RPG ~ Manga Médiéval-Fantastique.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 #. Jiyuu Namida

Aller en bas 
AuteurMessage
Namida Jiyuu

avatar

Féminin
Nombre de messages : 43
Age : 23
PUF/pseudo : Edrakan
Localisation de votre perso : #. Elle danse sur le fil où se rejoignent la terre et le ciel...
Petite Phrase : #. Pourquoi survivre là où on peut vivre ?

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: #. Jiyuu Namida   Sam 24 Juil - 20:43

    #. Jiyuu Namida



    → Nom ;; Jiyuu [Libre]
    → Prénom ;; Namida [Larme]
    → Surnom ;; Nam ou Nami
    → Âge ;; Une vingtaine d'années
    → Sexe ;; F

    → Liens ;;
      -Kii & Hakanai ;; Mes deux compagnons de route. Les liens qui nous unissent sont très forts, nous avons presque été élevés ensemble. Nous nous séparent rarement.

      -Hana Inokuma ;; Je t'ai vue deux ou trois fois. Tu m'as l'air sympathique, en tout cas tu es gentille. J'espère que la guerre ne te brisera pas comme elle en brise tant...

      -Kaoru Hinoiri ;; Merci. Grâce à ta rencontre, je pense avoir trouvé ma voie. Au plaisir de te revoir, nous ne nous sommes pas beaucoup vus, mais je pense que je te considère comme un ami.



    → Royaume ;; Kyoujin
    → Rang/Statut ;;
      Officieusement, membre des Kyoujins. Sinon, elle apparaît comme une vagabonde. A Pallengad, elle se montre comme dessinatrice, et à Stonefolme elle vend des fleurs et autres plantes et enseigne leurs effets bénéfique... Ou maléfiques. Elle espionne souvent pour le compte des Kyoujins.

    → Particularités/pouvoirs ;;
      Nami est très réceptive aux ondes magiques.
      Dans un lieu très imprégné, elle peut se sentir mal, et dans ceux où il n'y en a pas, elle se sent faible. Ca a des conséquences assez spéciales : Déjà, elle peut saisir les pensées de ses compagnons de route. Alors qu'elle est presque coupée d'eux dans certains endroits, ils sont quasiment en osmose à d'autres.
      De plus, elle voit les auras des gens sous forme de couleur ou de scintillements dans l'air, qui lui montre leur humeur. Elle saisit parfois des pensées fugaces, mais c'est rare. Elle perçoit aussi si les gens sont sensibles à la magie. Dans chaque personne, elle voit une sorte de flamme plus ou moins vive. Lorsqu'une personne meurt, cette flamme disparait, et elle voit une brume intangible sortir du corps. Elle entend parfois la voix des morts. Toutes ces choses viennent de son affinité avec la magie. De cette dernière, volontairement, elle peut guérir quelques blessures simples et superficielles ou soulager partiellement la douleur. Elle peut créer un petit vent frais sur un espace restreint, ou purifier une faible quantité d'eau, bref, interagir légèrement avec la nature.
      Ah, et il ne faut pas croire qu'elle est inoffensive : elle s'y connaît beaucoup en plante, et sait bien se servir d'une lame ou de deux (sans que ce soit impressionnant, mais assez pour se défendre et qu'on la laisse tranquille). Elle est ambidextre, très pratique.


    → Description physique ;;
      Namida est une jeune fille assez grande, à l'air très mature pour son âge. Belle naturellement, elle n'utilise que très peu de maquillage, parfois pour foncer un peu le tour de ses si beaux yeux, mais sans plus. Elle a une peau légèrement halée, sans défauts. Ses yeux sont d'un vert tirant sur le gris, et s'ils n'expriment pas souvent quelque chose, ils sont toujours brillants, et magnifiques. Ils semblent magnétisés, et attirent le regard de ses interlocuteurs ou, au contraire, les trouble et les leur font baisser. Son nez est fin, droit et bien dessiné. Son visage a perdu les rondeurs de l'enfance, et si la fraicheur de sa peau ne laisse pas de doute quand à son âge, elle fait plus âgée par sa tenue, ses regards et son maintien. Il est difficile, d'ailleurs, de savoir en quelle année elle est née, et réarrange cette dernière au besoin, pouvant aller jusqu'à se vieillir d'une dizaine d'année. Elle possède de magnifiques cheveux, longs et soyeux, très fins, qui lui descendent bien en dessous de la taille, d'un joli brun très naturel, de la couleur du bois à l'ombre. Elle les entretient bien, et au soleil, ils semblent s'illuminer, et se parent de reflets plus clairs, presque blonds, voir même blancs. Elle les porte souvent relâchés dans son dos, de façon naturelle, mais peut aussi s'amuser à se faire une coupe très compliquée avec torsades et ornement perlés. Elle est globalement bien proportionnée, certains diront même qu'elle est très jolie, fine et élancée, elle ressemble constamment à un félin à l'affut. Elle a des doigts qu'on s'attendrait plus à trouver au bout des bras d'un noble : longs et fins, elle les utilise de façon très habile.
      Constamment, elle a un air un peu rêveur, et ne semble jamais vraiment présente. C'est une attitude très trompeuse, car elle est au contraire très observatrice, et a une bonne mémoire. Elle peut décrire une personne quelconque en détail plusieurs heures après l'avoir vue.
      La plupart du temps, elle s'habille de façon très commune. Un long manteau carmin à capuchon rabattu sur sa tête, dissimulant efficacement des vêtements prônant le confortable et l'utile sur la beauté. Malgré tout, si elle le veut, elle peut avoir un certain style. Le fait qu'elle s'habille souvent de façon masculine, principalement en portant un pantalon, sans être garde ou entichée du gouvernement la fait passer pour une rebelle, mais rien de bien grave. Elle est souvent chaussée de bottes, pas très joli, mais très pratique, confortable, et passe partout.
      Lorsqu'elle est en forêt, elle se fond avec son environnement, et semble y avoir toujours vécu. Elle se glisse derrière les troncs, effleure les feuilles, et peut se faufiler dans les plus épaisses fougères sans faire bruisser une branche. Elle semble dans son élément naturel, et lorsqu'on la voit, on peut fugitivement penser à une réincarnation de l'esprit de la nature. Elle y semblait épanouie.
      En ville, par contre, elle est bien plus froide, dure, et passe souvent sans s'arrêter, marchant d'un pas vif et la tête basse, recouverte d'un capuchon. Elle se fond dans la masse : c'est une jeune fille parmi tant d'autres, qui passe, vit sa vie et ne demande rien aux autres. C'est sa façon à elle de se faufiler partout sans attirer l'attention. Elle fréquente les tavernes de préférences où les soulards sont présents en nombre limité, mais il lui arrive parfois de rechercher des informations là où les langues se délient plus facilement à l'aide de quelques pièces de cuivre. Elle n'est pas énormément riche, mais vit de façon assez aisée grâce à la vente de ses toiles particulièrement jolies, et à sa science des plantes.
      A noter qu'elle a un tatouage en forme de Dragon stylisé sur la hanche droite.


    → Caractère ;;
      Namida est... Froide. Non. Elle n'est pas froide, elle est glaciale. Vous l'abordez ? Un sourcil circonspect et une attitude légèrement provocante vous accueillerons la plupart du temps, si ce n'est un coup d'œil furtif et un désintérêt et une indifférence totale. Si votre visage lui dit quelque chose, peut êtres s'arrêtera t-elle avant de vous dévisager froidement, histoire de bien vous mettre mal à l'aise, avant de reprendre sa route rapidement. En fait, elle n'est pas du tout asociale, mais si les gens commencent à s'intéresser un peu trop à elle, elle est fichue. Elle sait que beaucoup donneraient cher histoire d'en savoir plus sur ses affaires, s'ils savaient. Mais elle est d'un perfectionnisme et d'une minutie telle qu'elle ne donne même pas l'occasion à ses proches -ou moins proches, de voir dans son jeu.
      Si elle parait très jeune et toute fraiche, elle sait ce qu'est la valeur de la vie, et le prix de la mort. Elle sait qu'elle peut tuer, elle sait que, parfois, elle le doit. Elle l'accepte, comme le fait qu'il faille tuer des animaux pour se nourrir. Mais ça ne lui plait pas pour autant, et elle tente toujours d'être pacifiste avant d'agir. Néanmoins, si elle doit passer à l'acte, c'est qu'elle est sure de ce qu'elle va faire et du bien fondé de son geste, et l'exécute sans arrières pensées. Elle peut paraître froide, mais c'est plutôt que, au contraire de beaucoup de gens, elle réfléchit avant, et pas après. Elle ne se fait pas des nœuds au cerveau, comme elle ne se lamente pas sur le passé, bien qu'elle soit parfois nostalgique.
      Très intelligente, discrète observatrice et ayant une bonne mémoire, Namida est l'espionne parfaite. Elle arrive sans que vous la voyez, et repart avant que vous ne vous soyez rendu compte qu'elle était là. Empathe, elle sait ce que vous ressentez, et organise donc ses discours et ses questions sur votre humeur, ce qui lui donne une bonne éloquence. Elle semble toujours vous comprendre, accompagner vos pensées et suivre vos raisonnement... Et c'est parfois vrai ! Mais très rarement. Et pas sur commande.
      Si elle parait très froide, c'est surtout pour cacher les apparences. Être Kyoujin n'est pas facile tous les jours, et les gardes ont toujours l'œil ouvert (mais pas souvent le bon, hélas...), alors la discrétion doit être de mise. Toujours. Un seul faux pas, et c'est la chute assurée, hors, le seul endroit où Nam' aime voir sa tête, c'est sur ses épaules.
      Malgré cela, lorsqu'elle connait les personnes avec qui elle est, elle se montre très chaleureuse, aimable, voir même parfois loufoque, aime les plaisanteries, autant en faire qu'en recevoir, et apprécie beaucoup chez les gens la joie de vivre. Une personne fraiche, douce et heureuse s'attirera rapidement ses bonnes grâces en tant qu'amie. Mais, même en tant qu'amie, elle a en quelque sorte 'gradé' ce lien. Les ami(e ?)s qu'elle a vu une ou deux fois, elle est sympathique avec, mais ne parle pas beaucoup, et rit encore moins. Ceux ou celles qu'elle voit régulièrement, elle est un peu plus sociable. Mais, après, il y a ses meilleurs amies. Elle en a très peu, un ou deux, peut être, mais c'est le genre d'amis que tout le monde voudrait avoir. Souvent présents, toujours là pour s'entraider, bref, presque plus que de l'amitié. Elle est très loyale, aussi, elle serait prête à donner sa vie pour ceux qu'elle aime. Loyauté est pour elle un principe qu'elle ne veut jamais briser, peut être à un détail près : quand elle s'est embarquée chez les Kyoujin, elle s'est jurée de les quitter si leur intentions dépassent la fin de la guerre et (chose stupide selon elle) la fin de la monarchie. Si la prise de pouvoir se fait sentir, c'est de façon naturelle qu'elle se retournera contre eux.
      S'attirer ses foudres n'est pas recommandé : elle est très rancunière, et peut vous pourrir la vie de mille et cent façons toutes plus originales les unes que les autres, et ce pendant des années. Malgré tout, elle déteste les coups bas, et si elle fait attention à ceux qu'on pourrait lui faire, elle n'en fait jamais. Ou presque. Parfois, nécessité fait loi. Si elle déteste la violence, elle sait que parfois 'est le seul moyen de régler certains problèmes, et ne se gène pas. Elle ment aussi bien qu'elle respire, c'est une façon de se dissimuler. Ça ne la met pas en sueur, elle ne tremble pas, non, elle peut vous faire gober n'importe quoi. Les yeux dans les yeux, et avec un naturel !
      Mais, intérieurement, Nam' est bien loin de ce qu'on pourrait penser. Philosophique et rêveuse, elle passe des heures à réfléchir aux grandes questions de la vie, à élaborer des stratégies, à créer des images les plus belles possibles. Un lieu calme, ses peintures, ses pensées, voilà ce qui suffit à son bonheur, et rien d'autre. Toutes ces réflexions l'ont amené à un calme impassible, olympique, et la mettre en colère est chose difficile. Elle semble tout noter dans son cerveau froidement, comme si les morts n'étaient que des chiffres. Calme et sang-froid. Elle ferait une bonne meneuse, stratège et réfléchie, mais ne brigue pas ce poste. Néanmoins, elle aide parfois comme conseillère au milieu du groupe de résistant. Encaisser... "La guerre n'est pas un jeu, nous devons la gagner. Ensuite, nous pleurerons...".
      Malgré son sens des responsabilité et sa maturité, elle adore les aventures et l'action autant que la réflexion. Si elle n'est pas obligée de tuer des gens (ce qui se révèle bien trop souvent à son goût), elle aime bien se battre, l'action, la vitesse, la danse des lames autour d'elle... Lorsqu'elle combat, on a l'impression qu'elle rit de son adversaire, qu'elle dans autour de lui, qu'elle lui vole sa force, qu'elle fait de cette action de mort une plaisanterie étudiée qui n'amuse qu'elle. Si elle est bonne avec une paire de lames, c'est grâce à sa vitesse et à sa souplesse de jeune femme. Elle est très impressionnante, lorsqu'elle s'en donne la peine, mais quelquefois, la flegme fait partie de son vocabulaire, eh oui. Si elle n'hésite pas à mettre la main à la pâte et à se salir, il lui arrive de se montrer extrêmement... Flegmatique. Néanmoins, elle est très courageuse, voir parfois téméraire, mais évite tout de même. Elle préfère vivre, après tout.
      Lors de ses mauvais jours, il vaut mieux l'éviter. On a toujours des moments où on est de méchante humeur, ronchon, qu'on agresse tout le monde et la moindre personne qui se présente devant soi. Amis, Ennemis personne n'est à l'abri ! Heureusement, ces périodes ne durent pas.
      Si un petit malin se met en tête de venir l'ennuyer, il est tout bonnement suicidaire. Un regard effrayant, quelques paroles acides bien senties, et voilà le malotru remit à sa place. Là, on se rend compte que cette magnifique jeune fille aurait tout d'un tavernier par le nombre de jurons qu'elle connaît, et par la force insoupçonnée de ses bras. Si son langage est parfois bien tourné pour faire de belles phrases et flatter son monde, il lui arrive de balancer un tas de choses imagées qui feraient frémir le pire des soulards. Elle est aussi très persuasive. Elle veut vous faire croire quelque chose ou vous faire changer d'avis ? Au lieu de vous supplier à genoux, elle vous démontre avec froideur que 1+1 font 2.
      Très autonome, elle peut se débrouiller dans n'importe quel milieu, chaud ou glacial, ayant beaucoup étudié faune et flore de tout Eldenia... Mais rien de tel qu'une bonne préparation avant d'aller se suicider au fin fond d'un désert.
      En fait, Nam' est très lunatique. Elle change beaucoup en fonction du temps, des jours, de la personne... Elle semble à la fois douce, agressive, distinguée et rustre. Ceux qui la connaissent mais mal tentent de l'éviter et d'éviter ses foudres.
      Homme, femme, blanc, noir, humain ou monstre, la discrimination elle connait pas. Pour elle, il n'y a que les valeurs et la valeur qui comptent.


    → Histoire ;;
      The beggining...
      ...Of the End.
            #. La culture ne s'hérite pas, elle se conquiert.
              [André Malraux]


      Namida est née dans une cahute normale dans une ville normale en terre libre. Elle avait des parents normaux et des frères et sœurs normaux, qui... Mmmh. non, ça ne va pas. Ça ne va pas du tout ! Reprenons donc. Et écoutez bien. Le vent raconte son histoire, le feu crépite à ses joies, et l'eau se trouble de ses larmes. Écoutez donc l'histoire de Namida Jiyuu, la Larme de la Liberté. L'histoire d'une fillette qui aurait pu être comme tout le monde, mais qui a choisi d'être, et de ne plus paraître. D'une fillette accompagnée de deux dragons blancs, Kii et Hakanai. D'une fillette qui s'est transformée en magnifique jeune femme, mure, douce et sure d'elle. Franchissez les portes qui vous font face, et entrez dans son monde merveilleux, pavé d'amour, de joie, de calme, mais aussi de haine, de colère, de tristesse. Et de guerre. Et de morts.

      Si il a bien une chose de vraie, c'est que Namida est née en terres libres. Neutres. Il ne faut pas croire que ces terres sont épargnées : la pire des engeance s'y retrouve quotidiennement, presque plus en royaume, et le danger est présent partout. Alors que les papillons côtoient les dragons, les honnêtes gens côtoient les assassins. Il en a toujours été ainsi, et il semble que ça devrait en être ainsi pour un bon moment encore. Nam est née dans un petit village pas loin du Lac Fééria. Pour elle, la vie de famille s'est toujours définit à une chose : sa mère, Mamono [Sorcière x)], et quelques dragons blancs. Oui, comme les compagnons de Nami ! En effet, les dragons et la longue lignée de sorcière de la famille de Mamono ont conclu un pacte, longtemps auparavant. De plus, Namida est née le même jour que Kii et Hakanai, ce qui faisait d'eux des liés. Ils sont les faux jumeaux d'un jeune couple de Blancs qui s'était installé sur les rives de Fééria, pas loin de la maison de la sorcière, située à l'écart du hameau. Les habitants de ce derniers, Mura [village. Je sais, très inventif x)], savaient que c'était une sorcière. Ils la consultaient régulièrement pour être soignés par ses plantes, qu'elle connaissait sur le bout des doigts. Mais, réciproquement, ils la craignaient. Sa famille avait une renommée assez grande pour qu'elle soit à l'abri d'une pendaison, mais les villageois ne pouvaient chasser cette peur naturelle face à la magie. Car en plus des plantes, les dons magique de la mère de Namida étaient particulièrement puissants : elle avait 'le don de dieu', le pouvoir de guérir, ou de tuer, avec les mains. Le 'Jugement de Dieu'. Namida n'en a pas hérité, ou alors que très peu face à ces pouvoirs impressionnants, mais sa mère l'a toujours aimée pour ce qu'elle était. Son père ? Namida ne l'a jamais vu, jamais connu, et n'en a aucune envie. Elle sait qu'il peut être n'importe qui, et ne veut pas demander à sa mère qui cela peut être. Père. Un mot vide de sens pour elle.

      Elle est donc née en terre libre, dans un hameau semblable aux autres, sans autre famille qu'une mère et deux dragons. Ces deux derniers vinrent rapidement jouer près de ladite cabane, et le lien qui existait déjà de façon diffuse se renforça, prenant beaucoup de place dans la vie de Namida. Cette dernière était, disons, heureuse. Le lac Fééria est un endroit rêvé pour grandir, on y croise régulièrement des choses fabuleuses et des animaux plus fous les uns que les autres. Un jour, elle arriva même à caresser une licorne, ces être mystérieux qui n'apparaissent que rarement. Mais, surtout, elle grandissait coachée par sa mère, qui pensait qu'elle reprendrait son travail après, bien qu'avec de moindres pouvoirs. Elle l'instruisit de tout ce qu'elle savait : plantes, animaux, médecine, et même défense car le monde n'est pas rose, mais aussi l'escalade, la natation, le tir à l'arc, bref, Namida reçut le meilleur entrainement possible pour survivre n'importe où. Elle fut même surprise quand sa mère lui enseignât les manières de la cour et les différences textiles majeures entre Pallengad et Stonefolm. Finalement, elle lui est énormément redevable, car grâce à elle elle sait à peu près tout faire.

      Live...
      ...Your life.
            #. Nous sommes au bord du gouffre, avançons donc avec résolution.
              [Sully Prudhomme]


      Lorsqu'elle eut treize ans, sa mère la lança à l'aventure. La jeta, plutôt. En fait, elle la prit par les épaules et la jeta dehors avec un sac de voyage.
      "Va t'en découvrir le monde, maintenant ! Découvre ce que tu sais, et apprends ce que tu ne sais pas. Le monde ne se résume pas à une chaume perdue au milieu de rien. Il est multiple, et tu dois trouver ta façon de le voir. Allez, Va t'en ! Et bonne chance..."
      Les derniers mots proférés dans un souffle, sa mère referma brutalement la porte, laissant une petite fille ébahie devant. Cette dernière n'était pas prévenue, et tout cela était brusque et soudain. Sa mère, si douce et aimante, la balançait dehors ! C'était à n'y rien comprendre. Les deux Blancs, percevant sa peine, s'approchèrent d'elle. Ils décidèrent de partir. Ensemble. De découvrir le monde, de lire les lignes des chemins, de tourner les pages de la vie...

      C'est ici que commença véritablement la vie de Namida. Elle partit au trot sur Ame, suivie de deux dragons blancs pour trouver, en fait, un sens à sa vie. Pendant trois ans, elle parcourut le monde, traversant Eldenia dans tous les sens, découvrant tous les lieux principaux, ou presque. Quelque uns, comme le Repère Évanoui qui n'existe qu'hypothétiquement, restent inconnus à ses yeux, mais elle espère bien les découvrir tous. Et puis, elle s'engagea. A Stonefolm, tout d'abord, comme simple servante, histoire de travailler et de vivre plutôt que voyager et survivre. Elle gagna un peu d'argent, économisa. Pendant deux ans elle y travailla, et avait amassé pas mal de sous. Elle se nourrissait de plantes et de fruits, de chasse, aussi, la plupart du temps, et n'avait guère besoin de plus. Et puis, elle en eut marre de servir les autres, et retourna sur les routes pour voyager. Au cours de ce voyage, elle apprit la guerre et ses retombées, fit beaucoup de petits boulots d'une ou deux semaines qui lui rapportaient quelques pièces mais surtout de l'expérience, et elle se retrouva avec beaucoup de chose qu'elle savait ne pas vouloir faire. Du coup, elle passa à Pallengad. Ses pérégrinations lui apprirent qu'aucun royaume n'était meilleur que l'autre, qu'ils avaient tous leurs rêves et leurs assassins. A Pall', elle s'acheta une boutique, et peint. Elle peignait, et vendait. Bien, d'ailleurs, certaines toiles lui rapportèrent assez pour qu'elle puisse s'acheter une autre boutique, à Stonefolm cette fois ci, et pour vendre des plantes de médecine. Avoir un commerce dans chaque royaume l'obligeait à beaucoup voyager et à être absente en conséquence, mais cela ne la gênait pas. Elle adorait être sur les routes, et son commerce n'était que passager pour elle. Voilà comment elle passa les deux années restantes de sa vie, si ce n'est trois.

      Mais j'oublie quelque chose...

      Take your Liberty...
      ...With your blood.
            #. Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait.
              [Mark Twain]


      Elle était en train de ranger ses toiles sur les présentoirs lorsqu'il se présenta à l'entrée de la boutique. Nam ne jeta qu'un vague coup d'œil à la porte close avant de crier, un peu énervée, n'étant pas du matin, un 'C'est fermééé !' fracassant. Les coups redoublèrent, et elle gronda. Elle détestait les matins, surtout quand les gens s'évertuaient à cogner à sa porte comme des malades rien que pour faire bourdonner ses oreilles. Elle finit, par répondre un 'Entrez, mais par pitié, laissez ma porte tranquille...' vaguement exaspéré. Non, soyons raisonnables, très exaspérée. Elle accrocha le dernier tableau, un rouge gorge à l'oeil vif fait à la peinture, quand la personne responsable de tout ce tapage entra. Namida ne le regarda même pas, ajustant le tableau à l'horizontal. 'Que voulez vous ?' Le ton était assez courtois, elle même n'aimait pas les commerçant qui accueillaient les clients avec un 'Quessevouvoulez' sans ton. Elle finit par se retourner, histoire de ne pas faire fuir le pauvre quidam.

      La première pensée qui passa par la tête de la jeune femme était qu'il était blanc comme un cul. Bon, d'accord, ce n'était pas vraiment formulée de la meilleure façon, mais c'était vrai : le jeune homme qui venait d'entrer était pâle comme la mort. En fait, Nami aurait même dit que sa peau tirait sur l'argent, parfois. Mais bon, après tout, hein, elle voyageait bien avec deux dragons, alors... Ce dernier prit la parole d'une voix presque tremblante, il semblait dans un état d'agitation extrême. "Je m'appelle Kaoru. Vous n'auriez pas une cave ou un espace clos, s'il vous plait ?" En fait, il semblait tout bonnement terrorisé. Il regardait frénétiquement vers les fenêtres, comme si le soleil pouvait entrer et l'attraper à tout instant. d'ailleurs, il restait à l'ombre. Cet individu parut tout de suite louche à la jeune femme, qui fronça les sourcils, et demanda d'une voix froide et mesurée. "Peut être... Et pourquoi donc cela ? -Sinon, je vais mourir." La réponse avait claqué, clouant le bec à la jeune femme. Elle ne s'attendait pas à une réponse aussi crue, aussi fut elle légèrement déstabilisée par cette dernière. Mais elle se reprit vite, et répliqua rapidement. "Des gardes ? Un assassin ? Mon arrière boutique n'est pas des plus sures. -Non, le soleil." Encore une fois, il lui avait cloué le bec. Elle fronça les sourcils. Cet homme avait vraiment l'air désespéré, mais elle n'était pas encore sure de sa bonne foi. Il sembla le sentir, car il ajouta quelque chose. "Le soleil me tue, j'y suis trop sensible. S'il vous plait..." Elle hésita, et posa une dernière question. "Pourquoi le ferais-je ?" L'inconnu -ou plutôt Kaoru, puisque c'était son nom, parut choqué, et répliqua froidement : "Parce que sinon, cela veut dire que vous êtes un monstre." Elle sourit, soupira, et lui prit le bras pour l'emmener vers une porte. Elle menait vers l'arrière boutique. Elle délivra une chaise de son contenu d'un bon coup de pied bien placé, laissant tomber un livre sur les plantes, et ferma hermétiquement les rideaux de la pièce. "Ça suffira ? J'ai une cave aussi, au besoin. La trappe est sous le tapis." Elle se retourna, et désigna du doigt un petit tapis bariolé. Elle adressa un sourire d'excuse à l'homme avant de retourner vers la porte. "Je suis désolée, mais votre journée sera surement solitaire, j'ai du boulot." Elle ressortit.

      La journée passa rapidement, mais Namida était mal à l'aise. Elle n'aimait pas savoir quelqu'un enfermé dans son arrière boutique, qui lui servait aussi de salon. Après tout, c'était chez elle. Mais elle refusait d'aller voir toutes les cinq minutes ce qu'il faisait. Le pauvre ne pouvait déjà pas sortir le jour, mais si en plus on l'emmerdait ! Et s'il vivait de nuit, il devait surement dormir. Elle vendit quelques toiles, mais ce fut une morne journée en général. Elle s'ennuya ferme. A midi, elle prépara de quoi manger, mais ce fut silencieux. Ils étaient tout deux un peu gênés. Namida décida de ne pas accroitre cette gêne, et écourta le déjeuner. Le soir, ce fut un peu mieux : C'était bon, le soleil se couchait, et Kaoru semblait moins stressé. La conversation fut enjouée, bref, ce fut une bonne soirée. Elle apprécia ce jeune homme aux gouts assez semblables aux siens, et ce fut une rencontre sympathique. Surtout lorsque la conversation roula sur les Kyoujins. Les paroles échangées à ce propos furent assez confuses, mais bien présentes, et ce fut à partir de ce soir que Namida décida de les rejoindre en tant que membre. Ce fut ce jour qu'elle commença à faire partie des Kyoujins. Lorsque la nuit fut tombée, Kaoru repartit, juste sur un signe de main. C'était une rencontre. Mais une rencontre qui allait faire basculer la vie de Namida.









    → Compagnons de route ;;
    -Kii & Hakanai [Mystère & Éphémère]
    Kii, le mâle à droite et Hakanai à gauche, sont un couple de... Créatures. Choses. Dragons ? C'est le mot qui se rapprocherait surement le plus de ce qu'ils sont. Mais ce ne sont pas de gros dragons avides de chair fraiche, bien qu'ils se nourrissent de viande. Non, ce sont des dragons... Spirituels, disons. Terriblement intelligents, doux et pacifistes, ce sont des... Des sortes de philosophe ou des scientifiques. Autant qu'un dragon peut être philosophe et scientifique, bien entendu. Le mâle est légèrement différent de la femelle par sa queue non pas plumeuse mais écailleuse, plus reptilienne, mais les deux sont d'un blanc immaculé. Techniquement, ils peuvent porter chacun une personne sur leur dos, mais évitent, tout simplement parce que leurs os et leur métabolisme est trop fragile et peu adapté. Mais il peuvent le faire en cas d'urgence. Leur corps, sans les ailes, est de la taille d'un grand cheval, plus fin et plus longs par contre, mais leur poids est bien inférieur à celui d'un de ces animaux. Déjà, leurs os comme ceux des oiseaux sont creux, ce qui leur donne une agilité et une vitesse phénoménale. Il est vrai que leur corps rappelle vaguement celui du poulet croisé d'un lézard, et le leur faire remarquer vous fera, disons... Souffrir. Ce doit être une des seules chose qui les met en colère, ils sont très narcissiques xD.
    Il peuvent communiquer par le biais de leurs esprit à plusieurs humains, si ceux-ci sont sensibles à la magie ou aux esprits. Très sympathiques, ils évitent quand même souvent le contact : ça leur donne un aperçu des sensations et de l'état d'esprit du personnage, et ces derniers sont beaucoup trop violents au gout des deux bestioles. Alors ils s'en abstiennent. En fait, ils s'abstiennent de tout ce qui a trait avec les humains, hormis Namida. Bien sur, il leur arrive de se montrer, en fait, il suffit de suivre Namida à l'écart pour qu'ils apparaissent : leur existence n'est pas un secret. Mais ils ne sont pas inconscient : ils savent qu'ils ont une valeur marchande intéressante. Mais, s'ils semblent frêles, il ne faut pas oublier que ce sont des prédateurs, même s'ils semblent plus doux que des agneaux : leur vitesse en vol est impossible à atteindre pour n'importe qui d'autre que de leur espèce, et ils compensent leur manque de force par une agilité et une intelligence insoupçonnée : se glisser quelque part, esquiver, feinter, ils ressemblent à de petites étoiles blanches tournoyantes. Au sol, ils se fondent dans la masse, leur pelage blanc attire peut être plus l'œil que s'il était noir, mais ils sont tellement vifs et rapides que ça n'est plus qu'accessoire. Ils possèdent une dentition à faire frémir un tigre et leurs griffes, rétractiles, ressemblent à des aiguilles. Sans elles, ils ont des pattes de velours, un peu entre le chat et le dragon, mais avec, c'est plus une patte à éviter, tout simplement. De plus, ce sont des élémentaires : ils peuvent de façon naturelle faire changer les vents tant que ce n'est pas de façon trop importante. Rafraichir l'air, par exemple, pour qu'il monte et crée un courant ascendant, ou l'accélérer un peu pour quelques heures, voir le faire tomber. Mais à long terme ils ne changent rien à la carte des vents.

    Spoiler:
     
    Comme elle ne peut pas les monter, elle voyage sur Ame [Pluie], un bel étalon noir, fin et rapide, adapté à la course. Il est le sujet principal des quolibets des deux dragons, auxquels la jeune fille répond gentiment, mais jamais la situation ne s'envenime. Si Namida l'apprécie beaucoup et prend soin de lui, aucun lien ne s'est formé comme entre elle et les deux Blancs. Mais ce n'est pas pour autant qu'elle ne l'aime pas : le lien qui les relie, s'il parait faible aux yeux des trois autres compagnons, est extrêmement fort par rapport au reste du monde. Elle le monte la plupart du temps à cru, sans bride ni selle, et elle passe pas mal de temps à le brosser, lui démêler les crins et le natter, au grand dam de l'étalon noir, même s'il a fière allure.





Dernière édition par Namida Jiyuu le Sam 24 Juil - 20:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Namida Jiyuu

avatar

Féminin
Nombre de messages : 43
Age : 23
PUF/pseudo : Edrakan
Localisation de votre perso : #. Elle danse sur le fil où se rejoignent la terre et le ciel...
Petite Phrase : #. Pourquoi survivre là où on peut vivre ?

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: #. Jiyuu Namida   Sam 24 Juil - 20:46

    #. Fil Rouge


    RPs en cours :

      -[url=]Namida & [/url]
      -[url=]Namida & [/url]



    RPs finis :

      -[url=]Namida & [/url]
      -[url=]Namida & [/url]




    Liens Détaillés:


      -

      -

      -



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
#. Jiyuu Namida
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Naruto Jiyuu
» Kotori Namida
» Une si belle journée [ PV Nami ]
» Shiragiku Namida
» Diffusion TV et Internet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eldenia Sekai ♔ :: Administration :: Gestions des personnages :: Fiches de Personnages-
Sauter vers: