RPG ~ Manga Médiéval-Fantastique.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hidding life, hidding heart. . .

Aller en bas 
AuteurMessage
Madara Daïr'Shag

avatar

Féminin
Nombre de messages : 76
Age : 26
PUF/pseudo : Arob@ze
Localisation de votre perso : Trouvera, trouvera pas !
Petite Phrase : Je tu ma phobie dans la désharmonie

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Hid life, hid heart. . .   Sam 13 Mar - 14:43

Ordre de passage : Moi, Kioku et Saku ^w^

• C'était par un triste après midi de printemps, le ciel était d'un gris plomb, le vent soufflait, agitant violemment la cime des arbres, pliant à terre buissons et arbustes divers, le ciel balayait la terre de sa divine colère.
Moi, je quittais Stonefolm emmitouflé dans mon déguisement de fortune : une longue et lourde cape noir traînant à terre, et dont le bas était déchiquetée par endroit ; je portais également un masque en os percé de deux fentes derrière lesquelles luisaient un regard profond dont les iris d'un mordoré liquide étaient fendu par une pupille de jais.

Comment avais-je fabriqué ce masque ? tout simplement en usant de ma fabuleuse capacité qui est, en plus de pouvoir sortir mes os de mon corps, de pouvoir leur donner n'importe quelle formes. Comme quoi, cela ne me servait pas toujours à combattre.

. . .

Je suppose également que vous vous demandez sûrement comment je me débrouillais pour dissimuler des preuves de ma personne aussi énormes et encombrante que ma ramure, mes ailes, ou encore ma queue hein ?
Pour l'une c'était simple, pour les deux autres, un peu plus compliqué.
Vous avez sans doute pu remarquer que les cornes d'un animal sont enracinées dans son crâne n'est-ce pas ? et que par conséquent, elles possède un lien avec les os de cet animal, tout comme la dentition d'ailleurs. Eh bien pour moi c'est pareil, et comme mon pouvoir consiste a contrôler mes os, je peut facilement rompre ce lien et m'en défaire, cela me laissait environ 2 heures et quelque de répit, mais après ça elles repoussaient à une vitesse hallucinante, en 20 minutes à peines, elles avaient retrouvées toute leur superbe. Donc pas question de s'éterniser lors de telles escapades en villes.
Voilà, vous savez pour mes cornes, pour mes ailes, c'était une tout autre affaire, car je ne pouvais m'en défaire, il fallait pour cela, que je mes enroule autour de moi tout en les plaquant au maximum contre mon corps exactement comme le fond les chauve-souris.
Quand à ma queue, c'était à peu près le même principe à peu de choses près, je l'enroulais autour de ma taille.

Le tout me donnait il fallait le dire une silhouette assez burlesque de bossu longiligne, un peu ventru, à la démarche lourde et lymphatique (pas facile d'avancer empaqueté comme ça). Mais après tout, ce n'était pas plus mal, qui irait soupçonner un vieillard en difficulté motrice je vous le demande . . . à priori, pas grand monde.

L'illusion était parfaite certe , mais le confort laissait grandement à désirer, mon déguisement était pour moi, ce que le corset était aux femmes : terriblement raide et étouffant.
Je n'avais qu'une envie : m'en débarrasser.

Et c'est luttant contre le vent que je marchais aussi vite que me permettais cette désagréable posture.
Car il fallait d'abord que je m'éloigne de cette foutue ville, si quelqu'un venait à découvrir mon identité, j'vous dit pas les ennuis !

Ainsi donc, je marchais, seul . . . enfin, pas tout à fait, Noah, était avec moi, blottit dans la sacoche en cuir suspendu à la ceinture de mon pantalon.

-"Veinard !" pensais-je en faisant la moue derrière mon masque, il avait la belle vie le petit, il ne faisait que manger, boire, dormir, se laisser porter et courir après tout ce qui bougeait, pendant que moi, je me démenais chaque jour pour rendre ces terres un peu plus viable.
Eh oui, car en tout bon chasseur de prime qui se respectait, je contribuait à faire régner l'ordre et la justice aussi bien à Pallen' qu'à Stone' en traquant les criminels.
Je rendais service à la communauté, mais j'étais bien loin de faire ça par plaisir, ce n'était qu'une manière comme tant d'autre de payer ma "dette".
Jeune, j'étais aveuglé par la haine, j'en voulais bien trop au monde pour écouter qui que ce soit, je donnais la mort pour un oui ou pour un non, à tour de bras, au grée de mes caprices, me forgeant une terrifiante et funeste réputation faite de chair et de sang : j'étais la mort incarné, mon nom seul suffisait à les faire trembler, quiconque le prononçait était damné à vie. Voilà pourquoi ceux qui avait encore le courage de m'évoquer parlait d'un certain Yaksha : le démon.
En effet, je pouvais me venter d'avoir foutue un sacré boxon, mais c'était finis tout ça, oui fini, terminer, révolu,seulement . . . on n'efface pas le passer surtout un comme le mien comme on efface un traits d'crayon scabreux; y avait pas de "gomme de la vie" fallait faire avec, je devais prendre sur moi, voir, comprendre, assumer et réparer le réparable, car si je ne pouvais rendre les innombrables vie que j'avais jadis impitoyablement dérobées, je pouvais au moins faire en sorte que plus jamais de telles ignominies ne se reproduisent, en traitant la source du problème que sont tueurs, voleurs et malfaiteurs en tout genre.
Certe, je n'avais pas assez d'une vie pour m'acquitter de cette "dette"; seul ma mort achèvera de la remplir entièrement.
Mais en attendant, j'avais à faire. Cette petite visite à Stonefolm n'était pas anodine, j'y prenais connaissance des nouveautés, je me renseignait en écoutant ce que l'on y racontait, c'est aussi là que je découvrais mes futures victimes dont les portraits accompagné de la description de leurs méfaits apparaissaient sous formes de multiples avis de recherche placardés un peu partout dans les rues.
Il fallait ensuite que je mène ma petite enquête afin d'en apprendre davantage sur eux et d'adapter mon comportements en conséquences. Les mesures que je prenais face à un simple voleurs étaient bien loin d'être les même que celles utilisées face à un tueur.

Cependant je finis par déboucher sur une petite clairière paumée au milieu de nulle part, isolée du vent par les nombreux arbres qui l'entourait, et où miroitait en son centre la surface azurée et cristalline d'un lac.
Mon sang ne fit qu'un tour, instantanément, je me souvint. C'était le Lac Fééria.
J'avais bien avancé mine de rien pour en arriver là, on était maintenant en fin d'après midi, vers 5h et quelques, comme quoi réfléchir, ça faisait passer le temps.

Je m'approcha de cette eau réputée magique, m'accroupis, en troubla délicatement la surface du bout des doigts avant de m'y abreuver. Je n'y avait pas encore prêté attention mais j'avais une soif d'enfer.
Cette eau me fit le plus grand bien, je me sentait bien, très bien même.
Me mirant un instant dans l'eau, je m'aperçut que la repousse de mes cornes avait débuter depuis un petit moment : elles avaient déjà atteint une belle taille, on pouvait aisément les voir pointer sous l'épais tissus de mon capuchon que je retira d'un revers négligeant de la main en même temps que le masque.
Juste en face de moi, comme derrière une vitre se tenait un homme au port altier, à l'imposante carrure me fixant de son splendide regard doré. Sa peau était grise, une opulente chevelure ébène d'où pointait une paire d'oreille pointu tombait avec souplesse sur ses épaules encadrant un visage taillé tout en finesse dont les traits volontaires mais élégants trahissait une beauté diabolique jadis pure et angélique.
Hormis mon teint grisâtre, mes crocs, mes jambes, mes cornes, ailes et queue de démon, mon apparence n'avait pas changée. Mais pour remarquer il fallait prendre le temps d'observer, ce que ne faisait plus les gens de nos jours.
Me redressant je déboutonna ma cape et déployant violemment mes ailes l'envoya voler au loin, libérant mon être de cette "prison". Je m'étira longuement faisant jouer chacun de mes muscle fin et ciselés tout ankylosés par ce cruel manque d'activité.

(Comme promis Nanako x3)


Dernière édition par Madara Daïr'Shag le Lun 12 Avr - 18:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kanashii Kioku

avatar

Féminin
Nombre de messages : 56
Age : 26
PUF/pseudo : Anako
Localisation de votre perso : Quelques part entre les deux royaumes

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Hidding life, hidding heart. . .   Sam 13 Mar - 17:20

[HJ : Nyaaa !! Mirci kit ^w^ Et désolée, suis nulle quand je vois ce que tu as pondu et ce que je fais *part se pendre*]

C’était une journée des plus banales pour Kioku. Enfin banale, dans la mesure où sa banalité reflétait un mode de vie en complète opposition avec ce que les humains appellent la « normalité ». C’était une notion qu’elle ne comprenait guère en fait, un concept qui lui était totalement étranger et abstrait. Ainsi ses journées qui pour elle avait un rythme familier, rassurant et pourtant si changeant lui semblaient banales, ordinaires.

Sa matinée, ou plutôt sa fin de nuit, avait d’ailleurs été un peu agitée. En effet, depuis peu elle s’occupait d’un bébé dragon, à peine sortit de l’œuf. Sa mère ayant disparu depuis on ne sait quel incident, elle avait laissé l’œuf seul sur les terres de sables. Kioku l’avait trouvé par hasard, lors d’une de ses nombreuses expéditions dans l’entre-deux-royaumes. Elle lui avait donc créé un nid à l’abri des prédateurs, car un nouveau-né n’ayant aucuns repères ni protection peut être la proie de n’importe qui ; elle lui donnait donc les rudiments d’une vie dragonienne comme le ferait une mère : marcher, manger, chasser, cracher du feu etc… Néanmoins, elle ne pouvait vivre constamment avec ce dernier, le climat étant peu adapté à ce que Kioku y vive perpétuellement, cela expliquait donc ses visites nocturnes.
Après s’être occupé du petit – et lui avoir laissé quelques jouets vivants – elle reprenait route vers la forêt du Phoenix sous les nuages sombres qui obstruaient le ciel pourtant clair durant la nuit. Ses fines oreilles se baissèrent face au temps qui s’annonçait. Une belle tempête de plusieurs jours se profilait.

Les gouttes commencèrent à tomber une à une puis par grandes bourrasques pliants les fourrés les plus fragiles, le vent sifflait a travers les embrasures de la caverne. Calfeutrée au fond de celle-ci, Kioku attendait que les souffles du ciel daignent s’apaiser. Au dehors, aucun animal, pas un bruit familier si ce n’est celui des claques froides et sèches contre la pierre humide. Pourtant un bruit étranger à ceux que Kioku connaissait brisait la symphonie du temps. S’approchant de la sortie qu’elle entre-ouvrit pour se prendre une violente rafale qui la fit reculer, elle sortit à petit pas, luttant contre la tempête. Son corps grelottait dans son maigre pagne et ses cheveux lui collait à la peau leur conférant des reflets rougeoyants. Elle fini par arriver à la clairière quand un épais tissus atterri brutalement sur Kioku, l’envoyant à la renverse. Assise au sol, s’appuyant d’une main tandis que l’autre retirait la sombre étoffe de son visage, elle observa les ailes qui s’étaient déployée au dessus d’elle.
Elles n’étaient pas tout à fait noires, ni grise, juste comme la nuit au reflet bleuté. Se relevant en laissant la tunique au sol, elle l’enjamba avant d’agripper avec douceur le bout de l’une d’elle. Kioku caressa des doigts ce cuir épais, granuleux, un peu rêche et pourtant souple. Elle semblait intriguée et son cœur battait la chamade alors que ses yeux pétillaient. A aucun moment elle ne pensa où elles étaient accrochées, ni même à qui elles appartenaient. Elle s’extasiait simplement devant la superbe de celles-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hidding life, hidding heart. . .   Jeu 25 Mar - 16:42

[Voila alors c'est pas terrible, vraiment pas terrible....Désolée pour le retard de la réponse aussi !
---->Madara c'est super extra mega long ton truc !!^^ Et le contenu est a la hauteur Razz]

La pluie tombe et aucun oiseau ne chante.Les sombres nuages qui recouvrent le ciel entame une symphonie douloureuse que celle du tonnerre.Les larmes de nos amis les nuages se tassent, annonçant une innondation. Le vent lui, nous apporte violemment les gouttes de pluie et semble lavé nos pêcher. Pourtant certaines personnes n'ont pas consience de tout cela et préfère se barriquader chez eux, a l'abrit ignorant les intentions de la pluie.

Sakuya Observée l'eau montée petit a petit, mais a une vitesse phénoménale.Tou le monde s'en aller, la peur d'être "sali" par la pluie. Mais la jeune fille resta, elle, attendant d'être purrifiée, le pardon de tout ses pêchers et l'excuse d'être un "monstre"....
Elle ne pouvait pas s'en empêcher, elle avait envie de récidiver, de retrouver le plaisir qu'elle avait a tuer ! Elle s'en voulait terriblement, ces meurtres, tout ces corps gisant sur le sol la rendait heureuse. Avant elle n'aurait pas hésiter a tous les pognardait avant même qu'ils ait eu le temps d'avoir mal, mais cette rencontre la torturait.
Souffrir pour plus de Plaisir. Il faut savoir renoncer a certaines choses pour en gagner d'autres. Mais a quoi devait elle renoncer ?!

Elle frappa violemment du poing un mur de la ville, resta comme cela un instant, puis partie dans la direction du lac Fééria.
Sakuya trouvait ce nom ridicule "Fééria", mais pourtant elle comptait y trouver des réponses...
Quelques cris de gens affolait par la tempête l'énerva mais le reste du chemin se fit dans un monde calme et blanc. Quand elle avançait elle fermait les yeux et essayer de ne pas pleurer.
La jeune fille se posa alors une question : "Suis-je réellement un monstre ?"
Et elle se donna une réponse : "Si cela est vrai, je dois trouver un monstre, aux intentions aussi sanguinaires et aux rêves aussi noirs que les miens..."

Une fois arrivée au lac elle s'arreta net avant l'étendue d'eau et s'accroupie. Elle ouvrit enfin les yeux et contempla son reflet, elle plongea sa main horrifiée et se releva net prête a pleurer toutes les larmes de son corps. "Akuma ! Sakuya Akuma dess !!!"
Toutes ces paroles refesait surface et une vieille blessure était entrain de se rouvrir.
Mais elle n'eut pas la force de pleurer,pour une raison très simple : elle apperçut une autre présence, en face d'elle, une autre personne mais tellement semblable.
"Je suis l'esprit mais pas le physique..."et mon coeur et de pierre....

C'est Madara qu'elle apperçut, son apparence était...Monstrueuse !Pourtant elle n'était pas effrayer mais plutot "attirée" par le jeune homme.Alors qu'elle s'avançait dans le lac pour aller le rejoindre, une grande bourrasque lui fit voler sa capuche et mit a découvert son unique oeil couleur sang et ses longs cheveux blancs.A ct instant elle se stoppa net et essaya tant bien que mal de se cacher...
Revenir en haut Aller en bas
Madara Daïr'Shag

avatar

Féminin
Nombre de messages : 76
Age : 26
PUF/pseudo : Arob@ze
Localisation de votre perso : Trouvera, trouvera pas !
Petite Phrase : Je tu ma phobie dans la désharmonie

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Hidding life, hidding heart. . .   Sam 27 Mar - 15:33

• Alors que je m'étirais de tout mon long, déliant mon corps engourdis, je sentis quelque chose agripper et palper la pointe de mon aile gauche.
Ce contacte totalement imprévue me fit presque sursauter en raison du violent frisson qui me parcouru de haut en bas.
La surprise passée, je ne me retourna pas immédiatement. Qu'avais-je à craindre, j'étais bien plus dangereux et effrayant que tout ce qui grouillait sur ces terres . . . hormis peut-être les dragons. Seulement, un dragon m'aurait grillé directe sans prendre le temps de venir me chatouiller le bout de l'aile gauche. C'est pourquoi je ne m'en fit pas plus que cela, grognant en moi même :

-"C'est pas vrai ! qu'est-ce qu'on vient encore me casser les noisettes ! qu'ai-je donc fait au bon Dieu pour mériter ça ! quelques minutes de répit, c'est tout ce que j'demande ! c'est pas sorcier tout d'même !"

J'eut un long soupir de lassitude avant de me retourner tranquillement pour voir de quoi il s'agissait.
Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir là une jeune femme d'une vingtaine d'année qui examinait mon aile avec une certaine fascination mêlé de ravissement.
Bon sang mais qui était elle pour se comporter ainsi ?! ne me connaissait-elle donc point ?! n'avait-elle jamais entendu parler de Yaksha l'homme-démon, le fléau des humain ?! . . apparemment non . . . d'ailleurs vu la simplicité de ses vêtement, on devinait aisément que ce n'était pas une citadine, mais plutôt une sorte de sauvageonne. Pas étonnant qu'elle ne sache pas à qui elle avait à faire si elle n'avait pas mis un pied en dehors de sa brousse profonde.
Quelque part, cela me rassurait d'assister à ce genre de comportement. Cela signifiait que je n'avais finalement pas traumatisé le monde entier comme je le pensais.
Mais, ce qui me troublait le plus, c'est qu'au delà de ma réputation qui lui était visiblement inconnu, mon apparence de démon ne l'effrayait pas le moins du monde, au contraire, elle semblait s'y intéresser plus qu'autre chose.

Un sourire amusé étira mes lèvres sombre tendis que je repliais mes "extensions aériennes" contre moi, ôtant avec douceur la pointe de mon aile gauche d'entre ses mains délicates.

-Bonjour mademoiselle, en quoi puis-je vous être utile ? demandais-je avec ma douceur et ma politesse habituelle. Mon regard doré planté dans le sien.

Mais, à peine eu-je le temps de prononcer ces paroles, que des bruits de pas sur ma gauche mêler au froissement d'un tissus souple gonfler par le vent détourna mon attention.
Une autre jeune fille s'avançait luttant contre le vent. Sa capuche avait été violemment rejeté en arrière et sa longue chevelure d'un blanc immaculé dansait derrière elle au rythme des coups de vent qui lui fouettait le visage. On dirait qu'elle cherchait à se cacher.

-"Arf quoi encore ! comme si une ça suffisait pas déjà ! voilà qu'une deuxième débarque ! et puis c'est d'un discret en plus ! comme technique d'approche j'ai vu mieux ! . . moi qui voulait simplement avoir la paix, j'espère qu'il y en à pas d'autre !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kanashii Kioku

avatar

Féminin
Nombre de messages : 56
Age : 26
PUF/pseudo : Anako
Localisation de votre perso : Quelques part entre les deux royaumes

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Hidding life, hidding heart. . .   Sam 27 Mar - 17:18

Sa main caressait toujours le cuir épais et souple de l’aile, lorsqu’un frisson titilla sa main. Kioku fut alors surprise, elle avait en effet agit avec tant de familiarité qu’elle fut mal à l’aise. Néanmoins sa main ne lâcha pas le bout de l’aile et elle entrouvrit la bouche pour s’excuser auprès de ce qu’elle pensait être un magnifique dragon et surtout… le rassurer.

« Je… Ce n… »

Elle ne termina pas sa phrase, car telle ne fut pas sa surprise en découvrant que le magnifique reptile couleur bleu nuit n’était en fait qu’un… humain ?!? Et ce dernier la fixait de ses yeux d’or fondue. La surprise passée, elle était intriguée. Jamais elle n’avait connu un humain comme lui. Sa tête hocha légèrement sur le côté, le détaillant de la tête au pied, analysant le moindre recoin de peau. Un seul mot lui vint en tête : « sublime ». Elle ne comprenait pas pourquoi, ni comment un tel être pouvait exister et n’en avait au fond que faire. Il était, point. Ses yeux, se posèrent finalement sur son visage pour y rester. Ses cornes d’un noir d’ébène luisaient sous la pluie et chaque striure dues à de quelques (més)aventures semblaient leur conférer une force et un attrait mystique, mélange de douleur et de maturité. Ses cheveux de jais coulaient sur son visage aux traits fins et sévères, et au milieu de toutes ces ténèbres, des yeux miroitants.
Kioku avait l’impression de s’y fondre et d’y plonger tant et si bien qu’elle oublia le reste. Malheureusement, le mouvement qu’inclina l’aile du jeune homme la ramena ici, au milieu de cette tempête sur les bords du lac. Elle ne comprit pas le sourire et mit du temps pour les paroles de ce dernier.
« Je… Euh… Exc… » Balbutia-t-elle, perdant les mots que Kaede lui avait appris avec tant de patience. « Ex… Excusez… moi… Je… »

Par chance, une nouvelle venue lui sauva la mise, distrayant le ténébreux qui se détourna d’elle. Pourtant, Kioku bondit trois mètres en retrait. Une odeur familière émanant de cette dernière, familière et pourtant désagréable comme quand un animal meurt et que sa putréfaction reste présente malgré la pluie.
Elle grogna envers celle-ci. Certes, elle n’avait pas l’uniforme des monstres de son enfance, mais elle en avait l’odeur. Cela voulait bien dire quelque chose, et elle ne serait pas la première à être attaquée cette fois, elle se l’était juré.

(HJ : Désolée s'il y a des fautes, mon ordi est en train de mourir -_-')
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hidding life, hidding heart. . .   Sam 10 Avr - 1:06

Elle finit tout de même par enlever ses mains de son visage et observa Madara. Elle equarquilla les yeux et n'eut qu'un mot a l'esprit :

"Un...monstre ?!"

Elle se reconnut en lui, un monstre, comme elle, voila tel était son ressentiment, un monstre exterrieur qui ne chercher qu'a être considérer comme une personne "normale".

¤Non je ne dois pas penser ça, jamais je ne dirait de quelqu'...¤

Mais alors qu'elle se perdait dans ses pensées Saku' revint a la réalitée quand le jeune homme replia ses ailes. Il dévoila alors une deuxieme personne, qui elle, semblait tout a fait "normale".Normal, ce mot la répugnait, qui peut décider que telle ou telle chose est normale ?
C'est parce qu'on tue qu'on sort de la normale ? Ou alors parce qu'on est né avec les cheveux blancs ?
Non, nous sommes tous pareils, quand on nait on est tous égoiste. Tout ce que nous voulons c'est manger dormir et que quelqu'un nous surveille, des que une de ces taches n'est pas remplie nous pleurons temps et temps que l'on finit par obtenir ce que l'on veut.
C'est notre éducation, nos rencontres et nos envies qui font que l'on est nous.

La jeune fille au loin avait une drôle de couleur de cheveux, et entre deux bourrasques Sakuya arriva a distinguer clairement. Bl...Blanc !Malgrès les différents reflets leur couleur initiale était blanche !Pourquoi ces deux personnes la représentait tant ?
Les deux personnes qui se trouvaient la lui semblait si proches, et si lointaines a la fois...Elle s'aperçut que la jeune fille semblait retissante, ce qui semblait pour elle logique.
Elle resta planter, elle attendait la moindre indication de leur part "Je les vois tous changés, il n'y a que moi qui suis restée la même, je stagne encore et encore dans la haine."
Incapable d'avançée "incapable de changer".
Sakuya ne pourra bientôt plus sourire, il ne lui resta qu'a s'effacer, a renoncer.
Elle songea a la possibilité de se noyer dans le lac dont l'eau avait une température, glaciale.
Mais sa dignité la retint.
Sayu' se décida finalement avancer, chacun de ses pas la faisait souffrir interrieurement et extérieurement...
De temps en temps elle avait l'impression qu'elle s'écroulait mais ne renonça pas pour autant.

Quand elle fut arriver de l'autre coter de la grande étendue d'eau Sakuya s'effondra tout en regardant les inconnus.Elle fut tenter a plusieurs reprises de fermer les yeux, fatigués par la traversée et le chemin d'avant.Elle regarda les inconnus un gout amer a la bouche.L'esprit brouillé et enfumé elle s'écroula baissa la tête et murmura :

-"La race humaine Connait tout sur tout, enfin..presque. A vrai dire quand ils rencontrent l'inconnu ils ont peurs, ils décident alors de les rangés dans la classe des "monstres".Comme ça ils savent qui est cet inconnu et comment l'affronter. Cette peur devient vite de la haine et alors ces monstres sont condamnés a mort."

Après avoir finit son petit discours elle releva la tête puis regarda la jeune fille sur ses gardes.Ensuite elle interpella le jeune homme :

-Etes-vous une de ces personnes qui ont été rangées du côter des "monstres" ?
Revenir en haut Aller en bas
Madara Daïr'Shag

avatar

Féminin
Nombre de messages : 76
Age : 26
PUF/pseudo : Arob@ze
Localisation de votre perso : Trouvera, trouvera pas !
Petite Phrase : Je tu ma phobie dans la désharmonie

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Hidding life, hidding heart. . .   Dim 11 Avr - 16:05

• A mon grand soulagement, je constata qu'elle savait parler . . . mais visiblement elle ne savait que me répondre.
Elle était gêné cela se voyait comme le nez au milieu de la figure. Je souris de nouveau, amusé.

Mais a peine m'étais-je tournée vers la nouvelle venue que la sauvageonne bondit d'au moins trois bon mètres en arrières, grognant comme un animal.

Moi j'observais la scène, déconcerté, mon regard allant de l'une a l'autre pour finalement s'arrêter sur l'inconnu au loin, qui luttait contre le vent.

Se connaissaient-elles ?où était-ce une réaction purement défensive de la part de l'autre ? pourtant elle n'avait pas réagit comme ça face à moi, moi qui était bien plus terrifiant que cette jeune fille au cheveux blanc, qui a première vu avait l'air tout à fait normale.
Cela signifiait donc quelque chose . . . quoi ? je n'allait certainement pas tarder à le découvrir . . . mais en attendant, il y avait une chose dont j'étais sur, c'était qu'il ne fallait jamais se fier aux apparences . . . JAMAIS ! et je parlais en connaissance de cause . . .

J'attendis que l'autre que l'inconnu s'approche, surveillant la sauvageonne du coin de l'oeil, prêt a intervenir. Je ne voulais surtout pas d'une baston.

Les cheveux immaculé de la jeune fille qui jusque là dissimulait son visage laissèrent entrevoir un oeil unique qui me fixait avec une certaine intensité, rouge comme cette liqueur de vie que les hommes appelaient "sang". Cette fille était albinos et borgne en plus de ça . . . pas facile a vivre, mais bon . . . je connaissais pire . . .
A mon tour je planta mes iris dorées de prédateur dans son oeil vermeil lisant tout ce qu'il y avait de décelable. J'y découvrit alors une douleur et une tristesse infinie . . .

Que lui avait-on donc fait pour qu'elle souffre ainsi ? . . ça je n'osais même pas l'imaginer, les hommes étaient si cruels . . .

Enfin "la borgne" s'arrêta à environ un mètre et demi, elle baissa la tête.
Voici ce qu'elle dit :


- La race humaine Connait tout sur tout, enfin..presque. A vrai dire quand ils rencontrent l'inconnu ils ont peurs, ils décident alors de les rangés dans la classe des "monstres".Comme ça ils savent qui est cet inconnu et comment l'affronter. Cette peur devient vite de la haine et alors ces monstres sont condamnés a mort.

Puis elle marqua une pause, se redressa et repris :

-Etes-vous une de ces personnes qui ont été rangées du côter des "monstres" ?

. . .

Mais bordel c'était quoi ce délire ! une sauvageonne intrigué par ma personne, ça passe encore, mais une albinos venue me prêcher sa philosophie sur la monstruosité, ça non ! que ce soit vrai ou faux, je ne pouvais le supporter.

Il est vrai que tout ce que l'homme craint et ne peux expliquer, classe alors c'est "choses" dans la catégorie des monstres.
Mais il ne fallait pas confondre la monstruosité physique à la monstruosité des actes ! . . Pendant un temps, j'ai été les deux serte, mais c'était révolu . . . maintenant, je ne l'était plus que par l'apparence . . .

Son regard "mono-oculaire" rencontra de nouveau le mien dont l'or en fusion qui jusque là dansait dans mes iris s'était brutalement solidifier, glaçant et durcissant soudainement le tout.
Je la fixait maintenant avec mépris. Mes oreilles de démon s'étaient plaqué contre mon crâne, ma longue queue de démon, hérissée de pointes fouetta rageusement l'air.
Ma voix ayant perdue toute sa politesse et douceur habituelle fusa, implacable, aussi dure et tranchante que l'acier.

-Que sais-tu de moi et des véritables monstres !

J'avais parlé sans crié, mais le ton y était, lourd d'avertissement, le tout saupoudré d'une colère durement réprimé et d'une pointe de cette douleur de nouveau ravivée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kanashii Kioku

avatar

Féminin
Nombre de messages : 56
Age : 26
PUF/pseudo : Anako
Localisation de votre perso : Quelques part entre les deux royaumes

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Hidding life, hidding heart. . .   Dim 11 Avr - 19:42

Observant la Stonefolmienne au loin, l’échine hérissée telle une bête en furie, Kioku se tassait. Tâtant le sol avec ses orteils, enfonçant légèrement ses pieds dans le sol bourbeux la lance en avant.
Pendant de longues secondes cette dernière ne bougea pas, tel un mirage lors des jours de grandes chaleurs.
Pourtant aujourd’hui ce n’était pas un de ceux-ci, loin de là même. Les bourrasques se faisaient plus intenses à chaque pulsation que Kioku sentait dans ses veines. La tempête empirait, parfois même on eu cru qu’un arbre allait se déraciner.
La femme, ou peut-être la jeune fille, à cette distance on ne pouvait encore trop dire l’âge de celle-ci, mit un long moment à parcourir la distance.
Cela allait en cadence avec son départ retardé.
Elle semblait d’ailleurs marcher d’un pas lent, réticent. Autant que l’était la sauvage à la voir arriver. Au fur et mesure que l’ennemie approchait, Kioku reculait imperceptiblement. Feulant contre celle qui empestait la mort, feulant, plus pour se rassurer et entonner un ronron familier que de menacer le prédateur.

Enfin le visage de cette inconnue fut dévoilé.
Un visage doux, fin mais aux traits tirés par la douleur et la tristesse malgré sa jeunesse apparente. De longs cheveux blancs et purs coulaient contre sa peau, laissant ressortir dans cette lumière des perles de sang.
Un instant, l’apeurée eut un geste attendri, porté vers celle qui de toute évidence semblait enchaînée depuis de longues années déjà, liée à un passé parsemé de sang et le cœur percé de regrets.
Pourtant elle se retint. L’Homme était traitre et faux, surtout ceux aux armures noires. Elle avait failli l’oublier. Elle recula d’autant plus que son jugement avait manqué d’être faussé.

Soudain, l’albinos baissa la tête, semblable à une bête terrassée, acculée. Comme si un être de son espèce pouvait l’être, c’était eux qui acculaient, et non l’inverse.
Kioku commença à grogner, tonnant à l’encontre de l’intruse quand celle-ci la stoppa net dans sa harangue farouche en baragouinant des paroles étranges au sens indéfini.
Que pouvait être cet inconnu effrayant ? Qui provoquait cette peur ? Et que signifiait ce terme « monstre » ? Jamais Kaede ne lui avait appris.
Le sens de ces propos semblait être tellement loin et flou pour Kioku. Elle la regarda, une expression étrange dans le regard et une moue indistincte, pleine d’incompréhension.

Brusquement, elle releva la tête, se tournant vers l’être de ténèbres.

« Êtes-vous une de ces personnes qui ont été rangées du côté des "monstres" ? » demanda l’étrange borgne.

La sauvage hoqueta, surprise, ses oreilles mouvant comme pour percevoir le moindre reste de son provenant de ces paroles.
L’homme ailé était une « inconnue » à l’Homme ? Ou bien une peur ?
Il était vrai qu’elle ne l’avait jamais « réellement » regardé durant le temps qu’avait duré ce maigre laps de temps.
Elle fixa ses cornes, puis descendit le long de son torse ciselé passant par ses mains griffues. Elle continua encore un peu et vit sa longue et fine queue fendant l’air au rythme des tourmentes venteuses. Enfin ses pattes, des pattes plus que des pieds, distordues et semblable à celles des dragons.

A présent qu’elle l’avait entièrement vu, détaillé sous ses moindres coutures, il lui apparaissait complètement tel qu’il devait l’être.
Étrangement, elle n’eut pas peur, loin de là. Elle pouffa même de rire, à présent bien loin de la scène, du lieu, du moment. Elle se retrouvait de nouveau cette nuit, avec le dragonneau dont elle s’occupait.

Oui ! L’homme aux allures sombres lui rappelait le petit qu’elle protégeait. Son corps se décontracta à cette idée et intervertit son bâton le levant un peu plus haut que sa tête avant de le bouger afin de créer une petite bulle au sec et à l’abri du vent.
L’effet avait des allures mystiques, bien que ce terme soit un peu commun au vu des pouvoirs de ce monde, mais voir la pluie et le vent glisser le long d’une cloche invisible illustrait en quelques sortes le détachement soudain de Kioku pour ces deux là.
S’ébouriffant tel une louve, elle s’étira comme l’on s’éveille après une longue sieste et les fixa tout les deux, de nouveau fraîche et attentive, attendant la suite et d’hypothétiquement comprendre ce terme mystérieux : « monstre ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hidding life, hidding heart. . .   Sam 17 Avr - 19:47

[Excusez moi pour ce retard, mais une flemme engourdissante m'envahis en ce moment ^^ En plus la réponse est faite rapidos ^^" Sumimasen !]

"Je suis un funambule, et chaque jour je marche sur mon fil de verre, il glisse un peu mais j'arrive a me rattraper.Mais sans que je le remarque ce fil se fissure, alors il finit par...casser."

Un fou rire pris a Sakuya. Maintenant que le fil a casser, le funambule tombe, de tellement haut qu'il joue sans doute sa dernière représentation.A quoi bon être gentille ou compréhensive ? Après tout, la loi qui règne sur ce monde est "tuer ou se faire tuer","survivre ou mourir".

¤Tout ces gens qui sourient sont tellement faux, ça me dégoute !¤

Elle se relève tout doucement et affiche un sourire sadique sur ses lèvres bleuies par le froid de la tempête.

-Si je parle c'est que....J'en connais un bon rayon sur les monstres !!! !

"On assimile souvent la couleur blanche a la pureté, et donc les gens habillés de blanc sont purs, en tout cas dans certains pays de l'Est, mais ici, le blanc signifie la mort."

¤C'est pour cela, que mes cheveux sont toujours si blancs...Et que ma peau est si blanche."

-Mourraient !!!!! Je vous détestes !

Sakuya esquiva Madara et se mit a courir vers la jeune fille, comme si ses jambes n'avaient subies aucunes blessures, que les rafales de vent avaient disparues.Son œil unique couleur sang y voyait clair désormais et elle était prête a livrer bataille.
Elle sortie sa grande épée dans sa course (oui elle n'apparait pas sur la signature mais Saku' a une épée comme de Cloud dans FF-VII^^).
Elle ne lui paraissait plus aussi grande mais son poids restait le même.Sakuya avait retrouvée l'envie de tuer et plus que tout celle de redevenir le "démon" d'autrefois.
Revenir en haut Aller en bas
Madara Daïr'Shag

avatar

Féminin
Nombre de messages : 76
Age : 26
PUF/pseudo : Arob@ze
Localisation de votre perso : Trouvera, trouvera pas !
Petite Phrase : Je tu ma phobie dans la désharmonie

Feuille de personnage
Informations:
Relations:

MessageSujet: Re: Hidding life, hidding heart. . .   Dim 25 Avr - 17:33

• A ma grande surprise, la sauvageonne se calma, elle rit même et exécuta de suite un "tour" (si on pouvait appelé ça ainsi) des plus intéressant et étrange qui soit avec son bâton, le faisant danser au dessus d'elle afin de se sécher. Moi j'observa la scène un brin amusé avant de reporté mon regard de démon sur cette étrange inconnue. J'attendais toujours cette réponse, une réponse clair, nette et précise, qu'elle s'explique quoi. Je n'étais pas spécialement en colère, simplement agacé et quelque part perturbé.
C'est alors que sans prévenir et sans raison apparentes, elle partie dans un fou rire complètement hystérique.


- Si je parle c'est que....J'en connais un bon rayon sur les monstres !!!!
répondit-elle alors après un sourire des plus malveillant.

Je m'en doutais . . . je m'en doutais qu'elle n'allait répondre qu'a une partie de la question . . . esquive ou inattention ? peut importe cela trahissait un sérieux manque d'écoute, cette nana étais selon moi complètement dans son trip l'hystérie dont elle faisait preuve en témoignait, elle n'entendais que ce qu'elle désirais entendre.
Inutile par conséquent d'essayer de la raisonner par les mots ce serais peine perdue.

En tout cas, cette fille avait perdue la tête, c'était du grand n'importe quoi ! cet étrange revirement de personnalité était-il réellement du à un traumatisme comme elle l'avait si bien laissé sous entendre, ou bien était-ce seulement de la comédie pure et dure ?

Quoi qu'il en soit, cette attitude et ce comportement m'apparaissait comme véritablement pathétique.

Serte, moi aussi j'avais tué jadis, serte, moi aussi j'avait détruit et torturé, me délectant du sang que je faisais coulé et de la souffrance que cela engendrais, mais jamais au grand jamais je n'avais fait cela par jeu. Ces tueries était uniquement mu par un profond désir de vengeance ainsi qu'à une certaine nécessité, une nécessité que dissimulait un terrible traumatisme . . . en clair, je tuais parce que je souffrais. Inconsciemment, c'était ma manière de montrer que ça n'allait pas, mais alors vraiment pas du tout.
L'incompréhension, le manque d'affection, le rejet, cette laideur dont on m'accablait sans cesse n'était que le reflet de cette haine que j'éprouvais pour le monde qui m'entourait, une haine, si violente et meurtrière qu'elle m'était alors devenu insupportable à contenir. Il m'était donc nécessaire de la libérer, de vider ce vase si acide de douleur que le moindre débordement me rongeait mon coeur et mon âme.
Je déversais alors sur le monde toute ma haine et ma détresse devenues mon quotidien, et pourquoi ? . . pour qu'il sache enfin ce que j'endurais, pour qu'il sache à quel genre de supplice mon être tout entier était soumis.

Je ne prenais donc aucun plaisir à tuer, je m'en foutais, tout ce qui m'importais c'était de soulager mon coeur meurtrie par tout les moyens possible.


- Mourrez !!!!! Je vous détestes ! hurla alors soudainement l'albinos borgne qui se jeta furieusement sur la sauvageonne a présent détendu.

Pourquoi ? allez savoir . . . on pouvait s'attendre à tout avec c'te genre d'individu, mais moi j'avais eut le mérite de ne pas avoir été pris au dépourvu, dès son inquiétant fou rire j'avais émis l'hypothèse serte peu certaine selon moi qu'elle attaque. Et c'est ce qu'elle avait fait.

N'ayant rien perdue de mes réflexes guerriers, je bondis à sa suite avec la souplesse et la rapidité d'un félin, mais elle allait beaucoup trop vite, je la voyait déjà abaisser son arme sur la frêle jeune fille lui faisant face.

-"Nooon !" hurlais-je alors en mon fort intérieur, priant pour qu'elle esquive ce coup terrible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hidding life, hidding heart. . .   Ven 14 Mai - 15:30

La jeune fille n'avait alors que conscienece de tueuse, assassin, un un sadisme parfait envahissait tout son corps. Rien ne semblait l'empecher de tuer ce qui l'entourait, une sorte de surpuissance s'émanait d'elle.
Puis des souvenirs, des larmes un souffle court et une chute.La jeune fille cracha un sang presque noir et s'étala violemment sur le sol. Ce jeune homme, cette foutue rencontre lui revenait... Pourquoi ? Mais pourquoi donc fallait il qu'elle l'ai rencontrée ???!
L'arme se trouvait désormais a quelques metres d'elle et sa cheville était dans un état déplorable en cette heure. Le meurtre n'aurait pas lieu. Sakuya pris ce temps infime pour se poser une question :

¤Quand est ce que, j'ai tuer pour la derniere fois ? [...]¤

Son esprit semblait la lâcher un peu plus chaque secondes. Un mal de tête infernal l'envahit d'un seul coup et elle se compressa la tête de ses deux mains blanches, elle vivait desormais ses derniers moments sur terre.
L'acte clos, la pièce prends fin, et l'acteur fait une derniere révérence avant de tirer chapeau et de quitter la scene ou il a mentis sur ce qu'il était tout le long.
Il ne reviendra pas, même sous les demandes du publique se fut sa derniere apparition. Sakuya s'allongea lentement sur le sol, regardant une fois de plus le ciel, l'implorant d'arreter de pleuvoir. Etait-il entrai d'effacer tout le sang qui avait salit les mains de la jeune fille ?
Elle ne regrettais en aucun cas ses actes... Elle ne voulait pas qu'ils soient éffacés et encore moins qu'elle n'en sois plus l'auteur.

"C'est ainsi que la feuille tomba sur le sol pour reprendre une couleur orangeâtre, comme ses semblables."

Elle ferma les yeux, ignorant totalement le monde qui se trouvait autour d'elle, son coeur a enfin arreter de battre. Laissant un silence pesant dans l'esprit de Sakuya.

¤ Cette fois je peux vous dire aurevoir car, je ne reviendrais pas. ¤
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hidding life, hidding heart. . .   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hidding life, hidding heart. . .
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» the life may leave my lungs but my heart will stay with you (azazel)
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eldenia Sekai ♔ :: Chemins et Nature :: Lac Fééria-
Sauter vers: