RPG ~ Manga Médiéval-Fantastique.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Let's play <Naoki>

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Let's play <Naoki>   Jeu 13 Mai - 18:47

¤ Let's play ~
♥️ Je ne suis pas coupable
L’ennui me pousse à bout
Ce n’est qu’un incapable
Qui se moque de nous
Toi-même qui est si las
Viens donc, joue avec moi
...
    Sayuki n’avait pas de fortune établie. Depuis qu’elle avait tourné le dos à la royauté, elle était devenue une sorte de vagabonde. Cependant, elle vivait bien, au-dessus de la moyenne même. Il faut dire que à l'inverse de la plupart des personnes vivant dans la rue, elle avait un bon nombre d’avantages. Aussi, si une folle envie lui prenait d’acheter telle ou telle chose, il lui suffisait d’user de ses atouts pour l’obtenir : car c’était une têtue et ne lâchait jamais le morceau, alors que ce soit par la violence ou la séduction elle arrivait toujours à ses fins. Il ne lui était pas difficile d’assouvir le moindre de ses caprices, car si elle était aujourd’hui une errante, elle restait l’hautaine souveraine de son passé. Par exemple jour là, en se promenant dans les rues marchandes de Pallengad, une robe de soie dorée particulièrement travaillée attira son attention. Ce n’était pas forcément habituel qu’elle se penche ainsi sur un vêtement au détour d’un pâté de maison, mais son ennui était tel ces derniers jours que cela était sûrement un jeu de son subconscient pour éveiller en elle une envie de jouer. Passant une main pensive sur le pommeau du poignard accroché à son ceinturon, elle fit balancer le pour et le contre de ses techniques de prédilection. Devait-elle voler l’habit avec discrétion, s’en prendre au vendeur ou simplement le faire capituler grâce à des mots doux? La demoiselle regarda autour d’elle l’air de rien. L’allée était assez large, pavée de grandes pierres usées par les nombreux passages des gens et chevaux, et inondée de lumière grâce à l’éternel soleil qui éblouissait la ville. En cette matinée radieuse, les marchandages allaient de bon train et les vendeurs hurlaient leurs prix entre deux passages de charrettes emplies de récoltes, légumes, étoffes, ou autres objets du commerce florissant de la cité.

    Mais la jeune fille ne voyait pas le bonheur ambiant, ni le fabuleux dynamisme du printemps. Ce qui l’intéressait, c’était autre chose : la hauteur des bâtiments, l’accessibilité à leur toit, l’inclinaison de ceux-ci, la distance les séparant et, en somme, les possibilités de fuite. Satisfaite, elle acquiesça pour elle-même avant de se diriger de sa démarche élégante vers le stand qu’elle visait. Le marchant l’accueillit avec gloussement bêta, auquel elle répondit par un sublime sourire. Elle fit mine de s’intéresser à sa marchandise, frôlant des tissus de ses doigts graciles, avant de se tourner vers le fameux objet de ses convoitises. Elle resta un long moment à l’observer sous toutes les coutures, détaillant chaque détail de ses dentelles, faisant négligemment rouler les perles avec du bout des ongles, prenant son temps si bien que le vendeur finit par se lasser de complimenter ce «chef d’œuvre de l’artisanat moderne» et alla s’occuper d’un nouveau client. C’était le moment d’agir : toujours aussi tranquille, elle enroula la robe et la mit sous son bras avant de partir d’un pas sautillant. Il fallut presque 20 secondes à la victime pour donner l’alerte, et elle était déjà loin.

    Si facile. Si lassant. Sayuki soupira. Elle s’était assise sur le rebord d’une toiture, balançant ses belles jambes dans le vide. Ce quartier était bien plus desert que celui qu’elle avait quitté. Desert comme sa vie depuis qu’elle avait perdue les Kyoujins de vue. Aussi, elle prit une folle décision, se leva d’un bon vif avec un regard malicieux, et reprit son chemin en sens inverse. C'est quelques minutes après trouva enfin ce qu’elle cherchait. Là, au bout de l’étroite ruelle au sol accidenté, une petit groupe de soldats. C’était ces pauvres personnes qui, n’ayant pas été affectées à une mission plus importante, se retrouvaient avec la dégradante responsabilité de surveiller le marché. Autant dire qu’ils ne devaient pas s’amuser autant qu’au front. Pourtant ceux-ci semblaient chercher quelque chose : elle. C'était leur travail après tout de courir près les voleurs. La jeune fille se plaça au milieu de l’allée, un sourire narquois au lèvres et l’article qu'elle avait dérobé bien en vue sous son coude. Sayuki avait presque pitié pour ces jeunes recrues, eux qui rêvaient de sang et de cris et qui se retrouvaient à ce poste d'une platitude mortelle. Elle les salua de la main avec provocation, avant de demander d'un ton mielleux :

« Qui veut jouer avec moi? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Let's play <Naoki>   Ven 14 Mai - 0:30

Naoki profitait de son congé en coulant des jours paisibles dans la capitale, goutant au plaisir de ne rien faire dans un endroit ou la mort ne le menaçait pas.
Les congés étaient rares mais il n'avait rien de particulier à faire pendant sa permission à part peut être rattraper son retard de sommeil. On ne dort jamais vraiment sur le front, la nuit, on remet la sécurité du camp aux hommes de garde mais tout soldat encore vivant est suffisamment individualiste pour ne pas vouloir se reposer entièrement sur les autres. Ainsi, on ne dort que d'un œil et au moindre bruit suspect, on se relève brusquement en posant instinctivement la main sur le pommeau de son épée. La guerre révèle à ceux qui la font la vraie valeur de la vie, de la leur en tout cas, c'est pourquoi tout soldat apprécie de venir faire ses courses au marché, de papoter avec la fleuriste dont l'étal est sur le chemin, de venir chercher ses enfants à l'école et moult autres petite scène quotidienne.

Naoki, n'échappait pas à la règle, venir au marché hebdomadaire était un passage obligé, faute d'enfants et de goût pour les fleurs ou les fleuristes, il se rattrapait comme il le pouvait...
Il faisait donc ses emplettes au marché même si, étonnamment, la vue d'un grand gaillard avec une épée de plus d'un mètre dans le dos et un panier à course à la main droite en étonnait plus d'un.

En ressortant, il croisa des collègues à l'air soucieux parmi lesquels il reconnu une de ses connaissances datant de la formation militaire. Il avait visiblement intégré le service d'ordre public et arborait fièrement son premier galon. Il s'approcha l'air souriant, lorsqu'on vient au marché, c'est autant pour satisfaire des formalités sociales que pour faire ses courses, il serait malvenu d'ignorer une connaissance même si Naoki ne s'était jamais particulièrement bien entendu avec l'homme en question.
Après un bref salut, il compris que ce n'était pas le moment pour parler, ayant intercepté une ou deux bribe de la discussion, Naoki compris qu'ils recherchaient une voleuse, rousse, de taille ….., avec des vêtements de bonne fracture et, selon le marchand énervé, une « put*in d'arrogance d'aristo' ». Naoki ne se sentait pas particulièrement impliqué, il trouvait cela un peu étonnant qu'une personne de ce genre vole une robe mais il avait depuis longtemps renoncé à comprendre la noblesse.
Alors qu'il apprêtait à repartir, il vit une fille, assez jolie, se poster à bonne distance de leur groupe, il réalisa qu'elle correspondait plutôt bien à la description au moment ou elle les appela pour les narguer. Il tira le bras de son ami pour qu'il la regarde aussi, aussitôt trois gardes se mirent à lui donner la chasse, elle semblait bien connue des services d'ordre...

- Qui veut jouer avec moi?

Sans vraiment savoir pourquoi, Naoki pris la provocation à son compte et résolut de ne pas laisser la s'échapper. En soit, il se fichait pas mal de la robe volée, il voulait juste la coller en prison en toute amitié.
Il colla, son cabas ridicule dans les bras du tire au flanc le plus proche. Nous n'insulterons pas le service d'ordre en faisant remarquer qu'il avait l'embarras du choix.
Adressant un regard à son ami, il lui dit en commençant à courir:

- Elle l'aura cherché, je la lâcherai pas!

Les hommes restants, mal à l'aise qu'un civil se lance dans la chasse à l'homme consultèrent leur supérieur du regard. Il secoua la tête: « Pas la peine les gars, je connais ce gars, s'il arrive pas à l'attraper c'est pas vous qui allez reussir...».
Il s'élança ainsi, la vie quotidienne est très paisible pour un soldat revenu du front mais rien ne vaut un peu d'exercice pour se maintenir en jambe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Let's play <Naoki>   Mar 18 Mai - 12:58

♥️ C’est ça, approche… viens danser...
    Sayuki agita légèrement son butin de tissu, à la manière d’un toréador le faisant avec sa cape écarlate pour attiser la haine d’un taureau. La maligne était bien décidée à s’attirer leur foudres rien que pour passer le temps. Elle observa d’un œil amusé la réaction de ses futurs adversaires à la course, et au combat qui sait? S’ils arrivaient à la rattraper. Mais ça elle en doutait fort : grâce à son agilité, mais surtout sa vitesse, hors du commun, elle serait facilement capable de disparaître de sous leur nez. Seulement elle n’avait pas trop envie que cela ne soit que ce don qui fasse la différence, aussi elle s’était décidée à tenter de leur échapper sans trop user de ceux-ci. Autant les laisser croire qu’ils avaient une chance avant de leur filer entre les doigts : là était l’intérêt de ce réjouissant petit jeu. L’hautaine voleuse prit alors le temps de toiser le trio de gardes qui s’avancèrent en premier, visiblement décidés à l’attraper sans sembler avoir la conviction réelle d’atteindre cet objectif. De toute façon, elle ne comptait pas vraiment leur faciliter la tâche. C’est-ce qu’elle cherchait à leur faire comprendre lorsque, alors que le premier arriva à un mètre d’elle, elle se déporta gracieusement sur sa gauche, prit appuis sur une charrette immobile, bondit avec vivacité et s’agrippa à une poutre qui soutenait l’avancée d’un toit. Tout cela en quelques secondes, et sous le regard de quelques spectateurs ébahis. Avant de souplement se hisser jusqu’aux tuiles, elle adressa un petit clin d’œil moqueur aux soldats qui ne semblaient pas trop savoir quelle attitude adopter. Une fois en haut, elle se redressa en se demandant l’espace qu’un instant si elle n’y allait pas un peu fort. Après tout, la plupart n’avaient pas assez de motivation pour aller faire les écureuils.

    C’est à ce moment que Sayuki décela un original invité à sa partie de course-poursuite improvisée. C’était un combattant, aucun doute là-dessus, ce qui n’était en faite pas dur à affirmer de quelqu’un qui se promenait avec une arme de cette taille dans le dos. Pourtant, il ne portait aucun signe de son engagement dans l’armée. Peut-être n’était-ce qu’un mercenaire de passage. Il était encore éloigné mais elle pouvait comprendre à sa démarche qu’il était bien plus impliqué que les autres : lui avait la volonté de l’attraper. Parfait. C’est alors à lui que, du haut de son curieux perchoir, elle adressa sa mimique lorsqu’elle tira la langue. Ce geste, emprunt d’une audace certaine au vu de l’assurance qui émanait du probable guerrier, lui était spécialement destiné. Elle avait trouvé son adversaire. Il lui suffisait à présent de le tester afin de voir s’il était digne de ce nom… digne de ce confronté à elle. La belle Kyoujin fit demi-tour pour reprendre sa course, s’élançant prestement sur un autre toit adjacent, laissant sa longue chevelure voler derrière elle, avant de redescendre en quelques bonds pour revenir dans la rue. Être plus près du danger était d’autant plus exaltant. Une fois à terre, elle ne repartit pas directement, s’accordant un regard en arrière pour voir comment ses poursuivants s’en sortaient. Réjouie de les voir si proches, et plus encore d’apercevoir l’intrus aux cheveux blonds s’approcher à toute vitesse, et dégaina furtivement sa dague. C’était une lame bien futile face à celle, démesurée, de celui qu’elle désirait affronter, mais l’agilité alliée à la ruse s’en sortait toujours face à la brutalité bestiale et sans finesse d’un guerrier lourdement armé. Elle en était intimement convaincue et comptait, une fois de plus, le prouver.

    Le premier soldat lui tomba maladroitement dessus, mais ne resta pas longtemps debout. Sayuki n’eut même pas à tacher son bel habit de sang, se contentant de l’assommer d’un coup sec. Ceux qui suivirent ne firent pas long feu non plus, à vrai dire. Elle n’était pourtant pas mieux qu’eux entraînés au combat, mais elle utilisa sa vitesse extraordinaire pour se débarrasser d’eux au plus vite. C’était tricher, mais ce n’était pas eux qui l’intéressaient, c’était Lui. Il arrivait d’ailleurs à sa hauteur, aussi elle se précipita en arrière pour prendre un peu de recul. Elle fit claquer sa langue de satisfaction en faisant tourner son poignard entre ses doigts. C’est ainsi qu’elle l’accueillit : tête haute, regard brillant, le cœur galopant avec excitation : enfin un peu de divertissement!
« Salut toi… c’est sympa de ta part d’interrompre tes emplettes pour venir danser ♥️
J’espère pour toi que tu assures un minimum, parce que l’ennui a souvent tendance à m’agacer! »
    La plupart des personnes qui avaient été présentes dans le lieu s’étaient esquivées, préférant sauver leurs peaux que de profiter d’un duel qui se promettait pourtant spectaculaire. Sayuki ne s’en formalisait pas et continuait son odieux manège. Elle observa tour à tour la robe volée et l’inconnu. Un sourire railleur fendit soudain son visage.

« Allez, viens la chercher si tu y parviens. Je suis certaine qu’elle t’ira à merveille! »
    Peut-être qu’être trop sûr de soi peut conduire à sa perte, mais elle s’en souciait guère : perdre n’était pas un mot de son vocabulaire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Let's play <Naoki>   Ven 21 Mai - 19:47

Si on avait du résumer sa situation vulgairement, on eut pu dire que Naoki était dans la merde.
Il faisait face à un adversaire plus puissant qu'il ne l'aurait cru au premier abord.
De plus, il n'avait pas trop l'habitude d'affronter ce genre d'adversaire. Le type vif et fluet convenait mieux au combat de rue qu'au champ de bataille. C'est aisément compréhensible, à trop se rapprocher de son adversaire, il y aura toujours un autre ennemi sur le coté pour finir le travail. En un contre un par contre, les petits rapides sont de redoutables adversaires, maniant la plupart du temps des armes courtes comme le faisait la jeune fille, il fallait se méfier et les garder à distance car s'ils étaient trop proche, la maniabilité de leur arme décidait du combat.

Quoi qu'il en soit, elle semblait décider à en découdre, le temps que Naoki arrive à son niveau, elle avait déjà fait mordre la poussière aux trois autres gardes. De plus il avait pu constater son effrayante vitesse, sa force n'était pas non plus si risible que ça puisqu'elle avait hissé toute la masse de son corps en haut du toit sans la moindre difficulté. Tout en restant dangereuse, elle n'avait cependant pas l'air de manier son arme avec une dextérité particulière. Ce n'était donc pas une femme vivant de ses rapines d'autant qu'elle ne semblait pas tenir plus que ça à son butin: elle l'avait agité devant lui d'un air provocateur. Sans doute sans se douter qu'il se moquait bien du devenir d'un malheureux bout de tissu...

Elle avait dégainé son arme, peut être ne savait elle pas qu'un tel acte, pour un homme de guerre, est irrémédiable. Il ne faut jamais sortir une arme de son fourreau avant d'être résolu à s'en servir car si on se retrouve contraint de l'utiliser, il n'y a plus d'échappatoire possible.
Elle portait une dague légère et ne semblait pas avoir d'autre arme sur elle. Naoki l'observa un instant. Puis, il porta la main dans son dos et saisit son épée. Vouloir jouer au négociateur désarmé n'était pas dans ses habitudes.
La confiance qu'affichait la jeune fille ne l'inquiétait pas, il avait lui même quelques tours en réserve et n'avait jamais hésité à les utiliser si le besoin s'en faisait sentir. Ce qui l'inquiétait plus, c'était le poids de son équipement par rapport à la vivacité manifeste de son adversaire. Sa meilleure arme semblait être sa portée, de plus, son adversaire risquerait d'avoir du mal à résister aux coups puissants qu'il donnait avec son épée.

* A condition que je l'atteigne * ajouta-t-il pour lui même en se remémorant la ridicule défaite de ses homologue de la sécurité publique

Il jeta un œil autour de lui pour analyser les échappatoires possibles. Il n'allait pas la laisser s'échapper dans le cas ou il prendrait le dessus pendant le combat. L'échoppe sur la gauche pourrait fournir une opportunité de fuite mais il savait qu'il était impossible de monter à l'étage à partir de la boutique et que la cour intérieure donnait sur une rue sinueuse ou le combat serait probablement plus à son avantage. Pas de soucis de ce coté là donc...
Ensuite, les toits, Naoki ne pouvait pas faire grand chose pour bloquer cette issue et la facilité avec laquelle elle s'y était hissé lui faisait dire qu'en cas de problème, c'était probablement l'issue que la damoiselle préfèrerait. Enfin, dernière possibilité de fuite: la foule. Il ne se faisait pas de souci de ce coté là, les citoyens ont suffisamment de jugeote pour ne pas vouloir rester près d'une jeune fille arme au poing, aussi jolie soit elle.
Se mettant en garde, il adressa la parole à la damoiselle:

- Nous ne gagnerons rien à répandre le sang, gardez votre insignifiante étoffe si vous en avez envie mais j'exige que vous veniez vous excuser devant moi-même et le reste des gardes pour votre attitude arrogante!

Bien sur, il ne voulait pas qu'elle abandonne, l'adrénaline commençait à monter et sa soif de combat cherchait à s'exprimer. De tout de façon, elle ne le ferait pas, c'était tellement évident! Elle se donnait des airs hautains et provocateurs, elle ne se rabaisserait pas à s'excuser devant ceux qu'elle devait surement considérer comme une bande de cul-terreux ignorants.

Il esquissa un sourire et s'approcha prudemment, décidé à maintenir le maximum de distance entre lui et son adversaire.

Les badauds avaient stoppés leur lente procession, les curieux s'amassaient en respectant un périmètre invisible. Un combat attire toujours du monde mais au mois avaient-ils la décence de leur laisser l'espace nécessaire à la confrontation qui allait fatalement avoir lieu.
Ils se faisaient face, occupant environ la moitié de l'avenue, la jeune femme était situé près du mur, autour d'elle, le corps des trois hommes. Naoki espérait bien qu'ils reviendraient l'aider car ils n'avaient pas été touché sévèrement et un seul d'entre eux s'était fait estourbir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Let's play <Naoki>   Ven 28 Mai - 15:01

♥️ Sous les yeux de la foule curieuse...
    Le blond avait dégainé son énorme épée, l’air sûr de lui. Il semblait alors plutôt pour l’idée du petit combat d’échauffement, même si cela pouvait très bien s’avérer finir en véritable carnage. Cela promettait d’être intéressant, cependant Sayuki savait qu’un coup de l’arme si massive de son opposant ne pardonnerait sûrement pas une quelconque baisse d’attention de sa part. Il suffirait alors d’une ouverture, ou seulement une légère faille dans sa garde et son attention pour qu’elle se retrouve à terre, écrasée sous un poids monstrueux. Même un roc imposant devait faillir sous les coups si puissants que promettait le fer aiguisé. La svelte combattante se surprit à ressentir un semblant d’admiration pour celui qu’elle allait affronter, surtout devant l’aura de brave aplomb qu’il dégageait. Son regard brilla d’une hardiesse nouvelle : non, elle lui ferait bien vite mordre la poussière pour prouver qu’il était loin de mériter ce honteux sentiment de sa part. Elle voulait jouer et elle voulait un bon adversaire, certes mais… Elle voulait gagner aussi. Sayuki l’observa alors en détail, appréciant son allure de guerrier mais espionnant surtout ses gestes. Il parut chercher quelque chose en regardant autour de lui : peut-être vérifiait-il une issue qu’elle était susceptible de prendre ou un échappatoire pour lui-même… Seulement elle avait du mal à l’imaginer prendre les jambes à son coup. Elle osait le ranger dans la catégorie de ceux qui préfèreraient mourir plutôt que de fuir. Mais qui sait? Peut-être était-il au font un lourdaud sans assez de courage pour aller titiller la faucheuse. Et Sayuki, l’était-elle? La vérité c’est que cela dépendait fortement de la tournure des évènements. Fuir ne la gênait pas, mais sa superbe la poussait parfois à aller jusqu’au bout. Aussi jeta-t-elle un regard autour d’elle de même que celui qui lui faisait face, pour répertorier les issues. Elle remarqua alors que la foule s’amassait autour d’eux, plus compacte qu’elle ne l’avait prévue. Elle aurait pu s’assombrir à cette découverte mais, au contraire, elle se félicita d’avoir un publique digne de ce nom pour la probe victoire qu’elle s’apprêtait à remporter. L’ex Kyoujin fut prise d’un petit rire ironique lorsque le soldat lui proposa de se rendre, chose à laquelle elle était loin de s’attendre.
« Toi-même ne pense pas un mot de ce que tu dis, allons… Oui, je veux combattre. Et toi aussi, je me trompe? »
    Sayuki agrémenta sa subtile provocation d’un air hautain. Elle avait par contre eu une légère moue amusée en comprenant que la robe et bien… Il n’en avait rien à faire. Aussi elle pivota prestement sur un pied, ignorant avec cran le solide guerrier qui se tenait alors dans son dos. Il n’en voulait pas? Et bien tant pis, et autant mettre à l’abris la précieuse étoffe afin qu’elle ne soit pas froissée lors du combat. Elle la plia soigneusement, niant totalement la menace qui planait sur elle, ressentant même une pointe d’excitation à frôler ainsi le danger. Pourtant, elle savait que l’honneur qu’avait son futur adversaire, à voir la fierté dans son allure, l’empêcherait sûrement de l’attaquer alors qu’elle était retournée. Il n’y avait normalement rien à craindre donc, mais le doute restant fit galoper son cœur avec délice. Elle déposa son butin sur un rebords de fenêtre avec une étrange délicatesse, comme si elle savourait l’instant en attendant ce qui était à redouté. Mais rien ne vint. La jeune demoiselle revint alors à sa place, débarrassée de son fardeau et donc plus libre de ses mouvements. Après tout, c’est son habilité qui était son plus grand atout alors pouvoir se mouvoir sans embrassement ne pouvait qu’être positif. Son regard pétillant se posa sur lui. Prêt d’elle, au sol, quelques-uns de ceux qu’elle avait éliminé de la course remuèrent en grognant, mais elle n’en tint pas compte. Eux deux se faisaient face, et leurs airs concentrés mais ravis laissaient entendre qu’il ne fallait pas les déranger. C’était leur affaire. Leur duel.

    La demoiselle attaqua en première, bondissant de quelques pas vifs à la rencontre de son ennemi. L’ivresse irrésistible du combat s’empara d’elle dès la première foulée. Avant d’atteindre son but, elle se déporta soudain sur le côté en prévoyance d’une coupe défensive d’épée, car après tout il avait eu tout le temps de la voir venir. Elle ne vit pas si cela servit, trop concentrée sur son mouvement suivant : faire volte-face dans le dos de l’adversaire pour planter une première fois sa lame dans la chair. Un assaut initial, et déjà décisif. Jamais une pareille tactique avait échoué. Jamais une pareille attaque n’avait pas porté ses fruits. Jamais un pareil coup n’avait manqué sa cible. Quelle ne fut pas alors sa surprise lorsque le choc attendu ne vint pas! La dague fendit l’air sans rien rencontrer sur son chemin et Sayuki, emportée par son élan, chancela en avant. Elle reprit péniblement ses esprits en prenant garde à ne pas se laisser surprendre pendant ce moment de faiblesse, et, l’étonnement passé, tenta furtivement de comprendre ce qu’elle avait manqué en regardant autour d’elle, sourcils froncés. La foule retenait son souffle, certains presque blêmes et d’autres osant brailler quelques mots incompréhensibles. Encouragement ou insultes? C’était bien la dernière chose dont elle se préoccupait. Où était… Il lui fallut brusquement sortir de ses pensées pour esquiver un coup inattendu. Elle raffermit sa poigne sur sa propre arme et, avisant à nouveau le jeune soldat, repartit à la charge en étant cette fois bien décidée à ne pas se laisser avoir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Let's play <Naoki>   Sam 5 Juin - 0:44

« Toi-même ne pense pas un mot de ce que tu dis, allons… Oui, je veux combattre. Et toi aussi, je me trompe? »

Ces paroles étaient parfaitement exactes.
La damoiselle parlait toujours en affichant une pleine confiance en soi, sans doute fondée d'après les malheureux au sol. Néanmoins, Naoki n'appréhendait pas le combat. La vie paisible de la capitale à ses charmes, sans nul doute, par exemple la quasi-certitude d'être encore vivant le lendemain, une qualité remarquable s'il en est qu'on ne pouvait apprécier qu'après un stage en première ligne. Mais le jeune homme n'allait certainement pas refuser une petite montée d'adrénaline qui le distrairait surement. En tout cas, il n'avait pas peur pour sa vie, la jeune femme était une chapardeuse mais pas une meurtrière.
C'est donc avec un léger sourire aux lèvres qu'il aborda le combat. Pas question pourtant de relâcher son attention, la vitesse de son adversaire ne lui pardonnerait probablement pas.

- Alors on est parti.

C'était à peine un murmure qu'il ne destinait qu'à lui même, comme une manière de donner le départ du combat, le petit bruit de gong qui annonce le début du round.
Son adversaire ne l'avait pas attendu, après avoir plié la robe d'un air de défi en lui tournant intentionnellement le dos, elle avait avait chargé pour porter sans sommation un coup qui s'annonçait dangereux.
Si Naoki n'aimait pas trop affronter ce genre d'adversaire, elle ne devrait pas trop apprécier non plus, avec la portée dont il disposait, elle était obligé de prendre l'initiative afin de réduire la distance qui les séparait. Le soldat se débrouillait plutôt bien au corps à corps mais il jugea que l'avantage de la distance était le plus sûr et le plus efficace pour ne pas prendre de risque. Aussi, lorsqu'elle fut à portée de sa lame, il se retint de porter un coup de à l'horizontale du plat de l'épée et se décala de deux pas tout en gardant son épée en opposition, la lame collée contre le corps, à la verticale et tournée vers le bas, il avait la garde juste sous le visage ce qui lui permit d'observer la fin du mouvement de son adversaire.
Grand bien lui en fit.
S'il s'était engagé dans ce coup d'épée, il n'aurait sans doute pas eu le temps de se retirer, avec les conséquences qu'on imagine en encaissant un coup de dague dans le flanc. En tout cas, Naoki devint plus soucieux, le coup n'avait rien des petits coups de pommeau dont elle avait gratifié les gardes. Non, ce coup là était très agressif et visait le ventre. Les blessures au ventre sont souvent fatales car elles endommagent les entrailles ce que personne ne sait soigner. De plus, la mort suite à une blessure au ventre est lente. Et douloureuse.

Il y avait malgré tout un problème dans le mouvement de son adversaire, elle avait l'air très sûre d'elle au moment de la charge mais ce mouvement était plus dangereux pour elle que pour lui. En effet, elle avait continué sa course jusqu'à se trouver derrière la position du jeune homme afin de lui asséner un coup en se retournant. Mais cela supposait un passage au corps à corps ou elle n'avait même pas cherché à se protéger. Un simple coup de paume aurait pu la dégager et interrompre le mouvement en la déséquilibrant. D'autant que la demoiselle était fluette et Naoki se savait la force de la déséquilibrer dans sa course en la poussant d'une main même si le maniement de son épée ne lui laissait que la gauche de libre. Peut être comptait-elle sur sa vitesse pour que l'adversaire n'ai pas le temps de réagir, ou n'avait-elle jamais eu à affronter de combattant chevronné qui aurait aussitôt profité de la faille, en tout cas, Naoki ne laisserait pas passer une telle opportunité une seconde fois, s'il pouvait la neutraliser sans avoir à tacher sa lame, ce serait mieux. Il ne se faisait pourtant pas trop d'illusion, la pugnacité apparente de la damoiselle lui faisait dire qu'elle ne cèderait pas au premier coup.

*Elle pense peut être qu'avec une arme de cette taille, je dois forcément la tenir à deux mains et donc que je ne peut pas frapper au corps à corps.*

Il résolut de lui montrer le contraire.

La foule appréciait le spectacle et c'est un vivat qui s'était élevé lorsque la jeune femme avait lancé le premier assaut. Naoki n'était pas du genre à se faire voler la vedette, il répliqua donc en profitant de la perte de repère temporaire dont elle semblé affectée.
D'un vaste balayage du bras droit, il entreprit de la faucher au niveau des jambes. Mais Naoki était resté prudent, une attaque à l'horizontale l'aurait exposé à une contre-attaque par un saut c'est pourquoi il n'avait fait qu'incliner la lame, il gardait ainsi la garde à hauteur de son torse pour lui permettre de rabattre l'épée entre entre les deux duellistes.

Évidemment, il ne brassa que le vide, elle avait effectué un petit saut pour se maintenir en retrait. Au moins, Naoki bénéficiait à nouveau de l'avantage de la distance.
Regardant autour de lui, il réalisa qu'il fallait que le combat s'arrête, du moins, temporairement. La foule s'était resseré et l'aire de combat devenait un peu trop exigüe à son goût. D'autant qu'avec une arme dans la sienne, un mouvement malheureux et il aurait tôt fait de blesser l'un des badauds.
Les positions s'étant inversée, le soldat se trouvait maintenant dos au mur, il entreprit de reculer pas à pas vers l'habitat de bois et de pierre. Ou plus précisément, il reculait vers le rebord de fenêtre sur lequel était déposé la robe.
Il aperçut une lueur de compréhension chez la jeune femme mais il était trop proche, il s'en empara tout en veillant à ce qu'elle ne s'approche pas trop. Il lui adressa alors la parole:

- Je ne sais pas si tu veut la robe ou continuer le combat mais quoi qu'il en soit, ce ne sera pas ici, à nous battre ainsi, nous allons forcément blesser un innocent.

En achevant cela, il se précipita vers le coin de la maison. Il allait monter sur le toit en profitant de son don mais il fallait qu'il reste discret, Naoki essayait toujours de masquer son talent dans la mesure du possible. Si l'adversaire ne comprends pas les mouvements qu'il effectue, il ménage un effet de surprise en plus de le déstabiliser.
Une légère crainte l'envahit, avec sa vitesse, elle pourrait le rattraper et lui planter sa dague dans le dos. Ce ne serait pas les scrupules qui l'en empêcherait, elle avait déjà essayé. Il n'avait que deux enjambées à faire avant d'atteindre le coin de la maison, même avec sa vitesse, le temps qu'elle réagisse serait suffisant pour qu'il y parvienne sans encombre, de plus, il la tenait à distance grâce à sa longue épée et elle état plus petite, la jeune femme avait au moins quatre enjambées à faire. Tout devrait bien se passer, du moins en théorie...

*Oui, ça va passer! Pas de souci, mais faut foncer!*

La maison n'avait qu'un unique étage mais aucun appui pour y monter. Il courut jusqu'au coin et se jeta dans la ruelle, se servant de la poutre qui soutenait l'angle de la maison comme d'un appui pour tourner. Étant ainsi soustrait aux regards, il prit une ou deux impulsion sur un escalier invisible et finit par bondir sur le toit.

Il se retourna, inquiet.

Ou était-elle maintenant?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Let's play <Naoki>   

Revenir en haut Aller en bas
 
Let's play <Naoki>
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» 05. The games we play
» Guide pour étoffer votre rôle-play
» Nano. Role Play !
» Billy Bat par Naoki Urasawa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eldenia Sekai ♔ :: Royaume de Pallengad :: Pallengad-
Sauter vers: