RPG ~ Manga Médiéval-Fantastique.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Throuph the darkness...a light !(Pv Akari)

Aller en bas 
AuteurMessage
Madara Daïr'Shag

avatar

Féminin
Nombre de messages : 76
Age : 26
PUF/pseudo : Arob@ze
Localisation de votre perso : Trouvera, trouvera pas !
Petite Phrase : Je tu ma phobie dans la désharmonie

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Throuph the darkness...a light !(Pv Akari)   Lun 30 Aoû - 19:39

Trouph the drakness, on the earth, between trees...a light !


☣ ☣

La bête revenait d’une de ses éprouvantes journées de chasse à l’homme. Être mercenaire n’était pas de tout repos. Mais il avait finalement capturé la proie qu’il pistait depuis un bon moment déjà, ce ne fut pas facile mais il l’avait finalement eut, sans pour autant l’avoir tué.
Ce n’était pas à lui de se charger d’une telle sentence, car cet homme ne lui avait rien fait, personnellement.
Mad ne faisait que son boulot, poursuivre et rattraper malfaiteurs et tueurs diverses afin d’en finir une bonne fois pour toute avec toutes ces ignominies.


L’homme une fois désarmé, avait été assommé, ligoté, puis porté jusqu’à Stonefolm où la bête l’avait ensuite sciemment abandonné à la vu des gardes qui tout d’abord étonnés de trouver pareil malfrat ici et dans cet état saisir cette belle occasion pour le mettre au fer comme ils se devaient de le faire pour tout paria condamné par la loi.

Bien sûr Madara avait agit de nuit, à l’insu de tous, comme à son habitude, pour la bonne et simple raison qu’il ne pouvait se permettre d’être vu, car lui même était recherché pour désertion et crime contre la royauté. Dans les deux royaumes…quoi qu’à Pallengad, les avis de recherche à son nom étaient beaucoup moins nombreux qu’à Stonefolm où il avait commis bien plus de délits…

Ainsi il rendait service à la communauté, ce qui était aussi pour lui une façon d’expier ses crimes, les uns après les autres.

Bref, ceci étant fait, il exécutait un petit tour d’horizon avant de rentrer au bercail, volant dans la nuit noire, transperçant les ténèbres nocturnes. Ses ailes veloutée caressant le vent sans un bruit. Tout était calme, bien qu’en cette heure certains règlements de compte et assassinats s’effectuaient quelque part dans l’ombre…
C’était le seul moment de répit que connaissait les terres meurtries d’Eldenia. On aurait dit que le monde lui-même était en suspension, tournait ralentit, comme en veille.
Stonefolm et Pallengad semblaient plongé dans une profonde torpeur, dormant du sommeil du juste, seulement…ce n’était qu’une impression, car les gardes, eux, tournant et virant sur les chemins de ronde veillait au grain prêt à donner l’alerte au moindre mouvement suspect.


Chemins et sentiers déjà peu fréquentés pour certains, étaient maintenant déserts…Myridia la Grande, d’ordinaire débordante d’activité et de vie, à présent sombre et figée…les vertes mais sanglantes plaines d’Archelande, lieu de bataille incessant, vides et étrangement calmes…ce qui en devenait presque inquiétant…

Le temps ne semblait plus avoir aucune influence…mais ce n’était qu’une apparence car une fois la nuit venue, les « ombres » de chaque royaume était de sortit afin de poursuivre la guerre mais en silence, comme pour ne pas troubler sérénité apparente qui s’emparait des lieux une fois le jour tombé.

Soudain, un éclat bleuté plus pure que fin cristal attira son regard vers la sombre canopée qu’il survolait.
Sondant les ténèbres de son regard mordoré, il finit par l’apercevoir, ce scintillement nacré, imperceptible, cet éclat adamantin…


Intrigué, il perdit volontairement en altitude afin de voir ce qu’il en était une fois qu’il l’aurait atteint.

En trois battement d’aile, il fut sur les lieux. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’il découvrit qu’il ne s’agissait en fait que du Lac Fééria…
Jamais au grand jamais il n’avait eut l’occasion d’assister à cela malgré toutes les années passées ici…


Tel l’astre nocturne, le lac irradiait une douce aura, blafarde et fantomatique dansant au rythme des vaguelettes troublant la surface aqueuse. Un bien beau spectacle ma foi…qui ne laissa pas Madara indifférent.

Celui-ci, volant sur place vint se poser avec une délicatesse et une légèreté insoupçonnée près du lac. Après tout, rien ne le poussait obligatoirement à s’en retourner chez lui…il pouvait bien s’arrêter où bon lui semblait, il était libre, libre de faire ce qu’il voulait, rien ni personne ne le retenait.

Immobile, il leva une main devant ses yeux d’abord éblouies par cette luminosité soudaine. Puis une fois habitué, il resta ainsi à admirer le miroitement de l’eau mystique. Sa longue queue hérissée de pointes ondula un instant et ses oreilles pointues de diablotin frémirent.
Lentement, il amorça un pas, puis un second et ainsi de suite pour arriver au bord.
Fléchissant ses jambes distordues il s’accroupit, ses ailes effilées rabattues de part et d’autre de son corps svelte, les coudes nonchalamment appuyés sur ses genoux, les mains pendantes dans le vide à quelques centimètres de la surface de l’étang.


Il semblait…ailleurs, songeur…son regard n’exprimait rien de clair ou de précis, ses iris dorées fixait l’eau sans vraiment la voir…mais était-ce vraiment ça…mystère…

Les émotions avait bien du mal à transparaître sur ce visage de marbre à jamais figé par les terrifiant aléas de sa sanglante vie d’antan.
Mais si ses traits avaient perdue toute expressivité, son regard lui, en disait davantage, pas de façon explicite, certe, mais on sentait bien qu’il s’y passait quelque chose…l’or de ses iris n’était jamais statique, tantôt fluide et bouillonnant comme en fusion, tantôt froid dure et tranchant tel une lame acéré…tout cela exprimait clairement que des émotions, des vrais se succédaient en lui, mais, après, les deviner c’était une tout autre affaire, et pas des plus facile…


S’immobilisant de nouveau, il laissa son regard naviguer à la surface du lac au rythme de l’ondé.

Là comme ça, en le voyant, il paraissait tout simplement…mais irrémédiablement attiré, fasciné…seulement là encore ce n’était qu’une interprétation possible de la scène parmi tant d’autres, mais c’était aussi la plus adaptée à la situation…celle la plus susceptible de venir vous effleurer l’esprit.



Dernière édition par Madara Daïr'Shag le Dim 19 Sep - 14:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akari Hikaru
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 7
Age : 27
PUF/pseudo : Ivoire
Localisation de votre perso : Stonefolm
Petite Phrase : Bouh !!!!!

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Throuph the darkness...a light !(Pv Akari)   Jeu 2 Sep - 19:16

    Nuit belle lui sous un ciel d’Italie on l’appellerait la beauté… Nuit bienfaitrice, pas un nuage dans le ciel pour gâcher le spectacle qu’offrait la lune et les étoiles. Lune maîtresse du ciel, étoiles petite perles blanche lumineuse, attachées à la robe noire de la lune. Quoi de plus extraordinaire que la beauté de la nature, nature qui n’a rien apprit de personne et fait tout elle-même sans jamais demandé conseil. La nature est belle et saine, pleine de vie et de mort, mais c’est ainsi que la nature est belle car comme tout en ce monde elle avait une fin. Et au milieu de toutes ses choses tu te perds dans mille réflexions vaseuses et sans intérêt. Tu avance d’un pas sage vers cette lumière bleue, à la vue de cette lumière tu te sens bien, tu te sens chose, tu ne serais le dire mais tu sais que cela te fait le plus grand bien. Comme une plume légère tu avance, tes pas font délicatement crisser l’herbe et les feuilles morte sous tes pieds. Élégante et sensuelle ta fine silhouette semble dansée dans ta robe couleur nature, le vert te va si bien. Ton ombre se dessine lentement sur le sol plus tu t’avance vers la lumière, plus la lumière est proche et plus ton ombre grandit. Tu n’as pas peur des ténèbres forte heureusement car sinon tu aurais tes jambes à ton cou en voyant se dessiner sur le sol les ombres des branches distordue des arbres qui tente de t’arracher ta robe.
    Au milieu de ses nuits et de cette nature sublime il y a quelque chose de bien plus pure et de plus beau c’est toi et ton cœur, tout comme le cristal sa voix résonne au milieu du silence de la forêt endormit. Tu pense qu’il n’y a personne pour t’entendre chanter petit rossignol de nuit hé bien tu te trompe tu as des milliers d’oreilles tournés sur le son de ta voix pleine de couleur et ton différent tu donne à la nuit des couleurs qu’elle ne possède pas. Ici tout n’est que gris ou bien noir, mais avec ta voix tu peins un tableau de mille couleurs, ta voix se perd dans le souffle du vent qu’il emporte au loin et fait disparaître. Tu arrive enfin au bord du lac tu te crois tout d’abord seule, alors tu avance vers cette eau lipide tu y jette un regard et milieu des ondulations de cette dernière tu perçois une présence. Tu n’arrive pas bien distinguer ses traits alors tu redresse le visage et tes yeux de jades croisent ses yeux mordorés pour la première fois tu es un peu surprise son apparence n’est pas anodine, mais tu finis par lui esquissait ton plus beau sourire la sous ton voile blanc immaculé.
    De la pénombre sortent deux bêtes plutôt étrange elles aussi, elle ne possède pas sur la tête aucun pelage et aucune chaire, ils ne leur reste que les os on se demande par qu’elle miracle ses animaux sont encore en vis. Akari elle-même ne le sait pas, ils sont ses amis, toujours le sourire aux lèvres tu caresse le crâne blanc de ses derniers. Avant de laisser entendre une nouvelle fois ta douce voix :
    « Bonsoir ! »
    Tu ne sais pas qui il est mais tu t’en moque, que cela peut-il bien faire au final qui il est ? Cet homme lui non plus ne la connait certainement pas, mais tout le monde à le droit au respect peut importe son apparence et même d’où il vient. La guerre tu la trouve absurde il y a bien longtemps que l’on a oublié pourquoi cette guerre à commencer et quand bien même quelque chose venait le leur rappelait il n’était tellement temps non ? Enfin c’était son avis qu’elle se garder bien de partager, et oui les filles bien éduqué son soumise et silencieuse…

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madara Daïr'Shag

avatar

Féminin
Nombre de messages : 76
Age : 26
PUF/pseudo : Arob@ze
Localisation de votre perso : Trouvera, trouvera pas !
Petite Phrase : Je tu ma phobie dans la désharmonie

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Throuph the darkness...a light !(Pv Akari)   Dim 19 Sep - 14:00


☣ ☣

Tout était noir, sinistre et sombre, seul luisait la lac et les iris de la bête, immobile…hideuse et difforme gargouille semblant sonder les profondeurs bleutée de son regard de prédateur, fixe et intense.

La brise nocturne agitait doucement la cime des grands arbres faisant bruire leur épais feuillage et danser leur ombres crochues et distordues que projetait au sol un fin croissant de lune, blanchâtre et ironique sourire…
Ces ténébreuses silhouette ainsi dessinées, amalgame entrelacé de mains noires disproportionnées et squelettique semblait lacérer désespérément la terre dans l’espoir de saisir, happer tous ce qui serait susceptible de passer à leur porté.


Impassible et imperturbable, le démon ne bougeait pas d’un poil, comme pétrifié, tel un antique et ancestral gardien attendant patiemment qu’on vienne lui dérober ce qu’il se devait de protéger Une imposante et terrifiante statue qui ne sortirait de sa transe que lorsque l’objet précieusement gardé serait à peine effleuré…

Une impression, une impression parmi tant d’autre…

Mais c’est alors qu’un son étonnamment doux et léger aux intonations mélodieuses et cristallines vint se mêler au chant de la brise tel un faible éclat coloré d’espoir dans ce monde tout noir.

Un imperceptible frisson parcouru les petites oreilles pointues de la bête qui pourtant resta de marbre.

Quelqu’un chantait…une femme sans doute aucun…une femme dont la divine et céleste mélopée même, aussi pure que l’eau mystique suffisait à émouvoir la nature et quiconque l’écoutait…des vocalises fluides, délicatement nuancés qui semblait pouvoir vivifier les esprits torturés, soigner les cœur meurtris, revigorer les corps malades, et pourquoi pas ressusciter les mort à la vie…

Hmm, ça en devenait presque inquiétant, troublant tant c’était beau…


Bien qu’il n’ait pas bougé d’un iota, Madara ne pu s’empêcher d’apprécier ce chant qui, même si cela ne se voyait pas, le touchait profondément.

Il ne le remarqua pas immédiatement mais « l’origine » de la mélodie se rapprochait, inexorablement…bientôt à tel point qu’il pu percevoir l’herbe bruire sous une démarche souple et discrète ainsi qu’une élégante et gracile silhouette se profiler à travers la douce et laiteuse aura du lac.

La voix avait disparu pour laisser place à une splendide jeune femme qui semblait être l’incarnation même de ce chant qui, il y a quelques minutes encore enchantait les lieux par ses pures et candides accents...

Cette fragile et délicate créature se mouvant avec une élégance et une sensualité sans pareil semblait être la personnification même de la beauté, l’idéal féminin dont tout homme avait rêvé et désiré au moins une fois dans sa courte et misérable vie…

Un voile moiré finement tissé dissimulait partiellement son visage angélique encadré par une souple et opulente chevelure blonde dorée, éclatante comme l’astre du jour…d’ou pointait deux adorable petites oreilles pointues…une elfe ?
Elle portait une robe dans les tons verts, ceinte à la taille, pas sophistiquée, une robe tout ce qu’il y a de plus simple et de banale…mais qui lui seyait à ravir, épousant à la perfection les gracieuses lignes de son corps racé pour mettre en valeur le moindre de ses atouts féminins sans pour autant les exagérer, de plus et de part sa couleur, elle s’accordait merveilleusement bien à l’émeraude de ses grand yeux de biche.


Un véritable joyau dans son écrin…

La divine jeune femme ne sembla pas le remarquer immédiatement. Pourtant son beau regard ne tarda pas à croiser le sien.
La surprise se lut d’abord sur son jolie minois, une surprise bien vite effacée par un sourire éblouissant capable de faire fondre n’importe quel cœur aussi endurcit soit-il.


Impassible, Madara soutint son regard sans broncher, tel le prédateur jaugeant tranquillement sa proie.

D’autre pas se firent entendre, des pas de bête à quatre pattes, étant donné le son que produisait leur démarche.

D’étranges bestioles, deux pour être exact, apparurent aux côté de la jeune femme, assez grandes, étonnamment maigres pour ne pas dire cruellement efflanquées…elles ne semblaient avoir que la peau sur les os, une peau recouvert d’une fine et soyeuse toison, grise striée de raies plus sombres pour l’un, entièrement noire pour l’autre.

A l’inverse de son « compagnon » le clair arborait une élégante et impressionnante ramure.

Si l’on se fiait à cela, on pouvait déjà émettre l’hypothèse d’un couple : le gris le mâle, le noir la femelle…mais bon avec ces « trucs » étrange fantaisies de mère nature, on pouvait s’attendre à tout…

Le plus bizarre, choquant, déroutant, c’était que leur têtes n’étaient recouvert d’aucune peau, d’aucun pelage…ils avaient le crâne à vif…un crâne blanc et lisse dont les large orbites étaient illuminés par deux yeux jaunâtre, fixe, dénué de paupières

Certains, la grande majorité sans doute, auraient trouvé ces êtres tout bonnement immonde et infâme…
Le trio formait un bien étrange tableau, car elle était aussi belle qu’ils étaient laids…aussi lumineuse qu’ils étaient ténébreux…aussi vivante qu’ils semblait mort…


Dans le fond, Mad’ était comme eux, sombre et démoniaque…tant par son apparence que par son terrifiant pouvoir…

Cependant, celui-ci ne leur accorda pas un regard, seul un léger pivotement d’une de ses oreilles de diablotins, signifiant qu’il avait parfaitement perçu leur présence.

Blasée, la bête alla pour se replonger dans son étrange contemplation du lac lorsque la voix merveilleuse troubla de nouveau le silence.

La longue queue hérissée de pointe du démon s’agita, ses oreilles frémirent de nouveau et il reporta ses iris d’or en fusion sur la céleste créature…l’air ennuyé…

Quelques minutes s’écoulèrent…

-Bonsoir mademoiselle…finit-il alors par souffler de sa voix profonde douce et caressante ; un ton polie et neutre qu’il avait inconsciemment pour habitude d’employer surtout lorsqu’il s’adressait à la gente féminine.
Face à un homme, l’intonation aurait été serte toute aussi douce et polie, mais un poil moins avenante, plus glacée, plus tranchante…


Un maigre sourire étira les lèvres sombres de la bête qui considéra un instant la belle avec une certaine mélancolie mêlé de lassitude.

Nul doute que sa voix était nettement plus démonstrative et polie que ce que ne laissait sous-entendre son attitude nonchalante et blasée…

Certe c‘était quelque peu déroutant pour certain…mais Mad’ était ainsi…un être plein d’ombre et de lumière, un être des plus énigmatique qui soit…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Throuph the darkness...a light !(Pv Akari)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Throuph the darkness...a light !(Pv Akari)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» After darkness, the light ∆ Milo & Emmy
» [Validée]Les techniques de Akari Hadashi
» Editeur light libre
» the light of aerendil
» | When Darkness Falls

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eldenia Sekai ♔ :: Chemins et Nature :: Lac Fééria-
Sauter vers: