrète à son problème, il avait fait son mieux en lui offrant sa vision de la situation.
Il lui laissait la voie libre tout en essayant de faire qu’il ne s’éloigne pas trop.


Revenir en haut Aller en bas
Keigo Taasku

avatar

Masculin
Nombre de messages : 135
Age : 24
PUF/pseudo : Cerberus_Rules
Localisation de votre perso : EN VACANCES!
Petite Phrase : Pas de trace. Pas de meurtre.

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: To be or not To be... a Assassin... [PV Kyohei]   Dim 6 Fév - 14:43

« -…au choix que tu feras sera lié l’avenir de Stonefolm… » Ca, ça vous met la pression lors d’un choix difficile à prendre et remet en doute toutes les choses auxquelles vous pensiez justifiées. Keigo ferma les yeux et courba la tête, il faisait le vide dans son esprit pour ensuite remettre de l’ordre et trouver une solution qui arrangera et son parti et ceux du royaume.
L’assassin essaya de se souvenir le nombre exact de victimes qu’il à tué, mais en vain, il y en avait beaucoup trop. Il essaya ensuite de se remémorer le nombre de mission réussies ; toutes moins une, son dernier combat.

« Es-tu né pour tuer ton prochain ? A de multiples reprises, tu as prouvé que tu en étais capable. La question est : l’es-tu encore ? »
C’est exact, es-ce que l’assassin qu’il est veut ou peut encore tuer ? Il peut encore tuer les gens, 20 ans d’assassinat et des siècles de meurtre et de sanglantes batailles dans les veines, ça ne s’oublie pas du jour au lendemain et on peut encore tuer qui que se soit sans difficultés. Mais au niveau de la volonté, c’était autre chose… Keigo commençait à se poser des questions si ce qu’il faisait était juste ou non, combien de jeunes enfants étaient devenus orphelin à cause de lui, combien de gens sont devenus veuves ou veufs, combien de familles a-t-il brisé ?
Keigo redressa la tête et rouvrit les yeux, les flammes ne brillaient toujours pas dans ses pupilles.

- Sir, ma loyauté envers votre famille et le royaume est inébranlable, et je ne pourrais jamais oublier ce que le royaume de Stonefolm à fait pour ma famille et moi.

Keigo s’avança vers le jeune prince mais s’arrêta au niveau de son sac et d’Hasaki, puis l’assassin royal s’agenouilla avec un faible murmure de souffrance. Sa blessure s’était rouverte et il sentait ses pansements s’imprégner de son sang chaud.

- Jamais je ne pourrais abandonner ce royaume qui est ma maison, mais ce que je vous demande juste…

Il marqua une pause, l’assassin devait choisir les bons mots sinon il passera la porte avec des remords et aura encore plus de soucis qu’il en a déjà.

- Je veux juste… Ce que je voudrais… simplement… des vacances.

Des vacances… On aurait put trouver mieux mais ça semblait simple.

- J’ai fait le serment lorsque je suis devenu assassin royal de servir mon royaume et la famille royale. Mais, rien ne m’empêche de prendre quelques temps de vacances pour oublier tous ses morts, faire une mise au point, ainsi que quelques temps de repos pour me remettre dans ma condition.

Keigo se releva et prit son sac. Hasaki se leva lui aussi et attendit son maître pour avancer. L’assassin termina sur ses derniers mots :

- Je préférerai m’exiler et mettre fin à mes jours plutôt que de trahir ma patrie… Et puis, il y a tant de chose que je veux voir et connaître…

Keigo termina par un petit sourire envers le prince. L’assassin mit son sac sur son dos et avança, il passa à coté du futur souverain, il passa la porte de la salle du trône, celle de la porte principale du château et avança à pied, sans se retourner, sans répondre aux chuchotements de servantes derrière son dos lors de son passage. Que l’on se le dise Keigo Taasku n’est plus un assassin mais simplement un simple voyageur natif de Stonefolm. Oh, mais sa carrière de tueur n’en est pas fini pour autant, disons simplement « qu’il fait une pause »… Keigo veut parcourir les deux royaumes et apprendre de nouvelles choses, rencontrer des gens qu’il ne sera pas obliger d’éliminer et vivre comme un homme normal. Mais il espère qu’il ne croisera pas la route de sa meilleure ennemie, Kiara Itsuka, qui le renverra dans la tombe une fois de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: To be or not To be... a Assassin... [PV Kyohei]   

Revenir en haut Aller en bas
 
To be or not To be... a Assassin... [PV Kyohei]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Assassin X
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!
» Joran Dheis [Assassin]
» Azäziel [Assassin]
» Haiti Les Paroles D'un Assassin En Liberte Et Les Cris D'une Veuve En Exil !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eldenia Sekai ♔ :: Royaume de Stonefolm :: Stonefolm :: Le Trône-
Sauter vers: